Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    VARGAS Fred

    Partagez

    caro
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  caro le Mar 3 Avr 2012 - 10:22

    « Sans feu ni lieu »



    Editeur : Viviane Hamy – 1997

    Pages : 252 p.

    Genre : policier



    Résumé Fnac :

    - C'est un crétin ou quoi, ce type ? Louis Kehlweiler s'énerve. Cette histoire ne tient pas debout ! Il ne fait de doute pour personne que Clément Vauquer est bel et bien coupable des deux meurtres dont on l'accuse. En outre, la police possède son signalement, il ne restera pas longtemps en cavale.

    Oui, mais Clément, l'accordéoniste demeuré, est un protégé de la vieille Marthe... Cela suffit pour que Kehlweiler demande à Marc, Lucien et Mathias de cacher le fugitif quelques jours. Personne n'ira le chercher dans la baraque pourrie qu'ils habitent, au fin fond du 18e arrondissement. Le temps d'aller à Nevers, là où tout a commencé...



    Avis :

    C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai retrouvé Fred Vargas que j’avais un peu mise de côté ces derniers temps.



    Ici, on ne retrouve pas le commissaire Adamsberg mais un homme, Louis Kehlweiler dit « L’Allemand », plus ou moins mis de force à la retraite par le ministère de l’Intérieur pour lequel il travaillait (NB : il existe un roman antérieur à celui-ci avec les mêmes personnages qui explique peut-être la situation).

    Comme les romans avec Adamsberg, ce livre foisonne de personnages doux marginaux, ce qu’on appellerait peut-être des originaux, plus intéressés par l’histoire avec un grand « H » que par l’argent. Et à chaque personnage, et chaque étage de la grande maison où ils habitent, correspond une période historique : Préhistoire, Moyen-âge et Grande Guerre. Ajouter à cela un suspect qui nous rappelle qu’il ne faut jamais se fier aux apparences et une intrigue toujours en béton où l’on ne découvre le meurtrier qu’à la fin et vous obtiendrez un excellent roman policier de Fred Vargas.






    Pinky
    M
    M

    Re: VARGAS Fred

    Message  Pinky le Jeu 5 Avr 2012 - 8:51

    il faut que j'en achète un et que j'en lise un...

    merci Caro pour cette nouvelle présentation

    caro
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  caro le Jeu 5 Avr 2012 - 9:51

    Tu n'as jamais lu cet auteur ?

    binou
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  binou le Jeu 5 Avr 2012 - 9:57

    j'ai debout les morts dans ma PAL depuis un bon moment mais je ne me suis jamais décidée à le lire, je ne sais pas pourquoi. Il faudra que j'y remédie, merci les filles beaux yeux

    Pinky
    M
    M

    Re: VARGAS Fred

    Message  Pinky le Ven 6 Avr 2012 - 8:38

    et non Caro, allez dis moi, lequel je pourrai lire ?

    caro
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  caro le Ven 6 Avr 2012 - 11:31

    Je vous conseillerai la série avec le commissaire Adamsberg J'adoreeee !!! "Dans les bois éternels", "Pars vite et reviens tard" et "Sous les vents de Neptune" sont mes préférés. Le seul truc c'est que si vous voulez connaître la vie sentimentale d'Adamsberg il faut les lire dans l'ordre. Ce n'est pas ce que j'ai fait et on arrive à bien suivre quand même Very Happy

    Pinky
    M
    M

    Re: VARGAS Fred

    Message  Pinky le Sam 7 Avr 2012 - 7:50

    je note très chère Caro les quelques titres que vous me donnez...

    et pourquoi le vous tout à coup ? casser la tête c'est bizarre ! sortir la langue bisous

    caro
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  caro le Sam 7 Avr 2012 - 11:31

    c'est parce que ça s'adressait à toi et Binou Pinky

    (Je me demandais pourquoi tu me vouvoyais )

    Pinky
    M
    M

    Re: VARGAS Fred

    Message  Pinky le Sam 7 Avr 2012 - 20:27

    sifler ha cool tope là tra la la

    Majuscule
    LH
    LH

    Re: VARGAS Fred

    Message  Majuscule le Dim 15 Avr 2012 - 10:56

    Je plussoie les conseils de Caro ! je suis également amoureuse de Jean-Baptiste...

    caro
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  caro le Lun 16 Avr 2012 - 13:20

    Merci Majuscule !

