Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    HARSTAD, Donald

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Dim 18 Mai 2014 - 17:54


    édition Points - 290 pages.

    Mon résumé :

    Au fin fond de l’Iowa, il ne se passe jamais rien. Un meurtre tous les cinq ans, tout au plus. Aussi, quand le shérif Carl Houseman et ses hommes reçoivent un appel au secours, ils ne s’attendent pas à découvrir trois cadavres atrocement mutilés. Le pire reste à venir.

    Mon avis :

    Si je devais définir ce livre en un mot, ce serait "prenant". Au début, sa lecture m’intéressait, j’avais très envie de connaître la suite. Après la page deux cents, c’était bien pire, je ne pouvais pas lâcher le livre.

    Le personnage principal est un homme tout ce qu’il y a de plus ordinaire. La cinquantaine, marié, une grande fille, il a l’habitude des cambriolages, des personnes surprises en état d’ébriété, ou en possession d’une petite quantité de drogue. Il ne s’attend certainement pas à se retrouver avec un tueur sataniste dans son secteur, un tueur tout prêt à recommencer. Il s’attend encore moins à découvrir ce qui se cachent sous des personnes apparemment bien sous tout rapport.

    L’enquête progresse, et c’est déjà ça, ai-je envie de dire. Elle progresse par à coups, tout simplement parce qu’il n’est pas facile d’interroger des personnes que l’on côtoie tous les jours, que l’on estime. Il est encore moins facile de penser qu’elles vous mentent – la découverte n’en est que plus douloureuse, surtout si ces mensonges ont ralenti le cours de l’enquête.

    Quel est vraiment le pire, dans cette enquête ? Imaginer qu’un groupe de citoyens ordinaires soient capables de sacrifier un nouveau-né ? Penser qu’un homme, apparemment bien intégré dans la société, s’est transformé en tueur sanguinaire ? Ou, plus simplement, constater la facilité avec laquelle certains dérapent, adhèrent à des croyances les affranchissant de toutes les règles avec lesquelles ils vivaient jusqu’à présent ? Entrer dans une secte paraît incroyablement facile, et ce ne sont pas seulement des personnes vulnérables qui sont attirés par elles, non, ce sont, encore une fois, des personnes ordinaires, qui paraissent avoir réussi dans la vie – sans réussir cependant leur vie.

    Onze jours, premier roman de Donald Harstad, est un polar sanglant et efficace.

    Pinky
    M
    M

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Pinky le Lun 19 Mai 2014 - 9:53

    merci Nina pour cette présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Lun 19 Mai 2014 - 12:08

    Merci Pinky pour ta visite.

    Raphaèle
    LEH
    LEH

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Raphaèle le Lun 19 Mai 2014 - 21:38

    merci Nina je vais le mettre sur ma liste

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Lun 19 Mai 2014 - 22:15

    Merci Raphaèle pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Mar 12 Aoû 2014 - 14:33


    Titre : Code 10
    Editeur :Cherche-Midi. Nombre de pages : 349

    Présentation de l’éditeur :

    Dans un champ de cannabis planqué dans un parc de l’Iowa, un flic et un dealer sont froidement abattus. Tous s’en mêlent : les stups, le FBI, les services secrets… La collaboration s’annonce difficile. En suivant au jour le jour l’enquête du shérif Carl Houseman, on retrouve le style unique de Donald Harstad : une écriture d’un réalisme étonnant, qui en dit long sur les techniques d’investigation de la police américaine.

