Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    PERRY, Anne

    Partagez

    fremilie
    LEH
    LEH

    PERRY, Anne

    Message  fremilie le Mar 25 Jan 2011 - 14:02

    AVANT LA TOURMENTE



    le 1er tome d'une serie de 5 livres avec 2 fréres matthew et joseph reavley

    En ce magnifique mois de juin 1914 à Cambridge, les journées s'étirent, ensoleillées, intemporelles. Mais pour Joseph Reavley, professeur à St. John, cet été idyllique est anéanti par la mort de ses parents dans un accident de voiture. En lui annonçant l'horrible nouvelle, son frère Matthew, agent des services secrets britanniques, lui révèle que leur père lui apportait justement un mystérieux document... Les deux frères se mettent alors en quête de ce fameux dossier concernant un sinistre complot, et rejoignent leurs sœurs Hannah et Judith dans la demeure familiale. Reine incontestée du polar victorien, Anne Perry nous invite, dans cette ambitieuse série, dont Avant la tourmente est le premier opus, à partager le destin de cette famille alors que la Première Guerre mondiale ravage toute l'Europe.

    j'ai eu du mal a me plonger dedans car je trouve que des le depart y'a beaucoup de personnages mais ensuite l'histoire devient tres prenante avec du suspens on decouvre vraiment le fin mot de l'histoire dans les 10 dernieres pages et ca c'est bien agreable !!!!

    thereadeuse
    LC
    LC

    Re: PERRY, Anne

    Message  thereadeuse le Mar 25 Jan 2011 - 14:09

    Merci pour cet avis! Je ne connais pas du tout cet auteur, mais ça a l'air génial à lire!! Je vais peut-être tenté quand j'aurais le temps!

    fremilie
    LEH
    LEH

    Re: PERRY, Anne

    Message  fremilie le Mar 25 Jan 2011 - 14:13

    LE TEMPS DES ARMES



    Tome 2 de la serie Joseph et Matthew REAVLEY

    En 1915, la guerre s'embourbe dans les tranchées, plongeant des millions d'hommes dans un cauchemar quotidien. Depuis que leurs parents ont été assassinés, victimes d'un odieux complot politique, les membres de la famille Reavley ont chacun un rôle à jouer au coeur du conflit. Tandis qu'en Angleterre, Matthew, espion des services secrets, suit la piste semée de secrets d'Etat du commanditaire de la mort de ses parents, surnommé le Pacificateur, Joseph, son frère, aumônier dans les tranchées des Flandres et sa soeur, la rebelle Judith, volontaire sur le front, enquêtent sur l'assassinat d'un correspondant de guerre qui semblait lui aussi avoir beaucoup de choses à cacher...

    j'ai vraiment adoré ce 2éme tome !! il y a l'intrigue policière avec la mort du correspondant de guerre mais on décrit aussi très bien la vie dans les tranchées, sur le front, a l’arriéré, etc
    Anne Perry a très bien décrit la vie de ces soldats pendant la guerre 1914/1918 et franchement c'est d'un telle réalisme avec de petits détails que l'on s'y croiré et en plus elle est née apres la 1ere guerre mondiale !!

    fremilie
    LEH
    LEH

    Re: PERRY, Anne

    Message  fremilie le Mar 25 Jan 2011 - 14:17

    thereadeuse a écrit:Merci pour cet avis! Je ne connais pas du tout cet auteur, mais ça a l'air génial à lire!! Je vais peut-être tenté quand j'aurais le temps!

    la serie charlotte et thomas PITT est basé dans le londre de 1880 à 1890
    ensuite y'a la serie william MONK qui est basé dans le Londre de 1850 à 1860
    et apres la serie que j'ai decrit qui ce passe a la veille de la 1ere guerre mondiale
    apres y'a les roman de noel

    thereadeuse
    LC
    LC

    Re: PERRY, Anne

    Message  thereadeuse le Mar 25 Jan 2011 - 14:26

    ok merci!

    mamoun
    LH
    LH

    Re: PERRY, Anne

    Message  mamoun le Sam 29 Jan 2011 - 18:53

    PERRY, Anne

    la révélation de Noël Anne PERRY


    Agrandir cette imageRéduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille originale.





