Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    LANSDALE, Joe R.

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Lun 11 Aoû 2014 - 16:49


    L'arbre à bouteilles.
    Edition Folio - 349 pages.

    Présentation de l'éditeur :

    Hériter de cent mille dollars et d'une petite bicoque dans un quartier délabré n'est pas si mal et l'oncle Chester a fait un beau cadeau à son neveu Leonard... Même s'il faut tout nettoyer, que le plancher est pourri et que les voisins sont ce que l'on pourrait craindre de pire. Même si retaper une maison pour la vendre et abattre des murs, c'est prendre le risque de découvrir des squelettes cachés...

    Mon avis :

    Si vous avez lu ce roman et me dites que vous ne l’avez pas aimé, je crois que nous pourrons engager une solide discussion, à condition que vous ne me disiez pas, comme cette personne que j’ai croisée et qui n’aimait pas Henning Mankell : "je sais pas, j’aime pas, c’est tout".
    Bienvenue au Texas ! Le même Texas que l’on peut retrouver dans le film Killing Fields .Les personnages sont pauvres, voire très pauvres. Le travail ? Ils en ont, c’est déjà ça, même s’il est pénible et si les retenus sur salaire pleuvent comme la pluie en Normandie. Le racisme ? Bien présent, et il touche toutes les communautés. Demandez un peu à Hap, meilleur ami de Léonard, s’il est vu d’un bon oeil quand il arrive au beau milieu de la communauté noire (pas de politiquement correct, pour "afro-américaine", vous repasserez). Demandez aussi à la police si elle compte s’occuper un peu de toutes ses disparitions d’enfants noirs. La réponse est simple : non. Il suffit de chercher du côté de leur proche. Puis, ce sont des enfants noirs. Il ne faut pas demander l’impossible
    C’est pourtant ce que tenteront les deux amis, après avoir trouvé un squelette d’enfant en faisant des travaux dans la maison dont a hérité Léonard. Après un instant de doute (son oncle pourrait-il être coupable ?), Léonard se lance dans une enquête pour faire toute la lumière sur ce meurtre – et les autres disparitions. S’il laisse faire la police, confiné au service minimum, il sait qu’elle en restera là : son oncle est bien le coupable idéal pour elle.
    Force est de constater que, si l’on s’en donne la peine, on trouve – des ennuis, de grosses galères, des gnons, mais on trouve. On trouve aussi une homophobie galopante, et le terme est faible. La religion, le puritanisme ont une très grande place dans ces petites communautés, le pire étant que ces personnes croient sincèrement les monstruosités qu’elles débitent et mettent en pratique. C’est ça aussi, l’Amérique.
    L’arbre à bouteilles ? Un excellent roman, à l’humour imparable, qui nous conte l’horreur ordinaire et une très belle amitié.

    Pinky
    M
    M

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Pinky le Mar 12 Aoû 2014 - 8:38

    merci Nina pour cette belle présentation, j'ai été attirée par sa couverture en librairie, avec ton ressenti, je me le note

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Mar 12 Aoû 2014 - 9:43

    Merci Pinky !

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Dim 12 Oct 2014 - 23:31

    Diable rouge.
    Edition Denoël - 336 pages.

    Mon résumé :

