Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    CLEMENTE RUIZ, Gavin's

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    CLEMENTE RUIZ, Gavin's

    Message  Nina le Jeu 7 Avr 2016 - 23:05



    Comment papa est devenu danseuse étoile.
    Edition Mazarine - 237 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Depuis qu’il est au chômage, Lucien Minchielli, 47 ans, est affalé sur le canapé du salon. Sophie, sa femme, n’en peut plus. Un jour, subitement, il reprend le sport et s’inscrit au cours de danse de sa fille Sarah, qui en est mortifiée. Paul, le petit dernier, se réfugie chez sa grand-mère, une ancienne danseuse étoile du Bolchoï que son mari a abandonnée à l’annonce de sa grossesse. Si la danse est une histoire de famille chez les Minchielli, Lucien s’était jusque-là bien gardé de s’y intéresser. Comment la famille va-t-elle survivre à ce nouvel épisode qui bouscule tout leur équilibre ?

    Mon avis :

    Le titre intrigue, amuse aussi : le lecteur ne s’attend pas à lire un drame ou une tragédie en découvrant cette phrase. Certains hausseront peut-être le sourcil : un homme, un père de famille ne peut en aucun cas devenir danseuse, sauf à se lancer dans les méandres d’une quête identitaire pas piquée des hannetons. Je vous rassure, le roman n’est pas aussi complexe, ce qui ne veut pas dire que, sous des dehors légers (voir la couverture à dominante bleu ciel, avec cet improbable danseur en tutu rose).
    Pourtant, la vie de la famille Minchielli n’est pas totalement rose, et c’est Paul, le fils, qui aime compter, jouer aux échecs et noter (dans cet ordre), qui nous la raconte. Sa mère, Sophie, a un bon travail. Son père avait un bon travail et depuis qu’il l’a perdu, il ne quitte plus le canapé. La soeur a raté le concours qui lui aurait permis de devenir la danseuse classique qu’elle rêve d’être – elle n’est pas la seule à rêver puisque la grand-mère est une ancienne danseuse étoile du Bolchoï.
    Bref, tout n’allait pas si bien dans le moins pire des mondes quand Lucien, le père s’est mis à faire du sport avec une constance rare. Pour quelles raisons ? Parce qu’il est sur le point d’accomplir son rêve de gosse. Lequel ? Je ne vous le dirai pas (vraiment), je dirai simplement que, dans ce roman, l’un des thèmes principaux est ce que l’on souhaite transmettre à ses enfants, et les moyens que l’on se donne (ou pas) pour y parvenir.
    En effet, si vous m’avez lu jusque là, vous avez compris qu’il manque des membres à cette famille. Les parents de Sophie ont quasiment coupé les ponts, espérant nettement mieux pour leur fille qu’un vendeur de photocopieuse dénué de père. En effet, s’il a donné son nom et son prénom à son fils, Lucio Monchielli était une étoile filante qui a pris la poudre d’escampette dès que cela lui fut possible. Comment être père quand on n’en a pas eu ? A voir la répartie de Paul, et la crise d’adolescence des plus ordinaires de Sarah, je me dis que Lucien a plutôt bien réussi – enfin, jusqu’au chômage.
    Comment être un mari quand on n’a pas véritablement connu de couples autour de soi ? En digne danseuse déchue, Maria Minchielli, qui a fui l’Est par amour, n’a jamais refait sa vie. Sa meilleure amie s’est vouée à son art et le transmet à ses élèves, dont la petite-fille de Maria. . Ni l’une ni l’autre ne se plaignent, pas plus que Lucien : « On ne pleure pas chez les Minchielli », leitmotiv qui rappelle de ne jamais s’appesantir sur son sort, quelles que soient les difficultés.
    La danse est une histoire de famille, et quand Lucien prend à son tour des cours de danse, cela ne fait pas plaisir à tout le monde. J’ouvre une parenthèse : les médias ont beau dire que la danse classique se démocratise, je ne vois pour ma part rien venir. Aussi, je trouve intéressant l’idée, développer dans la deuxième partie du livre, de faire danser tous ceux qui le souhaitent, quels que soient leurs physiques (les critères pour rentrer à l’école de danse de l’Opéra ne sont pas seulement technique). Utopique ? Pina Bausch l’a fait. L’aventure se double ici de télé-réalité, mais pourquoi pas ?
    Facile à lire, divertissant tout en parlant de thèmes pas forcément légers, Comment papa est devenu danseur étoile est un roman qui vous fera passer de bons moments.

    Pinky
    M
    M

    Re: CLEMENTE RUIZ, Gavin's

    Message  Pinky le Ven 8 Avr 2016 - 9:20

    merci Nina pour cette alléchante présentation. Il existe une troupe de danse qui propose à tous les amoureux de la danse de s'inscrire dans un cursus professionnel alors que la voie classique les y refuse (handicap, obésité, fortes poitrines, grand gabarit...)

    Nina
    ML
    ML

    Re: CLEMENTE RUIZ, Gavin's

    Message  Nina le Ven 8 Avr 2016 - 9:52

    Merci Pinky pour ta visite.
    C'est vraiment une bonne chose qu'une telle troupe de danse existe - démocratiser la danse, c'est cela aussi.

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: CLEMENTE RUIZ, Gavin's

    Message  Ratdebibliotheque le Ven 8 Avr 2016 - 11:44

    Merci pour ton avis, Nina. Cependant, ce livre ne m'attire pas.

    Nina
    ML
    ML

    Re: CLEMENTE RUIZ, Gavin's

    Message  Nina le Ven 8 Avr 2016 - 11:52

    Merci Ratdebibliothèque pour ta visite.
    Je comprends que ce livre puisse ne pas attirer : il est à la limite du roman contemporain et de la chick-litt.

    Contenu sponsorisé

    Re: CLEMENTE RUIZ, Gavin's

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:18


      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc 2016 - 21:18