Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    GRIFFITHS, Elly

    Partagez
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    GRIFFITHS, Elly

    Message  Nina le Sam 16 Sep 2017 - 20:36


    Le secret des orphelins
    Editions Presse de la Cité - 302 pages.


    Présentation de l’éditeur :

    Un squelette d’enfant décapité est retrouvé sous la porte d’une vieille bâtisse victorienne à Norwich. S’agit-il d’un sacrifice datant de la période romaine ou de la dépouille d’un petit pensionnaire échappé de l’orphelinat qui occupait les lieux dans les années 1970 ?
    Mon avis :

    Je vais vous parler aujourd'hui d'un roman policier qui m'a vraiment énormément plu, au point qu'à peine fini, j'allais chercher le premier tome de la série à la bibliothèque.
    Qu'est-ce qui m'a donc tant plu dans cette lecture ? Les personnages, tout d'abord. Nous trouvons un duo classique, l'archéologue spécialiste en datation Ruth Galloway, dont le nom fleure bon la Grande Bretagne et l'inspecteur Harry Nelson, qui n'est pas sans rappeler un autre inspecteur, américain celui-ci, et aussi un célèbre amiral. Classique, oui, sauf dans leur portrait. J'en ai plus qu'assez de ces livres dans lequel des personnages féminins ont des physiques parfaits, des hanches "minces", des ventres "plats" ou alors des "courbes pulpeuses". Ruth, et bien, est une femme qui ne rentre pas dans cette injonction littéraire et sociétal, elle a une silhouette un peu ronde, banale, porte des vêtements confortables, pratiques et ne fait rien pour modifier sa silhouette. Célibataire, athée convaincue ayant du mal avec ses parents "born again", elle est passionnée par son métier et adore son chat, qui le lui rend bien. Elle a des amis, très différents d'elle parfois. Je pense à Shona, la femme fatale splendide et flamboyante ou Cathbad, l'excentrique sur qui elle peut toujours compter.
    L'inspecteur Harry Nelson est un enquêteur survolté. Le flegme anglais ? Vous le trouverez dans un autre roman, sans doute, mais là, non. Homme de terrain, Nelson ne ménage pas sa peine, utilise au mieux les capacités de ses enquêteurs, et va au bout des pistes qui se présentent à lui, sans rien négliger. Côté vie privée, il ne se ménage pas non plus. Marié, deux filles, il essaie de mener une vie de famille, une vie de couple presque sereine. Oui, tout est dans le presque, comme souvent, mais Nelson aime les siens, personne ne peut dire le contraire.
    Pour ces deux personnages singuliers, pour des personnages secondaires qui le sont tout autant, et qui se découvriront peu à peu au cours de la lecture, il fallait une intrigue qui l'est tout autant. La découverte du squelette d'un enfant décapité n'est pas une affaire banale. Pas de faux suspens : le lecteur sait le plus vite que la technique le permet que nous ne sommes pas face à une tombe médiéval. Comme le lieu a été il y a quelques décennies un orphelinat, le lecteur a forcément des références, des clichés qui lui viennent, surtout quand il apprend que deux enfants, frère et soeur, ont disparu et que nul, en dépit des recherches effectuées, ne sait ce qu'il est advenu d'eux. Cold case ? Oui, presque, parce que Nelson va aussi relancer cette enquête, retrouver des personnes qui ont vécu dans cet orphelinat. Le prêtre, d'abord, qui, à prêt de 80 ans, semble avoir conservé la même bienveillance. Un ancien pensionnaire, qui garde un bon souvenir de lui et de cet époque. Une soeur, tourmentée par l'âge et la maladie. Les propriétaires aussi, dont la volonté de transformer les lieux a conduit à retrouver le corps, ainsi que celui d'un chat décapité. Nelson retrouve aussi un des policiers qui a enquêté pendant les années 70 et se souvient de l'énergie déployée à l'époque.
    Energie, oui, c'est le mot qui domine vraiment parce qu'à la force déployée par les enquêteurs pour découvrir la vérité s'oppose une autre force qui fait tout pour nuire à l'enquête. Pas les traditionnels bâtons dans les roues des puissants pour que l'on ne sache rien, non - bien trop classique. C'est à la fois plus subtil et plus violent. 
    Si vous aimez les romans policiers, la mythologie, si vous savez que l'homme est capable du meilleur mais aussi du pire, si vous êtes capable de regarder en face sa cruauté et sa violence, alors vous aimerez lire ce livre.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: GRIFFITHS, Elly

    Message  Pinky le Lun 18 Sep 2017 - 10:26

    merci NIna pour cette belle présentation qui donne très envie de lire ce livre
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: GRIFFITHS, Elly

    Message  Nina le Mer 20 Sep 2017 - 20:38

    Merci Pinky pour ta visite : une série que j'ai très envie de suivre.
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: GRIFFITHS, Elly

    Message  Nina le Mer 20 Sep 2017 - 23:57


    Les disparues du marais.
    Edition Presse de la cité - 302 pages.

