Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    LESSING, Doris

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    LESSING, Doris

    Message  Nina le Sam 12 Mar 2011 - 10:17


    Titre : Victoria et les Staveney.
    Auteur : Doris Lessing.
    Editeur : Flammarion
    Nombre de pages : 150.

    Quatrième de couverture :

    Victoria n’a jamais oublié sa rencontre, à l’âge de neuf ans, avec une riche famille blanche, les Staveney. Ce souvenir entêtant la poussera, des années plus tard, à entamer une liaison avec leur fils, Thomas. De cette histoire naîtra Mary, petite fille à la peau claire et au sourire radieux. En adoration devant l’enfant, les Staveney proposent de l’accueillir chez eux de plus en plus souvent. Victoria, toute à la réalisation de la chance que représenterait une telle éducation pour sa fille, n’imagine pas quelles conséquences aura sa décision.

    Mon avis :

    Une fois n’est pas coutume, c’est la couverture de ce livre qui m’a attirée en premier. J’ai eu envie d’en découvrir plus, et, dans ma petite bibliothèque municipale qui vient de l‘acquérir, je n’ai pas été la seule. Par contre, ne lisez pas le quatrième de couverture : il révèle l’intrigue.
    Victoria et les Staveney : le titre annonce le récit. D’un côté, nous avons une jeune femme, seule, au prénom royal mais sans nom de famille, sans famille tout court, de l’autre, un clan uni. Le lecteur pressent que Victoria sera toujours à l’écart.
    Ce roman brasse des thèmes brûlants : le racisme, l’hypocrisie, le féminisme. Le portrait que Doris Lessing dresse de la société anglaise est féroce, caustique. Il suffit d’une phrase ciselée, d’une simple apposition pour dynamiter la bonne société anglaise bien pensante et tolérante.
    Pourtant, est-ce si différent, du côté aisé de la société ou du côté des laissés-pour-compte ? Chacune vit dans son monde, qui côtoie l’autre et ignore tout de lui. Victoria a grandi avec l’idée que les mères élèvent seules leurs enfants et que les pères s’en vont dès leur conception. Etre mère célibataire offre une indépendance illusoire puisqu’il permet d’obtenir un appartement. Jessy Staveney est actrice, et séparée de son mari, dont la seule fonction, mis à part lui permettre de jouer des scènes très réussies de disputes conjugales, est de payer les factures.
    Ses deux femmes vont pourtant réaliser les rêves - en partie seulement. Victoria gardera pendant près de quinze ans le souvenir de cette maison de conte de fées, dans laquelle elle a dormi une nuit, de ces êtres merveilleux. Elle a beau être confrontée à la réalité, elle choisira de s’aveugler et de garder pour toujours cette vision idéale. Jessy s’était aveuglée depuis longtemps : elle ne voit pas les enfants qui vont et viennent chez elles, elle ne voit pas encore moins les noirs. Pourtant, leur fils cadet s’exhibe au bras de jeunes beautés à la peau chocolat, et lui offre une petite-fille caramel. Elle n’est pas un accessoire de mode, comme dans Absolutely Fabulous, elle est la preuve de l’ouverture d’esprit de Jessy, presque un acte de militantisme.
    J’ai un regret toutefois : les événements se succèdent à un rythme effréné, comme si nous étions dans l’urgence. Néanmoins, ayant fait des recherches après ma lecture, j'ai découvert que ce titre, lors de sa publications en Angleterre, faisait partie d'un recueil de nouvelles, The Grandmothers. Il est dommage, à mon avis, de l'avoir morcelé et de présenter cette oeuvre comme un roman.

    Mazza
    ML
    ML

    Re: LESSING, Doris

    Message  Mazza le Sam 12 Mar 2011 - 12:12

    Merci Nina pour cet avis, elle me parait bien cette histoire !

    Pinky
    M
    M

    Re: LESSING, Doris

    Message  Pinky le Dim 13 Mar 2011 - 12:49

    merci Nina, je ne sais pas, j'hésite, à voir pour moi...

    Nina
    ML
    ML

    Re: LESSING, Doris

    Message  Nina le Dim 13 Mar 2011 - 12:54

    Merci Mazza et Pinky.
    Pinky, je te conseillerai de le lire si tu peux le trouver, comme moi, en bibliothèque, ou s'il est publié en édition de poche, parce que le livre se lit vraiment très rapidement et j'ai tout de même eu l'impression de rester sur ma faim.

