Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    SALTER, James

    Partagez

    caro
    ML
    ML

    SALTER, James

    Message  caro le Sam 19 Fév 2011 - 14:47



    "Un bonheur parfait"

    Editeur : éd. de l'Olivier
    Pages : 381 p.
    Genre : chroniques

    Résumé Fnac :

    "Viri pose les yeux sur sa femme, Nedra. Une mèche de cheveux lui balaie délicatement la nuque, elle s'affaire en cuisine dans sa jolie robe rouge. Leurs deux adorables petites filles dînent devant le feu de cheminée. Sont-ils réellement heureux ? Ils forment un couple envié de tous, elle si belle, lui si élégant. Leur bonheur semble parfait... Mais la perfection est-elle vraiment de ce monde ? "


    Avis :

    Situé dans les années 50, ce roman a été écrit en 1957, j'ai beaucoup aimé son style, moins les idées qu'il affiche sur le mariage. On y voit un couple, leurs deux enfants qu'on suit jusqu'à l'âge adulte et les amis qui gravitent autour d'eux.

    James Salter est habile dans les portraits de ses personnages : on comprend leurs désirs, leurs frustrations, leurs rêves et leurs aspirations stoppées net par la vie mais aussi leurs destins entre tragédie, accident, divorce et trahison ; leur petitesse et leur étroitesse d'esprit aussi dont se détache le personnage de Nedra, femme au foyer issu de la middle-class de l'Amérique profonde et qui aspire à la liberté : celle d'aimer mais de vivre surtout même si la menace de la solitude est très présente.

    Viri, quand à lui, aspire à laisser son empreinte dans l'Histoire mais, incapable de prendre son envol, il paraît bien fallot par rapport aux femmes qui l'aimeront.

    Un roman pas très optimiste sur la vie, surtout en couple, où l'amour finit par disparaître pour ne laisser place qu'aux frustrations, au train-train quotidien et à la monotonie. Ce sont ces images de la vie en couple telle que la voit Salter qui m'ont moins plu. Peut-être ce roman est-il bien ancré dans son époque où commence à souffler un vent de liberté et où les institutions allaient être malmenées... En tout cas Salter avait bien vu arriver tous ces bouleversements. Son écriture est fine et précise et les portraits qu'il dresse de chacun nous renvoie à notre propre vie et à nos questionnements.

    3 etoile jaune

    Hesperide
    ML
    ML

    James Salter

    Message  Hesperide le Dim 11 Jan 2015 - 11:37

    Dommage que le livre ne soit pas encore traduit en francais. je l'ai lu en bulgare.Heberger image


    “A sport and a Pastime” de James Salter


    Nous savons que l’argot poetique francais veut dire « orgasme » en disant « petite mort ». Le roman « A sport and a Pastime » est cette petite mort apres laquelle, on aimerait ne pas ressusciter. Car le livre est l’emanation d’un erotisme tout parfait et exquis.
    Un erotisme enigmatique, a la fois offert  sans pudeur et  dissimule dans la penombre. C’est l’erotisme  qui se presente prive de tout trivialite, un erotisme sans etre vu en images, est  juste senti comme un haletement.

    Le mot « orgasme » commence par « o » et c’est peut-etre le symbole du mouvement circulaire de la vie a la mort sur la route vers la passion.
    « A sport and a Pastime » commence par un voyage en train et c’est ainsi qu’il finit. Le rythme et la melodie sont previsibles. Le sujet est simple – le narrateur fait connaissance de Philippe Dean, un riche americain en vacances dans la province francaise. Leur rencontre ne dure pas longtemps, mais elle laisse forte empreinte dans le cœur du  le narrateur surtout que cette rencontre est marquee par l’histoire d’amour de Philippe Dean avec Anne-Marie. C’est une nouvelle dirction de la narration, tout est vu en tant que contemplation.Il y a aussi l’envie – chez l’auteur – cette envie masculine silencieuse ou l’on percoit surtout la beaute de la conquete de l’autre.  Jour apres jour, l’auteur recree en lui-meme  l’amour de ses deux amis. Salter ne presente pas de temoignage – le lecteur ne comprend pas si toutce qui est ecrit est bien reel ou juste une fiction. Mais ce n’est pas si important que cela – la densite des images, les personnages bien etoffes nous font insensiblement entrer  et vivre dans leur realite.
    Ce livre est une epitaphe optimiste de la passion. Les deux amants vivent dans une bulle, assez fortifiee et magique pour les tenir a l’ecart de la vie quotidienne. Jusqu'à un moment donne.

    Le style incroyable de Salter seduit. Il alterne des phrases longues et courtes, les dialogues sont simples, les emotions sont etoufantes ou attristante, elle nous donnent une sensation surprenante du jeu des penombres.