    Nina
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  Nina le Ven 10 Jan 2014 - 19:12

    L'armée furieuse.
    Edition Viviane Hamy - 430 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Au cœur de la Brigade criminelle, le commissaire Adamsberg vaque à ses occupations. Même si Veyrenc, son ancien rival des Pyrénées, hésite encore à revenir, le reste de l’équipe évolue paisiblement : Rettancourt reste la grande « génératrice d’énergie », le chat dit « La Boule » dort toujours sur la photocopieuse, Danglard avec son verre de vin blanc développe un immense savoir, Mercadet est toujours à moitié endormi, Froissy fait des allers-retours entre sa réserve de nourriture et son bureau. Une petite dame âgée attend le commissaire sur le trottoir, elle vient de Normandie. Ils n’ont pas rendez-vous, mais il n’y a qu’à lui qu’elle veut parler. Une nuit, dans son village, sa fille a vu « l’Armée furieuse », c’est-à-dire une cohorte de morts vivants qui vient enlever les pires personnes des environs. Meurtriers, voleurs, tous ceux qui n’ont pas la conscience tranquille se sentent menacés. Cette vieille légende est le signe que de multiples assassinats vont se produire. Loin de sa circonscription, Adamsberg va pourtant accepter d’aller enquêter sur place, dans le village terrorisé de superstitions et de rumeurs sauvages. Aidé de la police locale, de son fils (qu’il a découvert dans Un lieu incertain), et de quelques complices, il tentera de protéger les mauvaises personnes contre le mauvais sort.

    Mon avis :

    Ce n’est qu’à la quatrième tentative que j’ai réussi à lire ce livre – autant dire qu’il traînait dans ma PAL depuis sa parution, et ce n’était pas hier. A chaque fois, je bloquai au bout de cinquante pages – sans doute parce que la vision de la Normandie, donnée dans ce livre, me semblait plus archaïque qu’authentique. Pour parvenir au bout de ses quatre cents pages, j’ai donc lu ce livre davantage comme un conte policier, que comme un roman policier.

    Pourtant, ce n’est pas tant une intrigue que nous propose Fred Vargas, mais quatre. La première est résolue très vite, le coupable avoue tranquillement ce qu’il a fait – et sait qu’il pourra très bien s’en sortir sans trop de dommage. Une enquête résolue dès le premier chapitre, ce n’est pas sans me rappeler certaines oeuvres de Sjöwall et Wahlöö. La seconde paraît presque hors-sujet : qui a ligoté un pigeon, le condamnant à une mort certaine, sans l’intervention d’Adamsberg ? Ce genre d’intrigue peut ne pas plaire, mais Adamsberg, lui, s’intéresse au moindre détail, au moindre crime. S’amuser à torturer n’est jamais innocent.

    La troisième enquête rappelle l’actualité : des voitures brûlent, en banlieue, dans Paris. Sauf qu’un homme est mort. Sauf que cet homme n’était pas n’importe qui, et que le suspect est un moins que rien. Tout semble réglé, même pour Adamsberg. Croit-on. A tort. Rien n’est si simple dans l’univers de ce pelleteur de nuages.

    La quatrième est au cœur de l’intrigue puisqu’il s’agit d’empêcher une série de meurtres de se produire. Les futures victimes ont toutes des morts sur la conscience, mais elles furent si habiles que jamais la police n’a pu les inculper. Ce n’est pas le seul dénominateur commun, car ceux qui les poursuivent sont des morts-vivants, dont la légende terrorise le village depuis des siècles. Voici qui teinte de fantastique l’intrigue. Voici qui pose d’autres problèmes : à quelles extrémités la peur et les croyances peuvent pousser des êtres que l’on peut croire, en ce début de XXIe siècle, rationnel, si ce n’est cartésien ? Vous ne serez pas déçu, tant la raison semble avoir quitté l’esprit de certains. Est-il possible de manipuler des êtres en jouant sur leurs peurs ? Oui, bien sûr – rien de nouveau sous le soleil ou sous la lune.

    Ce qui m’a dérangé – mais peut faire le charme de ce roman – est qu’Adamsberg réussit à résoudre cette enquête en sortant totalement des sentiers battues, et en bénéficiant de l’aide d’un deus ex machina, hobereau normand dont la puissance a eu le don de lui ouvrir certaines portes, de lui accorder certains délais. Bien sûr, Adamsberg a payé de sa personne et ses adjoints aussi – pas vraiment en respectant la loi, ni les méthodes conventionnelles d’enquêtes. Est-ce à dire que les lois ne sont pas faites pour les puissants, qu’ils protègent le coupable ou l’innocent ? Constat peu réjouissant s’il en est.

