Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    SHAKESPEARE William

    Partagez

    Pinky
    M
    M

    SHAKESPEARE William

    Message  Pinky le Sam 26 Mar 2011 - 21:32

    ROMEO ET JULIETTE



    Pièce

    135 pages ré édité chez pocket en juin 2005

    Résumé

    Roméo et Juliette est l'oeuvre la plus célèbre d'un auteur à qui l'on doit les plus grands classiques de l'histoire dramatique. Autant dire qu'il s'agit là d'une pièce qui confine à l'universel, puisqu'elle constitue l'illustration la plus aboutie de l'innocence des sentiments amoureux. Amours de jeunesse, élans indifférents aux conventions ou à la bienséance : Roméo et Juliette se révèlent l'un à l'autre et par-là même découvrent chacun leur véritable nature. La force (et surtout l'immédiateté) du lien qui les unit symbolise une certaine forme d'idéal humain, généreux et affranchi de toute contingence. C'est précisément cette "arrogance" d'un sentiment qui se suffit à lui-même que le destin va poursuivre avec violence... Car la loi clanique refuse que l'on se place en marge des liens du sang, et ni Juliette ni Roméo ne peuvent oublier qu'ils appartiennent à des familles rivales. Victimes de la fatalité plus que de leurs dilemmes respectifs, les jeunes héros subissent la violence d'un monde qui s'acharne contre l'innocence et la pureté. On ne cesse de s'émerveiller devant la force tragique et le lyrisme spontané de cette œuvre fondatrice

    Mon ressenti

    Que dire de ce texte classique qui a défié le temps. Ecrit en 1595, il garde toute sa grandeur, sa fraîcheur. Oscillant entre dramaturgie et comédie, c’est l’histoire d’amour la plus mythique.

    J’ai découvert pour la première fois le texte originel de son auteur. Roméo et Juliette a fait fleurir de nombreuses autres œuvres dans de nombreux supports : livres, cinéma, théâtre, photos et même historique… dans des schémas proches mais sans jamais l’égaler.

    Histoire toujours d’actualité dans laquelle nous semblons toujours puiser des réponses : que sacrifie-t-on au nom de l’amour ? Qu’est –on prêt à défendre au nom de l’honneur, de la famille ? Une histoire de nom, de clan, d’appartenance… thèmes très forts aujourd’hui, est-ce que le sacrifice de soi au nom de quelque chose est une réponse à des repères qui semblent nous fuir ?….

    A découvrir



    Lau1307
    LC
    LC

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Lau1307 le Sam 26 Mar 2011 - 21:41

    Je n'ai encore jamais osé lire ce classique... Il faudrait bien, un de ces jours !

    askya
    M
    M

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  askya le Sam 26 Mar 2011 - 21:52

    j'avoue que je ne l'ai jamais lu mais pourquoi pas....

    Pinky
    M
    M

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Pinky le Sam 26 Mar 2011 - 22:07

    c'est un grand classique par excellence, c'est une autre plume et une autre manière de manier la langue...

    caro
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  caro le Sam 26 Mar 2011 - 23:26

    J'ai beaucoup aimé, je m'attendais à une histoire d'amour torturé entre Roméo et Juliette mais en fait pour eux l'amour doit être partage et don envers l'autre, j'ai aimé cette vision de l'amour. Ce sont vraiment les autres qui les empêchent de s'aimer.

    Nina
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Nina le Mer 29 Fév 2012 - 22:03

    La Mégère apprivoisée
    Édition GF-Flammarion - p. 106-208.

    Mon résumé :

    Le seigneur Batista a deux filles. La cadette, Bianca, est douce comme une colombe. L'aînée, Catharina, tient plus du porc-épic. Pourtant, il lui faut marier l'aînée avant de songer à pourvoir la cadette. Qui serait assez fou pour épouser Cathau ? Peut-être Petrucchio.