    Editeur :10/18

    Pages : 184

    Policier

    Quatrième de couverture

    Pour Emily Radley, la belle-sœur du célèbre policier
    Thomas Pitt, les fêtes de Noël s’annoncent désastreuses. Elle doit quitter
    sur-le-champ Londres, ses enfants et les mondanités pour passer ce Noël 1895 en
    Irlande, auprès d’une tante agonisante qui l’a demandée auprès d’elle. Brusquement
    plongée au cœur du magnifique et sauvage Connemara, dans un petit village perdu
    au bord de l’océan, Emily ne s’imaginait pas une seconde être confrontée à une
    affaire de meurtre commis sept ans auparavant. Tandis qu’une tempête ramène sur
    la grève souvenirs et remords du passé, Emily, aussi à l’aise dans les tourbières
    irlandaises que dans un salon de gentry, remue les consciences de la petite
    communauté, en quête d’un secret bien gardé.

    Mon avis


    Découverte de l’auteure avec ce titre.

    Style et vocabulaire simples qui rendent la lecture facile et rapide.

    Je suis entrée rapidement dans l’histoire.

    Les personnages sont attachants et émouvants.

    L’on trouve divers sentiments, l’amour, la haine, la culpabilité et même de la suspicion.

    Emily
    est appelée par sa tante à son chevet, est ce uniquement pour avoir
    quelqu’un de sa famille à ses cotés, pendant les fêtes de Noël alors
    qu’elle est agonisante.

    Le suspens est bien mené, jusqu’au bout.

    Lecture très prenante ou l’on tourne les pages facilement sans s’en apercevoir

    Une
    lecture comme je les aime, où l’on se plonge bien dedans et que plus
    rien autour compte .Alors que dans le livre vous êtes en pleine tempête,
    le fracas du vent dans vos volets vous surprend.


    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Nina le Jeu 3 Fév 2011 - 17:42



    Titre : Brunswick Gardens.
    Auteur : Anne Perry.
    Editeur : 10/18
    Nombre de pages : 400.

    Quatrième de couverture :

    En cette année 1891, à Londres, chez le très respecté pasteur Parmenter, éminent théologien promis à de hautes fonctions, l’atmosphère est lourde et la situation «fâcheuse». Un meurtre vient d’être commis et la victime n’est autre que la belle assistante du pasteur, Unity bellwood, une femme libre, féministe et grande militante des théories de Darwin. Les suspects ne manquent pas, car les idées modernes de la jeune femme lui avaient valu de nombreuses inimitiés dans la maison. Chargé de cette épineuse affaire, le commissaire Thomas Pitt, aidé de sa femme, la clairvoyante Charlotte, devra plus que jamais faire preuve de tact et d’habilité. Les consignes sont claires : éviter un scandale. Sur fond de pressions politiques et de querelles religieuses, c’est un véritable parcours d’obstacles qui attend les Pitt, d’autant plus qu’un des occupants de la maison est une personne qu’ils connaissent tous deux fort bien.


    Mon avis :

    L’art d’Anne Perry est l’art de tisser une trame serrée entre tous ses romans. Elle n’est pas de ces romancières qui créent un personnage et l’oublie aussitôt. Dix ans et de nombreuses enquêtes ont passé depuis l’Etrangleur de Carter street, et nous retrouvons Dominic Corde, le beau-frère de Charlotte Pitt. Ces dix année sl’ont transformé, mais ne lui ont pas fait oublié le passé.
    Alors qu’Ashworth Hall était un drame politique, Brunswick Garden a tout du drame intime. Pitt est ici pour éviter le scandale. Il se déplace vers chacun des membres de la maisonnée (dans les enquêtes modernes, nous avons plutôt l’habitude que les suspects se déplacent), les découvrant ainsi dans leur intimité. Seul Dominic, qui n’est que de passage dans cette famille, fait exception, et va presque de lui-même parler à Thomas Pitt.
    Eviter le scandale est le but, si ce n'est que Pitt et son supérieur tiennent avant tout à établir la vérité, pour rendre justice à la victime et aussi pour que la suspicion ne plane pas sur un innocent. Thomas se trouve pris entre son devoir de policier et son inimitié pour Dominic. Celui-ci ferait un coupable idéal, et Thomas se surprend à espérer qu'il puisse l'être - ce dont il frémit aussitôt. L'inspecteur ne laisse pas passer les faiblesses et surtout pas les siennes.
    Roman intime, Brunswick Garden montre la place des femmes dans la société victorienne, et le difficile combat de celles qui voulaient être reconnus à leur juste valeur. Unity, par sa passion, par son intransigeance, aura été le catalyseur qui déchaînera les passions.
    Le dénouement sera à l'image du roman : intimiste.

