Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    Yoshimura Akira

    Partagez

    Ahotep
    LA
    LA

    Yoshimura Akira

    Message  Ahotep le Mer 14 Nov 2012 - 23:47

    Naufrages







    Résumé :

    Dans un village isolé entre mer et montagne, une petite communauté tente d'échapper à la misère en entretenant d'étranges coutumes. Isaku n'a que neuf ans lorsque son père part se louer dans un bourg au - delà de la montagne. Devenue d'emblée chef de famille, Isaku se voit attribuer une responsabilité dont il ne peut imaginer les conséquences. Une tempête s'annonçant cette nuit - là, d'immenses feux sont allumés sur la plage. Chargé de surveiller ce rite ancestral, Isaku va assister à l'arrivée d'un navire qui, ayant repéré les feux depuis le large, s'approche de la plage pour échapper au naufrage. Mais une barre rocheuse déchire la mer aux abords du village, et le piège se referme sur ce bateau qui, sous les yeux horrifiés de l'enfant, sombre en offrant à la communauté sa précieuse cargaison.

    A travers ce récit envoûtant et cruel, Akira Yoshimura évoque la violence presque primitive d'une communauté villageoise totalement isolée dans un Japon hors du temps. S'appuyant sur le cycle des saisons, il décrit les conséquences de cet enfermement sur le destin d'un enfant dont la naïveté ne peut engendrer la révolte ni quelque autre forme de jugement face à la misère.



    Mon avis :

    C'est un véritable coup de coeur!! C'est une histoire à la fois cruelle et à la fois douce. C'est une très belle histoire et on s'attache beaucoup à tous les personnages. J'ai adoré suivre le fil des saisons avec ce petit garçon avec ses joies et ses peines primitives.
    Je pense que l'auteur est partie d'histoires vraies. Ces traditions et coutumes devaient se dérouler dans le Japon primitif et on m'a aussi parler de ces histoires sur les Îles Bretonnes, donc j'ai fait aussi un peu le parallèle.
    Par contre, la fin est un peu en queue de poisson et je déteste çà.
    Sinon, j'ai beaucoup aimé l'histoire...

    Cyndie
    A
    A

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Cyndie le Mar 27 Nov 2012 - 13:38

    Merci pour ton avis Ahotep


    _________________
    Contente Invité que tu sois parmi nous
    Le temps de lire, comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre. Daniel Pennac

    Pinky
    M
    M

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Pinky le Lun 18 Mar 2013 - 20:39

    Naufrages

    Mon ressenti

    Une histoire à la fois magnifique et à la fois angoissante, un lieu le long d’une côte Japonaise, et une période indéfinis : voilà le décor que l’auteur nous propose de découvrir et dans lequel va évoluer un petit garçon Isaku de 9 ans. Il est l’aîné d’une fratrie de trois enfants dont le père est parti se louer dans une ville voisine pendant 3 ans. Sa mission en tant que chef de famille : il doit assurer la subsistance des siens avec sa mère. Au travers de ce dur labeur, il découvre les rites et les apprentissages de sa communauté et va essayer de tenir sa promesse faite à son père, lui rendre les siens en bonne santé.

    De manière magistrale Akira fait passer des atrocités comme une lettre à la poste. Le lecteur que je suis n’est pas choquée de prendre part à ce que fait cette communauté pour sa survie. Car c’est de survie dont il est question, au détriment des autres même si cela doit entraîner leur mort.

    L’histoire est lente au début, ponctuée par le rythme des saisons et des rituels. Tel un impressionniste, Akira distille par touches de couleurs les odeurs, les paysages, les embruns, et le combat perpétuel entre l’homme et la nature. Pour que la communauté puisse tenir, il y a les rituels qui viennent ponctuer leur vie et qui sont source d’espoir pour chacun d’eux. C’est aussi ce qui les soudent, car le secret est lourd à porter mais c’est ainsi que la vie trouve son chemin malgré les conditions. C’est union entre tous les membres de la communauté est aussi à l’origine de petits bonheurs, de solidarité.

    Les personnages ne sont pas fouillés en profondeur, ce n’est pas cela le primordial dans cette parabole de la vie et de la survie. Chacun est dans l’agir : ou de forcer le destin, ou de faire face au sort … cela laisse peu de temps pour l’introspection, la méditation ou les échanges voir même les apprentissages autour de la transmission. Cela renforce le côté força en mêlant courage et fragilité. Je ne peux que tirer mon chapeau pour ce petit garçon courageux qui voit que tout lui échappe (il pense qu’il n’est pas digne ou qu’il ne sait pas) et qui culpabilise de ne pas pouvoir tenir sa promesse.
    Au fil des pages, Akira fait monter l’intensité et les saisons semblent s’accélérer comme le temps que nous ne maîtrisons pas.

