Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    Mc CULLOUGH Colleen

    Partagez

    Lyre
    LH
    LH

    Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Lyre le Jeu 27 Jan 2011 - 12:42

    L'ESPOIR EST UNE TERRE LOINTAINE


    Auteur: Colleen Mc Cullough
    Édition: France Loisirs
    Pages: 851


    Roman Historique


    Quatrième de couverture :


    1775, Richard Morgan est un homme au coeur tendre et aux multiples talents.

    Aidé de sa femme Peg, il tient la taverne de son père à Bristol tout en travaillant comme ouvrier chez un armurier.

    La
    naissance d'un fils, William Henry, l'aide à surmonter la douleur
    d'avoir perdu sa fille Kate, emportée en bas âge par la variole. Mais le
    sort s'acharne sur lui : la mort brutale de Peg, suivie de la
    disparition de William Henry, font de lui un homme brisé.

    Richard Morgan est pas pour autant au bout de ses épreuves...

    ======================
    A
    travers le destin de Richard Morgan (qui, selon les dires de l'auteur, a
    réellement existé) Colleen McCullough brosse une gigantesque fresque
    historique retraçant la formation de l'Australie.

    Mais avant tout
    l'espoir est une terre lointaine est l'histoire d'un homme ordinaire
    qui connu l'amour, la haine et les pires épreuves, un homme qui a su
    transcender l'injustice et les souffrances les plus terribles pour
    fonder une nouvelle génération de conquérants.



    Mon appréciation

    Cette
    fresque m'a plu car comme pour d'autres saga historiques, à travers le
    destin d'une personne, on plonge dans l'histoire d'un pays.

    Pour ce roman, on découvre comment l'Australie a été peuplée et envahi par les anglais.

    Un livre que j'ai dévoré du début à la fin. Un voyage incroyable, un homme très courageux.

    Pinky
    M
    M

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Pinky le Jeu 27 Jan 2011 - 13:19

    Une grande saga qui s'appuie sur le destin d'un homme, et quel homme...
    Il a aidé à construire un pays l'Australie, comme tant d'autres.... mais
    à quel prix...

    Néanmoins, si le lecteur apprend des choses, il y
    a quand même pas mal de longueur (sur plus de 800 pages, cela commence à
    peser...).... ce n'est pas le livre que je retiendrai le plus...

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Ratdebibliotheque le Jeu 27 Jan 2011 - 19:20

    Tim


    270 pages

    Résumé :
    Mary Horton mène une existence solitaire dans sa superbe villa sur la plage de Sydney. Cadre dans une compagnie d'extraction minière, elle n'a vécu que pour réussir. Apparemment sans âge et sans grâce, Mary a passé sa vie à étouffer ses aspirations de femme. Sa vie est bouleversée par sa rencontre avec le jeune Tim Melville. D'une beauté de statue, le jeune homme rayonne de tendresse. Pourtant, ses yeux bleus expriment parfois un immense désespoir. Il a vingt-cinq ans, mais, mentalement, il est resté un enfant. Les hommes de son âge le rejettent, et même sa famille ne parvient pas à l'accepter tel qu'il est. Quand Tim devient le jardinier de Mary, tout change pour l'un comme pour l'autre : une entente immédiate et chaleureuse, des échanges d'une richesse inattendue viennent illuminer leurs existences. Cette étrange tendresse les émerveille. Mais ni l'un ni l'autre n'ose s'abandonner aux délices de l'amour... (source Chapi***)

    Mon avis :
    J'ai nettement mieux aimé que "Les oiseaux se cachent pour mourir".
    Ecriture plus fluide, histoire déjà plus passionnante.
    On ne sait pas ce qui va se passer, on tourne les pages pour savoir mais les descriptions de paysages nous font patienter pour ne pas que le suspense soit défloré trop vite !
    Bon roman.

    Pinky
    M
    M

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Pinky le Ven 28 Jan 2011 - 10:48

    j'ai beaucoup aimé ce livre, cette rencontre à bien des niveaux entre ces deux personnes est magique

    à découvrir

    caro
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  caro le Sam 20 Aoû 2011 - 13:56



    "Les Caprices de Miss Mary"

    Editeur : Archipoche - 2011
    Pages : 472 p.
    Genre : romanesque/aventures

    Résumé quatrième de couverture :

