Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    MAURIAC François

    Partagez

    Pinky
    M
    M

    MAURIAC François

    Message  Pinky le Mer 4 Mai 2011 - 16:06

    LE BAISER AU LÉPREUX



    Roman classique

    126 pages édité au livre de poche en janvier 1984

    Résumé

    Bien qu’il soit un avorton et d’une grande laideur, on ne refuse pas le fils Péloueyre ! Ce mariage sera un calvaire : pour la jolie et sage Noémi qui, malgré ses efforts, ne pourra pas s’habituer à lui, et aussi pour Jean qui, lucide, voit sa femme dépérir à son contact. Comme il l’adore, Jean essaiera de trouver une solution à ce drame.

    Peinture impitoyable de la société Landaise qu’il connaissait si bien, Le baiser au lépreux révéla François Mauriac et le classa parmi les plus grands romanciers.

    Mon ressenti

    Je n’ai pas aimé du tout ce texte… non pas qu’il ne soit pas crédible ou pas bien écrit mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, à m’identifier…

    Peinture d’une époque révolue (enfin je pense !), conflit interne pour Noémie qui souhaite être une parfaite épouse chrétienne et prends conscience de ses désirs, pour Jean qui est fou amoureux et prend conscience de sa laideur. Chacun va découvrire sa face cachée grâce à l’autre, entre répulsion, répugnance, et espoir…
    Car, c’est un roman d’amour, un conte un peu comme « la belle et la bête » mais qui ne finit pas bien du tout… mais la moral est sauve par le sacrifice de Noémie et de Jean.

    Le thème principal est l’amour dans le mariage dans un climat très chrétien du début du XXème siècle.

    L’écriture est belle, mais son rythme est plus complexe, les propositions subordonnées relatives sont très présentes…

    A découvrir mais quand votre moral est au beau fixe.

    Nina
    ML
    ML

    Re: MAURIAC François

    Message  Nina le Sam 7 Mai 2011 - 23:16

    Merci pour cet avis Pinky.
    Je n'ai pas lu de romans de François Mauriac depuis plus de quinze ans, je vais essayer d'en relire un cette année.
    Comme toi, j'espère que l'époque qu'il décrit dans ses romans est révolue (je pense à Génitrix ou au Mystère Frontenac en particulier).

    Pinky
    M
    M

    Re: MAURIAC François

    Message  Pinky le Dim 8 Mai 2011 - 11:32

    tout à fait Nina

    Mazza
    ML
    ML

    Re: MAURIAC François

    Message  Mazza le Dim 8 Mai 2011 - 13:17

    Je passe mon tour...

    Nina
    ML
    ML

    Re: MAURIAC François

    Message  Nina le Dim 9 Fév 2014 - 21:37


    Le sagouin.
    Edition Pckett - 139 pages.

    Mon résumé :

    Guillaume, dit Guillou, est surtout le sagouin aux yeux de sa mère, Paule de Cernès. Son tort ? Etre arriéré. Il serait sans doute surnommé "l’idiot du village" s’il n’était le fils unique du baron Galéas de Cernès. Rejeté de deux écoles, il n’a guère que Fraulein, la vieille gouvernante, pour prendre soin de lui. Sa mère, exaspérée, tente une dernière démarche auprès de l’instituteur, Robert Bordas.

    Mon avis :

