Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    BARICCO Alessandro

    Partagez

    Pinky
    M
    M

    BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Sam 15 Jan 2011 - 18:13

    Soie



    Roman

    142 pages, édité chez Folio en 2003


    Résumé du livre


    Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains.
    Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables.
    des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d'une voix, la sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.

    Soie, publié en Italie en 1996 et en France en 1997, est devenu en quelques mois un roman culte, succès mérité pour le plus raffiné des jeunes écrivains italiens.


    Mon avis

    Le livre est cours, 4 voyages, 4 allés retours identiques presque, risque de monotonie... et bien non !
    L'histoire est belle, et le lecteur attend le voyage suivant avec impatience... car le voyageur est arrivé... c'est beau, magnifique... comme une caresse de plume sur le visage..., l'impact d'un regard que l'on ressent en soi, le toucher de la soie...
    Beaucoup de sensation de bien être

    J'ai beaucoup aimé
    A vous de le découvrir, Pinky

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Sam 15 Jan 2011 - 18:15

    Noveccento : pianiste



    Roman

    87 pages édité chez Gallimard en février 2002, collection folio

    Résumé

    Né lors d'une traversée, Novecento, à trente ans, n'a jamais mis le pied à terre. Naviguant sans répit sur l'Atlantique, il passe sa vie les mains posées sur les quatre-vingt-huit touches noires et blanches d'un piano, à composer une musique étrange et magnifique, qui n'appartient qu'à lui: la musique de l'Océan dont l'écho se répand dans tous les ports.

    Sous la forme d'un monologue poétique, Baricco allie l'enchantement de la fable aux métaphores vertigineuses.

    Mon avis

    C’est sublissime : écoutez plutôt… c’est un petit livre qui chante, qui vous transporte, qui vous fait rêver… laissez vous porter… Imaginez !

    Vous êtes face à l’océan (calme ou tempête), le vent brasse vos cheveux, vous êtes remplis de l’océan de son air, vous êtes détendu. Assis ou allongé, vous fermez les yeux … et vous écoutez, laissez vous aller… Vous entendez…. Le vent amène quelques notes de musique, vous avez du mal à les identifier, vous tendez encore plus l’oreille… des oiseaux au loin tels des conteurs viennent vous tenir compagnie… voilà vous y êtes, vous embarquez pour une merveilleuse histoire. Celle d’un virtuose qui n’est jamais descendu de bateau… sa vie, c’est la mer, l’océan, la musique … et les rencontres qu’il tisse en musique….

    C’est de la magie, de la poésie… bref un chef d’œuvre, brassée, bercée, au rythme des mots, de la musique, du bateau, je suis devenue un passager moi-même et j’ai écouté et dévoré l’histoire que Mr Baricco m’a racontée…

    A lire absolument

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Sam 15 Jan 2011 - 18:16

    Châteaux de la colère



    Roman


    336 pages édité chez folio en mai 2003

    Résumé

    Vers le milieu du XIXe siècle, dans la petite ville imaginaire de Quinnipak, vit toute une communauté rassemblée autour de la très belle Jun Reihl, dont toute la ville admire les lèvres, et de son mari monsieur Reihl, directeur de la fabrique de verre.
    A Quinnipak, chacun a son désir, sa " folie " secrète Pekish, l'extravagant inventeur de l'" humanophone "; un orchestre où chacun ne chante qu'une seule note, toujours la même ; Pehnt, son jeune assistant, enfant trouvé toujours vêtu d'une veste immense et informe ; la " veuve " Abegg, veuve d'un mari qu'elle n'a jamais épousé ; Horeau, l'architecte français qui rêve de grandioses constructions transparentes, et Elisabeth, la locomotive à vapeur...
    Avec Châteaux de la colère, Baricco nous offre un roman foisonnant et singulier, construit comme une fugue où chacun chante sa partition avec justesse et jubilation. Prix Médicis étranger 1995.

