Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    DOSS, James Daniel

    Partagez
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Mar 9 Mai 2017 - 17:47


    Les ossements du chaman
    Edition 10/18 - 400 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Daisy Perika, la vieille chamane de la réserve ute, convoque son neveu Charlie Moon, policier tribal, et son ami Scott Parris, shérif de la ville, pour leur faire part d’un rêve inquiétant. Il y aura du sang, il y aura des morts, leur dit-elle… Elle ne s’était pas trompée ! Mary Frank, qui descendait dans le Sud avec sa famille, est retrouvée morte, clouée à un arbre, la tête en bas. Les paroles de la vieille chamane résonnent encore à l’oreille des deux policiers :  » Il y aura du sang, il y aura des morts…  » Qui sera le suivant ?  » Les rêves contre les évidences, les esprits des montagnes contre la logique.

    Mon avis :

    Connaissiez-vous James D Doss ? Pour ma part, « pas vraiment » me semble le mot juste, même si deux de ses romans étaient dans ma PAL. Pour quelles raisons ? Et bien parce que romans policiers américains + ouverture sur la culture indienne est une addition à laquelle je résiste peu.
    Est-ce un roman policier ? C’est surtout un roman avec deux enquêteurs aux personnalités marquantes, fortes, des personnages avec lesquels j’ai eu envie de passer un long moment.
    Il ne s’agit pas tant ici d’en savoir un peu plus sur la culture ute, mais de rentrer en plein dans un système de croyance qui n’est pas le nôtre, qui n’est d’ailleurs pas celui de tous les personnages de ce roman. Il faut alors abandonner littéralement la logique policière qui est la nôtre, penser à d’autres mobiles, repenser les causes de certains actes qui paraissent évidents – du point de vue d’un non-indien. La violence est là, à l’état brut, montrée sans prise de distance, sans qu’elle soit jamais « esthétique » : nous la prenons de plein fouet, comme les enquêteurs qui se doivent après non seulement d’enquêter mais de protéger aussi, face à un ennemi qui, dans sa logique, n’a pas d’interdit.
    Certains moments sont tout de même plus lumineux, plus drôle aussi – on peut être une vieille chamane et avoir des amies hors normes. On peut ne pas aimer les chats et faire du mieux que l’on peut avec la bestiole poilue qu’on vous a laissés. On peut être un vieillard aveugle et comprendre, avec bienveillance, que si sa petite fille, mère célibataire, a très envie de revoir le policier, ce n’est pas seulement pour faire avancer l’enquête.
    Pour conclure, cette citation, avec laquelle je suis d’accord (et tant pis si je passe pour bizarre) :
    Même les Utes « modernes » comme Charlie Moon évitaient d’approcher les cadavres ou de mentionner le nom de quelqu’un dont la mort était récente. C’était malsain. Sinon, les fantômes venaient vous hanter. Même si on ne croyait pas aux fantômes. Les fantômes se moquent pas mal de ce qu’on croit ou non.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Pinky le Mar 9 Mai 2017 - 19:23

    merci NIna pour cette présentation
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Mar 9 Mai 2017 - 20:55

    Merci Pinky pour ta visite.
    Cette série comporte quinze tomes, douze seulement ont été traduits en français.
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Sam 30 Sep 2017 - 9:03


    La rivière des âmes perdues
    Edition 10/18 - 396 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Dans les montagnes Rocheuses du Colorado, une vieille femme indienne est troublée par des visions maléfiques. Très attachée aux croyances taditionnelles de son peuple, Daisy Perika a cette certitude : les forces des ténèbres sont à l’oeuvre… Le meurtre d’une jeune scientifique, non loin de là, dans la petite ville de Granite Creck, en est-il à l’épreuve ? Meurtre brutal et déroutant de l’avis de Scott Paris, chef de la police. L’enquête dangereuse qu’il s’apprête à conduire va le mener aux frontières d’un monde qu’il connaît, mais aussi de lui-même. C’est initialement par pure curiosité qu’il consent à rencontrer Daisy, la tante de Charlie Moon, un policier indien de la réserve voisine. Elle insistait tant pour être présentée au matukash venu de l’Est. En fait, dans ses rêves, la vieille femme a déjà rencontré Scott Paris. C’était sur la rivière des âmes perdues…

    Mon avis :