    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Nina le Dim 10 Juil 2011 - 23:17


    Quatrième de couverture :

    Printemps 1892. John Adinett, un membre respecté de la haute société londonienne, est jugé pour le meurtre d'un de ses meilleurs amis. Le commissaire Thomas Pitt, chargé de l'enquête, est appelé à témoigner. Mais à l'issue de ce bien étrange procès, le voilà trâiné dans la boue, démis de ses fonctions et exilé dans un des quartiers les plus sordides de Londres. Seule sa femme, l'intrépide Charlotte, sera capable de reprendre l'enquête de son cher mari afin de sauver sa carrière et sa vie des griffes du mystérieux et puissant Cercle Intérieur... Des somptueux salons de l'aristocratie aux taudis de L'East End, Anne Perry n'a pas son pareil pour faire le portrait d'une société victorienne gangrenée par l'injustice sociale et au bord du chaos.

    Mon avis :

    Ce roman marque une étape importante dans la vie de Pitt. Sa carrière a souvent été en danger, car il n'a jamais eu peur de chercher la vérité, y compris dans la haute société mais jamais elle n'a été réduite à néans comme dans ce volume. Pire, s'il parvient à sauver un semblant d'emploi dans la police, et à assurer ainsi la subsistance de Charlotte et de leurs deux enfants, il se trouve exilé dans un quartier sordide, autant pour le punir que pour chercher à le protéger - aller comprendre les méandres de la justice des hommes.

    C'est au moment de cette disgrâce que se mesure la solidité des attachements noués : jusqu'où iront ses proches pour le réhabiliter ? Je ne parle pas de Charlotte, dont le soutien indéfectible à son mari n'est pas un mystère - elle est déjà bien occupée avec sa maison et ses enfants. Je parle de son adjoint, avec lequel il ne s'est pas toujours entendu, je parle de Grâce, la petite bonne que lui et Charlotte ont recueilli et bien sûr, de la tante Vespasia, qui voit revenir un homme qu'elle a passionnément aimé dans sa jeunesse.

    Ce qu'ils vont découvrir ? Rien moins l'identité de Jack l'éventreur. Vous me direz sans doute que des dizaines de théories se sont succédées,sans jamais apporter quelque chose de véritablement nouveau. Là, tout est différent car tout se tient, du début et à la fin, et fait bien plus froid dans le dos que la théorie d'un tueur isolé. Elle prend place dans une Angleterre en crise : la reine Victoria se cloître dans son palais, toujours en deuil de son mari, le mécontentement n'est plus seulement populaire, il gagne les hautes sphères, proches du pouvoir, et il suffirait d'une étincelle pour que tout explose - au propre comme au figuré.

    La fin du roman ne résout pas tout : si le calme est revenu en apparence, bien des illusions auront été perdues et Thomas Pitt s'est fait un nouvel ennemi.

    caro
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  caro le Mar 12 Juil 2011 - 10:25

    Merci Nina, c'est un auteur que je n'ai jamais lu Very Happy

    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Nina le Mar 12 Juil 2011 - 20:58

    Merci Caro.
    J'ai du lire une bonne douzaine de ses romans (toutes séries confondues).

    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Nina le Sam 7 Avr 2012 - 23:07


    Titre : Mort à Devil's Acre
    Auteur : Anne Perry
    éditeur : 10/18
    Nombre de pages : 286 pages.