    Mon avis :

    La mégère apprivoisée est une farce, proche des Joyeuses commères de Windsor bien que l'action se passe en Italie. Catharina se désole de ne pas être mariée, ou plutôt fulmine de voir sa soeur sur le point d'être mariée alors qu'elle, l'aînée, ne l'est pas encore. Pourtant, elle fait fuir les prétendants, et même toute personne qui l'approche, à une vitesse confondante, que ce soit un professeur de luth ou un domestique. Elle n'hésite pas à frapper, en coulisses ou sur scène, adoptant un comportement presque masculin (la mise en scène de la Comédie-Française l'habillait même en homme). Aurait-elle voulu être un garçon ? Sans doute pas : son discours final laisse à entendre qu'elle souhaitait être l'égal d'un homme sans en avoir les responsabilités, sans non plus avoir essayé. N'est pas Viola qui veut (un de mes personnages préférés) mais la jeune héroïne de La nuit des rois n'avait guère le choix.
    Connait-on vraiment cette pièce ? Je ne le pense pas. La mégère apprivoisée est avant tout une mise en abîme : un noble se joue de Sly, un mendiant, et lui fait croire que depuis quinze ans, il a perdu la raison et est en fait un aristocrate. Pour le divertire, une troupe joue cette pièce de théâtre, dans laquelle la mégère apprivoisée n'a pas une si grande place. En effet, l'intrigue entre Petrucchio et Catharina est relativement brève et simple. Le mariage est rapidement conclu (en deux actes) et le "dressage" de la belle est rapide - quelques scènes suffiront pour que son mari vienne à bout de la tigresse. Le sujet faisait beaucoup rire à l'époque, il ne m'a pas fait vraiment rire car la maltraitance de Catharina est bien réelle, et les techniques utilisées par son tortionnaire de mari n'ont guère évolué : privation de sommeil et de nourriture sont deux principes de torture inamovible. N'était ce fameux discours final, j'aimerai à croire que Catharina se soumet et n'en pense pas moins. Qui sait ?
    Bianca est souvent oubliée, pourtant c'est autour d'elle que tourne l'intrigue secondaire, de loin beaucoup plus compliquée. Bianca a trois prétendants, qu'elle accueille avec toute la soumission voulue. Pour la conquérir, ils ne vont pas hésiter à introduire un espion sur place (Batista ne cherche-t-il pas des professeurs pour instruire ses filles ?) voir même à se travestir en maître de musique pour approcher de plus prêt la belle. Entre péripéties et quiproquo, c'est Lucentio qui emporte la main de Bianca grâce à son ingéniosité et à son audace : il a réussi à évincer ses rivaux de belle manière. Cependant, le grand vainqueur est le tempétueux Pétrucchio : s'il a transformé Catharina, Lucentio découvre rapidement que la douce colombe est une mégère en puissance. Il ne faut pas se fier aux apparences.

    Pinky
    M
    M

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Pinky le Jeu 1 Mar 2012 - 9:17

    merci Nina, je ne connais pas même si j'en ai entendu parlé, je n'ai pas eu l'occasion de le lire

    Nina
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Nina le Jeu 1 Mar 2012 - 10:32

    Merci Pinky pour ta visite.
    Cette comédie était dans ma PAL depuis quatre ans, il était temps qu'elle en sorte.

    caro
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  caro le Jeu 1 Mar 2012 - 20:28

    On en entend beaucoup parler mais effectivement sans connaître la vraie histoire ou alors elle est très centrée sur la soi-disant mégère. Par contre elle est très finaude cette Bianca !

    Nina
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Nina le Jeu 1 Mar 2012 - 21:18

    Merci Caro pour ta visite.
    Oui, elle est très finaude Bianca. Quant à Catharina, j'aurai aimé savoir ce qui a fait d'elle une femme au caractère aussi fort.

    caro
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  caro le Sam 3 Mar 2012 - 12:14

    Ca a l'air de quelqu'un qui crie pour rien mais qui manque en fait de caractère, et puis une mégère ce n'est pas un personnage sympathique mais je pensais quand même que c'était la façon qu'ils avaient à l'époque de cataloguer les femmes qui ont un peu de personnalité. Le personnage intéressant dans tout ça c'est Bianca je pense ?

