Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    CARLSON, Ron

    Partagez
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    CARLSON, Ron

    Message  Nina le 10/21/2014, 6:20 pm


    Edition Gallmeister - 258 pages.

    Présentation de l'éditeur :

    Au coeur de l'Idaho et des montagnes Rocheuses, trois hommes se trouvent réunis pour réaliser une étrange construction au-dessus d'un canyon. Chacun est muré dans son propre isolement et tente de fuir son passé. Il y a d'abord Arthur Key, colosse taciturne qui a subitement quitté Los Angeles, puis le jeune et indolent Ronnie Panelli, petit voleur à la tire. Tous deux ont été embauchés à la hâte par Darwin Gallegos, lui-même en colère contre Dieu et les hommes après le décès accidentel de sa femme. Sur le site grandiose de ce chantier suspendu entre ciel et terre, une amitié profonde va se tisser entre les trois hommes qui se libèrent peu à peu de leurs obsessions tandis qu'une ombre funeste plane sur le projet.

    Mon avis :

    J’ai aimé la lecture de ce roman, qui tranche avec mes lectures actuelles. S’il est un mot qui me vient à l’esprit, c’est le mot « temps ». L’auteur prend le temps de poser ses personnages, de montrer leur vie quotidienne dans ce chantier un peu invraisemblable, rampe de lancement pour une cascade en moto.
    Chacun de ses trois hommes arrive avec ses propres bagages – lourds, pour tous les trois. Attention, nous ne sommes pas dans un mauvais mélodrame, aucun d’entre eux ne dissimule un secret monstrueux et invraisemblable. Chacun d’eux est un homme de chair et d’os, avec des sentiments, des émotions, des souvenirs. Des douleurs. Les gestes les plus simples, les plus répétitifs, la nécessité de se concentrer sur cette construction sont aussi un moyen de ne plus penser – pour un temps.
    Seuls dans cette nature, avec des lapins pour uniques visiteurs (ou presque), ils ont le temps de ne pas se parler, de se parler, de nouer ce qui ressemble beaucoup à de l’amitié, avant de – qui sait ? – parvenir à renouer le fil de sa vie. Ou pas.
    Cinq ciels est un très beau roman pour les fans de Nature Writing.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Pinky le 10/22/2014, 5:43 am

    merci Nina pour cette présentation, j'aime le thème abordé et je le note sur mon petit carnet
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Nina le 10/22/2014, 6:38 am

    Merci Pinky !
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Nina le 12/12/2015, 5:06 pm



    Le signal.
    Edition Gallmeister (janvier 2011) - 222 pages.

    Présentation de l'éditeur :

    Pour la dernière fois, Mack et sa femme, Vonnie, partent camper dans les montagnes du Wyoming afin de se dire adieu. Enlisé dans les dettes et l'alcool, Mack a peu à peu contraint Vonnie à renoncer à l'amour profond qui l'avait attirée vers l'Ouest, et la jeune femme a refait sa vie. Cette randonnée est un moment de complicité retrouvée, une ultime chance de se dévoiler l'un à l'autre. Pour Mack, cette expédition est aussi l'occasion d'exécuter une dernière mission pour le compte d'un intermédiaire douteux afin de sauver son ranch de la faillite. Au coeur des vastes étendues sauvages, guidé par un faible signal GPS, il doit retrouver une mystérieuse balise égarée lors d'un survol de la région. Mais cette mission se révélera bien plus périlleuse que prévu. Le Signal est un roman magistral combinant le destin d'un amour qui s'achève avec un suspense qui nous mène au paroxysme de l'angoisse. Un livre palpitant qui se lit d'une traite.

    Mon avis :

    Amateur de vitesse, de péripéties nombreuses et rudement menées, passez votre chemin. Ron Carlson prend son temps, ce qui ne signifie pas qu'il est lent. Il prend le temps de décrire les paysages, il prend le temps de raconter le passé de ce couple, aujourd'hui divorcé, qui s'est profondément aimé. Ce n'est pas un récit dans l'ordre chronologique, plutôt des bouffées de souvenir qui remontent et prennent place en plein coeur du Wyoming.
    Il montre aussi comment le mal, absolu, peut se cacher dans les plus beaux paysages. Mack est prêt à beaucoup de choses pour sauver son ranch - pour son couple, c'est trop tard depuis longtemps. Il n'est cependant pas prêt à sacrifier une vie, quelle qu'elle soit.
    Un beau roman épuré.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Pinky le 12/13/2015, 7:16 am

    merci Nina pour cette présentation,
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Nina le 12/13/2015, 8:00 am