    Mon avis :

    Ami des séries policières bien calibrées, dans lesquels le coupable est toujours arrêté à la fin de l’épisode, bonjour. L’univers de Donald Harstadt est très différent, et pourra en rebuter certains.
    En effet, son héros Carl Houseman est au prise avec tout ce qui fait la beauté de ce métier : les tracasseries administratives. Les problèmes de juridiction, en veux-tu, en voilà – c’est fou le nombre d’organisation que comportent les États-Unis, et leur capacité à ne surtout pas collaborer entre elles. Il ne compte plus les heures passées à rédiger des rapports, qui se doivent être le plus précis possible. Quand l’officier de police sera amené à témoigner, des années après, il aura oublié maints faits et s’appuiera très souvent sur la relecture de son rapport. De plus, les suspects se montrent très procéduriers. Qui a tiré en premier, pourquoi, qui était dans son bon droit ? Les enquêtes internes paraissent une formalité en France. Aux États-Unis, elles semblent étonnamment banalisées, et les enquêteurs de se retrouver dans la peau de suspect plus souvent qu’à leur tour.
    Revenons à cette enquête ardue, qui met à mal la santé de Carl Houseman : il suit un régime strict, que les conditions de l’enquête ne lui permettent pas vraiment de respecter. Deux hommes ont été abattus, un policier et un dealer. Sauf que les causes apparentes de cette fusillade sont bien trop légères pour justifier cette tuerie : un simple champ de cannabis même pas à maturité, bref, pas de quoi fouetter un chat, et encore moins d’armer un fusil. Que s’est-il donc passé ?
    Ils ne sont pas au bout de leur surprise, dans cet état paisible, rural, où sévit l’antisémitisme le plus virulent. Pour faire court, certaines factions sont prêts à croire que la communauté juive aurait sous sa coupe les journalistes, la police, le gouvernement, etc, etc dans le but d’annexer certains Etats, dont, bien sûr, l’Iowa. Incroyable, pensez-vous ? Si ce n’est qu’ils sont très nombreux à le croire, et à être prêts à tout pour défendre leurs biens – dans le même registre, je pense à Femme qui tombe du ciel de Kirk Mitchell, si ce n’est que l’ennemi, celui qui veut voler les terres des bons américains sont les Indiens.
    Le fanatisme, la certitude d’être dans son bon droit entraînent des réactions inattendues, incontrôlables, absurdes. Qui a dit que l’Iowa était un état où il ne se passait jamais rien ?

    Pinky
    M
    M

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Pinky le Mer 13 Aoû 2014 - 10:47

    merci Nina pour cette nouvelle présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Mer 13 Aoû 2014 - 12:57

    Merci Pinky pour ta visite.

    Céline 37
    LA
    LA

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Céline 37 le Dim 8 Fév 2015 - 13:56



    L'histoire :
     
    Onze jours, c'est le temps qu'il faudra au shérif Carl Houseman et à son unité pour résoudre une enquête particulièrement troublante et éprouvante. Tout commence par la découverte, dans deux fermes isolées de l'Iowa, de plusieurs corps atrocement mutilés. Les victimes semblent avoir été l'objet de meurtres rituels...
    Donald Harstad, policier dans l'Iowa depuis plus de vingt-cinq ans, s'inspire d'une enquête qu'il a réellement menée pour nous conter cette terrible histoire. Vérifiant l'adage selon lequel " la réalité dépasse la fiction ", on découvrira dans ce voyage au bout de l'horreur que les habitants des campagnes américaines n'ont rien à envier à ceux des mégapoles en matière de secrets, de déviances et de perversités. Un polar noir, captivant et diablement efficace.
     
     
    Ce que j'en ai pensé :
     
    Ce roman tient en haleine car le rythme est très soutenu, grâce en partie au fait qu'il y ait beaucoup de dialogues.
     
    On est plongé rapidement au coeur de ses meurtres horribles. Certaines descriptions nécessite d'avoir le coeur bien accroché, mais personnellement j'aime assez.
     
    J'ai trouvé intéressant également de voir les procédures des enquêtes avec les retranscriptions codées, j'ai vraiment été plongée au coeur du fonctionnement d'une unité de police.
     
    C'est un très bon polar, efficace, sans superflu, j'ai beaucoup aimé.


    Je vois Nina que nous partageons le même avis sur ce livre super dans son genre.




    A relire sur mon blog ici

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Dim 8 Fév 2015 - 15:06

    Je suis ravie Céline qu'il t'ait plu également.
    Deux autres romans de cet auteur m'attendent toujours dans ma PAL.

