Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    DI ROLLO, Thierry

    Partagez

    caro
    ML
    ML

    DI ROLLO, Thierry

    Message  caro le Ven 22 Fév 2013 - 19:33



    « Les Trois reliques d’Orvil Fisher »



    Editeur : Belial’ - 2007

    Pages : 173 p.

    Genre : SF/métaphysique



    Résumé quatrième de couverture :

    Lucité. Ville-lumière ? Il y a longtemps alors, avant que le grand froid s'abatte, avant la démence des hommes qui conduisirent le monde à sa perte. Que reste-t-il trois siècles après ? Des façades éventrées, des pierres fendues par le givre et quelques-uns, des hommes, qui tentent de survivre en préservant le peu d'eau non polluée encore disponible. Et ce seul putain d'horizon, le Sud, Grand-Milieu, qui se moque bien que la Vieille Europe crève sous les cendres de ses industries... Et Orvil, à Lucité, qui ce jour-là a tout perdu, tout ce qui lui restait de famille pour gagner ça, ce " bras revenu ", membre nanotech d'une précision inhumaine et qui sera l'outil de sa vengeance. Pourquoi lui avoir pris le peu qui lui restait ? Pourquoi, et qui ? Tout cela a-t-il seulement un sens ? Ainsi commence l'odyssée d'Orvil Fisher, une odyssée pour une réponse.



    Avis :

    Science-fiction pas trop science, tant mieux parce que je n’ai pas du tout la fibre scientifique, mais roman très métaphysique, c’est du moins l’impression que j’ai ressenti à sa lecture. Du coup, c’est parfois déstabilisant, car à la fin du roman (mais c’est mon interprétation, peut-être en aurait vous une différente) on a surtout le sentiment qu’Orvil cherchait une réponse au sens de sa vie, tout en cherchant les réponses à l’assassinat de ses proches, en bref qu’il poursuivait Dieu ou le Destin pour connaître sa propre destinée.

    Nous entrons ici dans un monde post-apocalyptique où l’eau et la nourriture sont des biens très précieux, apocalypse toute récente puisque les gens se regroupent en communauté dans de vieux immeubles ouverts aux quatre vents. Thierry Di Rollo décrit d’ailleurs de manière courte et efficace l’ambiance qui règne dans ce monde où la vie humaine a désormais peu de valeur. Au fil des pages on en apprendra bien-sûr davantage sur ce qui a conduit à cette destruction, sur une rencontre exceptionnelle qui a précipité la chute de notre civilisation et le semblant d’ordre que les nouveaux dirigeants essaient d’insuffler à cette nouvelle société. Ordre si on veut car ce qui se passe est loin d’être joli-joli…

    Orvil, suite à la disparition de ses grands-parents et à la greffe sur son corps d’un nouveau bras, issu de la nanotechnologie donc très performant, et qu’il n’acceptera jamais totalement (c’est le bras de « retour » ou « revenu » pour lui), part à la recherche de leur assassin. Tour à tour convoyeur/guetteur, gladiateur, soldat du gouvernement, mercenaire d’un milliardaire, il ira au bout de sa quête des Terres du Nord au Grand Sud en passant par bien des périples et des expériences personnelles.

    Alors ai-je aimé ? Et bien malgré le côté déstabilisant du roman oui j’ai beaucoup aimé, j’ai admiré le talent de l’auteur à créer un monde imaginaire en peu de mots et j’avais du mal à lâcher ce livre.
    Alors mille fois oui et la prochaine fois j’essaierai un policier de cet auteur puisqu’il en écrit aussi.


    Pinky
    M
    M

    Re: DI ROLLO, Thierry

    Message  Pinky le Ven 22 Fév 2013 - 19:51

    merci Caro pour cette présentation, ton avis est intéressant

    caro
    ML
    ML

    Re: DI ROLLO, Thierry

    Message  caro le Sam 23 Fév 2013 - 11:52

    Merci Pinky Wink

    Contenu sponsorisé

    Re: DI ROLLO, Thierry

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:24


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc 2016 - 16:24