Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    CUSSET, Catherine

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    CUSSET, Catherine

    Message  Nina le Lun 21 Fév 2011 - 0:34


    Titre : Un brillant avenir.
    Auteur : Catherine Cusset.
    Editeur : Folio.
    Nombre de pages : 370

    Quatrième de couverture :

    En 1958, malgré l’opposition de ses parents, Elena épouse Jacob, un Juif. Elle réalise son rêve : quitter la Roumanie communiste et antisémite de Ceaucescu et émigrer aux Etats-Unis.
    Elle s’y fait appeler Helen et rompt avec son passé. Mais, vingt ans plus tard, elle se retrouve confrontée à une réalié qui lui échappe : l’indépendance de ce fils à qui elle a tout sacrifié, et qui épouse Marie, une Française. Compte-t-il partir à son tour ?
    Helen n’aime pas la jeune femme, qu’elle trouve égoïste et arrogante. Marie a peur de cette belle-mère dont le silence recèle une hostilité croissante. Pourtant, entre ces deux femmes que tout oppose - leur origine, leurs valeurs et leur attachement au même homme -, quelque chose grandit qui ressemble à de l’amour.

    Mon avis :

    J’ai laissé passer du temps entre la lecture de ce livre et la rédaction de mon avis, car je ne peux pas vraiment dire que je l’ai apprécié. Je n’ai pas été touché par le destin de cette femme. Pourtant, le livre est remarquablement écrit, le texte est techniquement parfait, ciselé au cordeau. Serait-ce cette précision technique, jointe à la difficulté qu’à l’héroïne à exprimer ses émotions, qui font que je n’ai ressenti que peu d’émotions en lisant ce livre ?
    Dès le départ, le dénouement nous est connu, ce qui ôte une dimension au roman : je n’ai eu strictement aucune inquiétude pour l’héroïne, je savais que quelles que soient les épreuves qu’elle traverserait, elle et sa famille les surmonteraient. L’intérêt est plutôt de savoir comment Elena, douce petite fille aimant le français, est devenue Helen, américaine aisée et extrêmement stricte.
    Helen a réduit la cellule familiale à sa plus simple expression : son mari et son fils. La venue de sa belle-fille est ainsi une intrusion intolérable puisqu’elle perturbe le « brillant avenir » qu’elle avait programmé pour son fils, et ce, depuis fort longtemps. Helen n’a pas d’amis non plus, si ce n’est deux collègues de travail. Au moindre affront (ou supposé tel), elle coupe immédiatement toute relation de manière définitive. Le fait qu’elle ait vécu une enfance solitaire, sans ami et quasiment sans amour, la nécessité de cacher son amour puis la nécessité de dissimuler ses véritables opinions font qu’elle est incapable de se confier ou même de dire, simplement, ce qu’elle a sur le cœur. Helen a beau trancher dans le vif, elle reproduit sur son propre fils ce qu’elle a elle-même vécu - et son fils, tout comme elle, choisira avec détermination sa nouvelle cellule familiale. Ce n’est que parce que son fils est le seul amour de sa vie qu’elle passera outre et parviendra à « créer un pont » entre elle et sa belle-fille. Helen a appris à enfouir au plus profond d’elle-même le moindre signe de faiblesse, si bien qu’elle ne l’admet pas non plus chez les personnes qu’elle aime.
    Avec Elena, nous avons un aperçu des atrocités de ce siècle : la Shoah, le communisme, les conflits au Moyen-Orient. Avec Helen, nous découvrons que la vie aisée aux Etats-Unis n’empêche pas les sacrifices, petits ou grands, ni les souffrances.
    Camille est comme l’aboutissement de tous ses efforts et elle est promise elle aussi à un «brillant avenir ». Pourra-t-elle le choisir ?

    Nina
    ML
    ML

    Re: CUSSET, Catherine

    Message  Nina le Sam 29 Nov 2014 - 1:26


    Une éducation catholique.
    Edition Gallimard - 140 pages.



    Présentation de l’éditeur :
    « ‘Remarque, je la comprends. C’est plus amusant de lire un roman que d’aller à la messe.’ Papa, furieux, se retourne contre maman et l’accuse de saper les fondements de ma foi. Elle rétorque qu’elle n’a rien dit de mal, que de toute façon chacun est libre de penser comme il veut, et que je suis bien capable de juger par moi-même ce qui, de la lecture d’un roman ou de la messe, est le plus amusant. ‘Elle n’a qu’à rester à la maison! hurle papa. Puisque c’est comme ça, j’irai seul!’ Vite je ferme mon livre, je me lève, je mets mon manteau, je suis papa. »Marie, la narratrice de La haine de la famille et d’Un brillant avenir, raconte ici les rapports qu’elle a entretenus avec la religion au cours de son enfance et de sa jeunesse, entre un père croyant et une mère athée. Elle évoque la naissance du désir à travers des passions successives, et la découverte de l’amour, vécu d’abord comme une crucifixion, puis comme une rédemption.
    Mon avis :
    Il me restait une trentaine de pages à lire, j’ai abandonné. Je n’ai strictement aucune envie de perdre mon temps plus avant avec ce livre.
    Une éducation catholique ? Non, pas vraiment, plutôt une éducation sentimentale et sexuelle. Oui, Marie, la narratrice, est allée au cathéchisme, dont elle ne garde aucun souvenir. Oui, elle prie tous les soirs, pour se rapprocher de son père, va à la messe le dimanche, fait ses deux communions. Puis, plus rien : elle perd la foi comme elle aurait cessé de croire au père Noël. Elle ne se pose pas plus de question. Elle est bien trop mature (le discours est très distancié, pas du tout celui d’une adolescente), trop narcissique, trop masochiste pour s’interroger plus avant sur sa foi et sa disparition.
    Si elle ne croit plus en Dieu, elle se cherche un dieu à travers ses amitiés successives, ses amours, ses expériences, quelqu’un qu’elle pourrait aduler en permanence. Tout comme elle a cessé de croire du jour au lendemain, elle rompt ses amitiés avec précision. Ses amours, ses émois, ne m’ont pas intéressée plus que cela, non plus que sa personnalité, fort peu attachante sans qu’elle ait besoin de se dénigrer davantage. J’oubliai presque de signaler qu’elle hait sa soeur, qu’elle juge son père faible et admire fortement sa mère.
    Après avoir refermé ce livre, je n’ai qu’une envie : lire un ouvrage plus intéressant.

    Pinky
    M
    M

    Re: CUSSET, Catherine

    Message  Pinky le Sam 29 Nov 2014 - 10:17

    merci Nina pour ces deux présentations, auteur que je ne connais pas

    Nina
    ML
    ML

    Re: CUSSET, Catherine

    Message  Nina le Sam 29 Nov 2014 - 22:54

    Merci Pinky pour ta visite.
    Certains de ses romans sont fortement autobiographiques : comme Marie, l'héroïne d'Un brillant avenir, elle est mariée à un américain, elle a été professeur dans une prestigieuse université, elle a une fille.

    Contenu sponsorisé

    Re: CUSSET, Catherine

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:44


      La date/heure actuelle est Sam 3 Déc 2016 - 22:44