    Au décès de sa mère, Mary, la troisième des cinq soeurs Bennet, découvre la liberté. A trente-sept ans, elle qui n'a vécu que pour les autres est bien décidée à ne plus accepter d'entrave à la réalisation de ses rêves. Et surtout pas le triste chaperon que ses beaux-frères souhaitent lui imposer. Sa décision est prise : comme le journaliste dont elle dévore les articles incendiaires, elle enquêtera sur les conditions de vie misérables des ouvriers du Nord. Alors que sa famille craint qu'elle y perde sa réputation, Mary se lance avec fougue dans l'aventure. Mais son enthousiasme se heurte à la réalité de l'Angleterre en ce début de XIXe siècle. Vingt ans après la fin d'Orgueil et Préjugés, ce roman - une suite du chef-d'oeuvre de Jane Austen - brosse le portrait d'une femme à l'esprit libre, féministe avant l'heure, qui n'hésite pas à braver les interdits pour faire triompher ses convictions.

    Avis :

    Je voulais prolonger le plaisir de mes lectures de Jane Austen en lisant les aventures de la plus discrète des soeurs Bennett d' "Orgueil et préjugés", Mary. Jeune femme au physique ingrat qui voulait se persuader qu'elle jouait bien du piano, alors qu'elle cassait les oreilles de tout le monde, elle apparaissait aussi comme un personnage très moralisateur, féru de Bible et de religion. En même temps, je lui trouvais un côté sympathique car elle était timide, peu sûre d'elle et souvent mise de côté par rapport à ses soeurs plus jolies, intelligentes ou exubérantes. Justice lui est rendue grâce à Colleen McCullough.

    Au début, j'avoue que j'ai été un peu effrayée par le traitement qu'infligeait l'auteure aux héros d' "Orgueil et préjugés" : un Darcy froid comme la mort et méprisant, une Elisabeth malheureuse, un Bingley infidèle et une Jane transformée en poule pondeuse ! Seules Lydia et Kitty sont telles qu'on pourrait les imaginer dans le futur.
    Mais il ne faut surtout pas s'arrêter là car tout se dénoue et s'explique au fur et à mesure du roman.

    Pour le reste, ça ne ressemble pas à du Jane Austen, et tant mieux car les imitations ne donnent pas toujours de bons résultats. Il y a moins d'études de caractères mais beaucoup plus d'événements.

    Ne vous laissez pas non plus impressionner par la 4ème de couverture : on s'attend à voir Mary aller vivre avec les ouvriers de l'époque, sorte de nouvelle Louise Michel, ce qui paraît peu probable vu son milieu de naissance et sa condition féminine. De même, elle n'est pas le seul personnage central du roman et j'ai eu beaucoup de plaisir à en retrouver d'anciens et à en découvrir de nouveaux. Mais rassurez-vous le personnage de Mary a tout de même beaucoup évolué depuis "Orgueil et préjugés".

    Ce roman ne fera peut-être pas autant date que s'il avait été écrit par Jane Austen mais pour moi c'est un coup de coeur tant l'histoire est originale et tant il s'inscrit bien dans la continuité d' "Orgueil et préjugés", tout en s'en démarquant.

    coup de coeur 4,5 etoile jaune

    Pinky
    M
    M

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Pinky le Dim 21 Aoû 2011 - 10:14

    merci Caro pour cette présentation, je ne connais pas celui-ci

    Nina
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Nina le Dim 21 Aoû 2011 - 10:51

    Merci Caro : je ne connaissais pas non plus ce roman.

    any
    LC
    LC

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  any le Dim 21 Aoû 2011 - 15:58

    Merci pour cet avis Caro ! Smile

    Il me tenterait bien, mais j'avoue ça me refroidit un peu de savoir que dans cette histoire Darcy et Elizabeth finissent comme ça...
    J'imaginais une fin bien heureuse pour ces deux-là. rougir


    Majuscule
    LH
    LH

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Majuscule le Dim 21 Aoû 2011 - 21:40

    Je l'avais repéré ! je verrai bien quand je l'aurai sous les yeux mais ça me plait bien...

    caro
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  caro le Mar 23 Aoû 2011 - 11:03

    any a écrit:Merci pour cet avis Caro ! Smile

    Il me tenterait bien, mais j'avoue ça me refroidit un peu de savoir que dans cette histoire Darcy et Elizabeth finissent comme ça...
    J'imaginais une fin bien heureuse pour ces deux-là. rougir


    Merci à toutes d'être passées.

