Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    TREVANIAN..

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    TREVANIAN..

    Message  Nina le Mer 3 Juil 2013 - 13:39


    Titre : L'expert.
    Edition Gallmeister -  285 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Jonathan Hemlock, le génial alpiniste collectionneur d’art, est de retour. Celui qui trouve les moyens d’assouvir sa passion en exécutant des assassinats pour le compte d’une mystérieuse organisation secrète reprend du service.
    Alors qu’il voyage en Angleterre, Hemlock se voit contraint de remplacer un agent des services secrets britanniques assassiné d’une manière atroce et bizarre. Sa mission consiste à récupérer des films compromettant de hauts dignitaires du Royaume. Pour cela il devra exécuter une nouvelle et ultime "sanction". Sa cible : une figure de l’underworld londonien spécialiste de la débauche et de la torture.

    Mon avis :

    Ame sensible s’abstenir, ai-je envie de dire. Certaines scènes, certaines évocations sont particulièrement sanglantes, et même si tout n’est pas décrit (encore que… une bonne partie le soit), il faut avoir le coeur bien accroché. Le ton est donné avec la scène d’ouverture. A vous de voir si vous souhaitez poursuivre – ou pas.

    Il faut aussi composer avec un héros étonnant – ce qui m’a bien plu, justement, car il ne rentrait pas dans le cadre strict des gentils héros de roman, même d’espionnage. Hemlock est un tueur, un assassin quasi officiel, chargé de se débarrasser des espions qui ont trahi leur camp. Il effectue ses missions sans état d’âme, même si la précédente semble l’avoir éprouvé, puisqu’il a raccroché depuis quatre ans.  Il effectue pourtant ses missions "proprement", contrairement à d’autres personnes que cette affaire l’amène à rencontrer. Prendre plaisir à tuer, et faire durer ce plaisir ne sont pas dans ses goûts, et agir ainsi ne peut qu’entraîner son ire.

    L’action se déroule presque toute entière dans le charmant quartier de Saint Martin in the Field, que je connaissais surtout pour son orchestre. Charmant, sauf l’envers du décor. Et si ses adversaires sont capables de tout, Hemlock, lui, se surpasse – être là où on ne l’attendait plus est sa devise, quitte à provoquer quelques chocs salutaires.

    C’est à regret que j’ai refermé ce livre. Heureusement, il me reste d’autres romans de Trevanian à découvrir.

    Pinky
    M
    M

    Re: TREVANIAN..

    Message  Pinky le Jeu 4 Juil 2013 - 8:30

    merci Nina pour cette présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: TREVANIAN..

    Message  Nina le Jeu 4 Juil 2013 - 9:58

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: TREVANIAN..

    Message  Nina le Ven 22 Avr 2016 - 0:15



    The Main.
    Edition Gallmeister - 384 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Années 1970, Montréal. The Main, autre nom du boulevard Saint-Laurent, est la colonne vertébrale d’un quartier où prostituées, escrocs minables et clochards cohabitent avec les ouvriers et les nouveaux immigrants en quête d’un monde meilleur. Bourdonnant d’accents divers, mouvant et bruyant comme la foule qui s’ presse, the Main connait aussi son lot de crimes. Depuis trente ans, le lieutenant Claude La Pointe le parcourt en veillant jalousement sur “son” quartier. Accompagné d’un jeune policier qui s’étonne de ses méthodes peu orthodoxes, La Pointe enquête sur un meurtre commis au fond d’une ruelle de son territoire

    Mon avis :

    Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître – le Main, année 70. Je vous parle aussi d’une vraie police de proximité, quand les policiers connaissaient vraiment les personnes de leur quartier, et non se contentaient de maintenir une distance prudente. Claude La Pointe les connait bien, les laissés-pour-compte du Main, les clochards, les prostituées. Il ne les juge pas – phrase facile à dire, presque passe-partout de nos jours, sauf quand, dans le cas de La Pointe, elle se double d’une profonde empathie pour ses personnes. En revanche, ne comptez pas sur lui pour en avoir pour ceux qui profitent du système, et profitent des faiblesses des autres, de leur ignorance, pour asseoir leur (toute petite) puissance.
    La Pointe enquête à sa manière, et ce n’est pas le petit jeune bien propre sur lui, bien respectueux des lois qui changera quoi que ce soir. Monsieur est choqué ? Tant pis pour lui. La Pointe lui colle le nez la réalité de la justice – ce n’est pas aujourd’hui qu’il se trouvera un successeur.
    La Pointe est un solitaire – par la force des choses. Veuf très tôt, trop tôt, il s’est construit une vie imaginaire, tout en conservant une vie matérielle assez agréable, et une vie sociale bien réelle, avec d’autres cabossés de la vie.
    Rien n’est rose dans The Maine, mais rien n’est tout noir non plus. L’espoir est mince, il existe, il faut juste, parfois, oser, saisir sa chance, et savoir profiter de chaque jour, et pas forcément penser au lendemain. Après avoir vu des choses affreuses, après avoir entendu des confidences indicibles, il est bon aussi, de le raconter. Et si ma critique est brève, c’est aussi parce que The Main est un roman qui se lit plus qu’il ne se critique.