    Mon résumé :

    Thomas Pitt a certes l'habitude des crimes sordides, ses hommes aussi, mais là, ce qu'il découvre dépasse l'entendement. Il entend donc préserver Charlotte au maximum. Hélas ! Celle-ci est bien décidée à enquêter, avec l'aide de sa soeur Emily, surtout que cette enquête la ramène dans le quartier de Callander Square, où elle rencontra le général Balantyne .

    Mon avis :

    Anne Perry tisse des liens entre ses différentes enquêtes, n'hésitant pas à réutiliser des personnages que nous avons déjà croisé. Si l'on y réfléchit, ce principe est parfaitement logique : même divisée en quartier, la ville de Londres n'est pas si grande. Trois ans se sont écoulés depuis Le mystère de Callander Square (et presque deux ans depuis que j'ai lu cette enquête) mais le général, lady Augusta, leur fille Christina ainsi que Miss Ellison (alias Charlotte Pitt) vont se trouver à nouveau mêler à un crime sordide.
    Je dévoilerai peu de choses sur l'enquête, si ce n'est qu'elle est en partie (mais en partie seulement) la conséquence des événements qui ont eu lieu trois ans plus tôt et que Charlotte comprendra, à ses dépens, qu'enquêter est douloureux.
    Non, ce qui m'a le plus intéressée dans ce livre est ce qu'Anne Perry dévoile de la société victorienne. Au fond, j'ai l'impression que mes lectures se suivent et que leur thématique se ressemble, puisqu'il est aussi question d'hommes qui ont tous les droits, et de femmes qui n'en ont aucun. Un homme peut jouer à Devil's Acre, rencontrer des prostituées, parfois même des prostitués, et ses activités sont tolérés - la bonne société ferme les yeux sur cette distraction. J'ajoute néanmoins qu'au vue de ce qui est arrivé à Oscar Wilde, je me pose tout de même des questions sur cette soi-disant acceptation de l'homosexualité masculine. A une femme malheureuse en ménage, il restera les oeuvres de charité, puisque des gouvernantes élèvent ses enfants, que pratiquer un sport est inconcevable (ne parlons même pas de jouer). Elle a de la chance si elle aime lire - des ouvrages choisis, évidemment - et si elle se montre capable de tenir son rang.
    L'autre constance est la difficulté à ce que le ménage soit heureux. Les jeunes beautés jetées dans le monde au début de la saison ont un an avant que la nouvelle fournée de belles ne viennent quérir un mari. Les mères-dragons font alors de leur mieux pour trouver un parti présentable et surtout, le retenir dans leur filet jusqu'aux noces. Et après ? Que dire des hommes qui ne retrouvent pas avec leurs timides épouses ce qu'ils ont connu avec des prostituées ? Que dire aussi de ces hommes qui découvrent au sujet de leur épouse des secrets qu'ils auraient aimé ignoré ? Tous les couples ne sont pas comme Charlotte et Thomas. Si Thomas se montre parfois hésitant à révéler les horreurs de son métier à sa jeune épouse, il règne entre eux une liberté de parole que les autres ménages pourraient bien leur envier. Point de conseiller conjugal à cette époque, point même de parentes ou d'amies pour aider les jeunes mariées : une jeune femme n'est plus sous la responsabilité de ses parents une fois mariée, et sa propre mère se gardera bien de lui prodiguer des conseils : on ne s'immisce pas dans l'intimité des gens car ce serait sous-entendre que quelque chose ne va pas, que la jeune épouse a failli, et cette seule pensée est inconcevable. Dès lors, le silence fait de non-dit prend toute la place. Bienheureux ceux qui savent, comme le général et son gendre, se comprendre à demi-mots.
    La catastrophe finale ne sera pourtant pas évitée.

    Majuscule
    LH
    LH

    Re: PERRY, Anne

    Message  Majuscule le Lun 9 Avr 2012 - 23:02



    Nous voici plongés dans la société victorienne, chez la famille Elison. Il y a le père Edward, la mère Caroline, leurs trois filles : Sarah, Emily et Charlotte ainsi que le mari de Sarah Dominic. Ils vivent à Londres et font partie de la Haute Société : celles où les femmes “travaillent” pour les oeuvres de charité et s’intéressent à leurs robes et où les hommes vont à leur Club.

