Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    PERRIGNON Judith

    Partagez
    avatar
    armorick
    ML
    ML

    PERRIGNON Judith

    Message  armorick le Dim 9 Oct 2011 - 13:14

    Les chagrins
    203 pages Editions Stock

    Quatrième couverture

    Il n'y a plus de trace de rien là-bas. On a déversé des tonnes de sable, vissé des balançoires, planté des arbres et décrété l'insouciance. Mais la mémoire complote. Les chemins serpentent. Le terrain fait des vagues. Le toboggan est habillé d'une tour qui ne guette plus rien. Sous le sable de ce square parisien, il y a la poussière et les secrets d'un prison de femmes. La Petite Roquette. Tout le monde a préféré l'oublier. Sauf Angèle.
    Nul ne lui avait jamais dit qu'elle était née ici, quelque part sous les balançoires, le 16 novembre 1967, un quart d'heure avant l'extinction des feux. Mais sa mère vient de mourir. Héléna Danec 1945-2007. Elle laisse des lettres, un vieil article de presse et le nom de l'homme qu'elle aimait.
    Alors le passé ne demande qu'à surgir, qu'à faire entendre ses vertiges, sa musique, ses questions. Il voudrait comprendre. Il emprunte toutes les voix : celle d'Angèle, celle de Mila sa grand-mère, celle d'un vieux journaliste qui en sait beaucoup plus long que ce qu'il avait écrit, et même celle de l'homme qui s'est enfui.
    Tous racontent l'histoire d"Héléna. Son chagrin. LEURS CHAGRINS.

    Ce que j'en pense

    J'ai beaucoup aimé cette histoire qui sort un peu de l'ordinaire. Comment ressortons de l'univers cruel de la prison après cinq ans, après avoir été abandonée par un amant lâche, en cavale, après avoir mis au monde, en cellule, une petite fille qui sera élevée par sa grand-mère ?
    Devient-on indifférente, insensible et éloignée de tout, de peur d'aimer encore.
    C'est en fait l'histoire de ces trois femmes, de mères en filles, de leurs amours déçues, blessées dont le coeur ressemble à un miroir brisé.
    Après son décès, Angèle découvrira qui était réellement sa mère, en lisant courrier et article de presse conservés précieusement. Angèle partira à la recherche de ce père inconnu avec l'aide du vieux journaliste qui avait suivi cette histoire, l'histoire d'un braquage fait à deux, mais que seule Héléna paiera, par amour.
    Pas de mélo inutile, mais beaucoup de pudeur et de retenue dans ce récit.
    L'écriture est belle, mélancolique, réconfortante, malgré la gravité du sujet.

    Un petit coup de coeur personnel, que je vous recommande de découvrir.

    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRIGNON Judith

    Message  Nina le Mer 27 Aoû 2014 - 21:28

    Les faibles et les forts.
    Edition Stock - 186 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Il a l’air d’un roi, le fleuve. Il est là depuis toujours, rouge à force de creuser l’argile, rivière Rouge, c’est son nom. La nuit, il brille. Le jour, il est plat comme le verre et ne reflète que le ciel, les nuages et les arbres. Il semble ne pas nous voir. Nous sommes une quinzaine, nous venons ici presque chaque jour depuis deux semaines tant la chaleur semble vouloir nous punir, mais il passe, indifférent à nos enfants qui s’élancent, à leurs mères qui disent, Attention au courant, et aux vieilles, comme moi, qui se retranchent à l’ombre sur leurs sièges pliants.

    Mon avis :

    J’ai commencé ce livre après La Ruche, qui m’a déçu. Ce livre-ci commence par un coup de poing. L’auteur a su retranscrire parfaitement les paroles de Mary Lee, la grand-mère, sa colère face à Marcus, son petit-fils. Nous rentrons très vite dans l’intimité de cette famille de Louisiane, qui, malgré la descente de police, malgré les soucis, s’apprête à passer une journée au bord du fleuve. Une journée "de détente", pensaient-ils.
    Chaque personnage est vraiment vivant, fortement caractérisé, attachant, chacun à sa manière. La suite n’en est que plus difficile.
    Puis vient le retour en arrière, la tragédie vécue par Mary Lee et son frère dans sa jeunesse. Elle n’est pas la cause de ce qui survient au bord du fleuve. La cause véritable est à chercher dans la ségrégation qui sévissait aux Etats-Unis il y a un demi-siècle à peine.
    Je n’ai pas envie d’en dire plus, tant la force de ce texte se suffit à lui-même.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: PERRIGNON Judith

    Message  Pinky le Jeu 28 Aoû 2014 - 8:21

    merci Armorick et Nina pour vos présentations très alléchantes, je note dans mon petit carnet
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRIGNON Judith

    Message  Nina le Jeu 28 Aoû 2014 - 10:06

    Merci Pinky pour ta visite.
    Les faibles et les forts est vraiment un roman coup de coeur pour moi.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: PERRIGNON Judith

