Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    LABERGE, Marie

    Partagez

    GeRo
    CI
    CI

    LABERGE, Marie

    Message  GeRo le Mer 19 Jan 2011 - 2:05

    SANS RIEN NI PERSONNE


    Éditions: Boréal
    Pages: 434

    Thriller

    Quatrième de couverture

    Montréal, le 1er juillet 1972, Isabelle Deschamps, Française d'origine, est retrouvée morte dans son appartement, rue Marie-Anne. Elle a le ventre affreusement mutilé. À côté d'elle, le corps de son nouveau-né, mort également.

    Paris, janvier 2007, Émilien Bonnefoi apprend qu'il va mourir dans les six prochains mois. Peu lui importe: depuis trente-cinq ans, sa vie n'a plus qu'un sens, celui de résoudre l'énigme de la mort de sa fille, Isabelle. Il retourne exercer des pressions auprès de l'enquêteur chargé de ce cold case.

    C'est ainsi que le commissaire Patrice Durand débarque à Montréal, déterminé à connaître le fin mot de l'affaire. Vicky Barbeau, chargée du cas au service des crimes non élucidés de la Sûreté du Québec, n'est pas follement enthousiaste à l'idée de reprendre une chasse aux témoins des plus improbables alors que plus de trois décennies séparent les faits de l'enquête. Pourtant, de Saint-Pierre et Miquelon aux Îles de la Madeleine, en passant par le Bas-du-Fleuve, l'affaire se révèle plus prometteuse – et plus compliquée – qu'il n'y paraissait.

    C'est au genre du policier que Marie Laberge emprunte le cadre de son nouveau roman. Ses lecteurs seront emportés par un suspense irrésistible, tandis que le travail des policiers, ce tandem parfois grinçant formé d'un Français et d'une Québécoise, permet à la romancière de laisser libre cours à son sens de l'humour à travers des dialogues qui claquent. Mais nous retrouverons intact, dans Sans rien ni personne, l'extraordinaire pouvoir d'émotion qui caractérise toute son œuvre.

    Mon avis

    Un thriller nouveau genre qui fait vraiment bizarre à lire peut-être justement parce que c'est une affaire non classée et que l'enquête ne se fait pas de la même manière que lorsque c'est plus récent.

    Je ne peux dire que j'ai adoré, l'histoire m'a plu mais j'ai découvert à la moitié du livre ce qui s'est passé et cela m'a énormément déçu; l'histoire ne m'a pas tenu en haleine du tout.

    En bref, c'est la course aux témoins d'un bout à l'autre de la province de Québec en passant par St-Pierre et Miquelon, les Îles de la Madeleine et la Gaspésie, réentendre des témoignages déjà donnés, découvrir de nouvelles données mais je dirais que c'est à la toute fin que l'histoire devient plus captivante.

    Ne vous privez pas de lire ce livre même si j'ai moins aimé, vous pourrez l'adorer tout de même. Ce n'est que mon humble avis et je déteste dire que j'ai moins aimé un livre.

    Mon appréciation est très mitigée et je donne seulement 3 etoile jaune


    _________________
    GeRo
    Bienvenue Invité dans ce superbe forum convivial.

    Pinky
    M
    M

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Pinky le Mer 19 Jan 2011 - 10:07

    merci Géto, je ne connais pas cet auteur, mais je passe mon tour

    Lau1307
    LC
    LC

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Lau1307 le Lun 7 Fév 2011 - 0:15

    La cérémonie des anges



    Nombre de Pages : 343
    Édition : Boréal
    Genre : Drame

    RÉSUMÉ

    Comment un couple survit-il à la mort d'un enfant ?

    Nathalie et Laurent ont perdu leur fille de neuf semaines. Un matin, Érica reposait sans respirer dans son berceau. Syndrome de mort subite du nourrisson, ont dit les médecins. Verdict foudroyant, insoutenable. Nathalie et Laurent titubent, lui en tenant un registre précis de ce qui n'est plus et en essayant de recoller les morceaux éparpillés d'un bonheur éclaté, elle en faisant sauter toutes les limites, dans une frénésie violente qui ressemble davantage à un suicide.