    Mon avis

    J’ai bien retrouvé le style d’Alessandro avec beaucoup de poésie, d’insouciance, il nous conte l’histoire de personnages, tous liés les uns aux autres, vivant tous plus ou moins dans un château ou y étant à proximité. Ils ont tous en commun une passion, pas la même mais avec l’envie de la transmettre à autrui.
    J’ai suivi avec enthousiasme leur parcours, car comme tout passionné qui se respecte ce n’est pas toujours chose simple de la faire partager, leurs joies ou leurs déconvenues. Cependant, il m’est arrivé de me perdre dans les méandres de ce très beau texte et de ne plus savoir, où j’en étais.
    Il y a aussi quelques longueurs à mon humble avis.
    En tout cas, j’ai adoré les idées loufoques et j’ai projeté mes envies de voir réaliser certains projets, de très bons moments….
    Ce n’est pas mon préféré de cet auteur, mais le lecteur se laisse happé par cette fougue et cette exubérance de tout instant.

    A découvrir

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Sam 15 Jan 2011 - 18:18

    Océan mer



    Roman

    282 pages édité chez Folio en août 2002

    Résumé


    Au bord de l'océan, à la pension Almayer, « posée sur la corniche ultime du monde », se croisent sept personnages au destin étrange et romanesque, sept naufragés de la vie qui tentent de recoller les morceaux de leur existence. Mais leur séjour est bouleversé par le souvenir d'un hallucinant naufrage d'un siècle passé et la sanglante dérive d'un radeau. Et toujours, la mer, capricieuse et fascinante...
    Avec une époustouflante maîtrise, Alessandro Baricco nous offre à la fois un roman à suspense, un livre d'aventures, une méditation philosophique et un poème en prose.

    Mon avis


    Encore un grand moment de lecture et quelle écriture… Encore une fois, je me suis laissée porter par l’art des mots que cultive très très bien Alessandro… La mer, j’aime la mer, sa violence, ses embruns, ses couleurs, sa quiétude, sa liesse, ses vagues, son horizon, ses étendues… tout cela est dans le livre… il y a tant de choses que je ne sais pas par quoi commencer, donc je vous livre tout pèle mêle… et cela fait 15 jours que je l’ai lu...
    J’ai été transportée par ce livre et marquée. C’est une rencontre unique et quelle rencontre : celle de la mer, des personnages, de l’auberge, des émotions, de la découverte de soi au travers de ces portraits, de son intime soi et de son côté noir, de peinture (comme le radeau de la méduse de Géricault)… oui tout y est, il n’y a plus qu’à plonger dans les profondeurs… à vous de trouver lesquelles, c’est vertigineux.

    Sept personnages vont se rencontrer, il semble qu’ils n’ont rien en commun et pourtant... Tous sont à la recherche de guérison, d’un but mais est-ce le bon… tout est toujours en double sens… des hommes et des femmes qui souffrent… est-ce que l’auberge est la réponse ?, est-ce que leur rencontre est un baume apaisant ?…

    C’et un conte philosophique, un conte réaliste… où tout est possible et où tout peut se vivre et s’expliquer sans jugement, être soi… C’est magnifique, poétique, fantasmagorique, cela touche au rêve… en tout cas, pour ma part, c’est sensible tout en étant violent, cela aborde la passion avec un grand P tout en étant cauchemardesque… où sont les limites d’un individu, de la mer… ? Entre ici et ailleurs, le réel et l’irréel…

    J’ai pris une bonne claque tout quand je me baigne et qu’il y a des vagues qui peuvent nous balancer violemment sur la plage quand on n’y prête pas attention… mais quel plaisir !!!!

    Bon vous l’aurez compris, j’ai adoré… encore une fois Bravo Mr Alessandro

    A découvrir absolument

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Mar 16 Juil 2013 - 9:57

    NOVECCENTO : PIANISTE

    Mon ressenti

    Une relecture toujours aussi magique tant par sa poésie, sa musicalité que par son contexte. Une vie bercée par le rythme des machines, le son des voix puis par celle des notes de musique égrainées au fil du temps, de l’instant présent et par la mer…
    Univers clos, parfois étouffant, où les hommes sont des machines sans nom et pourtant, l’histoire exhale la liberté, le courage, le don de soi, l’amitié. Affranchis du monde, du matériel, seules la musique et la mer lui permettent de se grandir et de voler vers d’autres cieux par contre son corps est ancré au bateau, seul prix à payer…
    J’adore ce livre c’est une histoire immortelle qui fait résonance : l’écriture est telle qu’elle fait que l’intensité m’entraîne dans la passion, je perçois les odeurs, j’entends les sons tout comme la mer me berce ou me secoue en fonction de son humeur en étant toujours rassurante. Les mots choisis avec dextérité, font qu’ils finissent par n’être que le vecteur pour faire en sorte de me donner l’impression, d’être très présente physiquement comme psychiquement comme si j’étais à boire un verre sur le bateau à écouter Noveccento.
    A lire absolument ou à relire

    caro
    ML
    ML

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  caro le Mar 16 Juil 2013 - 12:17

