Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    SUKEGAWA, Durian

    Partagez
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    SUKEGAWA, Durian

    Message  Nina le Mer 10 Aoû 2016 - 17:01



    Les délices de Tokyo
    Edition Albin Michel - 238 pages.

    Mon résumé :

    Sentaro est un vendeur de dorayaki (pancakes fourrés d’une pâte de haricots rouge, le « an »). Il travaille dans cette boutique pour rembourser une dette, sans passion particulière pour la pâtisserie. Un jour, une vieille dame se propose de l’aider à confectionner le « an ». Les ventes augmentent progressivement. Jusqu’à quand ?

    Mon avis :

    Présenté ainsi, le roman pourrait nous faire penser non pas à une romance sirupeuse (la vieille dame pourrait être la grand-mère de Sentarô) mais à un roman feel good, sans beaucoup de profondeur, nous montrant l’importance du travail bien fait, le tout sous les cerisiers de ce quartier de Tokyo. Oui, on pourrait le croire, tant le lecteur se trouve plongé dans l’art de confectionner la pâte de haricots rouges, du soin qui est nécessaire pour parvenir à faire une pâtisserie non pas originale, mais qui a du goût, et donne envie d’en manger une autre. Si ce biais est pris, c’est pour nous entraîner vers un sujet plus profond, qui nous fait découvrir une réalité du Japon que j’ignorais totalement avant de lire ce livre, réalité qui m’a fait penser au roman Bones to Ashes (Meurtres en Acadie une fois traduit) de Kathy Reichs.
    Ce que je peux vous en dire, sans dévoiler le noeud de l’intrigue, est que les préjugés sont vivaces, et tenaces, même pour Sentarô. Il a beau apprécié beaucoup Tokue, la vieille dame, il ne peut s’empêcher d’avoir certaines craintes, qui le tourmentent, et qu’il surmonte – pas toujours complètement, il est vrai. Sentarô est humain, donc complexe, et c’est toujours plus intéressant de découvrir un personnage ainsi fait qu’un personnage sans peur ni doute. Sentarô doit aussi faire avec son passé, ses dettes (d’argent, d’honneur) tout en reprenant sa vie en main. Il est plus facile de se plier aux ordres que de dire non.
    Le second personnage féminin important, après Tokue, est Wakana. Elles se distinguent des autres collégiennes et lycéennes qui, telle une volée de moineau, viennent manger un dorayaki, papotent et reprennent leur envol vers leur établissement scolaire ou leur domicile. Elevée par une mère seule, portée sur la boisson, qui amène parfois des hommes à la maison en cachette de sa fille, Wakana (c’est son surnom) ose poser des questions à Tokue, notamment sur la cause des déformations de ses doigts, de son visage, en partie paralysé, question que le bien éduqué Sentarô n’aurait jamais posées. Contrairement à d’autres, Wakana n’a pas le choix, et doit prendre son avenir en main – bien plus tôt que ne l’a fait Sentarô.
    Tokue nous fait découvrir un passé que l’on aimerait révolu, qui ne l’est pas encore tout à fait. Elle nous parle de la guerre, que nous envisageons toujours de notre point de vue, de la vie dans les villages de la campagne japonaise, de la survie aussi – et de la religion. Parler de « leçon de vie » me semble une expression trop connotée pour parler de ce que les mots, les pensées et les attitudes de Yokue dégagent. Je dirai donc une leçon d’espérance dans un monde où le profit et l’apparence dominent.
    N’hésitez pas à découvrir les délices de Tokyo à votre tour.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: SUKEGAWA, Durian

    Message  Pinky le Jeu 11 Aoû 2016 - 10:08

    merci Nina pour cette présentation, j'ai hésité à acheter ce livre mais en te lisant ... je le ferai lorsqu'il sortira en poche
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: SUKEGAWA, Durian

    Message  Nina le Jeu 11 Aoû 2016 - 22:02

    Merci Pinky pour ta visite : je ne puis que te recommander son achat quand il sortira en poche.
    Un film en a été tiré, il paraît qu'il est très bien aussi.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: SUKEGAWA, Durian

    Message  Pinky le Ven 12 Aoû 2016 - 10:23

    oui en effet, je ne le connais pas
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: SUKEGAWA, Durian

    Message  Nina le Ven 12 Aoû 2016 - 20:32

    Il a été sélectionné à Cannes cette année - mais comme je ne suis pas allée au cinéma depuis six mois....je ne peux en dire plus.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: SUKEGAWA, Durian

    Message  Pinky le Dim 5 Mar 2017 - 12:12

    LES DÉLICES DE TOKYO

    Mon ressenti

    Les délices de Tokyo nous prennent par la main et nous invitent à faire un voyage au pays des sens. Sentarô est un homme qui n’a pas goût à ce qu’il fait. Il faut dire que tenir une échoppe où les dorayaki sont vendues essentiellement à des lycéens, n’est pas toujours la panacée. C’est une petite gargote de restauration rapide qui ne paie pas de mine. Il passe son temps à attendre le client avec en fond sonore les rires des jeunes. Il y est du matin au soir, les 35 h n’existent pas.

    Sa vie prend un nouveau tournant lorsqu’une vieille dame, Tokue lui demande de l’embaucher. Le miracle se produit et contre toute attente, Sentarô va découvrir que quel que soit la tâche que l’on accomplit, la bâcler n’est pas rendre justice, surtout en cuisine. Wakana est une jeune lycéenne qui va faire le liant entre les deux adultes, lui permettant aussi d'avoir certaines réponses.

    Les Asiatiques ont un rapport à la création et à l’alimentation qui défie le nôtre. Ils l’élèvent au rang d’Art. J’aime leurs films ou livres où ils parlent de leur rapport à la cuisine. Ils le racontent avec enchantement, les ingrédients constituants leur narration deviennent poétiques et sensuels. Tout devient magique. C’est toujours au travers de la fabrication des différents mets que se dénouent les non-dits, les tensions ; ce qui fait le liant dans la relation.


    Je ne suis pas une adepte des dorayaki mais j’ai adoré apprendre comme Sentarô, l’art de les préparer, de les faire. Je serai même prête à les goûter à nouveau. Petit à petit, derrière le comptoir, ce duo va s’apprivoiser, se découvrir. L’un et l’autre s’apportent mutuellement et s’échangent s’en sans rendre compte. Ensemble, ils vont cicatriser leurs plaies, car leur passé les a marqué. Au travers des préjugés, des méconnaissances, le cycle de la nature est toujours présent et rythme l’histoire. Les fleurs des cerisiers embaument les relations et nous rappellent combien celles-ci sont fragiles.

    J’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai hâte de découvrir le film.

    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: SUKEGAWA, Durian

    Message  Nina le Dim 5 Mar 2017 - 12:55

    Merci Pinky pour cet avis : je suis très heureuse que tu aies aimé ce livre.
    avatar
    Lariflette
    LA
    LA

    Re: SUKEGAWA, Durian

    Message  Lariflette le Dim 5 Mar 2017 - 13:43

    Super, merci Panthère. J'ai vu le film, un grand coup de cœur. Il ne reste plus qu'à les goûter ces délices.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: SUKEGAWA, Durian

    Message  Pinky le Lun 6 Mar 2017 - 10:05

    merci pour vos visites

    Lariflette, il ne reste plus qu'à aller au Japon ou trouver un super resto japonais qui propose ces petites pâtisseries.
    Je regarde le film prochainement

    Contenu sponsorisé

    Re: SUKEGAWA, Durian

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 24 Mar 2017 - 22:54