    Étrange et puissant voyage intérieur que celui de ces deux êtres qui écrivent chacun le journal de la perte, du déni, de la vie fracturée, qui deviendra le journal de la vie avec ses pleins et ses déliés, avec ses ravines et ses cris. La cérémonie des anges est un journal croisé, où la voix de Nathalie et la voix de Laurent se heurtent, se cherchent, s'ignorent. Elles viennent nous rappeller combien la vie est sauvage et forte, même brutalement mutilée par la perte, et comment elle se fraie un passage comme une eau obstinée à travers la roche la plus dure, ouvrant le chemin les plus imprévus.




    MON AVIS

    La mort. Sujet souvent tabou et difficile à aborder. Marie Laberge l'a fait avec La cérémonie des anges. La mort d'un enfant, d'un tout jeune enfant. Et celui d'un ami, d'un meilleur ami. Mais aussi la solidité du couple face à ces épreuves...

    Le livre commence abruptement. Dès le début, la petite Érica, la fille de Laurent et Nathalie, les personnages principaux de ce livre, meurt. Syndrome de mort subite du nourrisson. Elle n'avait que 9 semaines, et elle est morte, sans aucune raison. Nous suivons les pensées des parents. Une page dans le journal de Laurent et une dans celui de Nathalie. Le livre est construit comme ça du début à la fin. Parfois les pensées des protagonistes ne font même pas une page au complet.

    Laurent vit sa peine, son deuil, normalement. Il est détruit, ne sait plus quoi faire, mais au moins, il admet la mort d'Érica. Nathalie elle, vit dans le déni, fait comme si de rien n'était, quitte Laurent, vit une vie mouvementé, mais un jour, plusieurs semaines plus tard, elle éclate. Elle se rend compte de sa peine, qui lui opprimait l'esprit depuis ce temps. Et ça fait mal. C'est à ce moment (seulement vers la page 80), qu'elle mentionne sa fille pour la première fois.
    Tranquillement pas vite, subtilement, ils font leur deuil, se remettent à vivre plus normalement, accepte que leur petit ange soit parti au ciel. Il recommence à se voir, mais surtout à cause de Rémi leur plus proche ami, qui lui est atteint du HIV. L'histoire part donc sur un autre côté...
    Le style de Marie Laberge m'a parfois dérangé, c'était trop recherché, trop philosophé... Mais m'a aussi parfois beaucoup plu, ce qu'elle écrit est vraiment magnifique, dit d'une manière si vrai, si terrible, que s'en ai bouleversant. Surtout la fin, qui m'a complètement ému, en particulier le moment où Rémi offre son dessin à Nathalie. Un moment magique, touchant, qui va droit au cœur. Les moments où j'ai pleuré ne furent pas rares...
    Je pense que La cérémonie des anges, malgré quelques moments qui m'ont paru un peu long, est le roman, parmi ceux que j'ai lu de Marie Laberge, qui m'a le plus plu, le plus touché.
    En terminant, je veux souligner la couverture que je trouve vraiment belle, dessiné par Louise Laberge, qui représente très bien le livre.

    Pinky
    M
    M

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Pinky le Lun 7 Fév 2011 - 1:41

    je me le note Lau, merci à toi

    Lau1307
    LC
    LC

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Lau1307 le Lun 7 Fév 2011 - 5:31

    De rien, Pinky.
    J'espère que tu apprécieras. Smile

    Pinky
    M
    M

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Pinky le Lun 7 Fév 2011 - 11:09

    je te dirai quand je l'aurai lu...