    Hap et Léonard sont toujours les meilleurs amis du monde. A la demande de leur pote Marvin, ils enquêtent sur une affaire classée de double homicide. Examinant le dossier d’un oeil neuf, ils découvrent un diable rouge, peint à côté des corps. En creusant plus avant, ils s’aperçoivent que cette marque se retrouve sur d’autres scènes de crimes. Voilà nos deux amis lancés à la poursuite d’un serial killer.
    Mon avis :
    Si l’on me demandait une définition de l’amitié, je parlerai du lien indéfectible qui unit Hap et Léonard, au delà de tout ce qui peut leur arriver. Etre ami, c’est accepter l’autre tel qu’il est, respecter ses décisions, l’aider en cas de coup dur, et rester toujours franc avec lui : « Laisse-moi te dire, mon pote, va falloir te calmer avec les pancakes si tu veux que je continue à charrier ton gros cul dans l’escalier » dit Léonard à Hap, après un sérieux burn-out de celui-ci.  Brett, l’amoureuse fidèle, n’est pas en reste : « J’étais à deux doigts d’appeler le véto pour lui demander d’abréger tes soufrances ». Même les héros texans ne sont pas à l’abri d’un coup de barre – ou d’une panne de cracker en pleine dégustation d’un chili, avec des conséquences parfois dévastatrices. Suis-je nébuleuse ? Alors n’hésitez pas à lire cette aventure de Hap et Léonard, qui les plongent bien malgré eux dans un bain de violence.
    En effet, c’est fou le nombre de personnes qui leur en veulent. Je commencerai par deux voyous, qu’ils ont sévèrement dérouillé au début de l’intrigue. Pas pour le plaisir, vous vous doutez bien, non, pour donner une belle leçon après que ces deux charmants individus s’en soient pris à une charmante vieille dame, abondamment tabassée et dépouillée par leurs soins. Il est encore des gentlemen dans l’Ouest – je parlai de Hap et Léonard, bien sûr.
    Je poursuivrai par un criminel de plus grande envergure, qui avait déjà mis un contrat sur leurs têtes dans un opus précédent. Cette fois-ci, aussi. Certains ont de la suite dans les idées. Hap et Léonard aussi.
    Reste leur principal ennemi : Diable rouge en personne. Certains auteurs parviennent à nous faire ressentir de l’empathie pour un tueur, après que l’on découvre ses motivations profondes. là, Joe R. Lansdale n’essaie même pas. Il énonce ses motifs, libre au lecteur de juger, ou plutôt d’être horrifié. Rien ne justifie la violence, mais rien ne justifie non plus que l’on reste les bras croisés alors que l’on veut vous tuer et que l’on a presque réussi.
    Diable rouge est une réussite, je ne me lasse pas de lire les aventures d'Hap et Léonard.

    Pinky
    M
    M

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Pinky le Lun 13 Oct 2014 - 9:27

    merci Nina pour cette présentation, un duo qui fonctionne

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Lun 13 Oct 2014 - 18:08

    Merci Pinky.
    Oui, il fonctionne très bien.

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Ratdebibliotheque le Lun 13 Oct 2014 - 18:38

    Merci pour ton bel avis, Nina, je le note.

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Lun 13 Oct 2014 - 19:57

    Merci Ratdebibliothèque pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Ven 7 Nov 2014 - 19:20



    Le mambo des deux ours.
    Edition Folio - 384 pages.

    Présentation de l'éditeur :


    Visite guidée dans l'horreur du Texas ordinaire avec les deux protagonistes de "L'arbre à bouteilles". Cette fois, c'est à Grovetown, charmant petit bled où le K.K.K. assure régulièrement l'animation nocturne, que nos deux héros vont se faire remarquer. Ouragan, vaudou, séance de lynch, meurtres, menace de mort et violence raciste à tous les étages. Le quotidien de Hap Collins et Leonard Pine, en somme.

