Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    DAVID, Michel

    Partagez

    GeRo
    CI
    CI

    DAVID, Michel

    Message  GeRo le Lun 17 Jan 2011 - 21:57

    LE PETIT MONDE DE SAINT-ANSELME (Chronique des années 30) Tome 1


    Éditions : Guérin
    Pages : 487
    ISBN : 2-7601-6454-3

    Roman québécois

    Quatrième de couverture

    Ce roman est le premier tome d’une saga romanesque relatant la vie de quatre générations de deux familles québécoises, les Marcotte et les Bergeron, qui effectuent un nouveau départ dans la vie (Chronique des années 30).

    Voici les autres livres de cette tétralogie :
    L’enracinement (Chronique des années 50)
    Le temps des épreuves (Chronique des années 80)
    Les héritiers (Chronique de l’année 2000)

    À Saint-Anselme, petite municipalité rurale établie sur les rives de la rivière Nicolet, la population vit au même rythme que l’ensemble de la province. Seule la beauté des paysages de cette région, située à mi-chemin entre Drummondville et Nicolet, reste immuable.

    L’auteur a choisi ce coin de pays pour faire partager aux lecteurs et aux lectrices les joies et les peines d’une vaste galerie de personnages attachants et humains. Ils retrouveront avec plaisir ces derniers et leurs descendants à différentes étapes de leur vie.

    Mon avis

    Michel David raconte tellement bien que ma lecture s’est faite comme si c’était un film qui se déroulait sous mes yeux.

    Peut-être parce que c’est une partie de notre histoire qu’il raconte. Que cela se passe à Saint-Anselme ou ailleurs au Québec, c’est le vécu des québécois durant ces années.

    Le dur labeur des cultivateurs, de ces familles qui travaillaient la terre de l’aurore à la brunante, c’est notre réalité du temps.

    Les colères du curé à la messe du dimanche, les sermons longs comme le bras, les chicanes avec les marguilliers sont encore le vécu de cette époque.

    Le langage utilisé par l’auteur est bien celui de la campagne. Il nous raconte les fréquentations, le chaperonnage, tout ce qui était de mise pour ne pas scandaliser personne.

    J’adore ce genre d’écriture. Eusèbe Marcotte, sa femme Estelle et leurs enfants ainsi que Jean Gagnon, son épouse Annette et toute leur progéniture, m’ont accompagné durant une couple de soirée.

    François Riopel, leur voisin avec ses malheurs, m’a profondément ému. Inutile de vous dire que j’ai adoré et que c’est un gros coup de coup de coeur

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    L'enracinement - Chronique des années 50 [Tome 2]


    Éditions : Guérin
    Pages : 512
    ISBN : 2-7601-6739-9

    Quatrième de couverture

    Ce roman est le second tome d’une saga romanesque relatant la vie de quatre générations de deux familles québécoises, les Marcotte et les Bergeron.

    Près de 25 ans après leur arrivée à Saint-Anselme, les Bergeron se sont enracinés dans cette petite municipalité rurale établie sur le bord de la rivière Nicolet. La seconde génération de la famille fait maintenant vraiment partie de cette communauté située à mi-chemin entre Drummondville et Nicolet au même titre que les Marcotte, à qui ils sont apparentés.

    L’enracinement (Chronique des années 50) est une invitation à partager les joies et les peines de personnages attachants. En 1955, le Québec aspire au changement et les jeunes sont souvent déchirés entre la tentation d’une vie plus facile et les valeurs traditionnelles transmises par leurs parents. Lire L’enracinement, c’est revivre une époque où il y a encore de la place pour les beaux sentiments.

    Mon avis

    25 ans ont passé, les enfants d’Estelle et Eusèbe ainsi que ceux de leurs voisins Annette et Jean Bergeron, ont grandi; ils sont maintenant mariés et parents à leur tour.