    Lau1307
    LC
    LC

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Lau1307 le Sam 26 Mar 2011 - 0:11

    Sans rien ni personne



    Nombre de Pages : 434
    Édition : Boréal
    Genre : Policier, littérature québécoise


    RÉSUMÉ

    Montréal, le 1er juiller 1972, Isabelle Deschamps, française d'origine, est retrouvée morte dans son appartement, rue Marie-Anne. Elle a le ventre affreusement mutilé. À côté d'elle, le corps de son nouveau-né, mort également.
    Paris, janvier 2007, Émilien Bonnefoi apprend qu'il va mourir dans les six prochains mois. Peu lui importe : depuis trente-cinq ans, sa vie n'a plus qu'un sens, celui de résoudre l'énigme de la mort de sa fille, Isabelle. Il retourne exercer des pressions auprès de l'enquêteur chargé de ce cold case.
    C'est ainsi que le commissaire Patrice Durant débarque à Montréal, déterminée à connaître le fin mot de l'affaire. Vicky Barbeau, chargée du cas au service des crimes non élucidées de la Sûreté du Québec, n'est pas follement enthousiaste à l'idée de reprendre une chasse aux témoins ds plus improbables alors que plus de trois décennies séparent les faits de l'enquête. Pourtant, de Saint-Pierre et Miquelon aux îles de la Madeleine, en passant par le Bas-du-Fleuve, l'affaire se révèle plus prometteuse - et plus compliqué - qu'il n'y paraissait.
    C'est au genre du policier que Marie Laberge emprunte le cadre de son nouveau roman. Ses lecteurs seront emportés par un suspense irrésistible, tandis que le travail des policiers, ce tandem parfois grinçant formé d'un Français et d'une Québécoise, permet à la romancière de laisser libre cours
    à son sens de l'humour à travers des dialogues qui claquent. Mais nous
    retrouverons intact, dans Sans rien ni personne, l'extraordinaire pouvoir
    d'émotion qui caractérise toute son œuvre




    MON AVIS

    Pour Sans rien ni personne, Marie Laberge est allé du côté du policier. Pour être bien franche, elle n'aurait peut-être pas dû... Personnellement, je n'ai pas vraiment apprécié ce roman...

    Le début était très prometteur ! J'adhérais parfaitement à son écriture et à l'enquête. Bon, un peu banale, comme histoire. Il y a 35 ans, Isabelle, une jeune femme française est morte à Montréal et l'enquête n'a jamais été terminée pour manque de preuve. Depuis ce temps, Émilien, le papa d'Isabelle, cherche à tout prix à ce que l'enquête se termine, il veut connaître le coupable, avant de mourir. Dès les premières descriptions d'Émilien, on s'attache à ce vieil homme. Fort malheureusement, il ne reste pas longtemps dans l'histoire... Car pas longtemps après Patrice, part de Paris et va au Québec pour rejoindre Vicky. Tous les deux enquêteront sur ce meurtre, même si 35 ans les séparent de cette histoire...

    Comme je le disais, au début j'aimais assez, ça se passait plutôt bien. Mais à un moment donné l'enquête tombe réellement à plat et mon intérêt pour cette histoire a vraiment baissé... Et plus l'histoire avançait, plus je m'ennuyais...

    Premièrement, j'ai trouvé que l'enquête partait trop en tous sens ! Et puis quand Patrice et Vicky réfléchissait, là, ils me perdaient complètement. Franchement, je ne sais même pas comment ils sont arrivés à cette conclusion ! xD
    Deuxièmement,
    Spoiler:
    l'attachement de Patrice pour Jocelyne, la fille de Marité, qui mène à une relation sexuelle, m'a paru complètement inutile.
    Qu'est-ce que ça amène à l'histoire... ? Selon moi, rien de très pertinent.

    Quand je lis un roman policier, j'aime que la conclusion, où même des éléments avant me surprennent ! Ce ne fut pas le cas pour celui-ci, malheureusement, sauf pour une chose à la fin
    Spoiler:
    quand on apprend que Jocelyne est la fille d'Isabelle, donc la petite-fille d'Émilien
    .

    Finalement, ce livre de Marie Laberge m'a déçue, car je ne suis pas arrivée à m'accrocher ni à l'histoire, ni à l'enquête, ni même aux personnages ! Un livre qui sortira très vite de ma mémoire...

    Désolée pour les spoilers...

