Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    PAROT, Jean-François

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Sam 29 Jan 2011 - 21:42

    Titre : Le noyé du Grand Canal.
    Auteur : Jean-François Parot.
    Editeur : JC Lattès.
    Nombre de pages : 452.

    Quatrième de couverture :

    1778 Dans l’attente de la naissance d’un héritier au trône, les critiques contre la reine s’exacerbent. Un bijou dérobé au bal de l’Opéra devient l’enjeu des cabales et des complots. Nicolas Le Floch se voit chargé de surveiller l’intriguant duc de Chartes, cousin du roi. Il participe à son côté au combat naval d’Ouessant, premier épisode de la guerre avec l’Angleterre. A son tour, des crimes signés d’indices provocants le jettent sur la piste d’un mystérieux assassin. Quels jeux ambigus pratiquent l’inspecteur Renard et son épouse, lingère de Marie-Antoinette ? Pourquoi le nom du comte de Provence, frère du roi, réapparaît-il avec tant d’insistance ? A la cour et à la ville, le détective des Lumières va traquer les coupables. Il y croisera l’indéchiffrable Restif de la Bretonne, le magnétiseur Mesmer et son baquet, le peintre Saint-Aubin et les chantres de la Chapelle royale. Il tentera d’expliquer les vols peu banals perpétrés au Grand Commun de Versailles par la lumière froide. Le commissaire du roi finira par démêler cette incroyable intrigue lors d’un ultime et inattendu rebondissement.

    Mon avis :
    Je retrouve pour la quatrième fois Nicolas Le Floch, marquis de Ranreuil, et son ami, l’inspecteur Bourdeau dans leur avant-dernière enquête en date. Nicolas reste tout aussi intègre, tout aussi fidèle dans ses amours et dans ses amitiés (bien que l’une ait été mis à mal dans Le cadavre anglais) mais il a mûri, il est devenu un peu plus tolérant non envers les criminels de tout bord, mais envers les petits défauts de ses proches, ce qui le rend plus humain. Vaste et complexe enquête que le commissaire doit résoudre. Plus le récit progresse, plus les requêtes des grands se multiplient. Publications interdites à saisir, chantage à faire cesser, vols et meurtres (parfois extrêmement sanglants) à élucider, complot contre de la reine à déjouer, voilà les tâches qui attendent notre commissaire. Rien ne fait reculer les adversaires de Nicolas, qui sont avant tout ceux du roi et de la reine et rien ne fait reculer non plus Nicolas, ni une tentative de meurtre miraculeusement déjouée, ni l’enlèvement d’une personne qui lui est chère, ni les blessures. En effet, ce n’est plus seulement dans les couloirs feutrés de Versailles ou dans les bruyantes rues de Paris que tout se joue, mais aussi sur la mer. Ce «morceau de bravoure» qu’est le chapitre II (Ouessant) donne au lecteur l’impression de se retrouver au beau milieu des combats navals, tout en gardant ce style si riche et si soigné, qui est le propre de Jean-François Parot. Le noyé du Grand Canal est un très bon roman policier historique.

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Dim 30 Jan 2011 - 12:18

    Titre : L’honneur de Sartine.
    Auteur : Jean-François Parot.
    Editeur : Jean-Claude Lattès.
    Nombre de page : 488.

    Quatrième de couverture :

    1780. Alors qu’il affronte la colère du peuple au cimetière des Innocents où les cadavres débordent des maisons, Nicolas Le Floch est appelé pour enquêter sur la mort d’un ancien contrôleur général de la marin écrasé par le baldaquin de son lit.
    Que dissimule cet accident domestique ? Quels secrets divisent la famille de Ravillois ? Qu’a-t-on dérobé dans la chambre du défunt ? Pourquoi de précieux vases chinois disparaissent-ils ? Que redoutent le roi, Necker et surtout Sartine pour s’intéresser autant à l’affaire ? Dans cet imbroglio, quels rôles jouent financiers, traitants et l’ennemi anglais ?
    De Versailles aux Porcherons, de la basse-geôle aux hôtels particuliers du nouveau Paris, le commissaire des Lumières et ses amis, anciens et nouveaux, se mettront en chasse, affrontant les embûches d’un dangereux adversaire aux multiples apparences avant un dénouement surprenant. Face aux périls, aux cabales et aux menaces de défaveurs, cette neuvième enquête sera aussi l’occasion pour Nicolas Le Floch, acteur et témoin du siècle, d’un poignant retour sur lui-même.