    Mon avis :
    Pour certains lecteurs, la couleur de la peau des personnages d’un roman n’a aucune importance. Quel intérêt de savoir si le héros a la peau noire ou blanche ? Cela ne change strictement rien à l’intrigue, ou à la manière dont les autres se comportent envers lui !  Ce devrait être le cas dans un monde idéal. Sauf qu’Hap et Léonard n’y vivent pas, et nous non plus à moins que l’on me prouve le contraire.
    Hap est blanc, Léonard est noir. Accessoirement, Léonard est gay et n’en fait pas du tout un mystère. Il a aussi des méthodes très personnelles pour retrouver le calme et la paix intérieurs – comme mettre le feu à la crack house de ses voisins, avec quelques lattages au passage. Hanson, le viril représentant de l’ordre) (celui-là même qui a soufflé sa petite amie à Hap dans L’arbre à bouteilles) leur met alors le marché en mains : s’ils ramènent Florida (oui, l’ex-petite amie d’Hap, et actuelle compagne d’Hanson) en bonne santé, il efface l’ardoise. Florida a en effet voulu faire toute la lumière sur le suicide d’un détenu noir dans une prison tenue par des blancs pour lesquels l’inégalité des droits est une évidence quasi-biblique. Si quelqu’un leur citait : « Je suis noire, mais je suis belle, fille de Jérusalem », je ne pense pas qu’ils seraient capables de situer cette phrase.
    Hap et Léonard déboulent donc dans une petite ville même pas charmante, Grovetown. Nous sommes dans un Texas White Trash, celui que l’on ne montrera ni dans les séries télévisées, ni dans les guides touristiques. Tout y est tellement blanc que les « gens de couleur » n’ont même pas un quartier, ils sont partis vivre à la périphérie de la ville, et n’y viennent qu’en cas de nécessité absolue. Enfin… quand je dis « blanc »… ne faites attention ni à la crasse omniprésente, ni à la bêtise affichée. « J’ai des amis nègres, mais j’les fréquente pas », dit le shérif, qui dissimule pourtant une capacité certaine de réflexion – mais pas pour tous les sujets.
    Hap et Leonard sont unis par une amitié indéfectible qui les pousse à ne jamais laisser tomber l’autre – dans tous les sens du terme – et à ne pas écouter les conseils de prudence qu’on leur donne. Le mambo des deux ours n’est pas une gentille aventure dans un pays merveilleux. C’est aussi une intrigue crue, à la violence toujours prête à surgir là où on ne l’attend plus.
    Le mambo des deux ours est un livre que j’ai adoré.

    Pinky
    M
    M

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Pinky le Sam 8 Nov 2014 - 9:48

    merci Nina pour cette présentation, je passe mon tour

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Sam 8 Nov 2014 - 10:50

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Ven 27 Fév 2015 - 14:35


    Tape-cul
    Edition Folio - 336 pages.

    Mon résumé :

    Hap Collins ne va pas bien, mais alors pas bien du tout. Il squatte lamentablement chez son ami Leonard, se laisse aller, laisse traîner ses affaires sales un peu partout. Il est grand temps de se ressaisir, sauf à vouloir être expulsé à grands coups de pied quelque part ! Il est amoureux d'une charmante jeune femme, Brett, et c'est d'elle que viendra le salut. En effet, Tillie, sa fille, exerce le plus vieux métier du monde et court le risque de ne plus l'exercer longtemps...

    Mon avis :

    J'ai une tendresse particulière pour ces deux héros totalement déjantés - même si Hap a un gros coup de mou. Il ne durera pas, il n'a déjà que trop duré avant que le roman ne commence. Et Léonard est là pour lui administrer, si nécessaire, pour lui rappeler qu'il vit chez lui, et qu'il est prié de mettre un peu d'ordres dans tout le bordel qu'il a foutu un peu partout dans la maison.
    Heureusement, il y a Brett, aussi, la presque femme de la vie de Hap. Il est méfiant, notre ami : il faut dire que Brett a eu une manière très personnelle de régler son problème de violence conjugale. Aujourd'hui, elle a besoin de lui, afin de retrouver sa fille Tillie.
    Si vous vous attendez à une gentille quête bien traditionnelle, avec des obstacles, des opposants, des... Avez-vous déjà lu des romans de Joe R. Lansdale ? Sinon, vous sauriez que tous les chemins pris sont de traverses, que les adversaires sont hautement improbables, que le politiquement correct a foutu le camp depuis trèèèèèès longtemps. La rédemption, le rachat ? Il a lieu en espèce sonnante et trébuchante. Gare à ceux qui joueraient sur plusieurs tableaux, les bénéfices sont rarement à compter en argent, plutôt en plomb. Hap et Léonard, eux, ont une ligne de conduite très simple. Pour Hap, aider Brett, pour Léonard, aider Hap - même s'il ne se fait aucune illusion sur la fille de Brett.
    Du Texas au Mexique en passant par l’Oklahoma, nos deux héros vivront des aventures extraordinairement inoubliables, qui laisseront des traces et poseront bien des problèmes moraux à Hap. Non, de telles aventures ne laissent pas intacts, sauf dans les mauvais romans. Elles permettent aussi des rencontres inouies - ce n'est pas le "fils" adoptif de Léonard qui dira le contraire.
    Encore un excellent opus signé Joe R. Lansdale.

