Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    FRENCH, Tana

    Partagez
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    FRENCH, Tana

    Message  Nina le Dim 27 Mar 2011 - 19:11


    Titre : Les lieux infidèles.
    Auteur : Tana French.
    Editeur : Calmann-Lévy.
    Nombre de pages : 433.

    Quatrième de couverture :

    L’existence de Franck Mackey bascula par une nuit de décembre 1983. Il avait dix-neuf ans et attendait Rosie Daly au bout de sa rue, à deux pas du halo brumeux et jaune du réverbère. L’air été froid comme du verre, chargé d’un délicieux parfum de houblon brûlé venu de la brasserie Guiness. Ils avaient prévu de fuir ensemble leur quartier natal dublinois, pour vivre d’amour et de musique à Londres. Mais cette nui-tlà, Franck patienta en vain. Rosie ne le rejoignit pas.
    Vingt-deux ans plus tard, devenu flic spécialisé dans les missions d’infiltration, Franck vit toujours à Dublin. Il a coupé les ponts avec sa famille et n’a jamais eu de nouvelles de son premier amour. Puis, un jour, sa sœur l’appelle, affolée : on a retrouvé la valise de Rosie dans un immeuble désaffecté de Faithfull Place. Forcé de revenir chez les siens, Franck revisite son passé, ses blessures de jeunesse, et toutes ses certitudes : Rosie est-elle jamais partie ?

    Mon avis :

    J'ai beaucoup de mal à rédiger mon avis (je peux même dire que j'ai sacrément lambiné pour l'écrire) parce que j'ai adoré ce roman, tout simplement. Certes, je suis passionnée par la littérature irlandaise, mais cela n'explique pas tout.
    L'écriture est remarquable. Le style est fluide, les descriptions sont sobres, les mots sonnent justes pour restituer une atmosphère, une époque. Les dialogues sont très nombreux, et campent un personnage plus sûrement qu'un long portrait moral. Ils sonnent juste, car l'oralité est vraiment respectée.
    Le narrateur est Francis Mackey, dit Franck, sergent inspecteur, infiltré. Il a coupé depuis vingt ans tout contact avec sa famille, sauf avec sa petite soeur Jackie. il a construit sa vie, loin d'eux. Seulement, un événement remet en cause la certitude avec laquelle il vivait depuis vingt ans : Rosie, son grand amour, ne l'avait pas sans doute pas abandonné. Elle n'a pas accompli seule le rêve inavoué de chacun : quitter l'Irlande.
    Personne n'y est parvenu. Dans le quartier des Liberties, l'avenir est déjà tracé : tenter de trouver un emploi (vingt demandes pour un poste), boire (beaucoup), se marier ou pas, avoir des enfants, bref, reproduire la vie de ses parents, sans aucune variation et parfois même dans la maison où ils ont vécu est le lot de tous. Franck n'est pas parti très loin, mais il a eu le cran de partir, quand même. Il a doublement trahi puisqu'il est devenu policier et qu'il est divorcé. Le poids de la religion catholique est encore considérable dans ce pays, où une mort accidentelle vaut mieux qu'un suicide, et où les grossesses adolescentes sont nombreuses car l'avortement est interdit. Que dire aussi du poids des traditions ? Une seule faute, qui semble bien légère de nos jours, suffit à briser une vie, et aussi celle de ses descendants. Franck découvre ainsi des secrets de famille qui expliquent en partie ce qui s'est passé vingt-deux ans plus tôt.
    Bien que père d'une petite fille de neuf ans, Franck est un homme seul, absolument. Policier endurci, chevronné, il raconte l'enquête avec détachement, comme s'il enseignait ses méthodes et non comme s'il était impliqué personnellement dans l'enquête. Il est à la fois acteur et spectateur de ce qu'il accomplit. Il est prêt à (presque) tout pour confondre le coupable : charme, ruse, manipulation, violence. La légalité et lui ne font pas bon ménage, le respect de la hiérarchie non plus. Franck Mackey est un justicier solitaire à l'ancienne. Cela tombe bien ; son chef n'est pas contre. Il adopte souvent un ton cynique qui n'est pas dépourvu d'humour. Il faut dire que Franck adore les duels verbaux. Il serait faux d'y voir une banale joute verbale. Il s'agit d'un interrogatoire très maîtrisé : Franck parvient toujours à ses fins, peu importe la personne qui se trouve en face de lui.
    Le coupable ? Bien sûr, il le démasque. Sa personnalité est tout aussi complexe que celle de Franck, je regrette juste de ne pas avoir été plus surprise par son identité.
    Je vais me plonger d'un peu plus près dans l'oeuvre de Tana French.
    avatar
    Mazza
    ML
    ML

    Re: FRENCH, Tana

    Message  Mazza le Dim 27 Mar 2011 - 20:23

    Merci Nina pour l'avis !
    avatar
    Valou
    LA
    LA

    Re: FRENCH, Tana

    Message  Valou le Lun 28 Mar 2011 - 20:30

    Merci Nina, je me le note! Qui sait?....
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: FRENCH, Tana

