Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    BAUER, Nathalie

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    BAUER, Nathalie

    Message  Nina le Jeu 21 Avr 2016 - 21:46



    Les indomptés.
    Editions Point - 504 pages.

    Quatrième de couverture.

    Menacées par la ruine, Noélie, sa soeur Julienne et leur cousine Gabrielle doivent trouver des solutions pour sauver le domaine ancestral. L’une d’elles consiste à héberger Zoé, petite-nièce alcoolique et un brin mythomane. L’autre, à écrire l’histoire de leur famille, dans le fol espoir que se renouvelle un vieux succès de librairie. Elles n’imaginent pas que leur vie va en être bouleversée.

    Mon avis :

    Il n’est jamais facile de chroniquer un livre que l’on n’a pas totalement aimé. Les indomptées est de ceux-là. Ce livre devrait pourtant plaire, saga d’une famille attachée à transmettre ses terres à l’un de ses descendants, pour que la propriété terrienne reste inchangée, exploitée quels que soient les coups du sort, à charge pour lui de dédommager ses frères et soeurs, ce qui ne va pas sans difficultés (matérielles) ni conflits. Telle une royauté (nous y sommes paraît-il très attachée), le domaine se transmet de père en fils ainé. Les filles ne sont guère prisées. Comme dans les familles les plus modestes, on ne s’attache guère à elles, puisqu’elles sont destinées à être mariées très tôt, quittant ainsi le domaine sans rien lui apporter. Comme dans les familles les plus modestes, on ne leur demande guère leur avis, et très rapidement, elles doivent s’occuper d’une nombreuse progéniture, sans que jamais l’une d’entre elles ne se plaignent. Aussi, il est pour le moins surprenant de suivre, en alternance avec les chapitres qui nous plongent dans le passé, les destinées de trois cousines célibataires ou divorcées, trois cousines qui, pour des raisons diverses, ont refusé les voies toutes tracées.

    Gabrielle, et ses cousines Noélie et Julienne, se sont singularisées dès leur jeunesse, la première par sa volonté de prendre le voile, la seconde par sa singularité (fille au milieu d’une nombreuse fratrie, peu sont ceux qui font réellement attention à elle), la troisième parce qu’elle est la dernière née, inattendue. Malgré leur âge et les épreuves, il restera toujours un frère, un neveu pour s’opposer à leurs décisions – solidarité masculine bien ancrée dans leur éducation. Bien que nous les connaissions toutes les trois depuis leur enfance, je ne me suis réellement attachée à aucune d’entre elles, non plus qu’à d’autres membres de leurs familles, sauf peut-être Jorge, le fils « différent » de Julienne. Ils sont nombreux, les Randan, et l’arbre généalogique placé en début du livre n’est pas de trop quand il s’agit de se reconnaitre. Ils sont nombreux, et pourtant ils ne se singularisent pas réellement les uns des autres. Ils sont nombreux, et pourtant, mis à part quelques figures fortes, ils s’estompent tous assez aisément du récit, leur vie étant presque souvent résumés. Et pourtant, j’aurai aimé que le destin de certains (Edouard, Paul ou même Victor) ne soit pas connu en un simple paragraphe. Les descriptions, par contre, sont belles, de la nature et de ses changements, du soin donné aux animaux. Des moments apaisés dans une intrigue qui ne m’a pas vraiment captivée.

    Parfois, j’ai eu l’impression de lire des passages obligés – le départ aux pensionnats pour les jeunes filles de bonne famille, l’achat de la première auto, et toujours cette distinction des garçons pour lesquels on s’inquiète, et des filles qui peuvent bien se blesser. Des photos – faits inédits – accompagnent le récit et cela m’a presque dérangé, non parce que l’identité des personnes est incertaine, mais parce qu’elles prouvent que ces personnes ont bien existé, et je n’ai pas aimé rentré dans leur intimité (même si ce sont des photos posées comme elles l’étaient à l’époque).

    S’il est de beaux moments et si la deuxième partie du roman est plus intéressante à mes yeux que la première, je garde pourtant le sentiment que cette saga familiale aurait pu être davantage développée, ou qu’ils auraient réellement fallu ne se concentrer que sur les trois héroïnes de l’époque contemporaine.

    Pinky
    M
    M

    Re: BAUER, Nathalie

    Message  Pinky le Ven 22 Avr 2016 - 10:50

    merci Nina pour cette belle présentation sur un livre dont ton ressenti est mitigé

    Nina
    ML
    ML

    Re: BAUER, Nathalie

    Message  Nina le Ven 22 Avr 2016 - 13:24

    Merci Pinky pour ta visite.
    Oui, un ressenti mitigé : apparemment, les précédents romans de l'auteur sont meilleurs.

    Pinky
    M
    M

    Re: BAUER, Nathalie

    Message  Pinky le Sam 23 Avr 2016 - 10:45

    je ne connais pas cette auteure

    Nina
    ML
    ML

    Re: BAUER, Nathalie

    Message  Nina le Sam 23 Avr 2016 - 11:29

    Je l'ai découverte avec ce titre. Mais, apparemment, Des garçons d'avenir, son précédent opus, qui parle aussi de la première guerre mondiale, est meilleur.

    Pinky
    M
    M

    Re: BAUER, Nathalie

    Message  Pinky le Dim 24 Avr 2016 - 11:04

    merci NIna pour cette précision,

    Contenu sponsorisé

    Re: BAUER, Nathalie

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:50


      La date/heure actuelle est Mar 6 Déc 2016 - 5:50