    Pinky
    M
    M

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Pinky le Sam 28 Fév 2015 - 9:42

    merci Nina pour cette nouvelle présentation avec la suite des aventures des deux compères

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Dim 1 Mar 2015 - 12:31

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Dim 5 Juil 2015 - 22:13

    Vanilla Ride
    Edition Folio - 384 pages.

    Mon résumé :

    Hap et Léonard reçoivent la visite de leur vieil ami Marvin. Il leur demande un service : chercher sa petite fille, qui ne veut pas quitter son dealer de petit ami, trop droguée qu’elle est pour faire preuve de lucidité. Hap et Léonard acceptent. Peut-être n’auraient-ils pas dû.

    Mon avis :

    « J’ai la tête qui tourne, j’ai mal au crâne, et je veux mon nounours« , déclare Hap, aux deux tiers de leur aventure. Je vous demande donc d’imaginer, surtout si vous connaissez bien Hap, ce qui a pu le mettre dans un état pareil. Quant à Léonard, il « souffre le martyre". Recueillement, vous dis-je, parce qu’à ce moment du récit (p. 278 sur 384), ils n’étaient pas au bout de leur peine !
    Sauver Gadget (la petite fille de Marvin) était presque une promenade de santé contrairement à leurs précédentes aventures. Pas besoin de s’envoler vers le Mexique comme pour sauver la fille de Brett, non, rien de tout cela. Juste une petite promenade de santé, un affrontement avec des dealers, des drogués qui ont vraiment des goûts vestimentaires absolument ahurissants. Comment voulez-vous prendre quelqu’un au sérieux s’il porte un caleçon Scoobidoo ? Impossible, Hap et Leonard sont bien d’accord.
    Bref, tout était simple, si ce n’est qu’on ne peut sauver que les personnes qui veulent l’être et que Gagdet n’en a pas vraiment envie. Elle l’a dans la peau, son jules, ou plutôt la drogue qu’il lui procure – et c’est reparti pour un tour, un très grand tour, avec moults embêtements à la clef pour Hap et Leonard. Je jetterai un voile pudique dessus, et sur la suite des événements. Le but n’est pas de gâcher votre plaisir de lecture. Le mien, en tout cas, fut très grand.
    Quoi qu’il arrive, rappelez-vous une chose : nous sommes au Texas. S’acheter, se procurer, porter, utiliser une arme à feu, rien n’est plus facile. Par contre, être noir(e) au Texas et fréquenter un blanc, ce n’est pas compliqué, c’est quasiment insensé, pour ne pas dire très risqué. Il est toujours bon de montrer un état des lieux, même si j’aurai aimé qu’il soit bien meilleur.
    Vanilla Ride ne plaira pas à tout le monde, et c’est vraiment dommage. Il déplaira pour de mauvaises raisons, à savoir un langage trop coloré pour les puristes, des situations trop violentes pour les âmes très très sensibles. Certaines personnes n’osent pas. Pour ma part, je terminerai ce billet par l’état d’esprit dans lequel se trouve Leonard, au moment où Hap réclame son nounours : « J’ai l’impression d’avoir été mâchouillé par un loup qui a fini par me chier par-dessus le bord d’une falaise avant qu’un éléphant n’écrase la crotte que je suis devenu… »

    Pinky
    M
    M

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Pinky le Lun 6 Juil 2015 - 8:23

    merci Nina pour cette présentation, je ne lirai vraisemblablement pas ce livre, en effet mais j'adore particulièrement ta dernière phrase. J'aime le langage imagé...

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Lun 6 Juil 2015 - 15:06

    Merci Pinky pour ta visite.
    J'aime beaucoup ce langage aussi, mais il fait dire à certains lecteurs qu'ils ont eu "honte" de lire un tel livre, et qu'ils se sont lavés les mains et les yeux après. Suspect

    Pinky
    M
    M

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Pinky le Mar 7 Juil 2015 - 8:17

    je n'ai pas encore ressenti ce type de symptôme encore beaux yeux

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Mar 7 Juil 2015 - 10:43

    C'est une bonne nouvelle !