    A découvrir absolument


    merci Ahotep pour ce coup de cœur



    caro
    ML
    ML

    Re: Yoshimura Akira

    Message  caro le Mer 20 Mar 2013 - 23:02

    Merci à toutes les deux pour vos avis Very Happy

    Pinky
    M
    M

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Pinky le Jeu 21 Mar 2013 - 9:40

    merci de m'avoir lu Caro

    Jo19lyne
    ML
    ML

    YOSHIMURA Akira

    Message  Jo19lyne le Jeu 16 Oct 2014 - 18:07

    Naufrages, de Akira Yoshimura, aux editions Babel, traduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle, 180 pages

    Quatrième de couverture
    Dans un village isolé entre mer et montagne, une petite communauté tente d’échapper à la misère en entretenant d’étranges coutumes. Isaku na que neuf ans lorsque son père part se louer dans un bourg au-delà de la montagne. Devenu demblée chef de famille, Isaku se voit attribuer une responsabilité dont il ne peut imaginer les conséquences. Une tempête sannonçant cette nuit-là, dimmenses feux sont allumés sur la plage. Chargé de surveiller ce rite ancestral, Isaku va assister à larrivée dun navire qui, ayant repéré les feux depuis le large, sapproche de la plage pour échapper au naufrage. Mais une barre rocheuse déchire la mer aux abords du village, et le piège se referme sur ce bateau qui, sous les yeux horrifiés de lenfant, sombre en offrant à la communauté sa précieuse cargaison. A travers ce récit envoûtant et cruel, Akira Yoshimura évoque la violence presque primitive dune communauté villageoise totalement isolée dans un Japon hors du temps. Sappuyant sur le cycle des saisons, il décrit les conséquences de cet enfermement sur le destin dun enfant dont la naïveté ne peut engendrer la révolte ni quelque autre forme de jugement face à la misère.

     

    Mon avis

    Une superbe lecture, elle s'écoule aux rythmes des saisons.

     

    Dans ce petit village isolé, coincé entre mer et montagne (ce n'est pas qu'une répétition de la quatrième de couv) dès leur plus jeune âge les enfants apprennent à subvenir aux besoins de la famille et de la communauté. Afin de pouvoir nourrir la famille, il arrive que les pères se vendent et partent trois, cinq ou dix ans travailler dans les ports des grandes villes côtières. Lorsqu'il est trop âgé ou malade, c'est l'aînée des filles qui, à partir de quinze ans, contre une petite somme versée à ses parents, part travailler comme bonne dans les riches familles pour la même durée.

    La pêche, la récolte des coquillages et des algues, les cultures sur une terre peu fertile occupent les journées de ces villageois. A chaque saison son labeur, Il y a une période pour la pêche, aux poulpes, aux maquereaux, aux encornets. Mais lorsque la montagne commence à rougeoyer, que cette couleur s'étant sur le village, que ses feuilles tapissent le sol, l'hiver s'annonce et le temps est venu. Il faut faire griller le sel, sur la plage, c'est la tradition.

    De génération en génération, chaque nuit les hommes veillent sur le feu, il ne doit s'éteindre qu'au petit matin... Sur deux bûchers reposent deux marmites remplies d'eau très salée. Le sel est un produit indispensable à la vie. Il est extrait chaque matin de ces chaudrons refroidis. Faire griller le sel est une activité de survie...

    Les naufrageurs bretons, une légende? (source: wikipedia)

    C’est en Bretagne, particulièrement dans le Pays Pagan et le Pays Bigouden, ou encore dans les îles comme à Ouessant, que le droit de bris eut son plus puissant développement, parfois peut-être, mais c'est douteux, en allant jusqu'à provoquer des naufrages afin de piller les épaves, d'où la réputation probablement imméritée de Naufrageurs. Par exemple, dans la nuit du 22 au 23 janvier 1792 à Plouguerneau, le Neptune, navire marchand anglais, s'échoue et est pillé par une meute pilleurs d'épaves du Pays Pagan. Il transportait entre autres de la porcelaine de Chine.