    Pinky
    M
    M

    Re: LESSING, Doris

    Message  Pinky le Dim 13 Mar 2011 - 12:55

    LES GRANDS - MERES



    Roman

    94 pages édité chez j'ai lu en septembre 2007

    Résumé

    Un été au bord de la mer. Deux familles apparemment sans histoires se prélassent au soleil : Roz et Lil, deux femmes mûres mais encore belles, leurs fils, deux hommes séduisants dans la force de l'âge, et leurs charmantes petites-filles tout occupées à leurs jeux d'enfants.
    Depuis toujours Roz et Lil sont aussi inséparables que des soeurs jumelles, et l'affection qu'elles se portent s'est doublée peu à peu d'un amour pour le moins trouble de chacune pour le fils de l'autre. Ce jour-là les règles du jeu vont changer. Mais qui a vraiment les cartes en main ?

    A 86 ans, Doris Lessing signe un texte sulfureux et dérangeant sur des amours scandaleuses. Roman du non-dit et de la dissimulation, Les grands-mères fait résonner haut et fort la plume de la grande dame des lettres anglaises.

    Mon ressenti

    Je n'ai pas aimé ce petit livre... non pas à cause des relations amoureuses des jeunes hommes avec des femmes mûres (cela ne me gêne pas du tout), je ne les trouve pas du tout incestueuse ou vulgaire... c'est un sujet d'ailleurs qui a été abordé dans de nombreux films (Lolita, l'étudiant...) ou de livres...

    je trouve simplement qu'il n'y a pas de profondeur dans les personnages, que tout est survolé... dommage ...


    Pinky
    M
    M

    Re: LESSING, Doris

    Message  Pinky le Dim 13 Mar 2011 - 12:57

    je me disais bien que j'avais lu quelque chose d'elle et en effet, j'ai remis cette présentation que j'avais oublié sur Passion Lecture

    j'ai eu la même impression Nina avec les grands-mères, les personnages ne sont pas approfondis... dommage

    Nina
    ML
    ML

    Re: LESSING, Doris

    Message  Nina le Dim 13 Mar 2011 - 13:23

    Dommage, comme tu le dis Pinky.
    J'espère que le fait que les personnages ne sont pas approfondis n'est pas une constance de son oeuvre pale.

    askya
    M
    M

    Re: LESSING, Doris

    Message  askya le Dim 13 Mar 2011 - 16:57

    hum dommage vos avis ils avaient l'air pas mal, je vais donc attendre un peu pour les noter

    Nina
    ML
    ML

    Re: LESSING, Doris

    Message  Nina le Dim 13 Mar 2011 - 17:00

    J'ai deux autres livres de Doris Lessing dans ma PAL : Le cinquième enfant et Vaincue par la brousse. Je vais les lire, pour ne pas rester sur une déception mais je vais attendre un peu.

    Pinky
    M
    M

    Re: LESSING, Doris

    Message  Pinky le Lun 14 Mar 2011 - 11:36

    sage idée Nina

    Nina
    ML
    ML

    Re: LESSING, Doris

    Message  Nina le Sam 4 Juin 2011 - 16:41



    éditions Le Livre de poche - 186 pages.
    Mon résumé :

    Angleterre, les années 60. Harriet et David, jeunes gens un peu anachroniques, se rencontrent au cours d'une soirée. très vite, ils comprennent qu'ils sont fait l'un pour l'autre. Ils se marient, ils achètent une très grande maison, ils ont un premier enfant, très rapidement (ils rêvent d'une grande famille), puis deux, puis trois, quatre. La cinquième grossesse change tout : plus pénible que les précédentes, elle est vécue dans la souffrance par Harriet. Quand elle met au monde Ben, onze livres, elle est soulagée. Pourtant, cet enfant, si différent des autres, provoque la discorde dans sa famille.

    Mon avis :

    Le cinquième enfant est un roman prenant. Très vite, l'écriture sèche et pointue de Doris Lessing nous force à nous questionner. Bien avant la naissance de Ben, elle dénonce l'hypocrisie d'un milieu bien pensant. Harriet et David sont heureux, mais ils ne pourraient pas vivre sans l'aide financière du père de David. ils sont respectueux des traditions : Harriet refuse la contraception, et les quatre premiers enfants naissent dans le grand lit familial. Ils réunissent toute la famille au cours de grandes fêtes - de là à dire qu'ils sont entourés d'une bande de pique-assiettes, il y a un pas que l'auteur ne franchit jamais mais suggère habilement. Surtout, personne ne sort de la norme bien-pensante, si ce n'est un incident de parcours : la naissance d'Amy, nièce d'Harriet, atteinte de trisomie 21. Elle "terrifie" son père, surtout, elle ne doit "déranger" personne. Quand Harriet expose à son mari son opinion sur l'origine de la trisomie de la petite Amy (la mésentente entre ses parents), elle révèle à la fois son conformisme et son obscurantisme.

