Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    AUSTER Paul

    Partagez

    Pinky
    M
    M

    AUSTER Paul

    Message  Pinky le Sam 15 Jan 2011 - 17:53

    Dans le scriptorium



    145 pages édité chez Acte Sud en juin 2008

    Roman

    Résumé

    Un homme se réveille, désorienté, dans une chambre inconnue. Sur un bureau sont soigneusement disposés une série de photographies en noir et blanc, deux manuscrits et un stylo. Qui est-il ? Pourquoi se retrouve-t-il assigné à résidence entre les quatre murs de cette pièce ? Que lui veut cette dénommée Anna qui lui parle de comprimés, d’un traitement en cours, mais aussi d’amour et de promesses ? Qui sont ces visiteurs qui, sous l’oeil infatigable d’une caméra, viennent lui reprocher de les avoir jadis envoyés accomplir de mystérieuses missions dont certains d’entre eux sont revenus détruits ?
    Revisitant les territoires de l’inquiétante étrangeté où son oeuvre s’enracine, Paul Auster livre une étonnante variation sur la relation du romancier à ses personnages qui entre en résonance avec une interrogation profonde sur les responsabilités de l’Amérique contemporaine face à l’Histoire.

    Paul Auster, né dans le New Jersey, vit à Brooklyn. Son oeuvre aujourd’hui traduite dans le monde entier est publiée en France par Actes Sud.


    Mon avis


    J'étais un peu désorientée au démarrage du livre... j'avais plusieurs pièces de puzzle mais qui ne s'emboîtaient pas ensemble... puis petit à petit, des mots, puis des phrases, des images s'assemblent pour former un tout...

    c'est une histoire à plusieurs niveaux comme les poupées russes, on croit que c'est fini mais il y en a encore une... une histoire à tirroir... un écrivain vieillissant face à une feuille blanche, d'autres personnages entrent en scène : réalité ou fiction... la maladie, la mort... réalité ou fiction... caméra, photo... épier les moindres gestes d'un individu... parano ou réalité ou fiction...

    Bref, encore une fois l'auteur stupéfie par son regard accéré sur un monde toujours en pleine mutation et qui écrase parfois le petit "Homme"...

    Déconcertant au démarrage mais passionnant

    A lire

    Amicalement, Pinky

    Pinky
    M
    M

    Re: AUSTER Paul

    Message  Pinky le Sam 15 Jan 2011 - 17:55

    Brooklyn follies



    roman

    376 pages édités au livre de poche en mai 2008

    résumé

    Nathan Glass a soixante ans. Une longue carrière dans une compagnie d’assurances à Manhattan, un divorce, un cancer en rémission et une certaine solitude ne l’empêchent pas d’aborder le dernier versant de sa vie avec sérénité. Sous le charme de Brooklyn et de ses habitants, il entreprend d’écrire un livre dans lequel seraient consignés ses souvenirs, ses lapsus, ses grandes et petites histoires mais aussi celles des gens qu’il a croisés, rencontrés ou aimés. Un matin de printemps de l’an 2000, dans une librairie, Nathan Glass retrouve son neveu Tom Wood, perdu de vue depuis longtemps. C’est ensemble qu’ils vont poursuivre le rêve d’une vie meilleure à l’hôtel Existence… Un roman chaleureux, où les personnages choisissent leur destin, vivent le meilleur des choses – mais pour combien de temps, encore, en Amérique ?


    Mon avis

    c'est un régale, encore une fois. C'est le 4ème livre de cet auteur que je lis, et je ne suis pas déçue. C'est une chanson, qui fait chaud au coeur, qui réjouit le lecteur par son enthousiasme et son optimiste.
    On retrouve les thèmes chers à Auster : New York, les concours de circonstances qui bousculent la vie, la famille, la disparition de proches ou la sienne, le monde des livres... c'est un livre à tiroir comme c'est le faire cet écrivain : derrière une écriture qui se veut sans prise de tête, il fait de nombreuses références au monde politique (à l'ère Bush), au monde du cinéma (au film de Minnelli : Ziegfield follies), à d'autres livres (conte de la folie ordinaire entre autre...) et plein d'autres choses qui m'auront échappé à la première lecture... :rire très fort: beaucoup de clins d'oeil à découvrir...
    C'est un super bouquin pour entrer dans le monde d'Auster, comment chacun d'entre nous peut s'appuyer sur des épreuves de la vie pour en ressortir grandi, voir briller d'un nouveau feu pour entraîner ou soutenir les autres. Pour les baisses de moral, c'est une histoire très huamine, pleine d'espoir et d"'amour....
    Je fonds et j'adore... j'en veux encore... :bravo:

    à lire absolument

    Neheteni
    LEH
    LEH

    Re: AUSTER Paul

    Message  Neheteni le Sam 29 Jan 2011 - 16:32

    Trilogie New-Yorkaise

    Roman de 444 pages

    Quatrième de couverture :

    De toutes les qualités qui ont justifié le succès de la Trilogie
    new-yorkaise, l'art de la narration est sans doute la plus
    déterminante. C'est qu'il suffit de s'embarquer dans la première phrase
    d'un de ces trois romans pour être emporté dans les péripéties de
    l'action et étourdi jusqu'au vertige par les tribulations des
    personnages. Très vite pourtant, le thriller prend une allure de quête
    métaphysique et la ville, illimitée, insaisissable, devient un
    gigantesque échiquier où Auster dispose ses pions pour mieux nous
    parler de dépossession.

    Mon avis :
    Comme son nom l'indique, il s'agit de 3 nouvelles.
    La
    première : j'ai bien aimé l'histoire qui, à mon goût, est originale. La
    fin est étrange et on reste sur sa faim. Assez frustrant.
    La
    deuxième : au début j'ai eu du mal a rentré dedans à cause des noms des
    personnages qui sont des couleur (bleu, noir, blanc...). Je n'ai pas
    trop compris le pourquoi de la fin.
    La troisième : L'histoire est bien et assez originale mais encore une fois on reste sur sa faim.
    Bref, le livre n'est pas mal avec quelques longueurs. J'ai bien aimé le style de l'auteur.


    Neheteni
    LEH
    LEH

    Re: AUSTER Paul

    Message  Neheteni le Sam 29 Jan 2011 - 16:36

    [size=18]Invisible[/size]

    291 pages

    Présentation de l'éditeur
    :
    New
    York, 1967: un jeune aspirant poète rencontre un énigmatique mécène
    français et sa sulfureuse maîtresse. Un meurtre scelle bientôt, de New
    York à Paris, cette communauté de destins placés sous le double signe
    du désir charnel et de la quête éperdue de justice. Superbe variation
    sur "l'ère du soupçon", Invisible explore, sur plus de trois décennies,
    les méandres psychiques de protagonistes immergés dans des relations
    complexes et tourmentées. Le vertigineux kaléidoscope du roman met en
    perspective changeante les séductions multiformes d'un récit dont le
    motif central ne cesse de se déplacer. On se délecte des tribulations
    du jeune Américain naïf et idéaliste confronté au secret et aux
    interdits, tout autant qu'on admire l'exercice de haute voltige
    qu'accomplit ce très singulier roman de formation. Au sommet de son art
    narratif, Paul Auster interroge les ressorts mêmes de la fiction, au
    fil d'une fascinante réflexion sur le thème de la disparition et de la
    fuite.


    Mon avis :
    Pour ce second roman que je lis de
    cette auteur, je dois dire que je suis déçue. On ressent dans ce
    qu'écrit l'auteur est bien écrit et l'histoire est bien menée : c'est
    une ambiance assez noire, l'auteur créé une atmosphère vraiment
    étrange, énigmatique. Mais je n'ai pas accroché à l'histoire, je n'y ai
    pas vu d'intérêt. Pour moi, le meilleur passage du livre c'est la fin
    où tous les fils de l'histoire se dénouent et que l'on comprends tous
    les liens entre les personnages.
    Ce n'est pas un livre qui me marquera malgré la qualité de l'écriture.


    Pinky
    M
    M

    Re: AUSTER Paul

    Message  Pinky le Dim 30 Jan 2011 - 12:01

    merci Neheteni pour ces présentations

    Majuscule
    LH
    LH

    Re: AUSTER Paul

    Message  Majuscule le Dim 30 Jan 2011 - 19:17

    Brooklyn Folies de Paul Auster

    Mon avis :
    Depuis le temps que j'entends parler de cet auteur, je me suis enfin
    lancée. J'avoue qu'au début, cet auteur me rebutait. Je voyais un de ces
    écrivains adeptes du best-seller qui publie tous les ans des livres qui
    se ressemblent... Bref, il ne me disait rien. Grâce à des forums, comme
    celui-ci notamment, puis des blogs qui conseillaient ce livre, il a
    fallu que ma curiosité soit plus forte !