    Je n’ai garde d’oublier aussi quelques invraisemblances, quelques incohérences dans l’intrigue – difficile de faire vivre le passé des personnages secondaires sur plus de quarante ans. Difficile aussi de restituer la folie du tueur jusqu’au bout, ou plutôt sa petitesse. La fin m’a laissé un goût d’inachevé mais je suis heureuse d’en être venue à bout.

    Pinky
    M
    M

    Re: VARGAS Fred

    Message  Pinky le Sam 11 Jan 2014 - 9:16

    merci NIna pour cette présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  Nina le Sam 11 Jan 2014 - 10:38

    Merci Pinky pour ta visite.

    Raphaèle
    LEH
    LEH

    Re: VARGAS Fred

    Message  Raphaèle le Dim 12 Jan 2014 - 15:14

    j'ai aimé ton commentaire Nina car en ce qui me concerne, je suis incapable d'être objective avec Fred Vargas.
    Tous ses romans m'ont plus : j'aime Adamsberg et son équipe depuis le début (une sorte de coup de foudre) et de ce fait j'accepte facilement que l'auteur puisse s'épuiser ; malgré tout j'ai beaucoup aimé ce livre même si ce n'est pas mon préféré.
    Dans tous les livres de Vargas il y a des incohérences ,de la poésie et beaucoup d'humanité : elle a crée des personnages en dehors des sentiers battus surtout dans les romans policiers. Elle a un style qui peut surprendre mais je n'arrive pas "encore" à être déçue; en as tu lu d'autres ??

    Nina
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  Nina le Dim 12 Jan 2014 - 15:42

    Merci Raphaèle pour ta visite.
    Mis à part L'homme à l'envers, j'ai lu tous les romans de Fred Vargas.

    Sycele
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  Sycele le Dim 12 Jan 2014 - 18:12

    Merci Nina pour ton avis sur ce livre de Fred Vargas c'est une auteure que j'aime beaucoup  .

    Nina
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  Nina le Dim 12 Jan 2014 - 18:57

    Merci Sycele pour ta visite.

    rhiannon
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  rhiannon le Ven 13 Juin 2014 - 14:58

    DANS LES BOIS ETERNELS


    Quatrième de couverture :
    " Des fois, ça me gratte. Ça me gratte sur mon bras manquant, soixante-neuf ans plus tard. À un endroit bien précis, toujours le même, dit le vieux [...] Ma mère savait pourquoi : c'est la piqûre de l'araignée. Quand mon bras est parti, je n'avais pas fini de la gratter. Alors elle me démange toujours. [...] C'est tout simple, c'est que le sentiment n'a pas fini sa vie. [...] Et si on meurt ; avant d'avoir fini de vivre, c'est pareil. Les assassinés continuent à traîner dans le vide, des engeances qui viennent nous démanger sans cesse. " Se pourrait-il que le commissaire Adamsberg coure après une ombre ?

    Mon avis:
    Un Vargas comme je les aime : un intrigue de plus en plus touffue et bizarre, des fils secondaires qui se croisent et s'entrecroisent, un dénouement inattendu qui donne un sens à tous ces fils secondaires ... je le mets dans la liste de mes préférés, avec "Debout les morts", "pars vite et reviens tard" et "sous les vents de Neptune".

    Pinky
    M
    M

    Re: VARGAS Fred

    Message  Pinky le Sam 14 Juin 2014 - 9:03

    merci Rhiannon pour cette présentation

    Céline 37
    LA
    LA

    Re: VARGAS Fred

    Message  Céline 37 le Lun 22 Déc 2014 - 12:08

    Pars vite et reviens tard




    L'histoire :
     
    Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d'appartements, dans des immeubles situés d'un bout à l'autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l'oeuvre d'un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique.
    De son côté, Joss LE guern, le Crieur de la place Edgard Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d'incompréhensibles annonces accompagnées d'un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé? Certains textes sont en latin, d'autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d'un fléau venu du fond des âges...
     
     
    Ce que j'en ai pensé :
     
    C'est le premier roman de Fred Vargas que je lis et je ne suis pas déçue.
    C'est un bon polar, même si au départ j'ai eu du mal à rentrer dedans. Il faut dire qu'au début, il y a 2 histoires en parallèle et chaque chapitre nous fait passer de l'une à l'autre. Je n'arrivais pas à trouver le fil conducteur jusqu'à ce qu'elles se recoupent enfin pour ne faire qu'une.
     
