Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    JULIET Charles

    Partagez

    Pinky
    M
    M

    JULIET Charles

    Message  Pinky le Jeu 27 Jan 2011 - 19:36

    Lambeaux





    Récit et
    Biographie




    155 pages édité
    chez Folio en avril 1997




    résumé




    Dans
    cet ouvrage, l'auteur a voulu célébrer ses deux mères : l'esseulée et la
    vaillante, l'étouffée et la valeureuse, la jetée-dans-la-fosse et la toute-donnée.
    La première, celle qui lui a donné le jour, une paysanne, à la suite d'un amour
    malheureux, d'un mariage qui l'a déçue, puis quatre maternités rapprochées, a
    sombré sans une profonde dépression.
    Hospitalisée un mois après la naissance de son dernier enfant, elle est morte
    huit ans plus tard dans d'atroces conditions. La seconde, mère d'une famille
    nombreuse, elle aussi paysanne, a recueilli cet enfant et l'a élevé comme s'il
    avait été son fils. Après avoir évoqué ces deux émouvantes figures, l'auteur relate
    succinctement son parcours : l'enfance paysanne, l'école d'enfants de troupe,
    puis les premières tentatives d'écritures.
    Ce faisant, il nous raconte la naissance à soi-même d'un homme qui, a la faveur
    d'un long cheminement, est parvenu à triompher de " la détresse impensable
    " dont il était prisonnier. Voilà pourquoi Lambeaux est avant tout un
    livre d'espoir.



    Mon ressenti






    C’est
    un livre fort qui retrace une histoire de vie, un cheminement, une personnalité
    mais aussi une époque, un temps où l’identité n’avait pas spécialement
    d’importance.


    Le
    livre se divise en deux parties : la première est consacrée à son
    enfance, à sa mère ; la seconde à
    lui, à sa quête d’identité.





    L’auteur
    nous parle de sa mère qu’il n’a pas connu, ou très peu, puisqu’à 8 mois, il
    sera élevé par une autre mère à qui il rend hommage aussi. Il va à la rencontre
    de cette mère qui a disparu non pas pour l’abandonner mais parce qu’elle sera
    internée, puisqu’elle se posait peut être un peu trop de questions sur ses
    envies de femme, ses rêves, sur ce qu’elle était devenue… au travers de
    témoignages, il retrace le parcours de cette mère, tout d’abord de cette jeune
    fille qui élève ses sœurs, qui tient la maison, c’est l’aînée, elle est donc
    responsable… parce que ses parents travaillent… les premiers émois amoureux,
    son devenir de femme, ses rêves anéantis… C’est une femme et à cette époque, elles ont un rôle à tenir et
    un unique rôle… non pas que son homme soit mauvais (elle a cette chance), c’est
    de tenir la maison, de donner des enfants et de les élever… on ne lui demande
    rien d’autre… c’est parfois court pour s’épanouir, elle rêvait d’autre chose…
    L’hôpital psychiatrique de cette époque, mon dieu, cela fait froid dans le dos,
    beaucoup de film retrace à merveille ces époques… et quand la guerre passe par
    là, c’est encore pire… comme beaucoup,
    sa mère mourra dans d’horribles conditions…






    C’est
    un hommage vibrant qu’il rend à cette femme, il n’oublie pas sa mère de cœur
    qui sans elle, il ne serait rien. Il n’y a pas de colère, ni de haine dans ses
    propos, simplement un hommage… « celle qui a accueilli ce bébé en état de
    choc, "fendu en deux", qui l’a choyé, accompagné, lui a donné
    l’essentiel, c’est-à-dire l’amour ».
    Ce
    qui est fort, c’est qu’il raconte que sa mère est morte parce qu’elle avait
    besoin de vocabulaire, d’instruction, de savoirs… elle laissera en effet,
    quelques mots, avant de ne plus rien dire
    « Je crève


    Parlez-moi !


    Parlez-moi !


    Si vous trouviez


    Les mots dont j’ai
    besoin



    Vous me délivreriez


    De ce qui
    m’étouffe »






    C’est curieux mais c’est
    grâce à cette mère qu’il n’a pas connu, qu’il est devenu écrivain. C’est son
    cheminement que le lecteur va suivre, sa résilience et sa construction d’homme.
    Il va donc trouver les mots pour se dire, se raconter, se trouver. C’est dans sa
    démarche d’introspection que nous découvrons son quotidien rude dans les
    enfants de troupe, puis son apprentissage dans une école… une exploration de
    soi parfois douloureuse, à la limite de la folie ou à la limite du suicide.
    Pourtant c’est cette soif de savoir, cette quête d’identité qui le mènera à s’interroger sur la transmission, sur
    l’impact qu’à l’enfance sur un être humain qui lui permettra de se sortir de
    cette culpabilité qui le ronge : « ma naissance a tué ma
    mère… ». C’est l’écriture qui aujourd’hui fait de cet auteur, un homme qui
    aime profondément la vie, je le cite : "le rôle de l’écrivain est de
    prêter à autrui les mots dont il a besoin pour avoir accès à lui-même".






    C’est un livre qui m’a
    bouleversé à bien des niveaux. A vous de le découvrir et d’aller peut être à la
    rencontre de vous-même

    Majuscule
    LH
    LH

    Re: JULIET Charles

    Message  Majuscule le Jeu 27 Jan 2011 - 23:08

    Lu il y a une certain temps mais auteur qui m'a marqué !
    A lire aussi "L'année de l'éveil" !

    Pinky
    M
    M

    Re: JULIET Charles

    Message  Pinky le Ven 28 Jan 2011 - 10:02

    je l'ai noté aussi dans mon carnet... en général quand je découvre un auteur et que j'aime, je me précipite sur sa bio, pour en noter un deuxième...

    merci Majuscule pour ce tuyau

    Majuscule
    LH
    LH

    Re: JULIET Charles

    Message  Majuscule le Lun 31 Jan 2011 - 23:10

    Et encore un pour toi Pinky !!!



    Attente en automne
    200 pages
    Nouvelles


    Résumé : Ce roman se compose de trois nouvelles : Attente en automne, Maria et Turbulences.
    Il y a un écrivain qui se cherche et qui décide de s'éloigner de Paris
    pour vivre dans un village très peu peuplé. Il y a un peintre qui tombe
    amoureux d'une comédienne et qui voit son inspiration restreinte. Il
    décide donc de vivre quelques mois à Florence, puis à Paris. Et enfin,
    l'industriel, qui au cours d'une randonnée dans le Hoggar, tombe
    amoureux d'une photographe. Il s'éloignera de sa famille pour cette
    femme.

    Mon avis : J'ai déjà lu cet auteur avec
    "Lambeaux" et "L'année de l'éveil". Je l'ai retrouvé après quelques
    années et j'avais oublié cette belle écriture fluide et simple. Les
    trois nouvelles semblent ennuyeuse mais l'écriture à elle seule les
    réveille.
    Chaque nouvelle fait ressortir les mêmes thèmes : la
    solitude, le questionnement sur la vie, la reconstruction, l'amour
    impossible. Chaque personnage a besoin de s'éloigner de leur problème
    pour mieux y revenir.
    Chaque fin laisse une suspension. On devine la fin mais celle-ci est à peine suggérée.

    J'ai bien aimé ce livre. Il se lit facilement, agréablement.

    Pinky
    M
    M

    Re: JULIET Charles

    Message  Pinky le Mar 1 Fév 2011 - 10:03

    les nouvelles, j'ai un peu plus de mal... mais je le note merci Majuscule

    Contenu sponsorisé

    Re: JULIET Charles

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:17


      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc 2016 - 17:17