Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    THIERY, Danielle

    Partagez
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    THIERY, Danielle

    Message  Nina le Jeu 12 Juil 2018 - 22:46



    Dérapages
    Edition J'ai Lu - 510 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Un corps d’enfant, très déconcertant, est découvert sur une plage du Nord de la France. Un cas troublant qui laisse perplexes tant les forces de police que le médecin légiste.
    Même la commissaire Edwige Marion, qui dirige maintenant un important service de la PJ parisienne, n’a jamais rien vu de tel.
    Au même moment, Marion récupère sa fille Nina en état de choc et couverte de sang. Nina a quitté Londres et sa sœur Angèle, clandestinement. Elle est murée dans son silence. Angèle et son mari, un scientifique renommé, ont disparu.
    Quels peuvent être les liens entre un enfant étrange mort noyé, une adolescente, un scientifique spécialiste du génome humain… et une jeune mère dont on a enlevé le bébé et qui, séquestrée chez elle, sombre dans l’horreur.

    Mon avis :

    Avis à ceux qui aiment les romans policiers sans meurtres et sans violence (oui, de tels fans existent, j’en ai rencontrés),passez votre chemin : ce roman est glauque et sanglant. Les enquêteurs vont avoir fort à faire pour résoudre cette affaire, notamment lutter contre ceux qui leur mettent des bâtons dans les roues. Normal, me direz-vous, un coupable, quel qu’il soit, n’a pas très envie d’être découvert. Sauf que certains enquêteurs eux-mêmes ne sont pas forcément prêts à aider le commissaire Marion et son équipe.
    J’anticipe et je suis floue, oui, mais je ne veux pas trop en dire non plus, parce que l’intrigue est complexe, et parce que les points de vue sont variés. Prenons par exemple cette jeune femme, Jennifer, enfermée dans son curieux appartement. D’un côté, le lecteur la plaint pour les tourments qu’elle endure, pour sa solitude. De l’autre, nous sommes en droit de nous demander dans quelle mesure ce qu’elle voit, ce qu’elle ressent est vrai, et plus encore comment une jeune femme moderne a pu se retrouver aussi isolée, et aussi dépendante d’un seul homme, au point que son enfant voit pour la première fois un médecin à l’âge de quatre mois.
    Effrayant, ce thriller ? Oui. Marion, qui doit de plus veiller sur sa fille Nina, découvre des ramifications à peine croyables, tant « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Chercher à guérir des maladies, à améliorer le sort des souffrants, oui. Chercher autre chose de plus futile (à mes yeux) non.
    Ce que j’ai aimé, en dépit de l’épaisseur de ce livre, c’est à quel point il est facile à lire, à quel point j’ai tourné les pages rapidement pour découvrir le pourquoi du comment.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: THIERY, Danielle

    Message  Pinky le Ven 13 Juil 2018 - 8:51

    merci Nina pour cette présentation,
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: THIERY, Danielle

    Message  Nina le Ven 13 Juil 2018 - 9:40

    Merci Pinky pour ta visite.
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: THIERY, Danielle

    Message  Nina le Mar 17 Juil 2018 - 23:58


    Tabous
    Edition J'ai lu - 412 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Dans un hôpital d’Arcachon, une femme et son bébé de 4 mois disparaissent mystérieusement. Le commissaire de la PJ de Paris, Edwige Marion, descend épauler son ancien collègue bordelais, accompagnée d’Alix de Clavery, une jeune psycho-criminologue aux méthodes singulières.
    L’enfant est retrouvé… sans sa mère.
    Commence alors une enquête difficile où la spécialiste se heurte aux murs du silence et à la puissances des tabous.

    Mon avis :

    Ce roman suit Dérapages dans l’écriture, mais pas dans la construction de l’intrigue : nul besoin d’avoir lu le précédent pour comprendre et apprécier celui-ci. Le commissaire Marion doit cependant faire avec les conséquences de l’enquête précédente, sa fille Nina est retournée en Angleterre, leurs relations ne sont plus aussi proches qu’elle l’aurait souhaité.
    Pourtant, l’enquête que va mener le commissaire Marion la ramène vingt ans en arrière, à une autre enquête qui, déjà, parlait d’enfants en péril. Je ne veux pas trop m’avancer, mais j’ai l’impression que ce thème est cher à l’auteure. Célia et sa fille Roxane ont disparu, là, comme ça, boum ! d’une maternité où l’on peut entrer et sortir pire que dans un moulin. A la décharge de l’institution, Célia ne venait pas de mettre au monde son bébé, elle revenait en consultation avec sa fille alors même qu’elle n’avait pas accouché ici – premier mystère. Le bébé est retrouvée très vite, mais sa maman, non. Pourtant, mis à part les enquêteurs, personne ne semble se soucier de la jeune femme. Ni ses parents, ni son frère, ni son mari qui est loin, très loin – et pas vraiment aimé par sa belle-famille, au prétexte qu’il est « étranger ».
    L’enquête est presque un huis-clos. On étouffe, dans cette dynastie, qui vit en vase clos. Les enfants ne s’écartent guère de la scierie familiale, même s’ils ont fait, comme Armel et Celia, des études aussi prestigieuses qu’inutiles puisqu’elles ne leur ont pas permis de prendre leur envol. J’ai pensé à Mauriac – un peu – puisque l’enquête se situe dans le bordelais.
    J’ai pensé aussi au débat sur le mariage pour tous (oui, je m’écartais du sujet, un peu) et sur la maternité, thème central s’il en est de ce roman. On vous pose toujours des questions si vous n’avez pas d’enfants on ne vous demandera jamais pourquoi vous avez eu des enfants. Or, dans ce livre, il est peu de relations parents/enfants heureuse. La seule qui l’est, c’est Reynald et Irma, le policier municipal pas toujours futé qui a pris avec lui sa mère devenue impotente et prend soin d’elle à sa manière, sans excès mais sans négligence. Sinon… Prenons par exemple l’intrigue qui semble secondaire, et ce mystérieux Truc – oui, c’est bien son nom. Truc a été surnommé ainsi par sa mère, avant d’être retiré à sa garde. Même chose pour Carole, abandonnée elle aussi et mère célibataire d’une petite fille. Nathalie, l’aide ménagère, est fâchée avec sa fille. L’aisance financière ne change rien à l’affaire : les Laporte ne cessent de montrer leur absence d’amour envers leur descendance. Pire : ils confondent éducation et dressage, tout en essayant de laver leur linge sale en famille.
    Les crimes étaient-ils évitables ? Oui. Il est facile d’imputer le hasard, ou la faute à pas de chance pour certains d’entre eux. Le hasard, ce n’est dans cette histoire que le nom que l’on donne aux causes que l’on ne veut pas ou ne peut pas voir.
    avatar
    Pinky
    M
    M

    Re: THIERY, Danielle

    Message  Pinky le Mer 18 Juil 2018 - 9:52

    merci Nina pour cette présentation
    avatar
    Nina
    ML
    ML

    Re: THIERY, Danielle

    Message  Nina le Mer 18 Juil 2018 - 12:06

    Merco Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    Re: THIERY, Danielle

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 21 Oct 2018 - 4:36