    Donc, j'ai acheté le
    fameux Paul. L'écriture est plaisante, pas de fioriture, de
    bla-bla...l'histoire est toute simple. Une famille qui s'est éparpillée
    dans tous les sens, des membres qui ont quitté soit la ville, soit la
    vie, soit la famille ou qui disparaissent et réaparaissent quand ça leur
    chantent. Tout cela en décor de fond : New-York et Brooklyn.
    J'ai
    bien aimé, j'ai eu du mal mais je sors d'une période de
    pas-envie-de-lire. Il y a ce Nathan qui se pensant goujat au maximum, se
    transforme en bon samaritain. Tom, qui ne croit plus en l'avenir, qui
    n'a plus trop d'espoir en la vie, Harry qui a vécu des choses sombres et
    qui voudrait une vie meilleure en grande parade....
    J'ai apprécié les personnages. Je ne sais pas si je renouvellerai avec cet auteur. Mais ce livre ets un bon moment.

    Pinky
    M
    M

    Re: AUSTER Paul

    Message  Pinky le Lun 31 Jan 2011 - 10:37

    comme c'est dommage Majuscule... mais c'est comme ça

    caro
    ML
    ML

    Re: AUSTER Paul

    Message  caro le Mer 2 Nov 2011 - 12:52



    "Brooklyn follies"

    Editeur : Actes sud - 2005

    Pages : 364 p.

    Genre : roman contemporain

    Résumé quatrième de couverture :

    Nathan Glass a soixante ans. Un divorce, un cancer en rémission, trente ans de carrière dans une compagnie d'assurances à Manhattan et une certaine solitude qui ne l'empêche pas d'aborder le dernier versant de son existence avec sérénité. Chaque jour, Brooklyn et ses habitants le séduisent davantage, il prend ses habitudes, tombe sous le charme d'une serveuse et décide de faire un livre dans lequel seraient consignés ses souvenirs, ses lapsus, ses faiblesses de langage, ses grandes et petites histoires mais aussi celles des gens qu'il a croisés, rencontrés ou aimés. Un matin de printemps, le 23 mai de l'an 2000, ce livre intitulé Brooklyn Follies prend une autre dimension. Ce jour-là, dans une librairie, Nathan Glass retrouve son neveu Tom Wood. Perdu de vue depuis longtemps, ce garçon de trente ans reprend très vite la place qui fut la sienne dans le coeur de son oncle. Et c'est ensemble qu'ils vont poursuivre leur histoire, partager leurs émotions, leurs faiblesses, leurs utopies mais aussi et surtout, le rêve d'une vie meilleure à l'hôtel Existence... Un livre sur le désir d'aimer. Un roman chaleureux, à travers lequel tous les grands thèmes austériens se répondent, où les personnages reprennent leur vie en main, choisissent leur destin, vivent le meilleur des choses - mais pour combien de temps encore, en Amérique ?



    Avis :

    Cet auteur que je n'avais jamais lu est une très belle découverte, ce roman, je l'ai dévoré !

    Je ne sais pas trop comment parler de ce roman car l'histoire est somme toute assez simple. C'est plutôt le bonheur de découvrir les personnages de ce roman qui donne toute sa saveur au livre. Des personnages comme vous et moi qui refont le monde dans de bons petits restaurants ou dans une librairie de livres anciens et d'occasion. Une atmopshère particulière donc et très agréable. On s'imagine bien avec eux en train de discuter art, politique et philosophie. Mais, attention, ce n'est pas un livre prétentieux avec un vocabulaire à garder son dico à portée de main ! Non, il y a beaucoup de tendresse dans ce roman, de douceur et les personnages sont tous à un moment charnière de leur existence, un peu paumés comme on peut l'être parfois quand on ne sait plus quelle direction prendre.

    Des moments durs, des moments tendres sans naïveté, beaucoup de réalisme et en même temps des personnages qui rêvent d'un monde meilleur, tout cela dans une Amérique qui connaîtra bientôt les attentats du 11 septembre. Une atmosphère assez nostalgique, parfois sombre mais aussi porteuse d'espoir. Difficile de faire le résumé de tout ce que "contient" ce roman. Ce que je peux dire c'est que je vous conseille sa lecture, je l'ai trouvé très beau.