    Le roman commence comme un roman de Jane Austen, on est de suite plongé dans une grande famille avec leur souci de mariage et de savoir-vivre. Charlotte est le personnage principal : elle sort du lot par son franc-parler et son manque de manière. Il y a d’abord une critique acerbe de la Société Anglaise Victorienne : les femmes n’ont pas le droit de s’enquérir de l’actualité, ni de ce qui se passe au-dehors. Elles ne doivent que penser à veiller à la bonne vie du foyer. Les hommes, eux, sont plus libres.

    Quand soudain, plusieurs assassinats ont lieu dans une rue voisine des Elison : Cater Street. Un mystérieux étrangleur au fil à couper le beurre (il l’a pas inventé celui-là ! hum…). Apparaît alors dans le roman : L’inspecteur Thomas Pitt : homme de classe moyenne, policier chargé de l’enquête. Et là, la lueur de sentiments amoureux pointe son nez entre Charlotte et l’inspecteur… Puis, au fur et à mesure, les apparences s’abaissent pour laisser un place aux vrais visages et véritables personnalités.

    L’intrigue policière n’est pas vraiment au centre mais on se prend au jeu d’accuser certains personnages, de chercher qui cela pourrait bien être ! Car dans la Haute, on ne pouvait imaginer un tel criminel parmi ces personnes de bonne famille…

    J’ai apprécié cette peinture de l’Angleterre du XIXème siècle, les portraits de personnages ainsi que les disputes avec la grand-mère vieille pie, qui à peine contrariée, monte dans sa chambre se coucher !!

    Une belle découverte ! J’avais ce livre qui ronflait dans ma PAL depuis un moment. Et j’avais lu de bons avis sur Anne Perry. Cette série des Pitt me plaît bien ! D’ailleurs, mon homme m’a acheté le deuxième : Le mystère de Calander Square !

    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Nina le Mar 10 Avr 2012 - 9:50

    Bonne lecture Majuscule !
    Les personnages du Mystère de Callender Square se retrouvent dans deux autres aventures de Thomas et Charlotte Pitt.

    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Nina le Ven 22 Juin 2012 - 22:13


    Titre : L'égorgeur de Westminster Bridge.
    Auteur : Anne Perry.
    Editeur : 10/18
    Nombre de pages : 380 pages.

    Quatrième de couverture :

    Le gentilhomme ligoté au réverbère de Westminster Bridge est vêtu très élégamment - fleur à la boutonnière, chapeau haut de forme, écharpe blanche habillée -, mais il est mort, la gorge tranchée. Qui a tué Sir Lockwood Hamilton, cet homme charmant et l'un des plus consciencieux membres du Parlement ? Avant même que l'inspecteur Thomas Pitt ne commence son enquête, l'un des collèges de Sir Lockwood rencontre lui aussi la même destinée au même endroit. Charlotte, la tendre épouse de Thomas, ne peut résister à l'envie d'aider son mari. Mais, pendant ce temps, l'égorgeur de Westminster Bridge continue son oeuvre macabre...

    Mon avis :

    Je retrouve avec plaisir les héros d'Anne Perry, avec toutefois une nuance : ce tome va du gris foncé au noir, très noir. L'espoir ? Il est nulle part. Les innocents paient, les coupables, aussi, mais dans une bien moindre mesure. Le poids du chef de famille, par contre, est partout. Il nous montre le pire de cette société victorienne si puritaine, si patriarcale. Les femmes sont des petites personnes fragiles (je n'ai pas dit "chose" bien que je sois tentée, elle n'a strictement aucun droit, pas même sur ses propres enfants) qu'il faut absolument protéger, parfois contre leur gré, parfois contre elles-mêmes.
    Certes, Charlotte a de la chance d'avoir un mari qui la laisse relativement libre et s'il souhaite la protéger, j'ai envie de dire qu'il a de bonnes raisons de le faire. La passion de Charlotte pour les enquêtes peut se révéler dangereuse - pour elle.
    L'égorgeur de Westminster Bridge nous plonge dans l'antre de la folie, même si je regrette un dénouement trop abrupte, comme souvent chez Anne Perry. La folie "médicale", si facilement diagnostiqué, surtout chez les femmes, mais aussi la folie mystique, point qui sera à nouveau abordé dans L'incendiaire de Highgate ont leur part dans l'enquête. Incendiaire, égorgeur : la folie n'a que faire des armes à distance, comme le pistolet ou le poison, il lui faut le corps à corps ou la purification - qui n'a rien de symbolique. Et si la compassion est, étymologiquement "souffrir avec", nous souffrons autant à cause de la première victime que du meurtrier.
    L'égorgeur de Westminster Bridge est un roman réussi, qui ne laisse pas le lecteur indemne.