    Merci Pinky Very Happy

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Mer 17 Juil 2013 - 9:46

    merci Caro

    Raphaèle
    LEH
    LEH

    Océan mer

    Message  Raphaèle le Dim 6 Oct 2013 - 19:03

    on m'a offert le livre en 2005; j'ai été bouleversée :l'écriture, l'histoire , les personnages .
    l'auteur nous transporte et nous lie à ses personnage de façon si forte , si humaine , impossible de rester insensible à leurs histoires ,impossible aussi de rester neutre.
    Je l'ai relu , il y a deux ou trois ans même si on change ,j'ai ressenti à nouveau cette force et je ne cesse de le conseiller ou de l'offrir .
    Oui j'ai aussi adoré ce livre qui reste un vrai livre de chevet.

    Raphaèle
    LEH
    LEH

    Soie

    Message  Raphaèle le Dim 6 Oct 2013 - 19:15

    Le livre porte bien son nom , c'est beau, soyeux , poétique: une belle histoire d'amour et de voyage
    A lire et relire aussi

    Je perd tout objectivité concernant cet écrivain !!!! En fait Alessandro Baricco est sur ma table de chevet

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Lun 7 Oct 2013 - 8:58

    je suis une grande fan de cet auteur aussi, je rejoins ton avis, Raphaèle, sur la puissance d'écriture et les émotions que se dégagent de sa plume

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Lun 19 Mai 2014 - 17:18

    EMMAÜS



    Roman, édité chez Folio en mars 2014

    176 pages

    Résumé

    Quatre garçons, une fille : d’un côté, le narrateur, le Saint, Luca et Bobby, et, de l’autre, Andre. Elle est riche, belle, et elle distribue généreusement ses faveurs. Ils ont dix-huit ans comme elle, sont avant tout catholiques, fervents voire intégristes. Musiciens, ils forment un groupe qui anime les services à l’église et passent une partie de leur temps libre à assister les personnes âgées de l'hospice. Alors qu’elle incarne la luxure, Andre les fascine, ils en sont tous les quatre amoureux. La tentation est forte mais le prix à payer sera lui aussi considérable. Alessandro Baricco nous offre son récit le plus personnel, à la fois peinture de l'Italie des années 1970, roman d'apprentissage et subtile réflexion sur le réel et l'idéal.

    Mon ressenti

    Le narrateur a 18 ans et il s’adresse directement à nous lecteurs, témoins passif de leur construction et de leur descente aux enfers. Ils sont beaux, fabuleux et ont toute la vie devant eux. Elevés dans une certaine idée de la vie leur donnant un certain carcan les garantissant de tout débordement et notamment sexuels. Pour cela, les habitudes sont importantes et primordiales, les horaires sont calibrés, le corps féminin et les pulsions sont refoulés au plus profond, où la notion de plaisir, de bonheur sont tabous voire de vains mots vides de sens.
    Mais voilà, que faire quand le corps s’éveille, que faire lorsque les croyances ne correspondent plus à l’extérieur de nos murs, que devient-on lorsque tout vole en éclat ?

    La passion va déferler tel un tsunami remettant en perspective les croyances et les valeurs, marquant profondément chacun d’entre eux, amenant au plus vite la maturité que j’aurai aimé qu’ils découvrent autrement. L’amitié est-elle suffisante pour sauvegarder les identités qui se refondent et ouvrir sur d’autres possibles ?
    Par opposition, il y a Andre, une belle jeune femme qui a le même âge qu’eux qui offre une certaine joie de vivre ou à moins que ce soit du désespoir mais il ne se voit pas au prime abord. Il faut s’approcher d’elle pour mieux comprendre sa fuite. La maturité elle connait, elle distribue bienfait, découverte de soi, de la vie.