    Sycele
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Sycele le Dim 8 Fév 2015 - 18:32

    Merci Céline, j'ai pris note, je suis sur que je vais aimer. donner la main

    Céline 37
    LA
    LA

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Céline 37 le Dim 8 Fév 2015 - 18:56

    Pas de quoi! J'attends de lire ton ressenti maintenant.  Wink

    Pinky
    M
    M

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Pinky le Lun 9 Fév 2015 - 10:45

    merci Celine pour cette présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Dim 7 Juin 2015 - 10:59


    5 octobre, 23 h 23.
    Edition Point - 440 pages.

    Mon résumé :

    Une journée ordinaire dans l’Iowa. Le shérif Carl Housement est appelé en renfort, une jeune femme est affolée. Elle prétend qu’un vampire a voulu rentrer chez elle. Plus tard, c’est la propre nièce du shérif Lamar qui est retrouvée vidée de son sang, dans la baignoire du domaine où, avec quatre autres jeunes gens, elle logeait. Les vampires existeraient-ils vraiment ?

    Mon avis :

    Iowa, état du Midwest, où il ne se passe jamais rien ! Les romans de Donald Harstad nous prouvent le contraire.
    En dépit de mon résumé, il s’agit bien ici d’un roman policier pur et dur. Il y a une grande différence entre les croyances et les peurs des uns, et la réalité de l’autre. Les enquêteurs gardent les pieds bien sur terre et savent que c’est un coupable mortel, en chair et en os qu’ils doivent rechercher. De là à dire qu’il est en parfaite santé mentale, il y a un pas que personne ne songe à franchir. Et se munir de gousses d’ail, en plus de la tenue réglementaire, ne peut pas faire de mal….
    Mais revenons à notre affaire et aux quotidiens des enquêteurs, qui doivent batailler avec des articles de lois pas toujours adaptés à leurs enquêtes (qui pouvait penser que quelqu’un se prendrait pour un vampire ?), des avocats toujours prêts à défendre leurs clients, et des clients qui avant de l’être, étaient des témoins avant toute chose. Rares sont ceux qui collaborent aisément avec la police locale, pas forcément parce qu’ils ont quelque chose à cacher, juste parce qu’ils usent de tous les artifices possibles (quitte à méconnaître la loi, finalement) pour ne pas révéler des choses insignifiantes – ou pas. Nous sommes bien loin des séries « explosives » américaines, tracasseries et paperasserie sont le lot quotidien des enquêteurs.
    Le quotidien, c’est aussi les contacts avec la famille des victimes, et le portrait de la famille américaine dressé par Donal Harsdat n’est pas forcément reluisant. Si sa vie personnelle est réduite à la portion congrue (sa femme tente de dormir quand il s’en va très tôt, et essaie de s’endormir quand il s’en va fort tard), ce n’est rien comparé aux destins de tous les jeunes cabossés, rabaissés, détruits par leur propre famille, et Edie, nièce de Lamar, ne fait pas exception à la règle. L’immense solitude de ses jeunes adultes, leur fragilité en font des proies faciles – et pas seulement pour ceux qui se prennent pour des vampires.
    5 octobre, 23 h 33, est un polar solide et minutieux, à lire pour tous ceux qui veulent en savoir un peu plus sur les coins perdus américains.

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Dim 7 Juin 2015 - 11:06


    -30
    Edition Point - 416 pages.

    Mon résumé :

    Carl Houseman est appelé en renfort, un automobiliste a refusé de s’arrêter lors d’un contrôle et il roule, ma foi, un peu trop vite sur une route très enneigée. Carl parvient à l’arrêter, et le reconnaît : Fred, qu’il a déjà arrêté pour de menus délits. Le jeune homme lui confie son dernier délit en date – et ses angoisses : il devait venir chercher ses cousins qui cambriolaient une maison. Ils ne sont jamais ressortis, bien que Fred soit venu les attendre à plusieurs reprises. Carl Houseman se rend sur les lieux : Fred n’aura pas à craindre les reproches de ses cousins, les deux jeunes hommes ont été assassinés. Commence alors une enquête difficile.