    caro
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  caro le Sam 23 Juin 2012 - 11:10

    Merci Nina, je n'ai jamais lu cette auteure, il faudrait que j'essaie un de ces quatre matins Very Happy

    Lariflette
    LH
    LH

    Re: PERRY, Anne

    Message  Lariflette le Sam 23 Juin 2012 - 20:18

    C'est toujours sympa un Anne Perry. Pitt et Charlotte sont des personnages intéressants. J'aime bien. Merci Nina.

    B

    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Nina le Sam 10 Nov 2012 - 20:15


    Titre : Défense et trahison
    Auteur : Anne Perry.
    Editeur : 10/18.
    Nombre de page : 390.

    Quatrième de couverture :

    Après une brillante carrière militaire au service de la couronne d’Angleterre en Inde, l’estimé général Thaddeus Carlyon rencontre la mort, non dans l’affrontement d’une bataille, mais au cours d’un élégant dîner londonien.
    Accident ou homicide ? La belle Alexandra, épouse du général, confesse bientôt son meurtre, passible du gibet. William Monk, Hester Latterly et Oliver Rathbone travaillent d’arrache-pied pour faire tomber le mur de silence élevé par l’accusée et la famille de son mari ; ils cherchent désespérément une réponse à ce sombre et effrayant mystère, afin de sauver la vie d’une femme.

    Mon avis :

    Je lis peu la série des Monk, et, qui plus est, je les lis dans le désordre, ce qui, vous en conviendrait, ne change pas grand chose à mes Habitudes littéraires. Avantage : je connais le devenir de certains personnages, sans que cela me gâche le plaisir de lire.
    Nous sommes ici dans le troisième volume des aventures de Monk, et la mémoire lui revient un peu, par bribes. Si certains éléments ne font que confirmer ce qu’il savait déjà de sa personnalité, d’autres le rendent attachants, et pas seulement à mes yeux.
    S’investir pour retrouver son passé ne l’empêche pas de poursuivre son enquête pour Oliver Rathbone. Pourtant, le cas semble désespéré, la jeune femme a avoué, et sa culpabilité ne fait pas de doutes, pas même aux yeux de Monk ou d’Hester. Pourquoi vérifier minutieusement les faits alors ?
    Parce qu’enquêter en vue du procès est déjà un luxe. En effet, la famille ne souhaite rien moins qu’étouffer le scandale. Ce pourrait être fait très simplement : si la folie d’Alexandra était reconnue, il n’y aurait pas de procès, elle serait internée jusqu’à ce que mort s’ensuive dans un hôpital – un lieu pire qu’une prison. Cependant, dans un sursaut, Alexandra accepte d’être défendue, et maître Rathbone mettra tout en oeuvre pour découvrir le mobile.
    Tout repose là-dessus. Alexandra a tué, mais pour quelles raisons ? La jalousie, motif qu’elle avance, n’est pas séant – une dame ne doit pas éprouver ce sentiment, quand bien même elle aurait trouvé son mari au lit avec une servante – mais il n’est pas crédible. Alexandra est une trop bonne mère (elle est très proche de ses filles, un peu moins de son jeune fils), une épouse élégante et posée, elle n’aurait pas pris ombrage des manœuvres de sa rivale. Quel peut dont être son véritable mobile ?
    Vous le découvrirez si vous allez jusqu’au bout de la lecture. Vous redécouvrirez ce que vous savez déjà, si vous lisrez la série des Thomas Pitt, le foyer, ce lieu où tout homme valeureux peut trouver le repos, la chaleur, en échange de la protection qu’il offre à femmes et enfants, peut devenir le lieu de tous les dangers, de toutes les corruptions, de toutes les abjections. La femme n’a strictement aucun moyen de quitter son foyer, et quand bien même elle divorcerait, elle serait mise au ban de la société et ne pourrait prendre avec elle ses enfants, sur lesquels son mari a toute autorité.
    La dernière question qui se pose est : à la place d’Alexandra, qu’auriez-vous fait ? Pour ma part, je ne crois pas que ma décision aurait été tellement différente.