    Aussi est-elle quasiment prête à recevoir la naissance de Ben comme un châtiment pour tant de bonheur. Or, Ben, indubitablement, n'est pas qu'un enfant, il est aussi, dans ce roman, un symbole. Il représente la peur de l'autre, la peur de la différence, la peur de l'étrange étranger, y compris au sein de sa propre famille. Différent, il serait atteint d'une pathologie que personne ne veut ou ne peut nommer. Le bon docteur de famille soutient qu'il est simplement hyperactif. "Aucun de nous n'a jamais rien vu de tel" déclare le jeune médecin de l'institut où il a été emmené (ou comment dissimuler aux yeux du monde toute trace d'anormalité). La spécialiste qui examine Ben s'intéresse moins à l'enfant qu'à sa mère, sur laquelle elle pose un diagnostique sans même lui avoir parlé. Bref, personne n'a de solution puisque le problème n'est jamais cerné.

    En revanche, la famille se décompose largement sous nos yeux. Les enfants quittent un à un la maison, pour une famille de substitution, ou pour la pension. Le seul lien qui les unit est l'argent, nécessaire pour aller dans les bonnes écoles (pas question d'aller dans une école publique !). Chacun juge cruellement Harriet, pour avoir mis au monde un être différent et pour l'avoir gardé au monde, alors que tous voulait s'en débarrasser. Cette naissance et sa croissance hors norme coïncide également avec un phénomène que nous connaissons bien : la montée de l'insécurité (ou du moins, ce qui est ressenti comme tel). Harriet n'ose plus sortir le soir, même dans son quartier si tranquille, la télévision montre des images d'émeutes avec, au second plan, Ben et ses nouveaux amis.

    Au cours de ce roman, jamais nous n'avons le point de vue de Ben. Si, physiquement, il est plus développé que les autres enfants, plus précoce, son apprentissage du langage est beaucoup plus lent. Que ressent-il, que pense-t-il, lui qui a été abruti de calmants dès le ventre de sa mère ? Difficile de le savoir. Une suite existe à ce roman, le monde de Ben. Je ne suis pas sûre d'avoir envie de le lire, je préfère rester avec cette fin ouverte.

    Pinky
    M
    M

    Re: LESSING, Doris

    Message  Pinky le Sam 4 Juin 2011 - 19:33

    l'écriture de cette auteure ne laisse jamais indifférent, elle amène toujours des réflexions qui viennent déranger le train train quotidien...


    caro
    ML
    ML

    Re: LESSING, Doris

    Message  caro le Lun 6 Juin 2011 - 22:11

    Merci Nina, j'hésite...

    petronie
    LEH
    LEH

    Re: LESSING, Doris

    Message  petronie le Sam 13 Aoû 2011 - 23:08

    Doris Lessing

    JOURNAL D'UNE VOISINE : Livre de poche

    "Janna, brillante rédactrice d'un magazine féminin, élégante et distinguée, a toujours été égoïste et futile. Elle s'est à peine préoccupée de son mari, mort d'un cancer et pas d'avantage de sa mère. Un jour, dans une harmacie, Janna rencontre une minuscule petite vieille toute rabougrie, la raccompagne, et c'est le choc. Malgré sa panique de se sentir piégée, son dégoût, Janna va revenir chez Maudie. Tout les sépare. Pourtant des rapports étroits vont se nouer entre ces deux femmes, des rapports ambigus aussi, car la vieille dame combat désespérément pour garder sa dignité et son autonomie. Et Janna change....

    Journal d'une voisine est un roman fort et bouleversant qui est aussi une peinture vivante et colorée du Londres d'hier et d'aujourd'hui, par la grande Doris Lessing.



    Mon avis. C'est le premier livre que j'ai lu de cette auteure, je l'avais acheté par hazard. J'ai adoré, je l'ai lu, relu, rerelu...J'aime l'histoire originale, l'écriture en même temps claire et nette, sensible, profonde.