    Mon avis :

    Bienvenue sur les routes enneigées des États-Unis, des lieux difficiles pour les shérifs des différents états. Et si l’expérience de Walt Longmire ne vous a pas suffi, venez partagez celle de Carl Houseman.
    Il est un shérif de proximité, c’est à dire qu’il connaît les petits délinquants qui exercent (pas très bien) leurs talents dans le petit comté de Nation. Il connaît aussi les habitants, et les problèmes qui se posent dans cet Etat qui devrait n’en avoir aucun. Dans les enquêtes d’Houseman, il y a un avant et un après Code 10 : les séquelles sont là, physiques (Lamar est resté handicapé, Bud y a laissé la vie pour une simple assignation en justice) et morales. Et les conséquences sont toujours les mêmes : une méfiance, une défiance non seulement envers les forces de l’ordre, mais envers l’Etat américain tout entier : les théories du complot ne portent pas que sur le 11 septembre, l’antisémitisme, le racisme ont de beaux jours devant eux. Et réfuter des théories fumeuses est quasiment impossibles, même pour les meilleurs agents qui soient.
    Franchement, si deux cadavres étaient découverts dans un apprenti près de votre maison, et si vous appreniez que le crime a eu lieu DANS votre maison, en votre absence, comment réagiriez-vous ? Pour ma part, je fuirai mon domicile, irai vivre chez des proches, laisserai le champ libre aux enquêteurs pour faire toute la lumière sur ces meurtres et tenterai de les aider de mon mieux. lui, multiplie les obstructions, comme si, au fond, il savait qui a commis ces crimes.
    Cette enquête n’est facile ni pour Carl Houseman, qui ne compte plus ses heures supplémentaires y compris le week-end, ni pour les autres enquêteurs – même ceux venus de l’extérieur. Si Carl met en péril son mariage, sa santé et son sommeil (voir son « marathon de moutons » lors de son insomnie), il met toute son énergie à  aller au-delà des apparences, là où d’autres se contentent de la facilité (je pense à Art, le pro de la criminel et des jugements à l’emporte-pièce). Et si l’enquête progresse grâce à des investigations minutieuses et à des témoins courageux, il ne faut pas oublier qu’aux Etats-Unis, tout peut déraper très rapidement.
    -30 ° est un voyage dans l’Amérique profonde, là où le pire ne devrait pas avoir lieu d’être, mais se manifeste quand même.

    Pinky
    M
    M

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Pinky le Lun 8 Juin 2015 - 8:19

    merci Nina pour ces deux présentations

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Lun 8 Juin 2015 - 14:14

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Sam 15 Aoû 2015 - 9:47



    Six heures plus tard.
    Éditions Points - 445 pages.



    Présentation de l'éditeur :
    Personnage unique dans le domaine du polar, à l'instar d'un Philip Marlowe ou d'un Harry Bosch, Cari Houseman, le shérif du comté de Nation, que Donald Harstad fait bénéficier de ses vingt ans passés dans la police de l'Iowa, quitte cette fois son territoire familier pour les brumes de Londres. Envoyé en tant que " simple observateur " aux côtés du New Scotland Yard pour enquêter sur la disparition mystérieuse d'une jeune fille originaire de l'Iowa, Cari, loin de tous ses repères, est désormais seul, ou presque, pour affronter un ennemi aussi terrifiant qu'inhabituel.

    Mon avis :