    Même si nous sommes dans les années 50, il n’y a pas énormément d’évolution côté mœurs. Le cas d’une jeune fille enceinte qui n’a pas voulu dire qui était le père, lui a valu que son père la jette dehors en plein hiver. [De nos jours, c’est impensable qu’un parent puisse agir ainsi.] Par contre, j’ai été agréablement surprise que le curé qui l’a reçu au presbytère pour le baptême ne la sermonne pas. Il y avait des prêtres bien compréhensifs pour cette époque, malgré tout.

    L’automobile a fait son apparition ainsi que la télévision. Ce n’est pas toutes les familles qui pouvaient s’en offrir une.

    Ainsi va la vie à Saint-Anselme, il y a des naissances, des décès et une nouvelle génération qui fera encore mon bonheur dans le 3e tome.

    Si vous avez lu le premier tome, je suis certaine que tout comme moi, vous voudrez connaître la suite de cette saga (créée sur un fond d’histoire réel). J’ai apprécié cette lecture autant sinon plus que le premier tome et je vous avoue que c’est encore un autre coup de coup de coeur

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Le temps des épreuves - Chronique des années 80 [Tome 3]


    Éditions : Guérin
    Pages : 602
    ISBN : 2-7601-6858-1

    Quatrième de couverture

    En cette année 1980, les habitants de Saint-Anselme se préparent à célébrer le 150e anniversaire de la fondation de leur village érigé sur les rives de la rivière Nicolet, à mi-chemin entre Drummondville et Nicolet. L’agitation politique entourant la tenue du premier référendum sur l’indépendance du Québec ne parvient pas à faire oublier certains problèmes de l’heure comme l’éclatement de la famille et l’éducation.

    Malgré une vie émaillée de rares bonheurs et de beaucoup d’épreuves, les personnages de ce roman parviendront à convaincre les lecteurs et lectrices que l’être humain demeure toujours capable d’éprouver de grands sentiments. Ils découvriront surtout un monde attachant qu’ils auront du mal à oublier.

    Mon avis

    L’auteur nous raconte la vie de la troisième génération des Marcotte et des Bergeron. Que de changements encore. Tout évolue de manière fulgurante.

    Les couples cohabitent (ce qui était impensable en 1950) et ils se séparent aussi. Les églises se vident au grand dam des curés.

    Le moment historique de la période référendaire raconté par Michel David est d’une réalité sans égale surtout les chicanes entre les paroissiens, les voisins, entre les membres d’une même famille; tout cela sans parler des organisateurs et membres de partis opposés.

    Cette lecture nous rappelle bien des souvenirs et tout comme les deux premiers tomes, j’ai adoré. Beaucoup de noms à retenir mais c’est réellement nécessaire. On ne peut continuer à lire la saga de ces deux familles sans savoir ce qui arrive à tous leurs descendants.

    Un autre coup de coup de coeur pour moi.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Les héritiers - Chronique de l'an 2000 [Tome 4]


    Éditions : Guérin
    Pages : 601
    ISBN : 2-7601-6890-5

    Quatrième de couverture

    Ce roman est le quatrième tome d’une saga romanesque relatant la vie de plusieurs familles québécoises enracinées dans une petite municipalité rurale.

    Si beaucoup d’habitants de Saint-Anselme avaient craint le « bogue de l’an 2000 », bien peu avaient imaginé tous les bouleversements que l’entrée dans le nouveau millénaire leur réservait. La commotion provoquée par la construction d’un barrage, une inondation et la vente du vieux presbytère à une femme d’affaires entreprenante ne représentent que quelques-uns des événements marquants de cette année riche en surprises de toutes sortes.

    Pour une dernière fois, les lecteurs et lectrices pourront partager les joies et les épreuves vécues par les familles Lequerré, Marcotte, Bergeron et Riopel. Ils auront aussi la chance de se replonger dans un monde attachant, à la fois semblable et différent du nôtre.

