Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    ERLIH Charlotte

    Partagez
    avatar
    Volodia
    LA
    LA

    ERLIH Charlotte

    Message  Volodia le Sam 13 Avr 2013 - 22:48

    Bacha Posh
    Quatrième de couverture :

    "Je ne veux pas me morfondre dans mon coin en maudissant le sort. Je n'aime pas ce rôle. Je vais continuer à me battre. Voilà mon identité : lutter.

    Mon identité, c'est de préserver, non pas d'être un garçon ou une fille. Je suis moi. Et mois, je me bats. Ca ne me gêne pas de mourir, mais seuement quand j'aurai tout tenté".


    Elle vit comme un garçon, s'habille comme un garçon et passe, aux yeux de tous, pour un garçon. C'est une Bacha Posh : une de ces filles élevées comme des fils dans les familles afghanes qui n'en ont pas. A la puberté, elle doit redevenir une jeune femme. Mais quand on a goûté à l'action et à la liberté, comment y renoncer ?

    Mon avis :

    L'histoire :

    Farrukh 15 ans a créé seul un club d'aviron dans son pays l'Afghanistan. Barreur de son équipe formée par huit rameurs, il rêve de défendre l'honneur de son pays aux jeux olympiques, et pour ce faire ils s'entraînent, chaque jour, avec acharnement sur un lac qu'il on réussi à "dégoter".

    Sous son aspect physique délicat, Farrukh a de l'énergie à revendre et est animé d'une volonté farouche, ce qui lui a permis avec l'aide de son père de faire venir de France un bateau de compétition en fibre de verre. Tous reconnaissent ses qualités, y compris son père qui lui a appris le français et l'a initié à la littérature et à la culture française.

    Farrukh entretien par ailleurs, une amitié sincère avec Sonrhab un jeune homme faisant parti de son club, alors que pour celui-ci cette amitié semble plutôt amoureuse ?

    Tout serait parfait, si Farrukh ne s'appelait en réalité Farrukhzad et n'était une jeune fille travestie en garçon, par la seule volonté de son père, et en accord avec le reste de la famille, afin d'éviter à ses parents le déshonneur de n'avoir pu engendrer un fils (qui comme on le sait en pays musulman est le sésame pour accompagner les femmes hors de leur foyer, travailler, etc...)

    Farrukh ayant eu ses premières règles se doit de réintéger sa condition de femme ainsi que les tâches qui leur sont dévolues. Ne pouvant se résigner à perdre tout ce pourquoi elle s'est battue et faisant jouer la fibre patriotique de son père, elle lui propose de l'emmener en Iran aux J.O contre la promesse, que quoi qu'il advienne à l'issue de ces jeux, elle reprendra sa place en qualité de femme dans la maison paternelle.

    Toutefois, au retour des J.O et malgré ses promesses, elle s'enfuit de chez elle ne pouvant renoncer à ses rêves.

    non non non vous ne saurez pas tout du livre, je vous en ai déjà raconté beaucoup.

    L'intérêt de ce roman réside dans le fait qu'il met en exergue la condition des femmes en pays musulman. Sans entrer plus avant dans le débat qui fera l'objet d'un article plus spécifique sur mon blog général, l'histoire de Farrukh est attachante, ses émotions traitées avec pudeur mais de façon lucide. Ce livre est bien écrit, et se lit en quelques heures.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: ERLIH Charlotte

    Message  Pinky le Dim 14 Avr 2013 - 10:43

    merci Volodia pour cette présentation intéressante
    avatar
    caro
    ML
    ML

    Re: ERLIH Charlotte

    Message  caro le Lun 15 Avr 2013 - 18:34

    Merci Volodia Very Happy
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: ERLIH Charlotte

    Message  Nina le Lun 15 Avr 2013 - 21:00

    Merci Volodia pour cette présentation !
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    ERLIH, Charlotte

    Message  Nina le Jeu 4 Jan 2018 - 10:22


    Coupée en deux
    Edition Actes Sud Junior - 96 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Depuis le divorce de ses parents, chaque dimanche soir, c’est le même déchirement pour Camille. Elle connaît la fissure créée par la garde alternée, elle l’a même apprivoisée avec le temps. Mais aujourd’hui, Camille doit faire un choix. Elle a rendez-vous avec la juge, son avis va être entendu. Désire-t-elle rester à Paris avec son père, sa nouvelle compagne et leur bébé ? Ou bien préfère-t-elle partir avec sa mère en Australie et changer complètement de vie ? Un dilemme adolescent mis en scène avec justesse et pudeur dans un huis-clos au cœur du Palais de Justice.