    Voici la dernière aventure, à ce jour, du shérif adjoint Carl Houseman. Il vit et exerce sa profession dans l'état de l'Iowa, un état paisible, même si, deux ans plus tôt, lui et ses hommes ont été confrontés à une affaire de terrorisme. Pour l'instant, cependant, tout est calme, Carl Houseman peut se consacrer à la paperasse sans problème. Enfin, jusqu'à ce qu'il soit convoqué cérémonieusement par le shérif, ce qui ne lui ressemble pas du tout, même à la veille des élections ! A la suite de tractation et d'arrangements ingénieux, Carl Houseman a le privilège d'être envoyé à Londres en tant qu'observateur : Emma, la colocataire de sa fille Jane, issue comme elle d'une famille de l'Iowa, a été enlevée. Savoir qu'un représentant américain, connaissant bien la famille, est à Londres la rassurera.
    Carl Houseman, lui, se sent plutôt comme un chien dans un jeu de quilles et se met à la place des enquêteurs anglais : il n'aimerait pas voir quelqu'un gêner son enquête sous prétexte qu'il est du pays de la victime. "Consultant", oui, empêcheur de tourner en rond, non. Son objectif est aussi de rassurer sa fille et, parfois, de jouer un peu les touristes, pas dans le but de se détendre, mais plutôt d'avoir juste l'air d'un père, d'un ami inquiet, et pas d'un enquêteur dans la confidence de New Scotland Yard.
    Le lecteur a un avantage sur Carl, au cours de cette enquête dont nous suivons le développement au jour le jour : nous connaissons les ravisseurs, nous connaissons leur mobile, du moins en partie : l'ensemble de l'affaire nous sera également dévoilée petit à petit. Ce récit diffère de tous les romans qui paraissent actuellement et mettent en scène des terroristes - et oui, le mot est lâché. Ils sont toujours montrés comme des personnes déterminées, ayant toujours un ou plusieurs coups d'avance sur les enquêteurs, bref des personnes qui savent ce qu'elles veulent et comment parvenir à leur fin. Ici, c'est beaucoup, beaucoup plus compliqué, entre ceux qui croient tirer les ficelles et maîtriser parfaitement la situation, et ceux qui tirent vraiment les ficelles, sans se rendre compte qu'ils ne maîtrisent pas tout. Ce ne sont pas des grains de sable qui grippent la belle machinerie mise en place, non, c'est plutôt un énorme pavé qui endommage tous les rouages. La peur n'est jamais bonne conseillère, l'excès de confiance en soi non plus.
    Cette enquête se termine en demi-teinte pour Carl Houseman, et pour les siens. Là où d'autres ne verraient qu'une réussite (et je vous laisse trouver, c'est assez facile, des romans ou des films où le nombre de morts ne compte pas), lui compose avec tout ce qui s'est passé, et les concessions qu'il a dû faire pour que l'enquête soit menée à bien. Il est bon de temps en temps qu'un romancier tienne compte des hommes, et pas seulement des rebondissements de l'intrigue.

    Pinky
    M
    M

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Pinky le Sam 15 Aoû 2015 - 10:22

    merci Nina pour cette présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Sam 15 Aoû 2015 - 10:37

    Merci Pinky pour ta visite : j'ai lu tous les romans de Donald Harstad publiés à ce jour.

    Pinky
    M
    M

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Pinky le Sam 15 Aoû 2015 - 10:44

    bravo Nina, quel point de vue global pourrais-tu donné ? Une évolution et ton préféré ?

    Nina
    ML
    ML

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Nina le Sam 15 Aoû 2015 - 11:04

    Merci Pinky !
    Je ne peux pas vraiment parler d'évolution, plutôt d'enquêtes qui tiennent compte des précédentes. Le personnage principal, shérif adjoint, n'oublie pas ce qui est arrivé, sa juridiction ne comporte que deux mille habitants et les affaires ont toujours des conséquences, par opposition à d'autres séries mettant en scène des enquêteurs qui oublient les faits précédents. Ainsi, la nièce du shérif a été assassiné, et ce n'est pas un événement dont il se remet en dix pages - ou un seul roman.
    Mon préféré est Code 10, parce qu'il montre l'Amérique dans tout ce qu'elle a de plus réactionnaire, sectaire, raciste. Il est même difficile d'imaginer que c'est encore possible de penser ainsi en plein XXIe siècle - et pourtant, si.

    Pinky
    M
    M

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Pinky le Sam 15 Aoû 2015 - 11:06

    merci Nina pour ce complément

    Contenu sponsorisé

    Re: HARSTAD, Donald

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:40


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc 2016 - 10:40