    Je ne sais pas quoi dire. Ce livre ne me quittera jamais

    petronie
    LEH
    LEH

    Re: LESSING, Doris

    Message  petronie le Sam 13 Aoû 2011 - 23:17

    Doris Lessing

    NOTRE AMIE JUDITH en livre de poche

    Doris Lessing a montré dans l'Habitude d'aimer, son extraordinaire aptitude à faire vivre des êtres en quelques pages, à percer les secrets dérisoires ou inavouables des existences, les petites comédies que l'on se joue à soi-même. Qu'elle dévoile la vanité et le mensonge sous le masque de la conviction (La Tentation de Jack Orkney), évoque avec une rare audace les relations d'un frère et d'une soeur tous les deux mariés (l'un l'autre) ou nous montre le visage douloureux de la solitude et de l'abandon (Une vieille dame et son chat), elle témoigne ici de la même alliance de compassion et d'ironie, de oucidité et d'humanité.

    Mon avis : Il s'agit là de nouvelles. Je m'en délecte. Toutes étonnantes, racontées avec l'écriture de D Lessing. Elle raconte les choses de la vie, sans jugement. Elle constate. Bien sur j'ai adoré.

    Pinky
    M
    M

    Re: LESSING, Doris

    Message  Pinky le Dim 14 Aoû 2011 - 15:15

    merci Petronie pour ces présentations

    Nina
    ML
    ML

    Re: LESSING, Doris

    Message  Nina le Dim 14 Aoû 2011 - 16:47

    Merci pour ces avis Pétronie : je ne connais ni l'un ni l'autre livre.

    peyrelong
    ML
    ML

    LESSING Doris Les grand-mères

    Message  peyrelong le Jeu 26 Sep 2013 - 17:27

    Pinky a écrit:LES GRANDS - MERES



    Roman

    94 pages édité chez j'ai lu en septembre 2007

    Résumé

    Un été au bord de la mer. Deux familles apparemment sans histoires se prélassent au soleil : Roz et Lil, deux femmes mûres mais encore belles, leurs fils, deux hommes séduisants dans la force de l'âge, et leurs charmantes petites-filles tout occupées à leurs jeux d'enfants.
    Depuis toujours Roz et Lil sont aussi inséparables que des soeurs jumelles, et l'affection qu'elles se portent s'est doublée peu à peu d'un amour pour le moins trouble de chacune pour le fils de l'autre. Ce jour-là les règles du jeu vont changer. Mais qui a vraiment les cartes en main ?

    A 86 ans, Doris Lessing signe un texte sulfureux et dérangeant sur des amours scandaleuses. Roman du non-dit et de la dissimulation, Les grands-mères fait résonner haut et fort la plume de la grande dame des lettres anglaises.

    Mon ressenti

    Je n'ai pas aimé ce petit livre... non pas à cause des relations amoureuses des jeunes hommes avec des femmes mûres (cela ne me gêne pas du tout), je ne les trouve pas du tout incestueuse ou vulgaire... c'est un sujet d'ailleurs qui a été abordé dans de nombreux films (Lolita, l'étudiant...) ou de livres...

    je trouve simplement qu'il n'y a pas de profondeur dans les personnages, que tout est survolé... dommage ...

    Ce matin j'avais emporté ce mince petit livre pour combler l'attente chez l'ophtalmo (pour ne pas avoir à trimballer le gros pavé que j'ai en cours), et du coup je n'ai plus pu le lâcher.

    Je l'ai assimilé à une nouvelle - d'ailleurs il semblerait qu'à l'origine ce titre faisait partie d'un recueil de nouvelles. Effectivement les personnages sont survolés mais ce ne sont pas eux qui sont importants, ils sont interchangeables. Ce sont les situations qui sont importantes et ce qu'elles induisent, la montée de l'intrigue. Volontairement l'auteure ne donne aucun détail qui permette d'identifier l'époque - donc époque interchangeable également. La fin, ou plutôt l'absence de fin laisse libre cours à l'imagination. Pour ma part je vois les 2 belle-filles avec leurs enfants prêtes à suivre le chemin des grand-mères quelques années plus tôt.

    Au final j'ai bien aimé ce livre et cette auteure que je lis pour la 1ère fois.

    Pinky
    M
    M

    Re: LESSING, Doris

    Message  Pinky le Jeu 26 Sep 2013 - 19:45

    c'est aujourd'hui un film récent "Perfect Mothers"

    merci Peyrelong

    caro
    ML
    ML

    Re: LESSING, Doris

    Message  caro le Ven 27 Sep 2013 - 15:13

    Merci Peyrelong Very Happy

    Contenu sponsorisé

    Re: LESSING, Doris

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:17


      La date/heure actuelle est Sam 3 Déc 2016 - 3:17