    François Mauriac a-t-il la place qu’il mérite dans le Panthéon littéraire du XXe siècle ? Je n’en suis pas sûre. Je l’espère.
    Le Sagouin est un livre à redécouvrir absolument. Bien avant que des psys de tout bord se penchent sur le problème, et bien après Poil de carotte, ou les romans de Balzac, François Mauriac nous offre le portrait saisissant d’un enfant mal aimé et d’une mère en négatif : Paule ne maltraite pas physiquement son enfant, elle se contente de ne pas faire tous ces petites gestes de tendresse que prodiguent les autres mères. François Mauriac dissèque avec minutie cette famille mal aimante, mal traitante, toute en haine, en rancoeur, où les cris n’ont d’égal que les non-dits.
    Le seul mode de communication est la joute oratoire. Elle peut être à fleuret mouchetée, quand madame la baronne attaque : elle sait distiller le fiel comme une aristocrate des temps jadis. Elle est explosive, presque mal embouchée, quand Paule éclate. Il n’est jamais de gagnante dans ces luttes cent fois recommencées, pour ne pas dire cent fois jouées – elles n’ont que les arguments qu’on leur a appris, les arguments qui peuvent faire mal, ou qui peuvent séduire. Elles n’ont de pensées que de leur milieu social.
    Pas de gagnantes, mais deux perdants : Galéas et son fils Guillaume. Le premier n’ose tenir tête à sa femme, et quand il se décidera à veiller au bonheur de son enfant, ce sera de la seule manière possible. Guillou, lui, est bien présent, et même si, à l’image d’Antoinette, l’héroïne du Bal, sa mère a trouvé moyen de le reléguer dans un débarras plus que dans une chambre, il laisse des traces de son passage, parce que personne n’a envie, à part Fraulein, toujours de prendre un tantinet soin de lui.
    Si l’aristocratie, la grande bourgeoisie est montrée ainsi de manière saisissante, l’instituteur et sa femme ne sont pas épargnés. Les hussards noirs de la république sont bien loin. Couple modèle, parents d’un unique fils paré de toutes les qualités, objets de tous les soins, ils sont presque aussi bornés que ceux contre lesquels ils disent lutter. Elle a d’ailleurs bon dos, la lutte des classes, jolie étiquette qui recouvre le conformisme, la jalousie, et la paresse intellectuelle. Instrument involontaire du destin, Robert Bordas sera sans doute le seul à tirer les conséquences de ses actes, le seul qui a pris pleinement conscience de la tragédie qui s’est jouée, là, dans le bordelais.
    Les dernières pages sont à ce sujet saisissantes, et s’il fallait les rapprocher d’une autre oeuvre, ce serait sans conteste les poèmes de Baudelaire ou de Tristan Corbière. La poésie des mots, pour des êtres à qui rien n’a été épargnés.

    Jo19lyne
    ML
    ML

    Re: MAURIAC François

    Message  Jo19lyne le Lun 10 Fév 2014 - 1:29

    À propos du classement les cent livres du siècle, je pense que c'est à cela que tu fais référence quand tu écris: "François Mauriac a-t-il la place qu’il mérite dans le Panthéon littéraire du XXe siècle ? Je n’en suis pas sûre. Je l’espère." 
    Je crois qu'effectivement François Mauriac avec "Thérèse Desqueyroux" mérite d'être dans la liste des 100 livres du vingtième siècle, cependant à chacun de lui trouver sa place. Pour ma part, je le classe avant "Le Grand Maulnes" dont je n'ai plus grand souvenir... Je trouve que ce genre de palmarès est discutable, les goûts et les couleurs..., mais bon... Pour la moitié de ce classement, Beigbeder nous en refait l'inventaire...je ne suis pas certaine que ce soit une bonne idée d'ailleurs! 


    Concernant "Le sagouin", je te remercie Nina, pour cette petite piqûre de rappel, je pense le relire!

    Par contre, je ne connais absolument pas "Le baiser du lépreux".

    Pinky
    M
    M

    Re: MAURIAC François

    Message  Pinky le Lun 10 Fév 2014 - 11:28

    merci Nina pour cette présentation autour du Sagouin... le souvenir qui me reste de ce livre, c'est l'ambition et la croyance que les enfants bien nés (dans la bourgeoisie ou la noblesse) sont de beaux, sages enfants, des enfants doués... les relations entre les adultes sont remplies de haine, car cet enfant né dans cette "belle maison" est le signe visible de l'appartenance de Paule à une classe "basse"... n'est-il pas le portrait de son grand-père maternel ?

    comme Hervé Bazin, les figures maternelles "mauvaises" sont légion dans notre littérature, il y a des chances pour que les auteurs savent bien de quoi ils parlent !

    Contenu sponsorisé

    Re: MAURIAC François

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:28


      La date/heure actuelle est Mer 7 Déc 2016 - 15:28