    Si vous aimez Tony Hillerman (cité par un des personnages, en forme d’hommage), Kirk Mitchell ou Craig Johnson, n’hésitez pas si ces livres croisent votre route, vous ne le regretterez pas.
    Une jeune scientifique a été assassinée dans des circonstances particulièrement sordides, un suspect est immédiatement pourchassé par la police qui, il faut bien le dire, n’est pas forcément toujours à la hauteur. La situation ne serait pas si tragique, elle en serait presque risible, comme un running gag du suspect roi de l’évasion si des victimes collatérales ne se trouvaient sur sa route et si, finalement, il fallait bien se rendre à l’évidence : un suspect n’est pas un coupable.
    Scott Parish est quelqu’un de rationnel, oui. Ou plutôt, quelqu’un qui ne veut pas s’abandonner à ce monde qu’il pressent, qu’il ressent. Il essaie de ne pas se raccrocher à ses sensations, et à écarter ce que lui a dit Daisy, la tante de Charlie Moon. Il a déjà suffisamment à faire avec les indices qui s’accumulent, les suspicions envers certains membres de l’université, trop polis, ou trop mystérieux pour être honnête. Je ne vous parle même pas de cette journaliste qui s’est invitée dans sa vie. Ambitieuse, Amanda vise plus haut que le journal dans lequel elle travaille, que les compte-rendu qu’elle écrit. Se servir de Scott Paris ? Non, pas vraiment – cependant, elle reste journaliste.
    Oui, mon avis n’est pas très long, mais les oeuvres de James D Doss sont des romans que j’aime partager plutôt qu’analyser, surtout quand un auteur nous emporte ainsi dans son univers.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Pinky le Sam 30 Sep 2017 - 9:51

    merci Nina pour cette présentation courte mais efficace, que demandez de plus clin d\'oeil
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Sam 30 Sep 2017 - 10:41

    Merci Pinky : j'ai réussi à trouver deux tomes supplémentaires à la bibli.
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Ven 3 Nov 2017 - 11:24


    Le canyon des ombres
    Edition 10/18 - 390 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    D’étranges phénomènes se produisent sur la réserve des Indiens Utes : un vieux berger disparaît, des animaux sont retrouvés atrocement mutilés… Charlie Moon, le policier indien, va commencer son enquête avec l’aide de Scott Parris, le shérif de la ville voisine. Mais le FBI se mêle à l’affaire quand le corps mutilé d’un homme est retrouvé dans un canyon.

    Mon avis :

    Pour moi, lire les romans de James D Doss est toujours un plaisir, même s’ils présentent la rude réalité de la vie quotidienne sur la réserve des indiens Utes.
    Charlie Moon a de la chance – c’est Scott Parris qui est nommé chef intérimaire, moyen pour lui de s’aérer un peu, moyen pour les deux amis de passer du temps ensemble parce que, il faut bien le dire, il ne se passe pas grand chose. Enfin, au début. Parce qu’après, un taureau est retrouvé tué, mutilé, et cela fera bouger bien des choses : il n’est pas le premier animal à subir ce sort. De là à passer qu’un mutilateur en série est en action, il n’y a qu’un pas. Enquêter ? Oui, parce que le propriétaire du taureau avait fait assurer l’animal, et que l’assureur n’a pas l’intention de payer la prime – sauf si la mort est due à des causes naturelles. Parce que Charlie Moon apprécie énormément la fille de l’éleveur, Bénita, aussi intelligente qu’elle est belle. Et parce que Daisy Perika a fait des rêves prémonitoires et à eu des visions glaçantes.
    Je ne vous ai pas encore parlé de l’agent du FBI qui viendra les épauler – ou plutôt leur compliquer la vie. L’agent de liaison habituel étant indisponible, ils vont faire connaissance avec le petit nouveau. Il peut sembler drôle, au début, émule des Dupont et Dupond qui veulent se fondre dans la population locale et semblent à peine déguisés. Il devient ensuite carrément imbuvable, odieux, et l’on a alors qu’une envie : qu’il s’en prenne plein la figure. Ce n’est pas très charitable, il est vrai, mais son jugement sur les indiens est tellement raciste que l’on peut se demander comment c’est encore possible de penser ainsi et de prétendre être un enquêteur digne de ce nom.
    A Scott et Charlie de gérer les véritables problèmes, de faire face aux coupables et à leur propre sentiment de culpabilité – qui a dit qu’être policier était facile ?
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Pinky le Sam 4 Nov 2017 - 11:37

    merci Nina pour cette présentation
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Sam 4 Nov 2017 - 19:34

    Merci Pinky pour ta visite.
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Ven 1 Déc 2017 - 12:14



    L'esprit de la nuit
    Edition 10/18

    Présentation de l’éditeur :

    Dans le Colorado où vivent Daisy Perika, la vieille chamane ute, et son neveu, l’enquêteur de la police tribale Charlie Moon, se produisent souvent d’étranges phénomènes. Ainsi, Tante Daisy, habituée à la compagnie des esprits, reçoit un soir la visite d’un personnage muet et couvert de boue. Peu de temps après, un vieux rancher nommé Nathan McFain découvre, après le passage d’une mystérieuse tornade, une défense de mammouth dans son jardin. La trouvaille ne tarde pas à attirer les curieux, dont un escroc bien connu des services de police, Horace Flye. Charlie Moon est chargé de le surveiller, mais il ne peut s’empêcher d’être inquiet : sa tante lui a parlé de sa vision et, selon les croyances indiennes, les objets rares et anciens peuvent réveiller les esprits malveillants du passé. Lorsque Horace Flye disparaît, Charlie Moon et l’irascible chamane vont se trouver plongés au cœur d’une étonnante aventure entre intrigue policière et légendes indiennes.

