Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    MANCASSOLA, Marco

    Partagez

    caro
    ML
    ML

    MANCASSOLA, Marco

    Message  caro le Sam 25 Fév 2012 - 17:46



    "La Vie sexuelle des super-héros"

    Editeur : Gallimard - 2011

    Pages : 545 p.

    Genre : Roman contemporain



    Résumé quatrième de couverture :

    À New York, au début du vingt et unième siècle, les super-héros sont fatigués : Superman, Batman et les autres ont raccroché les gants, ils sont devenus des hommes et des femmes d’affaires à succès, des vedettes des médias et du spectacle, et ont tous renoncé à leurs super-pouvoirs. Dès lors, qui peut bien vouloir les éliminer un par un? Car après Robin, l’assistant et ancien amant de Batman, un mystérieux groupe de tueurs menace d’autres cibles. Comme ce dernier, Mister Fantastic et Mystique reçoivent eux aussi d’étranges messages d’adieu, et il semble bien que ce soit dans leur vie privée et leurs comportements sexuels qu’on veuille les frapper. Le détective Dennis De Villa mène l’enquête, tandis que son frère Bruce, journaliste, couvre les événements. Mais ne faut-il chercher ailleurs, quelque part dans leur enfance commune, ce qui les relie à ces super-héros si fragiles?
    Vaste fresque post-11 Septembre, le roman de Marco Mancassola est le récit de la fin d’un monde, celui des super-héros, et de celle d’une civilisation, incarnée pendant des décennies par les États-Unis. Une civilisation qui est aussi la nôtre.

    Avis :


    Non, il ne s'agit pas d'un roman fantastique ou érotique sur les super-héros. Si on retrouve bien ici les héros de comics c'est pour nous montrer une société du XXIème siècle en plein désarroi, qui a perdu ses repères mais surtout l'espoir de changer un jour le monde. Radiographie des années 2000, les super-héros sont ici le prétexte pour nous montrer la société occidentale dans ce qu'elle a de plus désabusé. Les Etats-Unis, oui mais aussi tout le monde occidental ; l'auteur est d'ailleurs italien et non pas américain comme on pourrait le croire de prime abord.

    Un fil conducteur relie les cinq parties de ce roman : quatre avec des super-héros et une avec un simple journaliste. Il y est bien-sûr question de leurs vies sexuelles, après tout c'est le titre du roman, mais pas que : là encore leurs "habitudes" sexuelles sont le reflet du XXIème siècle.

    Les super-héros... Un symbole fort aux USA mais aussi en Occident où ils représentent une vision juste du monde, où les forts protègent les faibles et où ils gagnent souvent. Ou s'ils perdent, c'est toujours avec honneur et panache. Que sont-ils devenus ces hommes et femmes extraordinaires qui voulaient changer le monde dans les années 60 et 70 pour le rendre plus juste ?

    Les quatre héros mis en scène ici sont menacés par de mystérieux messages : cela a -t'il à voir avec l'assassinat de Robin, le compagnon de Batman, survenu il y a plusieurs années ?

    Mister Fantastic tout d'abord, l'homme-élastique des "4 fantastiques", obnubilé par ses recherches scientifiques au point d'oublier le reste. Aujourd'hui divorcé de Suzanne, la femme invisible, avec laquelle il a eu un fils, sa vie semble froide, éloignée de tout, presque inutile, lui-même ne sait plus très bien ce qu'il fait dans son immense immeuble qui lui sert de bureau. Pourtant, il est une sommité dans le monde des sciences mais sa vie semble vide malgré tout. Est-ce pour cela qu'il va succomber aux charmes d'une jeune fille de vingt ans sa cadette qui ne voit en lui qu'un moyen de réaliser son rêve de devenir astronaute ? Comment cet homme aux pouvoirs et à l'intelligence hors du commun a-t'il pu en arriver là ? Est-il comme le pense Elaine, sa jeune conquête, issu d'une génération d'égoïstes où l'on pensait pouvoir tout conquérir : argent, célébrité, amour et liberté ? N'est-elle qu'une des obsessions de cet homme qui projettent tous ses fantasmes sur elle parce qu'il sent qu'il a malgré tout raté sa vie et qu'il est seul ? Cette seconde affirmation me semble plus plausible car on ne sent pas un véritable amour chez Mister Fantastic mais plutôt une projection de ses désirs en même temps qu'une possession maladive envers Elaine.