    Entre ferveur religieuse et révolution des mœurs, Alessandro aborde des thèmes qui lui sont chers, sur le devenir de chacun et sa maturité, sur ce que peut délivrer la religion au travers des interprétations des hommes.
    Ce jeune homme qui nous conte son histoire se métamorphose au fil des pages. Impossible pour lui de revenir en arrière ou de refaire l’histoire, ce n’est pas le monde qui a changé mais son regard sur le monde.

    J’ai aimé ce texte qui m’a touchée malgré le fait qu’il m’a dérangée parfois dans sa dureté parce qu’il révèle et montre sans détour la violence de notre épanouissement, parce qu’il vient nommer aussi toute la pureté de la découverte et d’une métamorphose.

    A découvrir


    Jo19lyne
    ML
    ML

    Mr Gwyn

    Message  Jo19lyne le Dim 29 Mar 2015 - 12:27

    Mr Gwyn, d'Alessandro Baricco, aux éditions Gallimard, collection Du Monde Entier, traduit de l'italien par Lise Caillat, 182 pages.






    Quatrième de couverture

     

    Romancier britannique dans la fleur de l'âge, Jasper Gwyn a à son actif trois romans qui lui ont valu un honnête succès public et critique. Pourtant, il publie dans The Guardian un article dans lequel il dresse la liste des cinquante-deux choses qu'il ne fera plus, la dernière étant : écrire un roman. Son agent, Tom Bruce Shepperd, prend cette déclaration pour une provocation, mais, lorsqu'il appelle l'écrivain, il comprend que ça n'en est pas une : Gwyn est tout à fait déterminé. Simplement, il ne sait pas ce qu'il va faire ensuite. Au terme d'une année sabbatique, il a trouvé : il veut réaliser des portraits, à la façon d'un peintre, mais des portraits écrits qui ne soient pas de banales descriptions. Dans ce but, il cherche un atelier, soigne la lumière, l'ambiance sonore et le décor, puis il se met en quête de modèles. C'est le début d'une expérience hors norme qui mettra l'écrivain repenti à rude épreuve.

    Qu'est-ce qu'un artiste? s'interroge Alessandro Baricco, dans ce roman intrigant, brillant et formidablement élégant. Pour répondre à cette question, il nous invite à suivre le parcours de son Mr Gwyn, mi-jeu sophistiqué mi-aventure cocasse. Et, s'il nous livre la clé du mystère Gwyn, l'issue sera naturellement inattendue.

     

    Extrait

     

    "Le fait est qu'il n'arrivait pas à concevoir que tout se termine brutalement, à la fin de la dernière séance, de façon procédurière et impersonnelle. Il semblait évident que l'aboutissement de ce travail de fait avoir son degré d'élégance, de poésie même, et pourquoi pas de surprise. Alors il pensa a l'idée qu'il avait eu pour l'éclairage - dix-huit ampoules suspendues au plafond, à distances régulières, formant une belle géométrie - et il imagina qu'à l'approche du trente-deuxième jour ces ampoules commenceraient a s'éteindre une à une, au hasard, mais toutes dans un laps de temps non inférieur à deux jours et non supérieur à une semaine. Il vit son atelier sombrer dans l'obscurité par touches successives, selon un schéma aléatoire, et se mît à fantasmer sur la manière dont ils se déplaceraient, lui et le modèle, pour profiter des rayons de lumière ou, au contraire, se réfugier dans les premières zones d'ombre. Il se vit distinctement dans la pâleur d'une dernière ampoule, donner la touche finale à son portrait. Puis accepter le noir, a l'extinction du dernier filament."

     

    Mon avis

     

    C'est un roman très original, magnifier le corps, et révéler la personnalité par l'écriture. Jasper doit trouver ses clés pour créer son œuvre unique. Au fil des pages, le lecteur s'imprègne du procédé, de l'ambiance dans laquelle vit l'écrivain et se plonge dans l'harmonie de l'écriture d'Alessandro Baricco.
    coup de coeur

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Lun 30 Mar 2015 - 10:51

    merci Jo19lyne pour cette présentation, il est noté sur mon petit carnet depuis que tu en as annoncé ta lecture...