    Mon avis

    Me voilà rendue au dernier roman de cette tétralogie, c’est toujours avec tristesse que je lis un dernier tome d’une série. J’ai beau l’étirer, le lire lentement, le savourer, je suis quand même arrivée à la dernière page.

    En lisant cette histoire, qui raconte la vie rurale des descendants des familles Bergeron, Lequerré, Marcotte et Riopel, on peut lire notre histoire, celle des gens de la terre, qui aiment cultiver et des autres qui veulent partir vers la grande ville.

    Beaucoup de changements encore, l’ordinateur fait maintenant partie du quotidien. Des maladies avec de nouveaux noms, comme l’Alzheimer et le sida, sont diagnostiquées et font leurs apparitions dans la vie de ces gens.

    L’auteur nous raconte avec humour les événements cocasses et avec des mots justes les sentiments ressentis lors des maladies et des épreuves.

    Tout comme les trois premiers tomes, j’ai adoré. Aucune longueur, intérêt soutenu jusqu’à la fin et le cœur qui bat au diapason du récit.

    Sans contredit, un autre coup de coup de coeur pour moi..




    Dernière édition par GeRo le Lun 17 Jan 2011 - 23:07, édité 1 fois


    _________________
    GeRo
    Bienvenue Invité dans ce superbe forum convivial.

    GeRo
    CI
    CI

    Re: DAVID, Michel

    Message  GeRo le Lun 17 Jan 2011 - 23:04

    LA POUSSIÈRE DU TEMPS – Rue de la Glacière Tome 1


    Éditions: Hurtubise
    Pages: 457

    Roman historique québécois

    Quatrième de couverture

    "Le jeune homme ouvrit l'écrin et le tendit à Jeanne qui y découvrit une petite bague toute simple en or jaune.
    -Essaye-la, proposa Maurice, fier de son achat.
    Elle passe le bijou dans l'annulaire de sa main gauche. Il était un peu grand, mais elle se garda d'en faire la remarque."


    Voici une grande saga urbaine, le remarquable tableau d'une époque.

    Au moment où, grâce à la Deuxième Guerre mondiale, s'achève la Crise, la vie conjugale commence pour Jeanne et Maurice. Dans le Montréal des années 1940, tous les espoirs sont permis même si le quotidien reste souvent rebutant.

    Pour Jeanne, le manque d'argent ou la quête annuelle du logement ne sont pas ses plus grands soucis. Maurice, l'amoureux doux et attentionné qui lui faisait la cour, se révèle être, dès le lendemain des noces, un compagnon bien étonnant. Loin de sa famille et souvent enceinte, la femme doit alors mener une lutte incessante pour assurer la survie de ses enfants et l'harmonie de sa famille.

    Ainsi commence, entre la tradition rurale et la modernité urbaine, une grande saga du Québec du XXe siècle. Dans son récit sobre et réaliste, l'auteur donne une image vivante de l'Est montréalais, fidèle à une époque où les qualités du cœur, le dévouement et la générosité, se dressaient devant les petits et grands malheurs du monde.

    MICHEL DAVID a enseigné le français pendant plus de trente ans à tous les niveaux du secondaire. Après avoir participé à la rédaction de très nombreux ouvrages à caractère pédagogique, il fait maintenant le saut dans la fiction. La Poussière du temps est sa deuxième œuvre romanesque; l'auteur en prépare actuellement la suite qui comprendra plusieurs tomes.

    Mon avis

    Jeanne Sauvé, hospitalisée et opérée pour l'appendicite fait la connaissance de celui qui deviendra son mari lorsqu'il visite sa tante, qui est sa voisine de chambre.

    Ils sont jeunes, beaux et ont l'avenir devant eux. Comme Maurice Dionne habite Montréal et Jeanne tout près de Drummondville, les fréquentations se font surtout par correspondance entrecoupée de quelques visites de l'amoureux.