    Dernière édition par caro le Dim 6 Nov 2011 - 22:55, édité 1 fois

    Pinky
    M
    M

    Re: AUSTER Paul

    Message  Pinky le Mer 2 Nov 2011 - 19:20

    je suis contente que tu as apprécié Caro

    un livre qui met du baume au cœur

    caro
    ML
    ML

    Re: AUSTER Paul

    Message  caro le Dim 6 Nov 2011 - 22:57

    En as-tu lu d'autres de cet auteur Pinky ? J'hésite parmi tous les romans qu'il a écrit.

    Pinky
    M
    M

    Re: AUSTER Paul

    Message  Pinky le Lun 7 Nov 2011 - 8:58

    tu peux lire le livre des illusions et la nuit de l'oracle, deux livres excellents, que je présenterai

    Majuscule
    LH
    LH

    Re: AUSTER Paul

    Message  Majuscule le Lun 7 Nov 2011 - 10:14

    J'ai Moon Palace dans am PAL qui a l'air d'être de la même trempe que "Brooklyn folies".

    any
    LC
    LC

    Re: AUSTER Paul

    Message  any le Lun 7 Nov 2011 - 14:53

    Caro, les 150 premières pages de Mr Vertigo étaient vraiment bien.
    Quant au 150 dernières, je ne les ai pas lu car j'avais perdu le livre. Rolling Eyes Mais je l'ai retrouvé depuis (derrière mon radiateur), et je compte bien le finir un jour. Smile

    caro
    ML
    ML

    Re: AUSTER Paul

    Message  caro le Jeu 10 Nov 2011 - 20:09

    Pinky a écrit:tu peux lire le livre des illusions et la nuit de l'oracle, deux livres excellents, que je présenterai

    Majuscule a écrit:J'ai Moon Palace dans am PAL qui a l'air d'être de la même trempe que "Brooklyn folies".

    any a écrit:Caro, les 150 premières pages de Mr Vertigo étaient vraiment bien.
    Quant au 150 dernières, je ne les ai pas lu car j'avais perdu le livre. Rolling Eyes Mais je l'ai retrouvé depuis (derrière mon radiateur), et je compte bien le finir un jour. Smile


    Merci Pinky et Majuscule ! Je vais regarder si on les a à la bib Very Happy

    Any, tu m'a rappelé le petit problème qu'avait eu ton "Mort à Venise" rire très fort

    peyrelong
    ML
    ML

    AUSTER Paul

    Message  peyrelong le Lun 7 Mar 2016 - 10:57



    La trilogie new yorkaise T 1 - La cité de verre

    Paul Auster

    Résumé :
    Quinn est auteur de série noire. Il mène une existence fragile et instable. Lorsqu' une nuit, il est réveillé par un mystérieux appel téléphonique: on demande un certain Paul Auster, détective... Quinn décide de se prendre au jeu et de devenir ce Paul Auster.



    Mon ressenti :
    Ce roman commence comme un polar puis on se perd dans la valse des identités que prend Quinn, Quinn qui s'identifie successivement à son premier pseudonyme, au héros récurrent de ses romans, au détective dont il prend la place, à la personne qu'il est chargé de protéger, à celui qui menace cette personne, au point de transformer sa personnalité et de devenir un autre. En toile de fond : New York que le héros arpente en tout sens
    Voilà une lecture qui donne beaucoup matière à réfléchir à propos de l'identité. D'ailleurs deux jours après avoir fermé ce livre j'y pense encore, ne sachant as si je suis enthousiasmée ou plus réservée. En tout cas il ne laisse pas indifférent.

    Pinky
    M
    M

    Re: AUSTER Paul

    Message  Pinky le Lun 7 Mar 2016 - 11:03

    merci Peyrelong pour cette présentation, j'ai hâte de m'y mettre

    peyrelong
    ML
    ML

    Re: AUSTER Paul

    Message  peyrelong le Lun 7 Mar 2016 - 11:41

    Merci de ta visite Pinky

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: AUSTER Paul

    Message  Ratdebibliotheque le Mar 8 Mar 2016 - 13:22

    Merci pour ton avis, Peyrelong.
    Je passe mon tour, j'avais commencé "Le livre des illusions" mais son style d'écrite m'ennuie profondément, beaucoup trop lent.

    peyrelong
    ML
    ML

    Re: AUSTER Paul

    Message  peyrelong le Mar 8 Mar 2016 - 14:05

    Merci de ton passage Ratdebibliotheque

    Pinky
    M
    M

    Re: AUSTER Paul

    Message  Pinky le Jeu 9 Juin 2016 - 10:39

    LA TRILOGIE NEW-YORKAISE



    Roman édité chez Acte Sud en janvier 2002

    444 pages

    Résumé

    Cette aventure qui démarre comme un thriller se poursuit sur le mode de la quête métaphysique. La ville de New York, illimitée, insaisissable, lieu privilégié des rencontres aléatoires, est le gigantesque échiquier sur lequel Paul Auster dispose ses pions pour parler de dépossession.

