Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    MEYER Deon

    Partagez
    avatar
    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    MEYER Deon

    Message  Ratdebibliotheque le Dim 1 Juin 2014 - 18:17

    Deon MEYER
    7 jours
    474 pages


    Résumé : 
    Un mystérieux imprécateur menace, dans un mail délirant, d'abattre un policier par jour tant que le meurtrier de la belle avocate d'affaires Hanneke Sloet n'aura pas été arrêté.Et s'empresse de joindre le geste à la parole.La police du Cap, prise de panique, charge Benny Griessel, déjà rencontré dans Le Pic du diable et 13 Heures, de rouvrir l'enquête, au repos depuis plus d'un mois.Pas d'indices, pas de mobile, pas de témoins, juste quelques photos où la victime posait nue, une forte pression venue du sommet de la hiérarchie, et un sniper insaisissable manifestement décidé à poursuivre sa mission.Fragilisé par la piètre opinion qu'il a de lui-même, déchiré entre le désastre de sa vie privée et son exceptionnelle conscience professionnelle, Griessel va devoir repartir de zéro.À l'arrière-plan se dessine bientôt un paysage urbain d'intérêts politiques et financiers, de compromission et de corruption, qui ouvre bien des perspectives et nous indique plus d'une fausse piste. Jusqu'au stupéfiant coup de théâtre final.
    Né en 1958 à Paarl, en Afrique du Sud, Deon Meyer a grandi dans une ville minière de la Province du Nord-Ouest. Ancien journaliste, puis rédacteur publicitaire et stratège en positionnement Internet, il est aujourd?hui l?auteur unanimement reconnu de best-sellers traduits dans 15 pays. Il vit à Melkbosstrand.Traduit de l?anglais par Estelle Roudet


    Mon avis :
    Superbe roman policier ! Il nous entraîne sur la piste d'un sniper, qui tuera un policier par jour, tant que le meurtrier d'Hanneke ne sera pas retrouvé. Qui est ce sniper ? Pourquoi fait-il cela ?
    Benny va devoir enquêter sur ces zones d'ombres, fouiller dans le passé d'Hanneke, aller de fausses pistes en fausses pistes, pour enfin connaître le fin mot de l'histoire, qui scotche le lecteur !
    Bref, un très bon roman policier, rempli de péripéties, écrit sur un rythme très rapide ! 
     5 etoile jaune 
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: MEYER Deon

    Message  Pinky le Lun 2 Juin 2014 - 15:57

    merci Ratdebibliothèque pour cette présentation
    avatar
    Lariflette
    LA
    LA

    Re: MEYER Deon

    Message  Lariflette le Mar 14 Fév 2017 - 20:23




    L’âme du chasseur (The heart of the hunter)

     

    Points policier – 2005 – 472 pages

     

     

    Note de l’éditeur :

     

    Véritable force de la nature, «P'tit» Mpayipheli s'est refait une vie honorable après sa mise au chômage par les services secrets sud-africains lorsque la fille d'un vieux camarade de lutte lui demande son aide: son père a été enlevé et ses ravisseurs menacent de le tuer si elle ne leur livre pas la rançon bien particulière qu'ils exigent. Que faire? Renouer avec un passé de meurtres et de corruption qu'il a eu du mal à mettre derrière lui pour sauver son ami ou le laisser tomber pour protéger sa nouvelle existence? Il n'hésite pas et les ennuis commencent: derrière le kidnapping, c'est en effet tout autre chose qui se joue et l'oblige à jouer son va-tout. Superbe course poursuite à travers une Afrique du Sud toujours en proie à ses vieux démons. L'Âme du chasseur a été salué comme un grand livre par le maître du policier américain Michael Connelly.

     

    Mon avis :

     

    J’avoue que j’apprécie cette littérature sud-africaine, avant, pendant et post apartheid de par ce qu’elle apporte sur la majesté de l’Afrique mais aussi par ses côtés très sombres, inquiétants, tristes mais également, à bien des égards, pleine de dignité. Ce qui est le cas ici.