    Pinky
    M
    M

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Pinky le Sam 26 Mar 2011 - 9:23

    avis noté Lau, pour ma part je n'ai pas encore lu celui que j'avais noté

    Pinky
    M
    M

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Pinky le Dim 26 Avr 2015 - 12:51

    LE GOUT DU BONHEUR

       

    Romans
    édité chez Pocket en mars 2007, avril 2007, mai 2007

    877 pages, 949 pages, 1103 pages
     
    Résumés


    J’ai coupé les résumes parce qu’ils dévoilent une partie de l’intrigue.
    T.1 : Dans leur résidence estivale de l’île d’Orléans, non loin de Québec, les Miller et leurs six enfants offrent l’image del’harmonie et de l’aisance. La crise des années trente les a épargnés. Chez eux, le goût du bonheur l’emporte sur les conventions et les préjgés d’une société paroissale étouffante. Comblée par son mari, Gabrielle aspire à encore plus de liberté.  
    T.2 : La mort accidentelle de Gabrielle, âme de la tribu, bouleverse les Miller. Les étés immuables sur l'île québécoise d'Orléans sont à jamais perdus. La guerre et les réquisitions ont dispersé la plupart des hommes. Si la jeune femme conserve le goût du bonheur en pleine tragédie, c'est à Florent qu'elle le doit, cet ami de toujours dont la tendresse défie les années. Pour combien de temps encore?
    T.3 : La mort tragique de sa mère Gabrielle, l'assassinat de son mari Nicholas et les turbulences de la guerre ont laissé Adélaïde désemparée. Mais Florent ne l'a jamais quittée, amoureux discret et amant d'un jour. Au fond, Florent, dont la maison de couture ne cesse de prospérer, n'a jamais ignoré sa nature homosexuelle…  

    Mon ressenti


    Une sage intense, merveilleusement écrite  et qui fait la part belle aux émotions, à la vie, à la famille. La trilogie retrace des années 30 au début des années 70, l’évolution de la famille au travers du couple, de l’émancipation de la femme, des mœurs, de la sexualité, de l’église et de la bonne conduite des femmes…

    J’ai adoré vivre avec cette grande famille autour de leurs combats, leurs questionnements, les bouleversements qu’ils subissent, leurs combativité face à la vie qui ne les épargnent pas non plus. J’ai ri, pleuré, je me suis enthousiasmée, j’ai ressenti de la colère, de la tristesse. J’ai été émerveillée et bluffée par l’écriture de l’auteure qui montre et démontre bien les processus dans lesquelles tout individus peut tomber ou s’élever par ses différents choix : que ce soit dans l’amour, dans l’épanouissement, la compréhension, la violence, la vengeance, l’envie, la jalousie, l’emprisonnement, les croyances, la défiance, la folie, l’enfermement, l’amitié, la sexualité (hétérosexualité et homosexualité), le couple et le mariage, les relations et leurs constructions….

    Sans aucun jugement, l’auteur tisse ses personnages et montre comment chacun a son rôle à jouer, comment chacun porte un éclairage sur un autre. Les interactions et les évolutions des personnages (qu’ils soient hommes ou femmes) sont extraordinaires.

    Au travers des œuvres de charité, des associations, des entreprises, de la réalisation des modèles de coutures, l’auteure nous amène à toucher du doigt les bouleversements qui ont traversé le 20ème siècle et dont nous bénéficions aujourd’hui.

    C’est une saga coup de cœur, même si parfois dans le dernier tome, je trouve qu’il y a quelques longueurs. J’ai beaucoup aimé la peinture qu’elle fait autour de la sensualité et la manière dont elle fait vivre la sexualité entre deux personnes.
    L’auteur sait à merveille exalter et enflammer les émotions chez ses personnages mais tout autant chez ses lecteurs.

    Au futur lecteur, ne soyez pas rebuter par le nombre de pages qui fondent comme neige au soleil dès que les pages se tournent.

    A découvrir absolument

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Ratdebibliotheque le Dim 26 Avr 2015 - 15:19

    J'ai peur que le livre m'ennuie par moment, les grandes sagas ont souvent quelques longueurs, mais merci pour cet avis !

    Pinky
    M
    M

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Pinky le Lun 27 Avr 2015 - 10:21

    à part 2/3 passages dans le T.3, il n'y a pas de longueurs insurmontables. Merci pour ta visite Ratdebibliothèque

    Contenu sponsorisé

    Re: LABERGE, Marie

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:15


      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc 2016 - 11:15