    Merci Pinky pour ta visite.
    avatar
    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Ratdebibliotheque le 12/13/2015, 11:09 am

    Merci Nina pour cet avis.
    Je ne le lirai pas, la lenteur, les descriptions, c'est tout ce qui me rebute dans un roman.
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Nina le 12/13/2015, 12:00 pm

    Merci Ratdebibliothèque pour ta visite.
    J'aime mieux prévenir : certains lecteurs peuvent ne pas aimer (surtout que, du coup, l'intrigue principale traîne un peu en longueur).
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Nina le 12/30/2016, 8:26 pm



    Retour à Oakpine
    Edition Gallmeister - 282 pages.
    Présentation de l’éditeur :

    La petite ville d’Oakpine, au cœur des magnifiques paysages du Wyoming, offre une vie paisible à ses habitants. Et c’est à cela qu’aspire Jimmy, 50 ans, atteint du sida. Devenu un écrivain renommé à New York, il souhaite désormais retrouver sa ville natale pour y passer les derniers mois de sa vie, et renouer avec ses parents. Il découvre que le destin vient de réunir à Oakpine ses trois meilleurs amis d’enfance : Craig, Frank et Mason. Chacun a fait son chemin, construit une vie, mais tous se trouvent aujourd’hui à un tournant de leur existence. Petit à petit, au gré de ces retrouvailles, les quatre hommes vont se rendre compte que leur amitié est la meilleure arme pour effacer les fantômes du passé et affronter les obstacles du présent. Avec pour décor des images lumineuses et émouvantes de l’Ouest américain, Ron Carlson dépeint toute l’humanité de ses personnages et offre un portrait bouleversant de l’amitié, dans un nouveau roman qui confirme son infini talent à sonder les âmes.


    Mon avis :
    Retour à Oakpine est un roman qui traite d’un sujet délicat (la fin de vie d’un malade atteint du SIDA, son retour dans sa ville natale auprès de ses parents qu’il n’a pas vu depuis trente ans), avec non moins de délicatesse.
    Le hasard, le destin, ou quel que soit le nom que l’on veut bien lui donner, réunit Jim et ses trois amis d’enfance, amis qu’il n’a pas vu depuis trente ans, depuis la tragédie qui a précédé son départ. Chacun a mené sa vie, comme ils l’entendaient : Jim est un écrivain reconnu, Mark un avocat qui ne manque pas de renom, Franck tient un bar, Craig rénove des maisons, son fils l’aide parfois, sa femme travaille au musée de la ville. Certains ont eu une vie sentimentale heureuse, d’autres plus mouvementées, sans remords ni regrets.
    Non, ce petit coin du Wyoming ne cache pas de noirs secrets, il n’y a rien de pourri dans l’état du Wyoming, simplement des hommes, des femmes, qui vivent leur vie, mènent leur barque de leur mieux, de manière très éloignée parfois de leurs rêves ou de leurs ambitions, sans pour autant avoir sombré. Oui, de solides hommes et femmes, unis par des souvenirs, et réunis par cette amitié qu’ils n’ont pas oublié, qui les font se rendre au chevet de Jim, qui les font aussi remonter leur groupe de rock, sans autre ambition que de rejouer à nouveau ensemble – sans Jim, trop affaibli.
    La jeune génération est présente également, avec ses propres rêves, ses excès parfois, ses principes aussi, et des adultes pour les épauler : la bienveillance, le respect, ont aussi droit de cité dans la littérature américaine contemporaine. Il est bon aussi de montrer cette Amérique où il ne se passe pas grand chose mais où l’on peut être heureux et tolérant : ses amis ne font-ils pas de leur mieux pour que Jim se sente le moins mal possible ? Reste son père, comme un exemple d’une certaine intolérance, lui qui refuse de le voir, et même de l’accepter dans sa maison. Mais les sentiments ne sont pas aussi simples qu’ils le paraissent.
    Retour à Oakpine est un beau roman d’amitié, à lire si vous avez besoin de fréquenter des oeuvres sereines.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Pinky le 12/31/2016, 9:10 am

    merci Nina pour cette présentation
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Nina le 12/31/2016, 9:28 am

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    Re: CARLSON, Ron

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est 4/30/2017, 7:09 am