    La force de D. Meyer, auteur que je lis pour la première fois, dans ce récit c’est sa construction qui est remarquable. Un peu comme M. Ravel dans son boléro : ajout d’un (ou plusieurs) instruments à chaque passage du leitmotiv ou, ici, pour Meyer, d’un nouveau personnage à chaque chapitre, sans indigestion pour le lecteur.

    P’tit est rangé des voitures, il vit peinardement avec Myriam et Pakamile le fils de cette dernière. La fille d’un ami à qui il doit une fière chandelle, vient le trouver pour qu’il retrouve son père. Elle ne peut pas aider à le chercher car elle est appareillée des jambes. Bref, P’tit y va.

    Entre écoutes téléphoniques, services secrets, police et armée, Meyer nous convie à une furieuse course poursuite du tonnerre du Cap à Lusaka en Zambie, ce qui n’est pas la porte à côté.

    P’tit est à moto, les suiveurs en hélico, avions, voitures et camion. P’tit est une force la nature, entraîné à tuer, les autres découvrent. Mais le héros tient à sa nouvelle famille, à cette vie loin des balles qui fusent et des gens que l’on supprime pour des raisons obscures, aussi il prévient les autres, je ne vous veux pas de mal, fichez moi la paix, passez votre chemin. Ils n’abandonneront pas car ce que détient P’tit est une bombe.

    On rit dans ce livre quand le club des motards veut l’aider et, peu après, c’est au tour du club des motards BMW, ce qui au lieu d’aider donne lieu à un affrontement particulièrement savoureux.

    On pleure et on est triste aussi.

    On voit du paysage, on mange du sable, on parcourt le Veld (je connais peu le Veld), on a les reins cassés par les trépidations de la machine (cf BB).

    Et puis j’ai aimé cette littérature, ces dialogues :

     

    -C’est quoi une GS ?

    -C’est une moto qui roule aussi bien sur bitume que sur route.

    -Comme une moto de trial ?

    - Non. Enfin…je suppose qu’on peut parler d’une trial avec une hyperthyroïdie.

     

    Ou

     

    -Vous savez ce que ça veut dire BMW ?

    -Quoi ?

    -Bankrot maar windgat, c’est ce que racontent les boers, Fauché mais fier de l’être.

     

    Les personnages, dont un griot chanteur – extra – sont bien campés, bien décrits, simplement, avec des mots justes, le paysage, l’ambiance peint au plus juste avec la couleur là où il faut. On transpire avec P’tit. J’ai eu peur avec lui, je l’ai suivi et j’ai passé un moment bien agréable.

     

    Que dire de plus

    Un coup de cœur.

     

    5/5

    B
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: MEYER Deon

    Message  Pinky le Mer 15 Fév 2017 - 9:13

    merci Lariflette pour cette présentation rythmée
    avatar
    peyrelong
    ML
    ML

    Re: MEYER Deon

    Message  peyrelong le Mer 15 Fév 2017 - 10:37

    Merci Lariflette pur cette présentation
    avatar
    Lariflette
    LA
    LA

    Re: MEYER Deon

    Message  Lariflette le Mer 15 Fév 2017 - 16:22

    Merci Mesdames de votre visite.

    B Very Happy
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: MEYER Deon

    Message  Nina le Mer 12 Sep 2018 - 19:57


    En vrille
    Edition Points - 495 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Traumatisé par le suicide d’un collègue, Benny Griessel replonge dans l’alcool. Sa supérieure hiérarchique le protège en confiant à son adjoint Cupido l’enquête sur le meurtre d’Ernst Richter, créateur d’un site qui fournit en toute discrétion de faux alibis aux conjoints adultères. Richter faisait chanter ses clients. Est-ce là une piste ? L’analyse des relevés d’appels de son portable, l’épluchage des comptes de sa start-up, les interrogatoires de ses employés, les perquisitions ne donnent rien. Les soupçons se portent aussi sur François du Toit, un viticulteur en faillite. Rien de probant. Les Hawks sont dans l’impasse. La solution surgira, contre toute attente, de l’esprit embrumé d’un Griessel au bout du rouleau.

