Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    STEGNER, Wallace

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    STEGNER, Wallace

    Message  Nina le Ven 12 Aoû 2016 - 20:28


    Titre : Lettres pour le monde sauvage.
    Editeur : Gallmeister.Nombre de pages : 187.

    Présentation de l’éditeur :

    Écrivain majeur de l’Ouest américain, Wallace Stegner a grandi au début du XXe siècle dans la région des Prairies, au nord du Montana et du Dakota. Évoquant les trésors, les mirages et les gens de passage, l’auteur livre ici un témoignage sur un monde qui n’est plus. Mais un monde qui lui a appris à tendre l’oreille au bruit de l’eau des montagnes et à respecter des valeurs héroïques comme la grandeur d’âme et la dignité. Un monde qui lui a fourni la matière essentielle à son oeuvre et à l’engagement politique pour la préservation d’une nature vierge.

    Mon avis :

    Si vous avez aimé La montagne en sucre de Wallace Stegner, ce livre est pour vous. En effet, dans ce recueil de douze lettres, l’auteur revient sur la genèse de son oeuvre majeure, explique certains de ses choix narratifs. Il se souvient aussi de son enfance, dans l’Ouest, enfance toujours en mouvement, entre un père bouillonnant, espérant faire fortune et une mère qui tentait de construire un foyer. Dans le tout premier texte de ce livre, « Lettres, bien trop tard », il s’adresse à sa mère, retrace sa vie, sa résignation, lui parle de ce qu’elle n’a pu connaître, des amis qu’elle n’a pas rencontré. Il veut qu’elle ait cette fois-ci la première place, et non son père, comme dans ses deux romans semi-autobiographiques. Dans « Trouver sa place : une enfance de migrant », il parlera à nouveau d’elle, des nombreux déménagements qu’elle a dû subir et, pour lui, des deux lieus de son enfance qui lui ont permis de se construire, parce qu’il y a vécu une certaine stabilité.
    Bien sûr, ce ne sont pas les seuls sujets de ce livre. Il parle aussi de son amour pour le « monde sauvage » américain, de sa préservation nécessaire, comme dans « Au jardin d’Eden »et des capacités qu’a l’homme à faire plier la nature- parfois jusqu’à l’absurde, pour ne pas dire l’épuisement (« Frapper le rocher »). Il n’oublie pas les indiens, ou plutôt les tribus indiennes, et leur intégration (nécessaire ou pas ?) non dans la nature (c’est déjà fait) mais au sein de l’économie américain afin de faciliter leur développement – ou leur extinction. Il montre aussi leur très faible empathie, point qui n’est à ma connaissance jamais soulevé.
    Certains pourront trouver les textes un peu redondants. J’ai cette habitude de mettre souvent à la place des râleurs qui vont lire le livre, et après, râler qu’on eût pu le leur recommander. Est-ce un tort de montrer que les ressources s’épuisent, que le gâchis est bien réel et que les politiques de protection de la nature peinent à se mettre en place ? Est-ce un tort de rappeler cette enfance toujours en mouvement, dans l’Ouest américain, et de nous faire partager les sensations, les émotions de ces années-là ? Pour ma part, j’ai vraiment beaucoup apprécié ce livre, et je le recommande à tous ceux qui veulent découvrir le Nature writing.

    Nina
    ML
    ML

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Nina le Ven 12 Aoû 2016 - 20:31

    La Montagne en sucre
    Edition Gallmeister - 836 pages.

    Quatrième de couverture :

    Dakota, 1905. La jeune Elsa a fui les plaines du Minnesota dans l’espoir de fonder un foyer. Lorsqu’elle rencontre Bo Mason, bourlingueur en quête d’aventures et de fortune, elle voit en lui la promesse d’un monde nouveau. Elle n’imagine pas la vie à laquelle les désirs de grandeur de Bo les destinent. Saloons clandestins, conquête de la terre, mine d’or, trafic d’alcool... Bo Mason, héros américain par excellence, se réinvente au fil des opportunités qui se présentent à lui, entraînant les siens dans sa poursuite effrénée d’un horizon qui semble se dérober au fur et à mesure qu’il s’en approche. Et pendant ce temps-là, l’Amérique continue à se construire et à charrier des mythes.