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Mar 7 Juil 2015 - 20:49


    Bad CHili
    Edition Gallimard - 328 pages.

    Mon résumé :

    Hap et Leonard sont toujours prêts à aider des personnes en détresse, si ce n'est que là, c'est Leonard qui est en danger. Comment Hap pourra-t-il venir en aide à son vieil ami et complice ?

    Mon avis :

    Ce qui est bien, avec les romans de Joe R. Lansdale, c’est le nombre d’entrée différente que l’on peut trouver pour l’aborder. Nous pouvons retenir son aspect conte : « Il était une fois un gentil écureuil qui en voulait un peu aux noisettes d’Hap ». Vous avouerez cependant qu’il devient vite un peu trash. Nous pouvons aussi montrer le roman réaliste : Hap n’a pas d’assurance maladie digne de ce nom, je ne vous parle même pas de ses cotisations à la caisse de retraite. Se faire soigner est compliqué, pour ne pas dire impossible. Nous avons aussi la vision de l’Amérique profonde, vraiment très profonde qu’il nous montre. Hap est blanc, Leonard est noir, et cela change tout. Leonard est gay, et cela ne lui pose aucun problème, pas plus qu’à son ami Hap, hormis quelques échanges de blagues bien sentis de part et d’autres.
    Seulement, là où tout dérape, c’est quand le petit ami de Leonard est assassiné, petit ami avec lequel il était en froid (mais avec l’espoir d’une réconciliation à venir). Il est le coupable tout désigné ! Pourquoi s’embetter à aller enquêter plus loin ? Surtout que la réputation de Leonard, ancien du Vietnam, n’est plus à faire.
    Que faire, justement ? Hap n’a pas l’intention de rester dans sa chambre d’hôpital alors que son meilleur ami risque le pire ! Les âmes sensibles, pudibondes et frileuses se dirent qu’il aurait peut-être mieux fait d’y rester, vu tout ce qu’il va endurer. Que ne ferait-on pas par amitié ?
    Bad Chili est à lire absolument si vous voulez découvrir l’envers du rêve américain.

    Pinky
    M
    M

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Pinky le Mer 8 Juil 2015 - 8:45

    merci Nina pour cette nouvelle présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Mer 8 Juil 2015 - 9:52

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Lun 14 Sep 2015 - 21:57

    Les mécanos de Vénus.
    Edition Denoël - 192 pages.

    Mon résumé :

    Hap est un petit blanc qui trime pour pas grand chose. Son meilleur ami est Leonard, un noir très gay, ce qui n’est jamais bien vu au Texas. Un jour, l’ex-femme de Hap revient, et Leonard ne voit pas cela d’un très bon oeil – il sait dans quel état était Hap après leur rupture. Dois-je préciser qu’il n’avait pas tort ?

    Mon avis :

    Voici la première aventure de Hap et Leonard – j’ai longtemps cru qu’il s’agissait de l’arbre à bouteilles. Nous les retrouvons jeune et, dans le cas de Hap, déjà largement désabusé par un parcours sentimental chaotique et des engagements qui le menèrent tout droit à la case prison. Leonard, lui, est un peu différent, et morflera particulièrement au cours de cette première aventure. Ne lui demandez surtout pas de tendre l’autre joue. Ce n’était déjà pas le genre de la maison.
    Désabusé vous dis-je, amoureux encore, pas au point de ne pas se méfier, et prendre pour argent comptant les belles promesses et les beaux engagements de son ex chère et tendre. Les chaos seront nombreux sur leur route, et si l’humour est déjà là, l’amertume a une large place dans le dénouement.
    A lire pour mieux connaître Hap et Leonard.

    Pinky
    M
    M

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Pinky le Mar 15 Sep 2015 - 8:34

    merci Nina pour cette présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Nina le Mar 15 Sep 2015 - 20:57

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    Re: LANSDALE, Joe R.

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:45


      La date/heure actuelle est Mar 6 Déc 2016 - 8:45