    Présentation de l’éditeur :
    Entre la découverte d’ossements datant de l’âge de fer et la disparition il y a dix ans de la petite Lucy, a priori rien à voir. Mais une nouvelle fillette est enlevée et la police reçoit une lettre dans laquelle le ravisseur fait allusion à de mystérieux rites sacrificiels de la préhistoire. Ruth Galloway, professeur d’archéologie brillante et solitaire, se mêle à l’enquête, quitte à s’approcher au plus près du danger…

    Mon avis :

    J’ai enchaîné le tome 1 après le tome 2, et j’ai été encore une fois conquise par l’auteur et sa manière de construire le récit. En effet, là où d’autres nous feraient subir une centaine de pages d’introduction, nous montrerait Harry Nelson et Ruth Galloway dans leur milieu naturel respectif (la police pour l’un, l’université et les fouilles archéologiques pour l’autre), l’auteur fait le choix de débuter quasiment par leur rencontre, ou pourquoi l’inspecteur Nelson a besoin d’une experte en ossements.
    En effet, Nelson est déjà tel que dans le deuxième opus : survolté. Il ne renonce pas, même après dix ans, surtout quand une affaire en tout point semblable à la première se profile : la disparition d’une enfant de cinq ans. Faire une pause, ménager des susceptibilités, penser à sa carrière, ce n’est pas pour lui. Tenter de préserver sa vie privée, oui. Lucide, il ne cache pas à Ruth qu’il n’a négligé vraiment aucune piste, et tant pis pour les âmes sensibles.
    Ruth, elle, est un peu secouée par le côté direct de Nelson, qui n’a pas l’habitude de ne pas être obéi immédiatement. Comme dans le premier volume, j’ai apprécié la description de cette femme. Oui, elle pèse 79 kilos, elle s’habille de tenue pratique, ou stricts selon son activité (fouille ou cours à l’université) et nous n’aurons pas de portrait plus précis, nous épargnant ainsi quelques clichés.
    Tous deux se trouvent faire équipe pour retrouver Scarlet, la petite fille disparue, et peut-être Lucy, disparue depuis dix ans. L’ambiance – les marais, les dangers qui rôdent – m’ont parfois fait penser aux romans de Preston et Child, ce qui pour moi est loin d’être un défaut.
    Cette enquête nous plonge dans le passé de chacun des deux protagonistes. Nelson a déjà fait preuve de pugnacité dans le passé, pugnacité pour laquelle certains ne l’apprécient guère. La police, c’est l’ennemi, et l’on n’est près, parfois, à aller très loin pour lui mettre des bâtons dans les roues.
    Autre cliché qui est vite expédiée : ces personnages qui « oublient » leur téléphone portable aux moments cruciaux, ou qui tombent en panne de batterie, ce qui décale toutes les communications et fait piétiner l’enquête. Je ne dis pas qu’il est impossible d’oublier son portable quand on a un tueur à ses trousses, je dis simplement que Nelson et Galloway communiquent très fréquemment dans ce livre, Nelson n’ayant pas non plus l’habitude qu’on ne lui réponde pas quand il a besoin de joindre quelqu’un, et Ruth n’a pas l’intention de lui cacher certains faits qu’elle a découvert, même si elle ne « bondit » pas sur son téléphone pour les lui apprendre. D’autres n’hésitent pas à lui rendre visite s’ils ont quelque chose d’urgent à lui communiquer. Plus pratique que cent pages d’atermoiements pour faire bouger les choses.
    Je ne vous ai pas encore parlé de Cathbad, qui a pourtant une place bien particulière dans ce livre, hors-norme et flamboyante. Comme le dit Nelson : Si jamais ils se perdent [dans les marais], il tuera Cathbad d’abord et l’arrêtera ensuite.
    Bref, pour moi, il ne reste qu’une solution : lire les neuf tomes restant en VO.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: GRIFFITHS, Elly

    Message  Pinky le Jeu 21 Sep 2017 - 10:05

    merci Nina pour ces présentations
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: GRIFFITHS, Elly

    Message  Nina le Jeu 21 Sep 2017 - 10:32

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    Re: GRIFFITHS, Elly

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 23 Sep 2017 - 15:52