    Mon avis :

    La montagne en sucre, c'est l'histoire d'une femme. Elsa, 18 ans. Avec l'intransigeance de la jeunesse, elle fuit son père, qui s'est remarié. Dans le Dakota, elle rencontre un homme, Bo. Aventureux, ambitieux. Elle l'aime, elle l'épouse, elle le soutiendra, vaille que vaille, malgré les nombreuses épreuves, les très mauvaises passes, les douleurs. Elle est celle qui unit, celle qui vit une vie qu'elle n'avait pas vraiment souhaité, mais qu'elle estime, parfois, meilleure que celle d'autres femmes, parfois pire. Lucide, toujours, sur elle, sur son père, sur l'homme qu'elle a sincèrement aimé, elle prend des décisions, douloureuses, elle agit, fait toujours non pas de son mieux, mais tout son possible. Pas d'auto-apitoiement, pas de misérabilisme chez elle, toujours, même dans les pires moments, un regard d'une rare acuité (voir son dialogue avec son fils p. 670).
    La montagne en sucre, c'est l'histoire d'un homme qui veut vivre le rêve américain des années après la conquête de l'Ouest. Un homme issu d'une famille aussi désunie qu'une portée de chiot qu'on a confiés à droite à gauche, Un homme qui n'attend pas, que l'une ou l'autre des affaires qu'il a entreprises prospère suffisamment, toujours à courir vers de nouvelles perspectives d'enrichissement, que ce soit grâce à des terrains, des mines, ou du trafic d'alcool (l'une des parties les plus passionnantes du roman), un homme qui ne s'est jamais préoccupé de construire un foyer pour sa famille, un homme qui, s'il n'avait pas eu une femme comme Elsa à ses côtés, n'aurait jamais été capable de prendre soin des siens.
    La montagne en sucre, c'est l'histoire de l'Amérique. Pas l'histoire avec ses dates, même si la première guerre mondiale fait irruption dans le récit sans crier gare. Une Amérique des champs, des bois, des vagabonds. Une Amérique où les routes ne sont pas encore praticables, où l'on n'a pas de voisin, où les communications fonctionnent mal, voire très mal. Une Amérique où l'on est attentif aux bruits, aux sons, aux odeurs. Une Amérique où le sport comptait déjà beaucoup. Cela va peut-être paraître étrange, mais j'ai pensé à La petite maison dans la prairie en lisant ce livre, pas la série, non, mais les livres dans lesquels Laura narre les épreuves endurées par sa famille - elle aussi vécut dans le Minnesota et le Dakota.
    Oui, la montagne en sucre mesure plus de 800 pages, et, parfois, il faut s'accrocher pour lire la vie quotidienne de cette famille, non que ce soit difficile à lire, mais parce qu'il s'agit vraiment du quotidien d'une femme, d'un homme, pas toujours là, et de leurs deux fils, l'un téméraire, l'autre moins. Pourtant, il n'est pas facile de quitter ce livre, de laisser les personnages ainsi, sans doute parce que nous les avons accompagnés non le temps d'un récit, mais le temps de toute une vie.

    Pinky
    M
    M

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Pinky le Jeu 8 Sep 2016 - 9:21

    merci Nina pour ces deux présentations,

    Nina
    ML
    ML

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Nina le Jeu 8 Sep 2016 - 10:32

    Merci Pinky pour ta visite.

    Keana
    ML
    ML

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Keana le Jeu 8 Sep 2016 - 13:40

    Merci Nina pour ces deux avis très intéressants et très complet. En effet malgré le fait que ce ne soit pas mon style habituel de lecture, ce que tu en dis me donne envie de me plonger dans ces histoires de vies tout simplement. Par contre c'est vrai que les plus de 800 pages me refroidissent pas mal je l'avoue !

    Nina
    ML
    ML

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Nina le Jeu 8 Sep 2016 - 18:40

    Merci Keana pour ta visite.
    Je ne te cache pas que la lecture de La montagne en sucre n'a pas forcément été facile. Je l'ai lu par périodes (celles qui divisent le livre). Lettres pour le monde sauvage est plus accessible, et plus difficile à se procurer (la montagne en sucre est sortie en poche en mai 2016).

    Keana
    ML
    ML

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Keana le Jeu 8 Sep 2016 - 21:07

    Est-ce qu'il y a beaucoup de descriptions ? Parce que c'est vrai que 800 pages avec trop de descriptions, ça doit être lourd.

    Nina
    ML
    ML

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Nina le Ven 9 Sep 2016 - 0:19

    Il y a des descriptions, oui, mais elles ne sont jamais très développées, et toujours bien intégrées dans le récit.

    Keana
    ML
    ML

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Keana le Sam 10 Sep 2016 - 16:06

    J'avoue que j'ai encore et toujours du mal avec les trop nombreuses descriptions dans un livre, je trouve que ça a tendance à plomber un peu le récit. Je parle de toutes les descriptions, c'est pourquoi j'ai du mal avec la chic litt notamment.

    Nina
    ML
    ML

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Nina le Jeu 15 Sep 2016 - 8:34

    Je ne lis quasiment pas de chick-litt, je manque donc de points de comparaison pour les descriptions.
    Ici, les descriptions se justifient parce que la famille déménage très souvent, leur environnement est très différent et leurs conditions de vie (parfois sous une tente pendant une saison) vraiment particulières.

    Contenu sponsorisé

    Re: STEGNER, Wallace

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:24


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc 2016 - 18:24