    Mon avis :

    Ce qui est difficile pour moi n’est pas de les lire dans le désordre, mais de savoir que les tomes suivants n’ont pas été traduits en français. En effet, ce livre se termine sur une question particulièrement prenante, pour ne pas dire déterminante, que je vous livre sans vergogne, vous révélant un peu des tourments intérieurs de Scott Paris : doit-il se convertir au végétarisme et ainsi, commencer à se nourrir de légumes, aliments qui jusqu’à présent n’avaient que peu fréquentés son assiette ?
    Laissons là ce dilemme et revenons à cette enquête, qui mêle au genre strictement policier la culture indienne qui imprègne les personnages. Les affaires se multiplient, puisqu’à une découverte préhistorique en succède une autre. Découverte que suive une disparition : les inquiétudes de Daisy Perika prennent corps.
    En ayant déjà dit beaucoup, je ne préciserai pas quels chemins tortueux emprunteront Scott Paris et Charlie Moon pour que justice soit rendue. Il faut simplement préciser que le mot « justice » n’a pas le même sens pour tout le monde et que certains lecteurs, pour qui tout est soit blanc soit noir, désapprouveront le fait de chercher le meilleur – pour les survivants.
    Mention spéciale pour Daisy Perika, que j’ai toujours plaisir à revoir, et à ses petits protégés.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Pinky le Sam 2 Déc 2017 - 11:23

    merci Nina pour cette présentation
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Sam 2 Déc 2017 - 11:36

    Merci Pinky pou ta visite.
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Mer 20 Juin 2018 - 21:35


    La danse de la soif
    Edition 10/18 - 380 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Chaque année, à Towaoc, les Utes des Montagnes organisent la Danse du Soleil. Pendant quatre jours, les danseurs vont au bout d’eux-mêmes, privés d’eau et de nourriture, pour approcher l’Esprit et, peut-être, avoir la Vision. Charlie Moon est de permanence sur les lieux pour veiller à ce que tout se passe bien. Sa tante, la chamane Daisy Perika, est aussi venue du Colorado, de même que la belle Delly Sands et la vieille Stella Antilope dont le fils, Hooper, participe à la cérémonie. Mais seule la mort sera au rendez-vous pour ce dernier. Le médecin légiste conclut à une crise cardiaque. Mais que signifie cette piqûre à l’épaule de la victime ? Tandis que la moitié de la tribu croit à un envoûtement, Charlie Moon et Scott Paris, le chef de la police de Granite Creek, louvoyant entre logique policière et légendes indiennes, vont tenter de découvrir la vérité et de ramener la paix dans les cœurs.

    Mon avis :

    Qu’est-ce qui fait que l’alchimie prend, ou pas avec un auteur ? Difficile à dire. Ce qui est certain est que j’apprécie beaucoup les oeuvres de James D Doss, que je prends toujours autant de plaisir à retrouver Charlie Moon et sa tante Daisy Perika – Scott Parris est un peu en retrait dans ce quatrième tome de leurs aventures.
    Ce qui est véritablement en avant dans cette série, c’est la culture indienne. Je sens – et je ne pense pas me tromper – que l’auteur est profondément respectueux des croyances, utes, navajo ou soshones. Elles coexistent assez bien avec le catholicisme, en un respect mutuelle – je préfère ce mot à celui de tolérance, qui laisse sous-entendre qu’un jour ou l’autre, la tolérance pourrait cesser. Nous suivons la cérémonie de la danse de la soif, et un mort survient, suivi du décès de la mère du danseur, amie de Daisy Perika. Cette dernière sait, sent, que cette mort n’est pas aussi naturelle que tous veulent bien le dire, et les résultats de l’autopsie ne la convainquent pas. Des forces qui l’enveloppent la poussent à faire des choses que son neveu pourrait lui reprocher, et il ne s’en privera pas nécessairement.
    Si Charlie est un bon enquêteur, en revanche il ne connaît pas grand chose aux femmes. Il ne se rend pas compte qu’il les attire ! Certes, elles peuvent ne paraître pas si nombreuses que cela, mais il suffit de deux femmes déterminées à se mettre en couple avec le jeune et grand policier pour créer des tensions qu’il ne comprend pas. Cette rivalité est amusante, un temps, elle prend vite une tournure plus dramatique quand l’une des deux se retrouvent menacée, forçant Charlie à prendre davantage soin d’elle, à sa manière – qu’elle ne va pas forcément apprécier.
    La famille, proche ou élargie, est en filigrane très présente dans ce roman. Si l’on peut être prêt à tout pour survivre, une mère peut littéralement déplacer des montagnes pour trouver l’assassin de son fils. Me comprendra qui lira le livre.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Pinky le Jeu 21 Juin 2018 - 8:55

    merci Nina pour cette présentation
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Sam 30 Juin 2018 - 6:58