    « A sport and a Pastime » est un clin d’œil complice nous rappelant ces vacances-reves cachees profondement en nous qui, parfois,  emergent pour nous dechirer par leur souvenir amer.

    La petite mort est le fremissement sublime ou le cercle du « o » se ferme jusqu'à la prochaine fois.

    Pinky
    M
    M

    Re: SALTER, James

    Message  Pinky le Lun 12 Jan 2015 - 10:24

    merci Caro pour cette présentation

    merci Hesperide pour cette très belle présentation, je me le note car tu me donnes envie d'aller  y voir de plus près, il est édité en France et s'intitule "un sport et un passe temps"

    Hesperide
    ML
    ML

    Re: SALTER, James

    Message  Hesperide le Lun 12 Jan 2015 - 10:41

    Pinky a écrit: il est édité en France et s'intitule "un sport et un passe temps"

    Tant mieux!
    Au debut le roman me faisait penser a Gatsby le Magnifique de Fitzgerald - l'auteur nous amene parmi des gens riches et faineants, superficiels et il y en a un seul qui s'en detache, il en est different. Ce n'est que le debut et puis l'auteur et Philippe Dean semblent faire une seule personne. Un procede bien curieux de l'ecrivain.

    Pinky
    M
    M

    Re: SALTER, James

    Message  Pinky le Dim 26 Avr 2015 - 13:13

    UN BONHEUR PARFAIT



    Roman édité chez Points en octobre 2008

    395 pages

    Résumé

    Viri pose les yeux sur sa femme, Nedra. Une mèche de cheveux lui balaie délicatement la nuque, elle s’affaire en cuisine dans sa jolie robe rouge. Leurs deux adorables petites filles dînent devant le feu de cheminée. Sont-ils réellement heureux ? Ils forment un couple envié de tous, elle si belle, lui si élégant. Leur bonheur semble parfait… Mais la perfection est-elle vraiment de ce monde ?

    Mon ressenti

    Le moins que l’on puisse dire, je n’ai pas réussi à me trouver en empathie avec ce couple. Leurs propos comme leurs visions du monde ne font pas partis de mes valeurs. A partir de là, c’est compliqué pour s’attacher, s’affilier, faire des ponts. Le rythme est lent. Les personnages se cherchent et se recherchent dans cette vie qu’ils ont bâtie ensemble. Et si, ils s’étaient trompés sur le bonheur, leur bonheur. Mais après tout, le bonheur nous le percevons au travers de ce que les autres nous renvoient. C’est cette perspective qui répond en écho dans le livre.

    Même si les personnages sont au milieu de bouleversements socio-émotionnels, il manque la passion, les réactions qui font que chacun d’entre nous sommes vivants. L’auteur distille à merveille la paix, le calme et quelques phrases font mouches mais trop de calme amène aussi la « non vie » que l’on peut confondre avec l’acceptation ou l’ouverture d’esprit : ainsi pour bon nombre de couple, avoir une relation sexuelle en dehors du couple est ressenti comme une trahison générant colère, tristesse, remise en cause ; c’est une règle implicite. Pour d’autres au contraire, la règle est explicite et devient une valeur du couple puisqu’il y a possibilité et autorisation d’avoir d’autres relations. Lorsque la règle implicite est transgressée par l’un ou les deux partenaires générant aucune réaction de l’un ou de l’autre, pour moi ce n’est pas une ouverture d’esprit mais un refus de se confronter, de maintenir un équilibre de confort. Le couple du livre continue à faire preuve de tendresse dans leurs moindres comportements, de ne pas s’autoriser à s’entre-déchirer… mais à quel prix !

    Je les ai rejoints sur ce questionnement qui nous traverse tous à certaines périodes de notre vie. Par contre je ne prends pas les mêmes traverses qu’eux.

    A vous de voir

    Hesperide
    ML
    ML

    Re: SALTER, James

    Message  Hesperide le Dim 26 Avr 2015 - 14:01

    Merci pour le commentaire, Pinky! J'ai lu avec interet comme toujours.

    Pinky
    M
    M

    Re: SALTER, James

    Message  Pinky le Lun 27 Avr 2015 - 10:24

    merci beaucoup Jo19lyne pour ta visite. l'as-tu lu celui-ci de l'auteur ?

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: SALTER, James

    Message  Ratdebibliotheque le Sam 20 Juin 2015 - 14:06

    Cet auteur est décédé aujourd'hui à 90 ans. 
    Personnellement, je n'ai jamais lu cet auteur.

    Pinky
    M
    M

    Re: SALTER, James

    Message  Pinky le Dim 21 Juin 2015 - 10:27

    merci Ratdebibliothèque, ce n'est pas un auteur que je connais très bien

    Contenu sponsorisé

    Re: SALTER, James

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:38


      La date/heure actuelle est Mer 7 Déc 2016 - 11:38