    Je ne regrette finalement pas d'avoir persévéré dans l'avancée de ma lecture, même s'il faut beaucoup de temps pour planter le décor. Au final ce roman est très bien construit, les rouages s'emboitent à la perfection.


    A relire sur mon blog : ici

    rhiannon
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  rhiannon le Lun 22 Déc 2014 - 13:59

    C'est aussi le premier que j'ai lu de Fred Vargas, et l'un de mes préférés, avec 'Debout les morts' et 'Sous les vents de Neptune'

    Je te souhaite plein d'autres lectures agréables avec cette grande dame du polar français contemporain !

    Nina
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  Nina le Dim 8 Mar 2015 - 14:32


    Temps glaciaires.
    Edition Flammarion - 496 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur la table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment. – le femme du 33 bis? demanda t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin? D’après les rapports internes il s’agit d’un suicide avéré.
    Tu as des doutes? Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur, grand fumeur, grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à 100 ans. – Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait les tiques?

    Mon avis :

    Les fans de Fred Vargas n’ont nullement besoin de mon avis : ils se sont déjà précipités chez leur libraire préféré, ont acheté le livre, commencé à le lire, et peut-être même, comme moi, l’ont-ils terminé. Quant à ceux qui ne connaissent pas encore cette auteur, je ne puis que vous conseiller vivement de découvrir son oeuvre.
    Temps glaciaires nous permet de retrouver Jean-Baptiste Adamsberg, Danglars, Retancourt, Veyrenc, et tant d’autres. Ils sont toujours présents au poste, toujours prêts à suivre leur chef sur les chemins de traverse. Enfin… presque tous, et les dernières pages sont percutantes. Adamsberg serait-il un lointain cousin d’Hercule Poirot ? Certaines de ses phrases résonnent comme celle du détective belge – avec plus de pugnacité. Certains appellent cela acharnement, perte de temps, suivi d’une piste froide depuis longtemps. N’empêche...
    Il n’empêche que, comme le précédent opus, Dans les vents éternels, c’est une visite qui n’aurait pas eu lieu d’être qui permet à l’enquête de débuter, et de redéfinir la notion de « conscience ». C’est pour apaiser la conscience d’un enquêteur que l’immense savoir de Danglard est sollicité. C’est pour soulager sa conscience qu’une femme sur le point de mourir révèle ce qui s’est passé dix ans plus tôt, sur une île perdue en Islande – et tant pis pour les dégâts qu’elle cause post-mortem. Certains n’ont pas eu conscience de ce qu’ils ont fait. D’autres n’auraient pu vivre avec certains actes sur la conscience, tandis que d’autres ont agi en leur âme et conscience.
    Fred Vargas nous invite à un très beau voyage, à de très belles rencontres – je pense à Célestine, Victor et Marc. Elle nous interroge sur la filiation, bien plus sûrement que dans une belle démonstration bien lourde. Elle écrit un roman policier sanglant sans tomber dans le sordide, ce qui est un exploit. Au bout du chemin, avec Fred Vargas, il y a toujours une lueur d’espoir, pour ceux qui ont pensé aux autres avant de penser à eux-mêmes – encore une fois, je pense à Célestine, à Victor, et même à Marc. Ses personnages ont la force d’aller de l’avant, toujours, et c’est ce qui fait de Fred Vargas, plus qu’une grande auteur de romans policiers, une grande auteur avec un univers singulier et généreux.

    Pinky
    M
    M

    Re: VARGAS Fred

    Message  Pinky le Lun 9 Mar 2015 - 11:15

    merci Nina pour cette présentation, il va sans dire que son livre était attendu et qu'il est plébiscité par bon nombre de lecteurs qu'ils soient du domaine pro ou amateurs

    Hesperide
    ML
    ML

    Re: VARGAS Fred

    Message  Hesperide le Lun 9 Mar 2015 - 13:47

    J'ai lu cette presentation avec un enorme interet, Nina, merci! J'aime beaucoup Fred Vargas. Le dernier de ses romans, traduit en ma langue, c'est L'armee furieuse. J'attendrai maintenant Temps glaciaires tout impatiemmment.

    Contenu sponsorisé

    Re: VARGAS Fred

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:24


      La date/heure actuelle est Lun 5 Déc 2016 - 11:24