    Maurice le doux et attentionné qu'il est lors des fréquentations, change après le mariage. Jeanne doit utiliser de beaucoup de subtilités pour garder l'harmonie dans son foyer.

    Les temps sont durs, Maurice est radin et Jeanne doit tenir tête pour que ses petits ne manquent de rien.

    Une belle histoire qui commence dans les années 1940 jusqu'en 1950 environ.

    Michel David écrit tellement bien que nous vivons la vie de Jeanne comme si cela nous arrivait à nous, tellement nous embarquons dans le récit qui est très prenant.

    Je vous recommande cette histoire qui raconte si bien la vie de ces années difficiles.

    Ma note: 5 etoile jaune

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    La poussière du temps - Rue Notre-Dame Tome 2


    Éditions: Hurtubise
    Pages: 530

    Quatrième de couverture

    Le temps passe dans le quartier ouvrier où loge la famille Dionne, rue Notre-Dame. Au gré des rentrées scolaires, des fêtes de Noël, des naissances et des vacances, la vie, lente et exigeante, poursuit son cours, réservant à Maurice, Jeanne et leurs enfants son lot d'épreuves mais aussi ses moments de bonheur.

    "De petits bonheurs en drames, du quotidien routinier à de rares week-ends voire même d'exceptionnelles vacances, Michel David nous offre ici un bel aperçu de notre passé." PRIMEURS

    Nous voici au beau milieu des années 1950. À la radio, on écoute Un homme et son péché et Chez Miville, alors que la mystérieuse télévision fait son apparition dans les vitrines des magasins de la rue Mont-Royal.

    Fidèle à son habitude, Maurice s'emporte à tout moment. L'argent est encore et toujours au centre de tous les litiges; il se fait de plus en plus rare à mesure que s'agrandit la famille. Les traits tirés par l'angoisse et les grossesses qui l'assaillent, Jeanne se réfugie au presbytère où elle va trouver conseil, aide et réconfort. Mais les enfants Dionne ne sont pas dupes pour autant. L'aîné des fils, Paul, ne songe qu'à sortir de cet éternel combat contre la misère. Il deviendra prêtre s'il le faut... même s'il ne croit plus vraiment en Dieu.

    Avec ce deuxième roman, MICHEL DAVID poursuit l'attachante sage amorcée avec le premier tome de La Poussière du temps et confirme par le fait son talent d'écrivain.

    "Dans l'oeuvre de Michel David, on sent l'influence des Filles de Caleb, d'Un homme et son péché et d'autres romans d'époque oscillant entre traditions rurales et modernité urbaine."

    Mon avis

    Rien ne change chez les Dionne. Maurice a toujours mauvais caractère, jure comme un charretier et la famille continue de s'agrandir.

    Les temps sont encore difficiles mais malgré la radinerie et l'égoïsme de Maurice, ce dernier réussit quand même à donner de petites joies à sa femme et ses enfants.

    Jeanne est fatiguée mais réussit quand même à s'occuper de son petit monde, de se faire le porte-parole pour les enfants quand ils ont une demande à faire et à voir ses parents de temps en temps.

    Ce deuxième tome de la série est un petit bijou, je l'ai dévoré tout comme le premier.

    Ma note: Un gros 5 etoile jaune

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    La poussière du temps - Sur le boulevard Tome 3


    Éditions: Hurtubise
    Pages: 503

    Quatrième de couverture

    "Maurice vit sa fille s'élancer vers un garçon qui, tête nue, la cigarette au bec, avait entrepris de traverser la rue sans se presser pour aller à sa rencontre. Au moment où il mit le pied sur le trottoir, l'adolescente se jeta dans ses bras. Elle déposa un bref baiser sur les lèvres de celui qui semblait être son amoureux.

    - Ah ben, la maudite tête folle ! s'exclama son père, une fois revenu de sa première surprise.