    1 = Cité de verre
    Quinn, un auteur de polar, se retrouve détective suite à une erreur téléphonique. Petit à petit, il finira par se perdre autour de ses multiples identités, mais aussi dans sa propre solitude. Le lecteur est guidé par un narrateur anonyme, qui parle à la 3ème personne pour finir par le « je ». Pour suivre cette histoire, un carnet rouge sert de fil conducteur.

    2 = Revenants
    Pas de nom, mais des couleurs pour décrire les personnages. Ainsi Bleu est engagé par Blanc pour surveiller Noir. Bleu s’installe dans cette surveillance de tous les instants, sauf que Noir ne bouge jamais, ne sort pas. Il écrit. Un narrateur anonyme comme le premier opus, nous entraîne dans un dédale où l’ennui va submerger Bleu jusqu’ à le perdre. Qui est observé : Bleu ou Noir ? Bleu observe-t-il ou est-il observé ?

    3 = La chambre dérobée
    Seule histoire écrite à la 1ère car le narrateur dit être celui qui a écrit les précédentes. Fanshawes disparait, sa femme fait appel à son meilleur ami pour le retrouver. Petit à petit cet homme va finir par disparaître pour reprendre celle de son ami.

    Mon ressenti

    Je retrouve dans cette trilogie le thème cher à Paul Auster, la recherche identitaire dans New York qu’il affectionne particulièrement. Cette immense ville est tantôt un échiquier tantôt un labyrinthe. Autour de trompes l’œil, de digressions ou d’histoire dans l’histoire, il décrit l’errance, la perte, la solitude ou la dépossession en lien avec notre humanité qui se cherche ou qui se perd à force de se chercher.
    Les couleurs sont récurrentes dans cette trilogie, un peu comme un photographe qui vient jouer avec elles : une révèle l’autre ou l’autre est le révélateur de l’une. Un peu comme un négatif photo : quelles sont les frontières du réel ou du faux, de l’ombre et de la lumière ?

    La trilogie New-Yorkaise vient poser la question autour de l’identité : qu’est-ce que cette dernière ? Qu’est-ce qui fonde l’identité d’un auteur : ce qu’il écrit ou ce qu’il est ?
    Pour ma part, je me suis aussi un peu perdue dans ces histoires qui parfois se répondent et s’annulent en même temps. Illusion ou savoir ? Certitude ou fuite ? Paul joue avec le lecteur pour que ce dernier devienne une petite partie de son livre ou à moins qu’il ne se pose à lui-même la question de son identité. J’ai aimé faire cette balade mais je ne sais pas si j’en garderai souvenir, car à force de se perdre, on finit aussi par oublier. Cela est bien démontré dans ce roman.

    A propos des trois récits composant la Trilogie new-yorkaise, Paul Auster écrit (dans « La chambre dérobée ») : « Ces trois récits au bout du compte sont la même histoire, mais chacun représente un stade différent de ma conscience de ce à quoi elle se rapporte. (…) Il y a maintenant longtemps que je me démène pour dire adieu à quelque chose et, en réalité, seule cette lutte compte. L’histoire n’est pas dans les mots, elle est dans la lutte. »

    Paroles de l’écrivain Paul Auster :
    « Dans la vie, on fait rarement l’expérience de pénétrer le cerveau d’un autre. Seule la littérature offre cette possibilité: habiter l’esprit de gens qui ne sont pas nous. C’est pour ça que nous aimons lire. C’est pour ça que la lecture est si belle, si provocante, si humaine: parce qu’elle nous permet de partager avec les autres quelque chose d’intime. Un livre, c’est le seul lieu au monde où deux étrangers peuvent se rencontrer de façon intime. »


    Contenu sponsorisé

    Re: AUSTER Paul

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:24


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc 2016 - 18:24