    Any, tu peux le lire, tu ne seras pas déçue Smile

    Ahotep
    LA
    LA

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Ahotep le Dim 29 Juil 2012 - 21:14

    Les Caprices de Miss Mary de Collen McCullough



    Mon avis :

    J'ai bien aimé cette suite d'Orgueils et Préjugés de Jane Austen, j'aime bien savoir ce qu'est devenue cette famille assez hors du commun pour l'époque. L'écriture contemporaine de Colleen McCullough m'a fait plus apprécier l'histoire que l'écriture un peu plus ancienne de Jane Austen.
    Il y a bien quelques longueurs, mais le livre si lit bien quand même. C'est un mélange d'humour, de romantisme, de suspense,... Le livre est très bien déccoupé en chapitres. L'happy end laisse quand même une suite à l'histoire.
    J'ai bien apprécié et je ne regrette pas d'avoir découvert ce roman.

    poupinette07
    LH
    LH

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  poupinette07 le Ven 15 Mar 2013 - 15:44

    Mc CULLOUGH Colleen
    Le Temps de l'amour
    663 pages

    Résumé: A seize ans, Elizabeth est à peine sortie de l'enfance, et pourtant son père l'envoie épouser un parfait inconnu à l'autre bout du monde. Ason arrivée en Australie, Elizabeth découvre un pays immense et sauvage et un homme qui lui fait peur. Pourtant, Alexander est aux petits soins avec sa ravissante épouse, mais en vingt ans à parcourir les coins les plus reculés du monde, il a perdu l'habitude de traiter avec de jeunes filles innocentes...
    Heureusement, il y a la sulfureuse Ruby qui, malgré son propre amour pour Alexander, prend Elizabeth sous son aile... jusqu'au jour où celle-ci croise le chemin de Lee, le jeune et magnifique fils de son amie...

    Mon avis: Une très belle saga dans un pays grandiose. On vit les désillusions d'une toute jeune fille enfermée dans une prison dorée. Elle semblene pas avoir de vie et sera durement éprouvée au cours de son existence. Puis surgit Lee Costevan, le fils de Ruby...
    Une belle fin, en partie ouverte. Colleen Mc Cullough nous transporte dans un pays et une époque en pleine construction. J'ai beaucoup aimé ce roman.

    Ma note:

    Pinky
    M
    M

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Pinky le Sam 16 Mar 2013 - 9:50

    merci Ahotep et Poupinette pour ces présentations

    Keana
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Keana le Sam 16 Mar 2013 - 14:28

    Merci Poupinette pour cet avis, mais pour ma part je passe mon tour.

    caro
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  caro le Dim 17 Mar 2013 - 22:15

    Merci Poupinette !

    Nina
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Nina le Sam 24 Jan 2015 - 12:07