    Sans perdre un instant, il fait démarrer la Dodge et roula au pas. Il coupa ensuite le moteur avant de descendre et de venir à la rencontre de sa fille. Lorsque Francine reconnut la voiture paternelle, il état déjà trop tard. Le mal était fait. "


    Ravivant avec une incroyable précision et une simplicité particulière les souvenirs de toute une génération, MICHEL DAVID marque le coup et offre avec Sur le boulevard la suite de la très populaire saga La Poussière du temps.

    "On respire l'air de l'époque et on accompagne les efforts d'un Québec qui se libère de la religion et devient adulte et urbain. Une évocation historique réussie." MAGAZINE LE CLAP

    Été 1962, on asphalte le boulevard Lacordaire, où sont installés Maurice et Jeanne, avec leurs neuf enfants. Une nouvelle décennie débute, faisant souffler un vent de changement sur la société québécoise. Mais chez les Dionne, les traditions demeurent. Derrière les murs de la petite maison, la routine régie par l'inévitable succession des saisons et des années scolaires sera comme toujours ponctuée de petits bonheurs et de grand malheurs.

    Sous l'égide de ce père toujours aussi colérique et imprévisible, Lise, Paul, Francine et Claude émergent de l'enfance et cherchent à faire leur place. Leur mère reste leur meilleure alliée. Tous les espoirs sont donc permis…

    Faisant véritablement s'épanouir ici les différents personnages, l'auteur prépare la voie au quatrième et dernier tome de cette grande œuvre romanesque.

    "Les amateurs de sagas familiales et québécoises à la Michel Tremblay ou Arlette Cousture se réjouiront ! Le Nouvelliste

    Mon avis

    On est déjà rendu en 1960, les jumeaux ont 4 ans et Lise, l'aînée 17 ans.

    Maurice n'a pas changé, il est toujours aussi égoïste et avaricieux envers sa famille, mais pas pour lui. Cela coûte cher 9 enfants.

    Jeanne continue à faire de la couture pour acheter ce que Maurice ne veut payer. Lise travaille maintenant chez Woolworth et Paul continue des études supérieures. Les autres enfants sont à l'école à l'exception de Marc et Guy.

    Et la vie continue avec des hauts, des bas, des joies, des peines et les emportements de Maurice.

    Ce que j'aime surtout de cette saga, c'est que l'auteur d'un livre à l'autre ne se répète pas, aucun retour en arrière, on a lu les premiers livres et on continue avec le troisième en suivant les années. L'auteur a des choses à nous raconter, et c'est l'histoire des Dionne.

    Je ne peux que vous conseiller de la lire, j'apprécie tellement et je donne encore un 5 etoile jaune

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    La poussière du temps - Au bout de la route Tome 4


    Éditions : Hurtubise
    Pages : 422

    Quatrième de couverture

    - Est-ce que vous voulez vendre votre Chrysler, p’pa ?
    - En quoi ça te regarde ? le rabroua Maurice, mis de mauvaise humeur par la scène que venait de lui faire sa femme.
    - Ben, je serais peut-être intéressé à vous l’acheter si vous demandez par trop cher.
    - Je t’avertis, je le donnerai pas. Je veux le vendre au prix de liste, pas moins. Il a presque pas de millage, ce char-là.
    - Oui, mais je vous ai entendu dire à m’man que la rouille commençait à le manger. Vous avez même peur que le moteur et la transmission cassent, argumenta Denis.
    - Réveille-toi tata ! s’exclama Maurice à mi-voix en prenant un air de conspirateur. C’était pour empêcher ta mère de chialer. Tu la connais : c’est toujours une crise quand je veux changer de char.


    Prolifique, Michel David comble ses lecteurs avec le dénouement de la populaire saga La Poussière du temps, déjà vendue à plus de 90 000 exemplaires au Québec.

    La vivacité de son écriture et l’authenticité de ses personnages ont reçu l’éloge de la critique et permis à de nombreux Québécois de se reconnaître en ouvrant la porte à un passé… pas si lointain.