    Message  Nina le Lun 28 Mar 2011 - 20:56

    Merci Mazza et Valou.
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: FRENCH, Tana

    Message  Nina le Sam 6 Mai 2017 - 13:14


    L'invité sans visage.
    Edition Calmann-Lévy - 520 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Pour l’inspectrice Antoinette Conway, intégrer la brigade criminelle de Dublin est un rêve qui se transforme vite en cauchemar. Son quotidien est fait d’affaires ingrates, de plaisanteries cruelles et de harcèlement. Antoinette a beau être solide, elle approche du point de rupture. Seul son partenaire, Stephen Moran, apprécie sa présence. Leur nouvelle enquête ressemble à une histoire d’amour qui a mal tourné. Aislinn Murray, jolie blonde bien sous tous rapports, est retrouvée assassinée chez elle, au pied d’une table dressée pour un dîner romantique. Rien ne semble suspect dans le passé de la victime. Le seul élément qui trouble Antoinette est la conviction de l’avoir déjà vue quelque part. Les autres inspecteurs poussent Antoinette et Stephen à arrêter le fiancé d’Aislinn, coupable tout désigné. Mais quand une amie de la défunte avoue à demi-mot qu’elle savait Aislinn en danger depuis quelque temps déjà, sa mort prend une tournure bien moins banale, et dévoile une part beaucoup plus sombre de la belle. De découverte en découverte, l’image de la poupée parfaite semble se fissurer, tout en mettant Antoinette au centre de l’énigme…

    Mon avis :

    Voici un polar solide et bien construit, au rythme un peu lent – parce qu’une enquête n’est pas forcément rythmé comme une épisode de série télévisée, qu’on se le dise. Une enquête n’est pas une ligne droite, plutôt une succession de faits tortueux, auxquels se superposent la personnalité des enquêteurs.
    Pour Antoinette, entrer à la criminelle était un rêve qu’elle a accompli, et elle est à deux doigts de s’en mordre les doigts. Harcelée continuellement, elle en vient à suspecter chacun de ses collègues, quoi qu’ils disent, quoi qu’ils fassent, et certains semblent en faire les frais, dont le fidèle Stephen Moran, à l’imagination débordante.
    En effet, les policiers ont l’imagination débordante. Certes, ils ont des preuves, des faits, mais ils ne peuvent s’empêcher de les tordre dans tous les sens, d’échafauder des théories et de se demander si elles collent avec la réalité – ou pas.
    L’affaire sur laquelle Antoine et Stephen enquête paraît en effet simple, elle est presque leur spécialité : les affaires conjugales qui tournent mal. Aislinn attendait son amoureux, elle est morte, le crâne fracassé. Par qui ? Son amoureux ? Un rôdeur ? Il est tellement facile de paraître coupable quand, finalement, on se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment, quand on a des petits secrets, des choses qui auraient été anodines en temps normal et qui deviennent étranges quand le cours des événements devient tragique.
    Puis, quand les enquêteurs creusent un peu, ils découvrent que le passé d’Aislinn est tout sauf lisse, elle dont le père a disparu plusieurs années plus tôt, elle qui a voulu savoir enfin ce qu’il était advenu de son père. Son désir de vérité est-il pour quelque chose dans sa tragique disparition ? Cela lui fait un point commun avec Antoinette qui elle aussi a des zones d’ombre dans sa jeunesse, reste à savoir si elle est prête à s’y confronter ou non, et si tout savoir est véritablement utile pour se construire.
    J’avais parlé du rythme un peu lent, parce que nous sommes littéralement plongés au coeur de la brigade et de la vie quotidienne des enquêteurs, nous découvrons les petites mains des enquêtes, ceux qui sont chargés de toutes les basses besognes, de toutes les tâches ingrates comme lire les listings d’appels téléphoniques. Nous découvrons les rivalités, les croche-pieds, bref, une absence de solidarité qui m’étonne à peine. Mais il faut encore se demander si la situation est si catastrophique que cela ou si Antoinette ne voit pas les faits déformés par le harcèlement qu’elle subit. Tous lui en veulent-ils vraiment, Stephen y compris ? A vous de le lire.
    Etre policier, enquêter n’est pas facile, en Irlande comme ailleurs. Vouloir lever des secrets de famille non plus. Chaque acte a ses conséquences, et certains ont trop tendance à l’oublier, à leur dépend.
    A lire si vous aimez les romans policiers qui prennent leur temps.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: FRENCH, Tana

    Message  Pinky le Mar 9 Mai 2017 - 8:20

    merci Nina pour ces présentations
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: FRENCH, Tana

    Message  Nina le Mar 9 Mai 2017 - 9:11

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    Re: FRENCH, Tana

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 16 Déc 2017 - 19:53