    Keana
    ML
    ML

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Keana le Lun 16 Mai 2016 - 20:55



    Soie

    Auteur: Alessandro Baricco et Rébecca Dautremer
    Edition: Tishina
    Pages: 202

    Roman illustré

    Quatrième de couverture

    « Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des œufs sains.
    Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d'une voix, la sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable. »

    Mon avis


    C’est une relecture particulière, puisque cette édition est illustrée par Rébecca Dautremer. J’ai eu une autre vision de ce livre grâce à son talent ; la lenteur que je trouvais pesante m’a paru s’envoler, pour ne garder que le dépaysement et l’amour.

    Par contre j’avais un souvenir absolument romantique de la fin et même si le geste l’est, ça je suis entièrement d’accord, le contenu ne l’est pas du tout. J’ai trouvé la lettre vulgaire et pas du tout en accord avec l’écriture et l’histoire qu’Alessandro Baricco avait instauré jusqu’à la lecture de cette missive. J’ai trouvé qu’elle gâchait tout, dommage. Mais je pense que c’est un livre qu’il faut avoir lu une fois, mais pas plus, pour garder cette première impression de beauté, de quiétude intacte. Donc 3 etoile jaune .

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Lun 16 Mai 2016 - 21:09

    merci Keana pour cette présentation, je ne connais pas cette version, je vais aller voir cela de plus près.


    Keana
    ML
    ML

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Keana le Lun 16 Mai 2016 - 22:59

    N'hésites pas à aller vers cette version illustré surtout que tu as apprécié le livre. Pour ma part j'ai été vraiment immergé dans l'histoire grâce aux illustrations, elles collent parfaitement au texte.
    En espérant que les dessins te plairont !

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Mar 17 Mai 2016 - 8:57

    OK si j'ai l'occasion

    Jo19lyne
    ML
    ML

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Jo19lyne le Lun 6 Juin 2016 - 14:37

    Trois fois dès l'aube.
    Alessandro Baricco, traduit de l'italien par Lise Caillat
    Aux éditions Gallimard, collection "du monde entier", 120 pages
     
    Présentation éditeur
    Deux personnages se rencontrent à trois reprises.
    Un homme commence à parler avec une femme dans le hall de son hôtel et, quand celle-ci a un malaise, il l'héberge dans sa chambre. Leur conversation se poursuit, l'homme s'ouvre à elle mais mal lui en prend.
    Un portier d'hôtel aide une jeune cliente à s'enfuir afin d'échapper à son compagnon, un individu violent et dangereux. Plus âgé qu'elle, il lui révèle qu'il a passé treize ans en prison à la suite d'un meurtre.
    Malcolm, le personnage de la première rencontre, est encore enfant quand ses parents meurent dans l'incendie de leur maison. Pour le soustraire aux suites de ce drame et l'emmener dans un endroit sûr, une inspectrice de police le conduit chez un de ses amis.
    Trois histoires nocturnes qui se concluent à l'aube et qui marquent, chacune à sa façon, un nouveau départ. Trois facettes qu'Alessandro Baricco rassemble en un récit hypnotique et puissant, non dépourvu d'élégance et même de sensualité.


    Mon avis ❤️
    Recueil de trois nouvelles, trois rencontres, à l'heure où la ville s'éveille, trois destins qui basculent.
    La simplicité du quotidien, l'exactitude des sentiment, la finesse de l'écriture.
    À propos de la première de couverture, la photo est signée Richard Tuschmann.
    .......................
    Richard Tuschman a créé cette incroyable série de photographies composites intitulée Hopper meditations et inspirée par le travail du peintre américain Edward Hopper.
    Tuschman crée en premier lieu des dioramas de petites tailles, qu’il peint et photographie dans son studio. Lorsqu’il photographie les dioramas, il shoote toujours avec de petits mannequins fictifs, qui servent de repères pour les modèles vivants et l’éclairage. Les modèles sont ensuite photographiés sur un fond clair et les deux images sont assemblées par ordinateur sur Photoshop. Il réalise ainsi des images à la texture douce qui évoquent l’éclairage naturel et contemplatif des peintures à l’huile de Hopper.
    Source : www.journal-du-design.fr

    Hesperide
    ML
    ML

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Hesperide le Lun 6 Juin 2016 - 17:19

    Il semble que Baricco ne decoive jamais  Question J'ai lu Soiea Noveccento, Ocean, mer. On vient de traduire Emaus en bulgare, je pense m'y mettre bientot.
    Avez-vous aime le film - adaptation de Soie avec Keira Knightley et Michael Pitt?