    Batman ensuite et là, attention à la chute : oui, Batman et Robin formaient bien un couple ; par contre je n'imaginais pas un égocentrique pareil ! Obnubilé par son image, il refuse de vieillir, content d'avoir été débarrassé de Robin dont l'admiration et l'amour commençaient à lui porter sur les nerfs, c'est un homme qui a des pratiques sexuelles plutôt hors normes et qui paie des filles à l'allure androgyne pour passer ses soirées. Bref, un saint. Pas grand'chose à dire de plus sur lui si ce n'est qu'il partage avec Mister Fantastic l'égoïsme et un orgueil parfois démesuré. Quant à leur échec pour changer le monde, ni l'un ni l'autre n'en parle et Batman a l'air de s'en fiche royalement !

    La troisième partie est une sorte de parenthèse puisque c'est le journaliste Bruce De Villa, qui couvre les affaires de meurtres de super-héros, qui raconte son enfance et son adolescence. Fils d'immigrés italiens, il semble avoir un don de prémonition, hérité de sa mère, elle-même pourvue de pouvoirs. Hélas, quand on n'est ni riche, comme Batman, ni sorti des grandes écoles, comme Mister Fantastic, il est très difficile de se servir de ses pouvoirs pour de grandes causes. Sa mère n'était qu'une femme au foyer avec un don dont elle ne savait trop quoi faire si ce n'est aider ses fils. Sans en dire trop, le passé familial sera un véritable traumatisme pour Bruce et son frère Denis, le policier chargé de l'enquête sur le meurtre des héros.

    Ce chapitre un peu particulier met lui aussi en scène l'inutilité des super-pouvoirs puisque cela n'aidera pas la famille De Villa mais au contraire causera sa perte. Trentenaire à la dérive, qui fait son boulot sans passion, incapable de dire à la femme qu'il aime ses sentiments pour elle, Bruce De Villa promène son vague à l'âme à travers les rues de New York. Pétri de regrets et de désillusions, il est l'héritier des espoirs déçus des années 70, d'un père qui voyait dans l'Amérique l'Eldorado. Que reste-t'il aujourd'hui de tous ces espoirs déçus ?

    L'enquête continue avec cette fois des menaces sur Mystique, la "méchante" de X-Men, au corps bleu et capable de prendre l'apparence de qui elle veut. Autrefois militante pour elle aussi changer le monde, mais hors des sentiers battus, cela lui a valu d'être emprisonnée sous de fausses accusations de mise en danger de l'état. Pas vraiment une super-héroïne, on pourrait la prendre pour une rebelle plutôt sympathique. Or cette "rebelle" est devenue la présentatrice vedette d'une émission où elle prend l'apparence de personnalités connues pour mieux les singer. Même les anti-conformistes d'avant sont entrés dans le moule... Pourtant, Mystique est le personnage le plus sympathique parmi ces hommes et femmes aux super-pouvoirs. Car c'est une femme très seule et qui a peur de se laisser approcher par quiconque, ami ou amour, elle fréquente peu le monde du show-bizz et on sent que la prison l'a anéantie. Ceci dit, elle s'est construit un petit noyau fiable avec les trois autres membres de son équipe. Jusqu'au jour où les menaces qu'elle reçoit la mette face à face avec Denis De Villa. Une histoire d'amour entre ces deux êtres malmenés par la vie est-elle possible ?

    Cette partie verra aussi le dénouement de l'intrigue.

    Et enfin, le plus connu de tous les super-héros, Superman ! Vieillard atteint de Parkinson, il a fondé une école de super-héros. Personnage très sympathique, c'est lui qui apportera une touche d'espoir à ce roman. Est-ce parce qu'il est plus vieux que les autres super-héros et issu des années 50 ? En tout cas il semble épargné par la désillusion. Et n'est-ce pas la vraie réponse à une époque qui semble revenue de tout ? La volonté de continuer à se battre en aidant les autres et notamment les jeunes super-héros perdus dans cette société sans repère et qui ne savent que faire de leurs pouvoirs ?

    Un magnifique roman sur les désillusions, le découragement, l'individualisme forcené et l'apathie de ce début de XXIème siècle occidental, héritier des années 60 et 70 où l'on croyait pouvoir révolutionner le monde pour en faire un endroit plus juste et où les dépositaires de cette mission, les super-héros, mais aussi nous-mêmes, sommes mis face à nos échecs, notre solitude et notre égocentrisme. Porteur d'espoir, ce roman nous dit aussi que chaque génération a ses dons et ses capacités, et que les nouvelles générations, nous tous, avons juste besoin d'être guidées et de retrouver un peu d'espoir pour continuer le combat.