    Message  Pinky le Dim 23 Nov 2014 - 13:41

    LES CHAGRINS



    Roman, édité au livre de poche en août 2013

    192 pages

    Résumé

    Il n'y a plus trace de rien là-bas. On a vissé des balançoires, planté des arbres et décrété l'insouciance. Mais sous le sable de ce square parisien se cachent les secrets d'une prison de femmes. La Petite Roquette. Tout le monde a préféré l'oublier. Sauf Angèle. Nul ne lui avait jamais dit qu'elle était née ici, quelque part sous les balançoires. Mais sa mère, Helena, vient de mourir. Elle laisse des lettres, un vieil article de presse, et le nom de l'homme qu'elle aimait. Alors le passé ne demande qu'à surgir. Il voudrait comprendre et emprunte toutes les voix ; celle d'Angèle, celle de Mila sa grand-mère, celle d'un vieux journaliste qui en sait beaucoup plus long que ce qu'il avait écrit, et même celle de l'homme qui s'est enfui. Tous racontent l'histoire d'Helena. Son chagrin. Leurs chagrins.

    Mon ressenti

    Un vrai cœur pour cette histoire de transmission autour de la filiation féminine écrite avec brio et sans pathos. Angèle va à la recherche de l’histoire de sa mère et peut être comprendre pourquoi cette femme qui lui a donné la vie a été si sèche dans leur relation.

    Les chagrins s’égrènent au fil des pages non pas dans la douleur mais pour les libérer. Les relations humaines, familiales et amoureuses sont porteuses de bonheur, de joie ou de passion mais aussi d’enfermement, d’incompréhension, de malaise, de silence.

    Au fur et à mesure de ma lecture, j’ai accompagné Angèle dans ses découvertes et sa compréhension. Ses chagrins se sont étiolés en enlevant le poids de la culpabilité. Je n’ai pas été triste à la lecture de ce roman : le livre pose simplement certaines questions intéressantes et le lecteur ne peut que rechercher les réponses dans les résonances qu’elles soulèvent.

    Une très belle histoire entre trois générations de femmes. Le rythme est lent comme pour s’approprier petit à petit la signification des émotions et des changements de perception.

    Merci Armorick pour cette très belle découverte

    avatar
    peyrelong
    ML
    ML

    PERRIGNON Judith

    Message  peyrelong le Lun 29 Mai 2017 - 21:18



    Victor Hugo vient de mourir

    Judith Perrignon

    Résumé
    Le poète vient de rendre son dernier souffle et, déjà, la nouvelle court les rues, entre dans les boutiques, les ateliers, les bureaux. Paris est pris de fièvre. Chacun veut rendre un dernier hommage et participer aux obsèques nationales qui mèneront l'Immortel au Panthéon. Deux millions de personnes se presseront sur le parcours du corbillard en ce jour de funérailles intense et inoubliable. 
    D'un événement historique et en tout point exceptionnel naît un texte intime et épique où tout est vrai, tout est roman. 


    Mon ressenti
    Sont retracés dans ce roman les tout derniers jours de Victor Hugo ainsi que la préparation des funérailles et les funérailles elles-mêmes.
    Comme tout le monde j'ai appris et lu Victor Hugo à l'école puis plus tard, mais j'étais loin d'imaginer à quel point il était célèbre de son vivant, au point qu'on a donné son nom (de son vivant) à la rue qu'il habitait, une des rares célébrités à avoir été inhumée directement au Panthéon. Une foule immense s'est pressée à ses funérailles : ouvriers, sans abri, bourgeois, ambassadeurs, instances politiques, associatives, écoles... Les balcons, fenêtres, vitrines de boutiques e louaient à prix d'or. La police était sur les dents et plaçait des mouchards un peu partout, on craignait des incidents, des manifestations révolutionnaires (la Commune était encore très présente dans les mémoires.
    J'ai vraiment beaucoup aimé ce court roman - mais est-ce vraiment un roman , -  écrit dans une langue élégante et sans fioriture.


    Petite anecdote : V Hugo, mort le 22 mai 1885 a été inhumé le 1er juin ; il semblerait que 9 mois plus tard il y ait eu une recrudescence de naissances, mon propre grand-père est né le 1er mars 1886....
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: PERRIGNON Judith

    Message  Pinky le Mar 30 Mai 2017 - 8:38

    merci Peyrelong pour cette présentation, VIctor le moins que nous puissions dire est un homme qui a fait couler beaucoup d'encre et qui rassemblait les foules. J'aime cette auteure, je me le note sur mon petit calepin
    avatar
    peyrelong
    ML
    ML

    Re: PERRIGNON Judith

    Message  peyrelong le Mar 30 Mai 2017 - 9:16

    Merci de ta visite Pinky. Ce bouquin devrait te plaire

    Contenu sponsorisé

    Re: PERRIGNON Judith

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 26 Sep 2017 - 4:47