    Douze de trop.
    Mon résumé :
    Holloman, ville du Conneticut, fin des années 60. Douze meurtres ont été commis le 3 avril, douze, et selon des méthodes différentes, allant de la moins douloureuse à la plus cruelle. L’inspecteur Carmine Delmonico enquête.
    Mon avis :
    Je n’aurai qu’un mot à dire (ou presque) : réactionnaire. Ce livre a été écrit en 2009, il semble abominablement daté. C’est une chose de situer son roman dans les années 60 et de restituer le climat d’une époque (voir les romans de James Sallis), s’en est une autre de sembler approuver les discriminations qui régnaient à l’époque, voir même d’enfoncer le clou.
    Douze meurtres ont eu lieu le même jour. Les forces de police sont sur les dents. Enfin… un peu. Personne ne panique, et surtout pas l’inspecteur Delmonico, qui commence par résoudre avec une facilité déconcertante quatre premiers meurtres. Il se permet au passage de sermonner un père de famille, un mari bien plus préoccuper par sa réussite professionnelle que par sa propre famille et… c’est à peu près tout, avant de reprendre sereinement le cours de son enquête.
    Quand le titre nous dit « douze meurtres » il devrait plutôt préciser : neuf meurtres, et trois noirs tués. Les meurtres des trois « noirs » sont vraiment traités avec rapidité, pour ne pas dire quasiment passés sous silence. Interroge-t-on leur famille, leur proche ? Peut-être, mais jamais nous n’aurons la retranscription de ces scènes. Ils étaient « de bonnes personnes », sans problème, sans casier, faisant de bonnes études et de petits boulots pour les payer. Puis, ils n’ont pas souffert, une balle dans la nuque ou dans la tête, cela ne fait presque pas mal, n’est-ce pas ? Cela tue, un point c’est tout. Il ne manquerait plus qu’ils se plaignent post-mortem ! Ils n’ont pas droit non plus à une individualité, leur nom sera cité une fois, en passant, il sera précisé que « les trois victimes noires » sont deux hommes et une femme, et après, ils resteront « les trois noirs » (et pourquoi pas les trois nègres ?) bien rangé de leur côté, contrairement aux autres victimes, bien blanches, bien caractérisées.
    Je vous parlerai aussi de la misogynie ambiante – une féministe est forcément frigide, quand elle ne le proclame pas elle-même haut et fort. La place des femmes est à la maison, auprès de leur mari et de leurs enfants. Elles sont même contre la mixité à l’école, parce que ce n’est pas bon pour leur fils, qui sera forcément harcelé par les filles, qui l’empêcheront de travailler tellement elles seront folles de lui. Et leurs filles, dans tout cela ? Et bien… il en est peu question. Je ne dis pas que les femmes ne mettent pas au monde des filles, je dis simplement qu’aucun lien ne semble s’être crée entre elles, comme si elles étaient négligés. Ne pensez pas que l’auteur pose un constat, ou dénoncé un état de fait, non, c’est juste que les filles doivent simplement apprendre à être de bonnes femmes au foyer, ni plus, ni moins, qui restent dans leur cuisine toute la journée pour préparer des repas. Et à avoir une autre qualité :
    « – Je vais ouvrir l’oeil.
    – Tant que vous voulez, du moment que vous gardez la bouche fermée. » (Delmonico à sa secrétaire aspirante policière).
    Je n’ai garde d’oublier le traitement réservé aux personnages homosexuels. Il est une chose de montrer le climat répressif d’une époque, il en est une autre de montrer les homosexuels comme des monstres pervers. L’auteur confond homosexualité avec pédophilie, masochisme et nécrophilie, et si je conçois qu’on peut présenter des personnages homophobes (ils existent), je me dis que créer des personnages homosexuels au comportement systématiquement monstrueux est tout de même étrange !
    Avec cela, nous nous éloignons de l’enquête. Je vous rassure : Delmonico et sa secrétaire adjointe parviendront à tout résoudre, malgré les bâtons dans les roues que leur met le FBI. Il est question aussi d guerre froide, d’espionnage, comme pour compléter le tableau d’une époque. Est-ce crédible ? Très moyennement. Il fallait une explication à cette soudaine folie meurtrière, l’opposition entre les deux blocs en est une.
    L’inspecteur Delmonico, dont la famille toute entière fut mise en danger au cours de cette enquête, résoudra d’autres affaires puisqu’il est le héros d’autres romans policiers. Grand bien lui fasse : je ne les lirai pas.

    Hesperide
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Hesperide le Sam 24 Jan 2015 - 16:25

    Merci, Nina. Je me rappelle Colleen McCullough comme auteure de romans ou l'action se passe en Australie. Je vois qu'elle ecrit aussi des polars et ils sont traduits en bulgare. Je n'ai pas lu ses autres romans, et ton commentaire me dit que je ne lirai pas ses romans policiers non plus.

    Nina
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Nina le Sam 24 Jan 2015 - 16:58

    Merci Hespéride pour ta visite.
    Ce qui m'intéressait, c'était vraiment le Connecticut, et la vision que l'on pouvait donner de cet état, par rapport au Texas, ou à la Louisiane, plus connu. Et si Glenn Taylor rend justice à la toute petite Virginie Occidentale, le Connecticut paraît bien terne !

    Pinky
    M
    M

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Pinky le Dim 25 Jan 2015 - 11:37

    merci Nina pour cette présentation éclairante et instructive

    Nina
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Nina le Dim 25 Jan 2015 - 12:12

    Merci Pinky pour ta visite.
    J'ai failli le mettre dans la catégorie "abandon", mais je l'ai terminé, et j'avais beaucoup de motifs pour ne pas l'avoir aimé, aussi, j'ai préféré rédiger une chronique complète.

    Pinky
    M
    M

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Pinky le Lun 26 Jan 2015 - 12:17

    je comprends tout à fait ce que tu veux dire Nina... merci pour ta persévérance

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Ratdebibliotheque le Ven 30 Jan 2015 - 20:12

    Triste nouvelle : décès de l'écrivain le 30 janvier 2015.

    Sycele
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Sycele le Sam 31 Jan 2015 - 11:09

    Je l'ignorais  Sad

    http://www.la-croix.com/Culture/Livres-Idees/Livres/Disparition-de-l-ecrivain-Colleen-McCullough-2015-01-30-1274958

    Hesperide
    ML
    ML

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Hesperide le Sam 31 Jan 2015 - 11:24

    Sad

    En lisant l'article, Sycele, j'ai beaucoup appris sur cette grande dame d'Australie!

    Contenu sponsorisé

    Re: Mc CULLOUGH Colleen

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:26


      La date/heure actuelle est Mer 7 Déc 2016 - 15:26