Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    HINKSON, Jake

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    HINKSON, Jake

    Message  Nina le Sam 12 Mar 2016 - 20:41

    L'enfer de Church Street
    Edition Gallmeister - 240 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Alors qu’il est victime d’un braquage sur un parking, Geoffrey Webb propose à l’agresseur de lui donner tout ce qu’il veut à condition qu’ils partagent ensemble cinq heures en voiture jusqu’à Little Rock dans l’Arkansas. Webb a quelque chose à dire et a besoin de se confesser, même avec un forcené.

    Mon avis :


    Road movie ? Pas vraiment. Geoffrey Webb est pris en otage, oui, mais le lecteur ne saura pas ce qui se passe pendant le voyage qui part de l’Oklahoma pour nous mener dans l’Arkansas. Nous aurons le départ – arme au poing – et l’arrivée – pas dans de meilleures conditions. Pendant le voyage, nous entendrons le récit de Geoffrey Webb. Je ne dirai pas sa confession : Webb ne cherche pas l’absolution, juste une oreille attentive.
    Dire que la famille et l’église en prennent pour leur grade dans ce roman est presque un lieu commun. Parmi les hommes d’église que nous rencontrons, lesquels croient réellement en ce qu’ils disent ? Frère Card, certainement, sa femme aussi, et ils nous montrent que l’extrémisme religieux est partout. Bien que chrétienne, je me suis soudain sentie presque agnostique face à tant de rigidité. Ou comment l’on en vient à se disputer pour des broutilles tout en se disant croyant (« aime ton prochain comme toi-même » est passé depuis longtemps aux oubliettes). Pour les autres je reste réservée – et je ne parle même pas du narrateur, Geoffrey. Il maîtrise parfaitement le discours religieux, qui est devenu un automatisme langagier chez lui. Mais sa place dans cette petite église n’est qu’une étape pour satisfaire ses ambitions – toutes ses ambitions.

    Ce n’est pas le suspens qui monte peu à peu c’est la tension, au fur et à mesure que l’étau se resserre autour de Webb. Il a eu une jeunesse difficile, il nous l’a raconté, ou plutôt il l’a raconté à son preneur d’otage. Ce n’est plus une excuse dans la mesure où quasiment tous les personnages ont eu une jeunesse difficile ! Bienvenue dans l’Amérique bien profonde, celle qui n’a même pas conscience de l’être. J’ai vraiment adoré ce livre, en dépit de toutes les horreurs qu’il racontait – ou grâce à elle ? N’hésitez pas, et venez à votre tour à Church street !

    Nina
    ML
    ML

    Re: HINKSON, Jake

    Message  Nina le Sam 12 Mar 2016 - 20:45

    L'homme posthume.
    Edition Gallmeister - 168 pages.

    Présentation de l'éditeur :

    Les choses ont vraiment mal tourné quand Elliott s’est suicidé. Ou plutôt quand il a raté son suicide. Car après être resté mort pendant trois minutes, le voici ramené à la vie. Et il y a cette jeune infirmière un peu étrange qui prend soin de lui. Il n’a toujours rien à perdre alors pourquoi ne pas faire un bout de chemin avec elle.

    Mon avis :

    Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre, c’est ainsi que je voudrai qualifier le second roman que je lis de Jake Hinkson. L’action, comme dans son premier roman, se situe en Arkansas. Comme dans son premier roman, son héros est un ancien pasteur. Il a tenté de se suicider, il a presque réussi : il est mort pendant trois minutes. Revenu à la vie, par la grâce d’une infirmière à l’étoile noire prénommée Félicia – et non par celle d’une autre infirmière qui lui assène des vérités qu’il a lui-même asséner pendant des années, Eliot commence une nouvelle vie. Et, dans les pages d’un roman noir américain, cette nouvelle vie n’a rien à voir avec une quête de rédemption, plutôt vers une nouvelle chute – au sens propre comme au sens figuré.
    D’ailleurs, sommes-nous encore dans notre monde ? Oui, si nous suivons la succession d’aventures sanglantes que vit Eliot. Ce n’est pas une main tendue qu’il l’aide à revenir à la vie, c’est un homme imprévisible, qu’aucun péché n’effraie, un homme qui a une interprétation très personnelle de la religion chrétienne – aux risques et périls de ceux qui côtoient sa route. Stan, dont le nom me rappelle une chanson d’Eminem, a tout de l’ange gardien déchu – celui qui emmène tout droit vers l’Enfer.
    Sauf que l’Enfer, un Enfer personnel qu’il s’est construit lui-même, Eliot y est déjà. Son métier de pasteur – parce que c’est un métier, qui nécessité un vrai travail, une vraie maîtrise de la parole et des sermons, plus qu’une vocation dirait-on – ne l’a pas empêché d’y entrer, bien au contraire. En sortira-t-il ? Comment en sortira-t-il ? Ce roman n’apporte pas de réponse définitive, à chacun d’interpréter son intrigue et son dénouement.
    Jake Hinkson : un auteur à suivre, définitivement.

    Pinky
    M
    M

    Re: HINKSON, Jake

    Message  Pinky le Dim 13 Mar 2016 - 10:53

    merci Nina pour ces deux présentations

    Nina
    ML
    ML

    Re: HINKSON, Jake

    Message  Nina le Dim 13 Mar 2016 - 11:24

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    Re: HINKSON, Jake

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:47


      La date/heure actuelle est Mar 6 Déc 2016 - 8:47