    binou
    ML
    ML

    Re: MANCASSOLA, Marco

    Message  binou le Sam 25 Fév 2012 - 18:04

    merci Caro, ça me tenterait bien mais j'attendrai qu'il sorte en poche beaux yeux

    caro
    ML
    ML

    Re: MANCASSOLA, Marco

    Message  caro le Sam 25 Fév 2012 - 18:15

    Merci Binou Very Happy

    peyrelong
    ML
    ML

    MANCASSOLA Marco

    Message  peyrelong le Sam 13 Avr 2013 - 22:28

    MANCASSOLA Marco La vie sexuelle des super-héros

    Résumé : A New York, au début du XXIe siècle, les super-héros sont fatigués : Superman, Batman et les autres ont raccroché les gants, ils sont devenus des hommes et des femmes d’affaires à succès, des vedettes des médias et du spectacle, et ont tous renoncé à leurs super-pouvoirs. Dès lors, qui peut bien vouloir les éliminer un par un ? Car après Robin, l’assistant et ancien amant de Batman, un mystérieux groupe de tueurs menace d’autres cibles. Comme ce dernier, Mister Fantastic et Mystique reçoivent eux aussi d’étranges messages d’adieu, et il semble bien que ce soit dans leur vie privée et leurs comportements sexuels qu’on veuille les frapper. Le détective Dennis De Villa mène l’enquête, tandis que son frère Bruce, journaliste, couvre les événements. Mais ne faut-il chercher ailleurs, quelque part dans leur enfance commune, ce qui les relie à ces super-héros si fragiles ? Vaste fresque post-11 Septembre, le roman de Marco Mancassola est le récit mélancolique et crépusculaire de la fin d’un monde, celui des super-héros, et de celle d’une civilisation, incarnée pendant des décennies par les Etats-Unis. Une civilisation qui est aussi la nôtre.A New York, au début du XXIe siècle, les super-héros sont fatigués : Superman, Batman et les autres ont raccroché les gants, ils sont devenus des hommes et des femmes d’affaires à succès, des vedettes des médias et du spectacle, et ont tous renoncé à leurs super-pouvoirs. Dès lors, qui peut bien vouloir les éliminer un par un ? Car après Robin, l’assistant et ancien amant de Batman, un mystérieux groupe de tueurs menace d’autres cibles. Comme ce dernier, Mister Fantastic et Mystique reçoivent eux aussi d’étranges messages d’adieu, et il semble bien que ce soit dans leur vie privée et leurs comportements sexuels qu’on veuille les frapper. Le détective Dennis De Villa mène l’enquête, tandis que son frère Bruce, journaliste, couvre les événements. Mais ne faut-il chercher ailleurs, quelque part dans leur enfance commune, ce qui les relie à ces super-héros si fragiles ? Vaste fresque post-11 Septembre, le roman de Marco Mancassola est le récit mélancolique et crépusculaire de la fin d’un monde, celui des super-héros, et de celle d’une civilisation, incarnée pendant des décennies par les Etats-Unis. Une civilisation qui est aussi la nôtre.

    ce que j'en pense : Je croyais avoir acheté un livre comique ou au moins satyrique, mais pas du tout
    Au fil des pages je me suis intéressée à la vie du 1er super-héros, homme vieillissant qui se prend d'amour fou pour une toute jeune femme. J'ai alors pensé qu'il fallait prendre ce roman au 2ème degré mais très vite je me suis perdue dans les répétitions, les redites et le style parfois confus. Les 4 super-héros meurent de mort violente. J'ai essayé de suivre l'enquête du policier mais le dénouement arrive (au bout de 580 pages) comme un cheveu sur la soupe. Finalement je n'ai pas compris ce que l'auteur a voulu démontré et ce livre m'a déçue. Je croyais avoir acheté un livre comique ou au moins satyrique, mais pas du tout
    Au fil des pages je me suis intéressée à la vie du 1er super-héros, homme vieillissant qui se prend d'amour fou pour une toute jeune femme. J'ai alors pensé qu'il fallait prendre ce roman au 2ème degré mais très vite je me suis perdue dans les répétitions, les redites et le style parfois confus. Les 4 super-héros meurent de mort violente. J'ai essayé de suivre l'enquête du policier mais le dénouement arrive (au bout de 580 pages) comme un cheveu sur la soupe. Finalement je n'ai pas compris ce que l'auteur a voulu démontré et ce livre m'a déçue.

    Pinky
    M
    M

    Re: MANCASSOLA, Marco

    Message  Pinky le Dim 14 Avr 2013 - 10:49

    merci Caro et Peyrelong pour ces avis très riches et intéressants

    Contenu sponsorisé

    Re: MANCASSOLA, Marco

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:26


      La date/heure actuelle est Mer 7 Déc 2016 - 15:26