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Lun 6 Juin 2016 - 21:59

    merci Jocelyne pour cette présentation,ce n'est pas mon préféré de cet auteur, livre que j'ai lu il y a un petit moment

    Hesperide, j'ai beaucoup aimé le film "la légende du pianiste" (Novenccento), "Soie" film très lent, j'ai moins aimé que le livre. Bonne découverte de cet auteur

    Hesperide
    ML
    ML

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Hesperide le Mar 7 Juin 2016 - 7:38

    La legende du pianiste (Novenccento) n'est malheureusement pas passe ici Sad

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Mar 7 Juin 2016 - 8:44

    et voilà Hesperide pour toi, le film à regarder nous en reparlons après

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Jeu 9 Juin 2016 - 10:56

    TROIS FOIS DES L'AUBE

    Mon ressenti

    Trois histoires, 6 personnes : 3 hommes, 3 femmes ou peut-être ne sont-ils que 2, un homme et une femme. Pas de nom, ni de prénom, ils sont « il » ou « elle », leur statut les définis. Trois temps dans un espace peut-être différent pour marquer l’instant présent jusqu’à l’aube. C’est là que les attitudes sont les plus spontanées ou à moins que ce soit, le fait d’avoir un(e) inconnu(e) en face de soi, que nous ne reverrons pas qui offre un autre champ à la rencontre pour mieux se livrer.

    Trois couples entraînés dans une valse au rythme endiablé, qui chacun à leur tour font se faire écho d’un autre moment, d’un autre temps, d’une autre relation… Le tourbillon de la vie emporte tout à chacun, et chacun peut être à tour de rôle l’enfant vivant un drame, puis l’assassin repenti dans un hôtel sauvant une femme de la violence. Cette femme à son tour, peut être devenue flic sauvant cet enfant et arrêtant l’assassin… Tout est possible dans ces heures où beaucoup dorme… et si ce n’était qu’un rêve soufflant sur la journée, un voile redistribuant les cartes sous un autre jour….

    Pinky
    M
    M

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Pinky le Jeu 9 Juin 2016 - 11:04

    MR GWYN



    Roman édité chez gallimard en mai 2014

    192 pages

    Résumé

    Romancier britannique dans la fleur de l'âge, Jasper Gwyn a à son actif trois romans qui lui ont valu un honnête succès public et critique. Pourtant, il publie dans The Guardian un article dans lequel il dresse la liste des cinquante-deux choses qu'il ne fera plus, la dernière étant : écrire un roman. Son agent, Tom Bruce Shepperd, prend cette déclaration pour une provocation, mais, lorsqu'il appelle l'écrivain, il comprend que ça n'en est pas une : Gwyn est tout à fait déterminé. Simplement, il ne sait pas ce qu'il va faire ensuite. Au terme d'une année sabbatique, il a trouvé : il veut réaliser des portraits, à la façon d'un peintre, mais des portraits écrits qui ne soient pas de banales descriptions. Dans ce but, il cherche un atelier, soigne la lumière, l'ambiance sonore et le décor, puis il se met en quête de modèles. C'est le début d'une expérience hors norme qui mettra l'écrivain repenti à rude épreuve. Qu'est-ce qu'un artiste ? s'interroge Alessandro Baricco, dans ce roman intrigant, brillant et formidablement élégant. Pour répondre à cette question, il nous invite à suivre le parcours de son Mr Gwyn, mi-jeu sophistiqué mi-aventure cocasse. Et, s'il nous livre la clé du mystère Gwyn, l'issue sera naturellement inattendue.