    Pinky
    M
    M

    Re: TREVANIAN..

    Message  Pinky le Ven 22 Avr 2016 - 10:47

    merci Nina pour cette nouvelle présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: TREVANIAN..

    Message  Nina le Ven 22 Avr 2016 - 13:25

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: TREVANIAN..

    Message  Nina le Sam 13 Aoû 2016 - 20:06

    La sanction.
    Edition Gallmeister - 352 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Professeur d’art et alpiniste de renommée internationale, Jonathan Hemlock est surtout un tueur spécialisé dans les “sanctions”: l’assassinat d’agents ennemis pour le compte de l’organisation secrète CII. En représailles au meurtre d’un agent du CII, Jonathan doit infliger une nouvelle sanction. Sa cible fait partie d’une expédition qui va tenter l’ascension d’une des plus dangereuses montagnes des Alpes, l’Eiger par la face nord. Hemlock se joint à cette expédition en vue d’exécuter sa mission. Seul problème : il ignore lequel de ses trois compagnons de cordée est l’homme à abattre.

    Mon avis :

    Comment devient-ont tueur à gages ? Nous avons l’habitude voir ses personnages, dans des séries télévisées américaines, dans des films, simples silhouettes que le héros, quel que soit son nom, se dépêche de mettre hors d’état de nuire. Rares sont les films qui en font leur personnage principal. Je ne vous parlerai pas d’Hitman, inspiré d’un jeu video, non, je préfère nettement Petits meurtres à l’anglaise, en dépit du sort réservé aux animaux. Plus rares encore sont les livres qui leur sont consacrés et, dans mon esprit, il est difficile de dissocier La sanction de Shibumi, autre livre de Trevanian dont le héros est un tueur à gages (je n’ai garde d’oublier la suite de la sanction, l’Expert, mais j’ai déjà rédigé un billet sur lui).
    Jonathan Hemlock, le bien nommé, a en effet de nombreux liens avec Nicholaï Hel. Si l’un pratique l’alpinisme, l’autre est un spéléologue chevronné, tous deux sont reliés par une simple corde à leur partenaire dont leur vie dépend – et vice-versa. Ben, l’un des rares amis vivants de Jonathan, est un célibataire endurci, semble-t-il, qui a dû renoncer à l’alpinisme avec une ascension qui a tourné à la catastrophe. Nicholaï a pour ami le charismatique Le Cagot, personnage qu’il s’est crée après la mort de sa femme puis de son unique enfant. Jonathan est seul et s’il accepte des missions, c’est pour satisfaire sa passion de l’art. Collectionneur invétéré d’oeuvres qui ne sont pas vraiment sur le marché officiel, il vit dans une église désaffectée. Il enseigne, aussi, pas à de jeunes et innocents bambins, non, à des étudiants qui apprécient (ou pas) sa liberté de ton. Misanthrope ? Non, plus encore. Il est en tout cas prêt à tout pour ses amis – le peu qu’il a, ce « tout » pouvant signifier aussi venger leur mort.
    Ce ne sont pas ses années d’apprentissage que saisissent ce roman, mais le moment où il veut décrocher – et accepter une dernière mission, pour solde de tout compte. Il a un regard aigu, acéré sur ceux qui l’entourent, et le regard du narrateur/auteur l’est tout autant, notamment quand il décrit ceux qui assistent, bien au chaud dans leur hôtel de luxe, aux ascensions qu’ils ne feront jamais, espérant un dénouement macabre.
    La préparation de l’expédition a autant d’importance que celle de la « sanction ». Jonathan n’est pas là pour nous faire croire que tout est facile à son âge, après l’arrêt de son entraînement. Même avec des équipements modernes, même après l’ouverture de voies, les personnages que nous croisons ne pensent pas non plus l’ascension en terme de facilité. Il n’est que les journalistes, ou les alpinistes peu chevronnés, pour penser en clichés – ou en théories psychanalytiques qui m’ont fait sourire.
    A l’arrière-plan, ou au contraire au tout premier selon les étapes, se tiennent les employeurs de Jonathan, des personnes qui se tiennent en retrait et tirent les ficelles, pour le bien de leur camp, uniquement, surtout si le « bien » et le « profit » coïncident. Il est alors jubilatoire de voir Hemlock appuyer là où cela fait mal – au portefeuille, bien entendu, même si ces petites revanches n’ont qu’un temps.
    Plus qu’un seul roman de Trevanian à lire pour moi.