    Keana
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Keana le Dim 11 Nov 2012 - 13:07

    Les livres d'Anne Perry me tente depuis déjà un bon moment, j'avais acheté un premier tome d'une série "L'étrangleur de cater street".

    Je connais de nom la série "Monk", je sais qu'il perdait la mémoire et cela me tentait bien.

    Merci Nina pour cet avis.

    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Nina le Dim 11 Nov 2012 - 22:35

    Merci Keana pour ta visite.
    La série "Monk" est plus dure que la série Pitt. Je garde le souvenir de certains tomes vraiment poignants.

    Keana
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Keana le Lun 12 Nov 2012 - 11:59

    Qu'entends tu par "poignant" ? Ils sont plus dur, plus "gore" (si je peux dire ainsi) dans la description des meurtres ?

    Nina
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Nina le Lun 12 Nov 2012 - 14:36

    Ce sont plutôt les conséquences : certains coupables (comme Alexandra dans ce tome) sont des victimes, et elle n'est pas la seule. Les aventures de Monk comportent plus de dommages collatéraux, parfois même pour l'enquêteur et ses proches.

    Keana
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Keana le Lun 12 Nov 2012 - 19:39

    D'accord, je vois ce que tu veux dire, merci pour ces renseignements Nina.

    Keana
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Keana le Jeu 19 Sep 2013 - 13:37



    L'étrangleur de Cater Street

    Auteur: Anne Perry
    Edition: 10/18
    Pages: 381

    Policier

    Quatrième de couverture

    « Suffragette avant l'heure, la téméraire Charlotte Ellison n'aime ni l'étiquette ni le badinage des jeunes filles bien nées. Dévorant en cachette les faits-divers des journaux, sa curiosité la mêlera à une affaire des plus périlleuses, aux côtés du séduisant inspecteur Pitt de Scotland Yard. Dans le Londres des années 1880, le danger guette et les femmes en sont souvent la proie... »

    Mon avis

    J’étais très réticente à lire ce livre, de part son titre, j’avais l’impression que ça allait être un thriller, et puis autour de moi une personne qui a les mêmes gouts littéraires que moi me l’a conseillé, me disant que c’était un mélange d’Agatha Christie et de Jane Austen. Et pour tout dire je ne regrette pas du tout et suis d’accord avec elle. On voit la place de la femme, ce qu’elle avait le droit de dire, de faire dans le XIX siècle. Et Charlotte, dans son comportement, m’a fait penser à Elizabeth Bennett, elle dit ce qu’elle pense et pour elle c’est parfaitement normal, alors qu’à l’époque ca ne l’était pas.

    Alors coup de cœur, même si j’avais deviné la personne responsable des meurtres depuis un certain temps, même si cela ne m’a pas empêché, le temps de quelques phrases de soupçonner quelqu’un d’autres à beaucoup de reprises. D’ailleurs c’est sur ce dernier point que j’ai trouvé l’auteur ingénieuse, elle nous fait douter en créant de nouvelles pistes, y revenant pour nous embrouiller. Donc 5 etoile jaune coup de coeur .

    Sycele
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Sycele le Jeu 19 Sep 2013 - 15:13

    Merci pour ces détails sur Anne Perry, vous m'avez donné envie de la lire !Very Happy

    Keana
    ML
    ML

    Re: PERRY, Anne

    Message  Keana le Jeu 19 Sep 2013 - 18:08

    Je suis contente que nos avis t'ai donné envie de lire cette auteur. Je te souhaite de bonnes lectures !

    Contenu sponsorisé

    Re: PERRY, Anne

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:39


      La date/heure actuelle est Mer 7 Déc 2016 - 11:39