    Mon avis :

    Le test du deuxième roman lu est parfaitement réussi pour Deon Meyer, et il est fort probable que la lecture d’un troisième est imminente. Il est rare de voir un policier re-chuter. Il est rare de voir les autres faire preuve de solidarité envers lui – Vaungh Cupido en tête, John Cloete aussi, à sa manière. Je n’ai garde d’oublier Alexa et Doc, son parrain. Ce n’est pas facile parce que ce qui l’a fait replonger est bien réel, tragique, irréparable, et qu’il se demande pourquoi il n’a rien vu venir, ce qu’il aurait pu faire pour l’empêcher.
    J’ai aimé l’analyse au jour le jour de l’état dans lequel se trouve Benny. Ce e sont pas les excuses qu’il se trouve, mais les sensations qu’il éprouve, et les stratégies mises en place pour boire, un peu, en toute impunité. L’on confond souvent l’ivresse et l’alcoolisme, Deon Meyer fait bien la différence. Il montre les risques et les conséquences – personnelle, professionnelles, familliales. J’aime quand la vie personnelle des personnages est aussi intéressante que l’enquête elle-même.
    Un homme a disparu, son corps est retrouvé trois semaines plus tard, il n’a pas été tué immédiatement. Son univers n’est pas celui de Benny, ni même celui des autres enquêteurs. Ernst Ricjter avait fondé une société pour fournir des alibis en cas d’adultère – les personnes qui pouvaient l’avoir assassiné sont hélas nombreuses, même si tout le monde l’aimait. Enfin, tout le monde prétend l’aimer. Parallèlement, nous suivons les confessions de François Du Toit, viticulteur, à une avocate quinquagénaire. Nous savons dès le début qu’il est lié au meurtre de Richter. Dans la même position que son avocate, nous l’entendons dérouler son histoire, en puisant dans ses origines des éléments qui peuvent expliquer le présent. J’écris de France, et de France, nous ne connaissons pas vraiment les crus étrangers (j’ai déjà du mal avec les crus français). Alors de là à connaître l’histoire de la vigne Sud-Africaine, de ses exploitations, de ce qui a régi leur exploitation… ce n’est plus un pas qu’il faut alors franchir, c’est un abîme ! François est un passionné, comme son père avant lui – tous les hommes de leur famille n’ont pas été comme eux. Les femmes ont été des éléments déterminants, fortes, à l’image de la mère de François qui a su imposer avec détermination ce qu’elle voulait. Certes, elle est blanche, dans un pays où, à l’époque de sa jeunesse, l’apartheid régnait. Elle a su pourtant aller au bout de ses convictions, et elle aura besoin de sa détermination toute sa vie – on la retrouve auprès de son fils, de sa belle-fille et de son petit-fils, dotée d’une autorité à faire se sentir tout petit les Hawks.
    Soyons clair : l’enquête nous emmène dans des circonvolutions inattendues. IL faut vraiment beaucoup d’énergie à Benny pour rester sobre, il lui en faut encore plus pour retrouver les indices, des petits faits manquants. Parfois, le hasard fait bien les choses : à force de regarder trop de séries américaines, les gentils témoins interprètent mal les faits et gestes des enquêteurs, et c’est parfois fort drôle.
    Une enquête et une intrigue très réussies.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: MEYER Deon

    Message  Pinky le Jeu 13 Sep 2018 - 8:28

    merci Nina pour cette présentation
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: MEYER Deon

    Message  Nina le Jeu 13 Sep 2018 - 9:04

    Merci Pinky pour ta visite.
    avatar
    Ventenpoupe
    LEH
    LEH

    Re: MEYER Deon

    Message  Ventenpoupe le Ven 14 Sep 2018 - 14:12

    Super, merci Nina. J'aime beaucoup ce bonhomme.

    B
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: MEYER Deon

    Message  Nina le Ven 14 Sep 2018 - 20:25

    Merci Ventenpoupe !

    Contenu sponsorisé

    Re: MEYER Deon

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 16 Nov 2018 - 0:10