    Pinky
    M
    M

    Re: TREVANIAN..

    Message  Pinky le Dim 14 Aoû 2016 - 11:33

    merci Nina pour cette nouvelle présentation, les bonnes choses ont une fin

    Nina
    ML
    ML

    Re: TREVANIAN..

    Message  Nina le Dim 14 Aoû 2016 - 12:09

    Merci Pinky !

    Nina
    ML
    ML

    Re: TREVANIAN..

    Message  Nina le Mar 16 Aoû 2016 - 2:00


    Shibumi
    Edition Gallmeister - 528 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Nicholaï Hel est l’homme le plus recherché du monde. Né à Shanghai en plein chaos de la Première Guerre mondiale, fils d’une aristocrate russe et protégé d’un maître de Go japonais, il a survécu à la destruction d’Hiroshima pour en émerger comme l’assassin le plus doué de son époque. Son secret réside dans sa détermination à atteindre une forme rare d’excellence personnelle : le shibumi.
    Désormais retiré dans sa forteresse du Pays basque en compagnie de sa délicieuse maîtresse, Nicholaï accueille une jeune étrangère venue lui demander son aide. Il se retrouve alors traqué par une organisation internationale de terreur et d’anéantissement – la Mother Company – et doit se préparer à un ultime affrontement.

    Mon avis :

    Je l’ai dit hier, je le redis aujourd’hui : pour moi, Shibumi et La sanction sont inséparables. L’un des tueurs tend à monter vers le ciel, l’autre trouve refuge dans les profondeurs de la terre, tout deux explorent de nouvelles voies. Cependant, à mes yeux, Shibumi est un grand au-dessus de La sanction, pour de multiples raisons. Et Shibumi est un excellent roman – si vraiment vous manquez de temps et ne pouvez lire qu’un seul livre de Trevanian, prenez celui-ci.

    D’abord, son héros est remarquable. Nous le suivons, de sa naissance à sa retraite, jusqu’à la toute dernière page du livre. Nous découvrons sa formation, ce qui a fait de lui un jeune homme qui a tué (pour des motivations qui dépassent ses adversaires/futurs employeurs) puis un tueur qui accomplit ses missions non en se vendant aux plus offrants (il agit parfois gratuitement), mais en éliminant selon le danger du moment, peu importe quel est son camp. Ces choix, autant le dire, sont incompréhensibles pour les membres de la Mother Company, qui ne résonnent qu’en terme de marchandises. Son cheminement personnel, intellectuel, philosophique, la finesse de ses analyses font l’intérêt de ce personnage. Nicholaï Hel n’est pas un porte-flingue, loin de là.
    Ensuite, et c’est ce qui peut le perdre, l’amitié est une valeur extrêmement importante à ses yeux. Et ses amitiés, ses dettes d’honneur, le mettent parfois dans des situations délicates, qu’il tente de démêler de son mieux. Si vous m’avez suivi jusque là, vous aurez compris que si ses adversaires comprennent la notion d’amitié, ils en ont une vision très simple, pour ne pas dire très simpliste. Ils ont sans doute vu ou lu trop de romans ou de films d’espionnage.
    Les Etats-Unis en prennent pour leur grade, dans ce livre – avec une fine justesse. La France n’est pas épargnée non plus. Il ne s’agit jamais d’accumuler des bons mots aussi brillants que gratuits, non, il s’agit réellement de donner à réfléchir, à revenir sur ce qui a été dit – et cela n’incite pas franchement à la rigolade.
    Si Nicholaï a de grandes qualités, physiques et intellectuelles, il n’en est pas moins vulnérable, il est un être humain (presque) comme les autres, tout comme son allié, le Gnome. Comme ses adversaires, il va jusqu’au bout des choses – encore une fois, leur conception de ce concept est très différent.
    Shibumi ? Un roman à lire absolument.

    Pinky
    M
    M

    Re: TREVANIAN..

    Message  Pinky le Mar 16 Aoû 2016 - 8:20

    merci Nina pour cette belle présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: TREVANIAN..

    Message  Nina le Mar 16 Aoû 2016 - 10:53

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    Re: TREVANIAN..

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:55

      Sujets similaires

      -

      La date/heure actuelle est Jeu 8 Déc 2016 - 10:55