    Mon avis :

    La garde alternée concerne 20 % des jugements de divorce – chiffre légèrement modulable selon les sources. Camille est une de ses enfants qui vit une semaine chez son père, une semaine chez sa mère. Ce n’est pas son choix, c’est celui de ses parents, preuve de leur bonne entente malgré la séparation.
    Cependant…. il semble que les adultes ne parviennent pas à maintenir un équilibre, pour des raisons, et bien, d’adultes. Camille se doit donc de choisir, de dire au juge si elle préfère vivre avec son père ou avec sa mère. Oui, la justice entend la voix des enfants, c’est très bien, mais est-ce vraiment facile pour un enfant de choisir entre deux parents qu’elle aime ? Non, bien sûr que non. Les adultes continuent leur vie, tissent de nouvelles unions, ont de nouvelles perspectives professionnelles et demandent aux enfants de s’adapter – ou pas.
    Camille ne manque de rien – ce serait trop facile de mettre en scène une famille dysfonctionnelle. Non, il s’agit simplement d’une histoire de désamour. Il s’agit aussi d’une histoire de principes éducatifs différents, de tempéraments différents – et Camille, pas dupe, navigue de l’un à l’autre tout en tentant de ne blesser personne. Ou comment ce sont les enfants qui prennent soin, peu à peu, de leurs parents, et mûrissent plus vite.
    L’action est resserrée, une journée dans la vie de Camille, et ses conséquences. La procédure judiciaire est bien expliquée, sans pour autant alourdir le récit. Camille est une adolescente, non une enfant naïve, et le livre s’adresse à un public d’adolescents : nous ne sommes pas dans un conte de fée ou une romance.
    Grandir, penser à son avenir proche ou plus lointain n’est pas facile. Et à la place de Camille, qu’auriez-vous fait ?
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: ERLIH Charlotte

    Message  Pinky le Jeu 4 Jan 2018 - 12:27

    merci Nina pour cette présentation, tu poses les bonnes questions en effet : est-ce aux enfants de choisir alors que les adultes ne sont pas capables d'assumer leurs responsabilités à son égard ? Pourtant il y a des parents qui y arrivent et les enfants grandissent plus sereinement.... Il y a aussi de plus en plus de juges qui laissent aussi un certain pouvoir de décision aux enfants, est-ce leur rendre service ?
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: ERLIH Charlotte

    Message  Nina le Jeu 4 Jan 2018 - 13:20

    Merci Pinky pour ta visite.
    Oui, il est des parents qui y arrivent, et, dans ce roman, ils y étaient arrivés. Implicitement, la mère ne supporte pas que son mari ait refait sa vie, ait eu un autre enfant, même si sa compagne n'y est pour rien dans leur séparation. Implicitement, bien sûr, parce qu'explicitement, c'est une toute autre version qui a été présenté aux juges.
    Je ne sais pas si c'est leur rendre service, mais dans certains cas portés à ma connaissance, les enfants avaient un avis bien arrêté et le juge a suivi, parce que certains parents se servent aussi, comme une épée de Damoclès, du "droit de garde" pour harceler leur ancien conjoint.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: ERLIH Charlotte

    Message  Pinky le Jeu 4 Jan 2018 - 21:20

    le choix laissé aux enfants est un boomerang qui a son prix...
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: ERLIH Charlotte

    Message  Nina le Jeu 4 Jan 2018 - 21:52

    Oui, mais parfois, c'est aussi un dernier recours, après des années de harcèlement (le mot n'est pas trop fort) du conjoint qui n'avait pas obtenu la garde.

    Contenu sponsorisé

    Re: ERLIH Charlotte

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 23 Mai 2018 - 9:43