    L’auteur travaille actuellement sur une nouvelle saga historique dont la parution du premier tome est prévue d’ici la fin 2006.


    La conclusion d’une grande saga urbaine, portrait du XXe siècle québécois.

    Alors que les enfants quittent un après l’autre le bungalow du boulevard Lacordaire, Maurice et Jeanne Dionne apprennent à goûter une tranquillité longtemps espérée. Mais le calme sera de courte durée ! Plus que les Jeux olympiques de 1976, les scandales provoqués par le Dr Morgentaler ou le référendum de 1980, ce sont l’approche de la retraite, la maladie, les multiples épreuves des enfants et les sempiternelles colères de Maurice qui déterminent le quotidien du couple maintenant vieillissant.

    Les femmes conduisent et occupent un emploi, les gens se marient au palais de justice; pour Maurice et Jeanne, c’est le monde à l’envers ! Et pourtant, la vie suit son cours, inévitablement.

    Mon avis

    Déjà rendu au dernier volet de cette superbe saga. Nous sommes en 1974, les années ont filé à une vitesse folle. Les enfants ont grandi et à mesure que défilent les pages, les années avancent.

    Maurice est toujours passionné par les « chars », il boit du « coke » à tous les jours et est toujours aussi coléreux.

    Les enfants se marient, sont parents à leur tour. À cela s’ajoute la maladie et les décès. Jeanne vit des joies et des peines, les siens vieillissent ainsi que la sœur et le frère de Maurice. À travers l’histoire des Dionne, l’auteur fait un clin d’œil à certains événements historiques, arrivés au fil des années.

    À la fin de ce tome, nous sommes en 2003, réunis avec les Dionne et les Sauvé. L’auteur fait un survol rapide de ce qui est arrivé à tout ce beau monde par le biais de Paul qui, au lieu d’écouter l’allocution de son frère, s’est pris à rêvasser aux siens.

    Je ferme ce livre avec regret. À travers les personnages, j’ai reconnu un personnage comme Maurice, une tante, une cousine, un frère et surtout une vie de famille avec une mère aimante. Mon intérêt a grandi au fil des pages et des chapitres.

    Merci, M. Michel David, vous faites maintenant parti de mes auteurs québécois préférés. Quand je verrai votre nom sur un bouquin, il me sera impossible de passer à côté sans y porter intérêt et en prendre possession.

    Je note un 5 etoile jaune et un grand coup de coup de coeur pour la série..


    _________________
    GeRo
    Bienvenue Invité dans ce superbe forum convivial.

    Pinky
    M
    M

    Re: DAVID, Michel

    Message  Pinky le Lun 24 Fév 2014 - 19:38

    A L'OMBRE DU CLOCHER (t.1) LES ANNÉES FOLLES



    Roman édité chez Hurtubise Editions HMH en mars 2010

    575 pages

    Résumé

    Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le village de Saint-Jacques-de-la-Rive, village comme il existait tant au Québec à cette époque où la vie à la campagne dominait encore le paysage de la province, essaie de retrouver la vie paisible d’avant l’épidémie de grippe espagnole. Dans le petit village, tout se sait. L’église et le magasin général sont des lieux de rencontres entre les paroissiens. Si des liens privilégiés se tissent, certaines animosités aussi s’expriment et divisent le village. Ernest Veilleux dirige un clan alors qu’Eugène Tremblay lui fait face; au centre des petites disputes, le curé, le maire et le député occupent les sièges convoités par chacun des clans qui souhaitent ainsi accroître son influence dans le village. Mais si les pères se détestent toujours autant, les enfants semblent être attirés les uns vers les autres. Par ailleurs, le curé Lussier dirige ses ouailles de main de maître alors que Germain, un peu naïf et peu gâté par la nature, se fait piéger par une jeune orpheline, servant au presbytère, qui cherche un mari. En toile de fond se dessinent les luttes politiques où rouges et bleus se disputent pour obtenir la construction d’un pont promis par le fédéral depuis si longtemps. Bref, un petit monde agité par les passions et les drames où les larmes ne sont jamais bien loin du rire.