    Nina
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Nina le Mar 6 Mar 2012 - 0:49

    Bianca est d'abord celle qui a subi sa soeur : elle ne pouvait pas songer à se marier tant que sa soeur n'était pas pourvu d'un mari. Ensuite, elle a su choisir entre ses prétendants le plus avantageux. Puis, elle a su dissimuler sa vraie nature jusqu'au repas de noces.
    J'ai vu une mise en scène qui transformait ce personnage et la présentait sous son vrai jour - voire même plus - très rapidement.

    caro
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  caro le Mar 6 Mar 2012 - 15:54

    Dommage qu'elle passe à la trappe dans les adaptations.

    caro
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  caro le Ven 20 Sep 2013 - 18:31



    « Le Songe d’une nuit d’été »

    Editeur : LgF - 1973
    Pages : environ 100 pages
    Genre : théâtre/classique

    Résumé quatrième de couverture :
    Roméo aimait Rosaline. Lysandre aimait Hermia et Démétrius Héléna. Tout à coup, comme en dansant, les hommes changent de cavalières. Juliette apparaît à Roméo et leurs lèvres se joignent au milieu du bal.
    Une nuit d'été, un lutin effleure les paupières d'un homme endormi, à son réveil il en aime une autre.
    Illumination pour Roméo et Juliette, illusion pour les amants du Songe, l'amour est fou. Shakespeare en chante la douce et terrible folie, l'enchantement quand il donne l'amour de la vie, le désespoir quand il l'anéantit et appelle la mort.
    Truculence et humour, fantaisie, charme et poésie, Shakespeare parle toutes les langues d'un monde universel. Roméo et Juliette sont le symbole de l'amour parfait et l'on voudrait que l'alouette n'ait jamais chanté après le rossignol.


    Avis :
    Je ne peux pas dire que j’ai été émerveillée par cette pièce de Shakespeare comme j’ai pu l’être par d’autres de ses oeuvres. Ca se lit bien mais presque comme une bluette. Ca prête peu à conséquence, c’est mignon et puis voilà semble dire l’auteur.
    J’ai peut-être loupé quelque chose, je ne sais pas trop, si quelqu’un l’a lu et y a trouvé autre chose qu’un simple divertissement j’aimerai en discuter.
    Ou alors Shakespeare a-t’il voulu dire que l’amour était volatile et changeant ? Qu’il pouvait aussi être léger et pas seulement tragique comme dans certaines de ses autres pièces ?
    Cette pièce m’a plu mais elle ne restera pas forcément marquée dans ma mémoire.

    3,5 etoile jaune

    peyrelong
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  peyrelong le Ven 20 Sep 2013 - 19:40

    Je n'ai pas lu cette pièce, ni vu au théâtre

    Pinky
    M
    M

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Pinky le Sam 21 Sep 2013 - 8:22

    ce n'est pas non plus mon texte préféré de cet auteur, le texte joue sur les oppositions entre le jour (la réalité) et la nuit (les rêves et les fantasmes), entre les individus et une société, entre parents et enfants, bref j'ai ressenti pour ma part beaucoup de confusion entre qui et qui, ce qui est du vrai et du faux...

    merci Caro pour cette présentation

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Ratdebibliotheque le Sam 21 Sep 2013 - 14:43

    Je l'ai lu mais je n'en ai pas gardé un souvenir impérissable, je me souviens avoir été déçue.

    Keana
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Keana le Dim 22 Sep 2013 - 12:13

    Je ne l'ai pas lu, mais je compte le faire.
    Merci Caro pour cette présentation.

    caro
    ML
    ML

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  caro le Mar 24 Sep 2013 - 12:18

    Merci de votre passage Ratdebibliothèque et Keana Very Happy 

    Contenu sponsorisé

    Re: SHAKESPEARE William

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:56


      La date/heure actuelle est Jeu 8 Déc 2016 - 10:56