    Mon ressenti

    Encore un très bon moment passé en compagnie d’Alessandro Barrico, qui nous amène à réfléchir sur une quête d’identité et les affres de l’écrivain. J’ai aimé aller à la rencontre de Mr GWYN, auteur à succès qui arrête tout du jour au lendemain pour donner un autre sens à sa vie où plutôt d’avoir une autre reconnaissance que celle qu’il obtient parce qu’il écrit un livre.

    Il devient copiste et au travers des différentes rencontres qu’il fait, il propose de faire le portrait de ces personnes toutes différentes. Le portrait leur révèlera leur personnalité intérieure. Chacun est différent, chacun est touchant car les rencontres sont belles.

    En regardant l’autre dans les yeux, l’être humain peut tisser une relation, en regardant l’autre vivre sans rien dire, dans son plus simple appareil, sans mots, ni approche, le cœur se révèle.
    Qui est artiste en fait ? Celui qui est et qui se laisse voir ou celui qui voit et qui dévoile ? Prendre le temps de connaitre l’autre, sans jugement ou préjugé, sans changement, un luxe que peu d’entre nous s’autorise.

    Qu’est-ce qui fait l’écrivain ? Ses écrits ? Son succès ? Ses best-sellers ? Dédoublement de personnalité, qui est qui, qui prend le pas sur l’autre ? Qui se perd ?

    La musique des mots de Barrico impose une danse vers l’autre pour une rencontre, les mains se tendent et je prends facilement.
    A découvrir


    Jo19lyne
    ML
    ML

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Jo19lyne le Jeu 16 Juin 2016 - 19:28

    La Jeune Épouse d'Alessandro Baricco
    [La sposa giovane]
    Trad. de l'italien par Vincent Raynaud
    Collection Du monde entier, Gallimard, 224 pages

    Présentation éditeur
    Italie, début du XXe siècle. Un beau jour, la Jeune Épouse fait son apparition devant la Famille. Elle a dix-huit ans et débarque d'Argentine car elle doit épouser le Fils. En attendant qu’il rentre d’Angleterre, elle est accueillie par la Famille. La Jeune Épouse vit alors une authentique initiation sexuelle : la Fille la séduit et fait son éducation, dûment complétée par la Mère, et le Père la conduit dans un bordel de luxe où elle écoutera un récit édifiant, qui lui dévoilera les mystères de cette famille aux rituels aussi sophistiqués qu'incompréhensibles. Mais le Fils ne revient toujours pas, il se contente d’expédier toutes sortes d’objets étranges, qui semblent d’abord annoncer son retour puis signifient au contraire sa disparition. Quand la Famille part en villégiature d’été, la Jeune Épouse décide de l'attendre seule, une attente qui sera pleine de surprises. 

    Avec délicatesse et virtuosité, l'auteur de Soie et de Novecento pianiste ne se contente pas de recréer un monde envoûtant, au bord de la chute, qui n'est pas sans rappeler celui que Tomasi di Lampedusa dépeint dans Le guépard. Il nous livre aussi, l'air de rien, une formidable réflexion sur le métier d'écrire.

    Dans les médias
    «Dans ce roman tout n’est qu’élégance, raffinement et sensualité. Oscillant entre ironie et mélancolie, l’écrivain observe ses personnages de loin pour mieux se fondre ensuite dans leurs corps et dans leurs âmes. Une réussite absolue.»
    Jeanne de Ménibus, Elle
    «La distance et l’attente constituent toujours une formidable matière littéraire, ouvrant la possibilité de nombreuses surprises. Alessandro Baricco en fait la démonstration dans La Jeune Épouse, son très beau nouveau roman.»
    Fabio Gambaro, Le Monde des Livres

    Mon avis
    Dans ce roman deux univers se font écho, l'histoire de la Jeune Épouse et le ressenti de l'écrivain.
    J'ai été intriguée par l'art de vie de ce clan et l'attitude très digne de la Jeune Épouse, l'atermoiement des sentiments, la dignité qui s'en dégage. Cette jeune femme est dépeinte avec justesse.
    il y a beaucoup de poésie dans ce roman !
    Un vrai coup de cœur.

    Contenu sponsorisé

    Re: BARICCO Alessandro

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:26


      La date/heure actuelle est Mer 7 Déc 2016 - 15:26