    Mon ressenti

    Ce sont les chroniques d’un petit village Québécois au travers de trois familles. L’ensemble du livre est descriptif d’une époque révolue. Les personnages sont plantés pour que le lecteur puisse s’attacher et suivre pleinement la vie de tous. Le livre fait la part belle aux évènements, à l’histoire plus qu’à ses personnages. A l’instar des familles, des gens, le lecteur peut s’installer dans une chaise et il fera partie du décor de cette saga qui s’étend des années 1900 aux années 1968. Les personnages sont touchants mais manque de profondeur à mon sens. Le village vit et s’éveille aux saisons. La vie est rythmée par le travail de la terre pour les hommes, du quotidien pour les femmes, des naissances et des morts.
    Un désaccord et c’est tout le village qui va prendre parti pour ou contre… Quelques tensions sociales et économiques commencent à poindre à l’horizon : le travail en usine, les mesquineries politiques, l’évolution des mœurs….

    Pinky
    M
    M

    Re: DAVID, Michel

    Message  Pinky le Mar 12 Aoû 2014 - 9:26

    A L'OMBRE dU CLOCHER (t.2) LE FILS DE GABRIELLE



    Roman
    542 pages
    Résumé

    Une menace plane sur Saint-Jacques-de-la-Rive en cette année 1943. Un camion de l’armée sillonne inlassablement le village et les rangs, à la recherche des trois hommes qui ne se sont pas présentés à Nicolet malgré leur avis de mobilisation. Solidaires, les habitants usent de tous les stratagèmes possibles pour protéger les leurs de la conscription qui a été votée par le gouvernement d Adélard Godbout. Même le curé Ménard, d’un naturel affable et conciliant, surtout devant l’austérité de sa servante Amélie Provost, ne s’en laisse pas imposer. Dans le rang Sainte-Marie, les saisons continuent de dicter les différents travaux à effectuer sur la terre. Au quotidien, on se rencontre, sur le parvis de l’église ou sur le balcon de l’épicerie Pouliot, pour discuter de la lutte prochaine entre les partis de Godbout et de Duplessis. Ces conversations se poursuivent lors des fêtes, qui donnent lieu à de joyeuses réunions de famille. Pourtant, personne n’est vraiment à l’abri du malheur. Outre les Tremblay, que chaque visite du lieutenant Fortin inquiète, le destin semble encore s’acharner sur les Fournier, probablement attiré par la sécheresse du c ur de Gabrielle. Et voilà qu’un dangereux rôdeur provoque des émois au village. Du jamais vu. Serait-ce Beau-Casque, le simple d’esprit qui intimide Françoise, la fille de Clément et de Cécile Veilleux?

    Mon ressenti


    La vie de ce petit village continue de se dérouler sous nos yeux. Dans ce tome-ci, la seconde guerre mondiale sert de fond à l’avancée de cette nouvelle génération pour ces familles que le lecteur connait déjà.

    Pour les canadiens, cette guerre n’a pas le même impact que pour l’Europe. Certains jeunes se cachent pour éviter cette incorporation de force. Pour les autres, jeunes et moins jeunes, leur vie et quotidien sont rythmés en fonction des saisons et de travail à faire sur les terres. Querelles de bon voisinage en désaccords, c’est toujours une bonne veillée et une solidarité forte qui réunissent tout le monde dans la bonne humeur. L’accent est mis particulièrement sur Gabrielle avec sa sécheresse de cœur et l’épanouissement spectaculaire de son fils. Contrairement à sa mère, il s’ouvrira aux autres.

    Une bonne suite pour cette saga en 4 tomes.


    Contenu sponsorisé

    Re: DAVID, Michel

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:45


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc 2016 - 6:45