    Merci Pinky pour ta visite.
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina le Mar 17 Juil 2018 - 23:52


    Grandmother Spider
    292 pages.

    Mon résumé :

    Il ne faut pas tuer les araignées, voici ce qu’enseigne Daisy Peruka, la chamane Ute, à la petite Sarah, sinon Grandmother Spider vient se venger. Quel est le monstre qui a attaqué trois hommes ? Deux ont été retrouvés, l’un a disparu, et des phénomènes étranges ont été aperçus, notamment par Daisy et Sarah. Charlie Moon et Scott Parris enquêtent.

    Mon avis :

    J’ai galéré pour lire ce sixième tome, non encore traduit en français à ce jour, de même que les dix suivants. J’ai galéré parce que je ne lis pas aussi couramment l’anglais que je le voudrais, je suis un peu rouillée. J’ai compris « dans l’ensemble », mais je n’ai pas nécessairement eu une compréhension fine et nuancée de l’histoire. Je reconnais simplement qu’avoir lu les cinq tomes précédents en français m’a aidée.
    J’ai retrouvé Daisy Perika, la vieille chamane Ute, Sarah, la petite fille désormais âgée de neuf ans dont elle prend soin, et le chat noir qui l’accompagne. Elle est inquiète, Daisy, parce qu’elle n’est plus toute jeune et qu’elle se demande ce qu’il adviendra de l’enfant quand elle ne sera plus là. Elle se demande aussi ce qu’est ce phénomène qu’elle et Sarah aperçoivent de leur caravane. Elles ne sont pas les seules à le voir, et au matin, le bilan n’est pas brillant.
    Qu’est-ce que cela pouvait bien être ? Pas une vue de leur esprit, malheureusement, puisque des traces, aussi visibles qu’inexplicables sont bien là. Les seuls qui ont été en contact direct avec la « chose » sont incapables de parler, ou n’ont gardé aucun souvenir. Malgré tout, Charlie Moon doit enquêter, Scott Parris, aussi.
    Charlie Moon n’a pas vraiment changé. Les bonnes résolutions alimentaires ? Lesquelles ? Il avale toujours un pantagruélique petit déjeuner et arrose ses six sucres de café. Il déteste être réveillé au beau milieu de la nuit, Scott Parris aussi. Il ne croit pas trop aux phénomènes paranormaux que lui raconte sa tante Daisy – il sera cependant confronté à plus d’un au cours de son enquête. Pratiques, les appels longue distance.
    Nous découvrons une nouvelle espèce, assez peu courante : le profiteur d’événements surnaturels. Sa syntaxe laisse à désirer (je ne crois pas que ce soit une vue de mon esprit) et il est près à tout pour faire signer un contrat aux témoins de ces phénomènes. Vous ne savez pas écrire, ni même épeler votre nom ? Pas grave, quelqu’un écrira pour vous. Vous n’avez aucun souvenir ? Merveilleux ! C’est bien la preuve qu’il s’est passé quelque chose ! Un moment de de détente, presque de franche rigolade au milieu d’une intrigue très sombre. Surtout que l’agent littéraire, Eddie pour les intimes et les autres, n’est pas aussi benêt que sa syntaxe et son physique le laissent croire.
    Le danger est et a toujours été bien réel, d’autant plus réel qu’il a été souvent difficile à cerner. Si les croyances utes sont bien présentes – et grand-mère Snyder, Mathilda de son prénom, est là pour rappeler les exactions de cette tribu – Moon mène l’enquête et a bien l’intention d’aller au-delà des apparences et des superstitions. La vérité est parfois très étonnante, et la lâcheté humaine n’a pas vraiment de mesure.
    Le roman se termine de manière très heureuse pour Charlie Moon – et Scott Parris n’est toujours pas marié ! Espérons que cela dure pour Charlie, et qu’il soit enfin le garçon d’honneur de Scott.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Pinky Hier à 9:54

    merci Nina pour cette présentation, malgré le fait que tu sois un peu rouillée tu as compris pas mal de chose bravo
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Nina Hier à 12:11

    Merci Pinky !

    Contenu sponsorisé

    Re: DOSS, James Daniel

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 19 Juil 2018 - 20:20