    Jules Michelet a évoqué cette pratique en ces termes, accréditant la légende des bretons "naufrageurs", en 1832 :

    « La nature est atroce [sur la côte bretonne], l'homme est atroce et ils semblent s'entendre. Dès que la mer leur jette un pauvre vaisseau, ils courent à la côte, hommes, femmes et enfants,ils tombent sur cette curée. N'espérez pas arrêter ces loups ; ils pilleraient tranquillement sous le feu de la gendarmerie. Encore, s'ils attendaient toujours le naufrage, mais on assure qu'ils l'ont souvent préparé. Souvent, dit-on, une vache, promenant à ses cornes un fanal mouvant, a mené les vaisseaux sur les écueils. Dieu sait alors quelles scènes de nuit ! On en a vu qui, pour arracher une bague au doigt d'une femme qui se noyait lui coupaient le doigt avec les dents. L'homme est dur sur cette côte. Fils maudit de la création, vrai Caïn, pourquoi pardonnerait-il à Abel ? La nature ne lui pardonne pas. »

    Guy de Maupassant a renchérit, écrivant en 1883, faisant allusion à la réputation de naufrageurs que possédaient les Bigoudens, à l'instar des habitants du Pays Pagan :

    « La plage de Penmarch fait peur. C'est bien ici que les naufrageurs devaient attirer les vaisseaux perdus, en attachant aux cornes d'une vache, dont la patte était entravée pour qu'elle boitât, la lanterne trompeuse qui simulait un autre navire.»



    coup de coeur
    Akira Yoshimura (1927-2006) a laissé une œuvre considérable qui a marqué de son empreinte la littérature japonaise contemporaine. Ses ouvrages traduits en français sont publiés aux éditions Actes Sud. Récemment parus : Voyage vers les étoiles (2006), Le Grand Tremblement de terre du Kantô (2010) et L'Arc-en-ciel blanc (2012).source: Actes Sud

    Pinky
    M
    M

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Pinky le Ven 17 Oct 2014 - 8:48

    merci Jo19lyne pour cette présentation, je suis ravie que ce livre soit aussi un coup de cœur pour toi

    Pinky
    M
    M

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Pinky le Dim 23 Nov 2014 - 13:51

    LE CONVOI DE L'EAU



    Roman, édité chez acte sud en mai 2011

    176 pages

    Résumé

    Un homme étrange s’engage au sein d’une équipe chargée de construire un barrage en haute montagne. Perdu dans la brume, tout au fond d’une vallée mal connue, se révèlent les contours d’un hameau, mais les travaux ne sont pas remis en question par cette découverte: le village sera englouti sous les eaux. Au cours de ce terrible chantier, le destin de cet homme entre en résonance avec celui de la petite communauté condamnée à l’exil. A la veille du départ qui leur est imposé, il observe les premières silhouettes alignées sur le sentier escarpé. Elles sont innombrables et portent sur leur dos un singulier fardeau. Des images de toute beauté, inoubliables.

    Mon ressenti

    Une ambiance particulière et un huit clos d’hommes dans un paysage à couper le souffle. Des destinées se croisent ou se révèlent dans cet univers étrange et fantastique à la fois, le tout au fil de l’eau.

    Une rencontre entre tradition et modernisme et celle du choc entre des Hommes : si les premiers construisent, leur action va apporter destruction et déracinement ; les seconds subissent et se plient mais n’abandonnent pas pour autant. Pourtant aucune rencontre physique ne se fera entre les constructeurs et les villageois. Les premiers ont reçu l’ordre formel de ne pas créer de liens quels qu’ils soient. Chacun s’observe de loin. Mais dans tous groupes humains, les relations sont toujours présentent : nous sommes des êtres de relations et nous vivons au travers elles. Chacun devra faire face à ces dernières.

    C’est le narrateur qui nous raconte cette étrange aventure. Au fil des avancées des travaux, son récit nous conte son histoire. Petit à petit, son passé est en symbiose avec la mort annoncée de ce village. Il y a un mimétisme entre ce que vivent ces habitants et les révélations très intimes de cet homme qui a commis un acte très grave. De même, la métaphore du barrage est merveilleuse et correspond bien à ce que traverse chacun que l’on soit villageois ou constructeur.

    Comme à son habitude, l’auteur distille poésie et finesse de l’observation pour révéler nos émotions.
    A découvrir


    Keana
    ML
    ML

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Keana le Mar 25 Nov 2014 - 14:44

    Malgré tout le bien que tu en dis ce livre me parait lent et sombre, en plus je n'ai pas vraiment compris l'histoire avec le résumé, bref ce livre ne me dit pas.

    Mais merci de ton avis Pinky.

    Pinky
    M
    M

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Pinky le Mar 25 Nov 2014 - 21:51

    merci pour ta visite Keana

    Jo19lyne
    ML
    ML

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Jo19lyne le Mar 25 Nov 2014 - 22:24

    Merci Pinky, je suis tentée par cette lecture, l'ambiance toute particulière mise en avant par cet auteur.

    Pinky
    M
    M

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Pinky le Mer 26 Nov 2014 - 9:41

    merci Jo19lyne pour ta visite, je pense qu'il te séduira

    Contenu sponsorisé

    Re: Yoshimura Akira

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:55


      La date/heure actuelle est Dim 11 Déc 2016 - 12:55