    Mon avis :

    Après les tumultes du Noyé du grand canal, les première pages de L'honneur de Sartine laissent présager un drame intime, donc une intrigue beaucoup moins mouvementée.
    Il n'en est rien. Derrière ce drame familial et sournois, se cache une affaire politique propre à ébranler la couronne et surtout, à détruire Sartine, le mentor de Nicolas, présentement marquis de Ranreuil. Leurs amitiés aura connu un bas fulgurant, suivi d'une réconciliation surprenante. ici, c'est un Sartine aux abois, faible, vulnérable, ne sachant plus à qui se fier que nous découvrons. Il met son âme à nu devant Nicolas, tant il est accablé par l'ampleur de sa disgrâce. Il illustre ainsi la versatilité de la Cour, dont Nicolas lui-même aura un exemple flagrant.
    Jamais sans doute une intrigue n'aura autant mis la vie de notre héros en danger. Jamais ses amis eux-mêmes n'auront autant souffert - physiquement et moralement - au cours de l'enquête. S'en prendre aux siens pour le réduire au silence montre à quel point ses adversaires ne connaissent pas le commissaire au Châtelet.
    Vingt ans déjà que Nicolas Le Floch est arrivé à Paris et résolvait L'énigme des Blancs-Manteaux, et il se livre à une véritable introspection. Il mesure le parcours qu'il a effectué, se souvient des enquêtes qu'il a résolues, de leur lot d'horreurs et de monstruosité. Loin du tapage de la cour, il reste indéfectiblement fidèle au souvenir du feu roi, et à ses filles. Il prend conscience qu son enfant est devenu un homme, et que le bonheur qu'il vit aujourd'hui ne se reproduira peut-être plus. Le bonheur n'est constitué que de moments fugaces.
    L'honneur de Sartine est un excellent roman policier, rigoureusement construit, magnifiquement écrit, comme tous les romans précédents de Jean-François Parot. N'hésitez-plus : lisez-le.
    Ma note : 4,5 etoile jaune

    Pinky
    M
    M

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Pinky le Dim 30 Jan 2011 - 12:21

    merci Nina pour ces avis intéressants

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Dim 30 Jan 2011 - 12:23

    Merci Pinky.
    Une thèse vient d'être publié sur les ouvrages de Jean-François Parot, et surtout sur le Paris des enquêtes de Nicolas Le Floch. Peut-être aurai-je le courage de la lire (peut-être).

    snoopy9010
    LH
    LH

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  snoopy9010 le Dim 13 Mar 2011 - 18:24

    Ce me semble interressant.

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Jeu 1 Nov 2012 - 12:56


    Titre : L'affaire Nicolas Le Floch
    Auteur : Jean-François Parot.
    éditeur : 10/18
    Nombre de pages : 390 pages.

    Quatrième de couverture :

    En ce mois de Janvier 1774, Nicolas Le Floch, le célèbre Commissaire au Châtelet, est d'humeur sombre. Sa maîtresse, la belle et capricieuse Julie de Lastérieux, est retrouvée empoisonnée et tous les indices le désignent comme coupable.
    Qui cherche à compromettre le protégé du Roi et du Lieutenant Général Sartine?
    Pour prouver son innocence et démêler les écheveaux de cette affaire qui met directement en péril la sureté de l'Etat, Nicolas doit se cacher.
    Au service du Secret du Roi, il découvrira les cruelles subtilités des complots de Cour. Avec l'aide du fidèle Inspecteur Bourdeau, tandis qu'entre Londres, Versailles et Paris les factions rivales s'affrontent, il devra déjouer bien des pièges.
    Après "Le Fantôme de la Rue Royale", c'est avec le même plaisir que nous retrouvons l'intrépide et talentueux Nicolas Le Floch dans une aventure sur fond de fin de règne, alors que la colère du peuple commence à gronder.

    Mon avis :

    Que dire ? J'adore !
    Il est des moments dans lesquels je n'ai absolument pas envie d'être objective ou de disséquer quoi que ce soit. J'ai été emportée par la lecture de ce livre, j'ai passé un excellent moment en sa compagnie, est-ce vraiment nécessaire de chercher la petite bête ?
    Non.
    J'ai aimé la rigueur de la construction, j'ai aimé aussi que les personnages soient égaux à eux-mêmes. Si Nicolas peut se sortir du complot fomenté contre lui, c'est grâce à l'amitié de Bourdeaux et de Sartine, non grâce à une justice qui instruisait uniquement à charge.
    Tout est inquiétant en cette fin de règne, dont la reconstitution est si bien faite qu'à aucun moment je n'ai eu l'impression de lire un pensum, vous savez, ces écrits dans lesquels les auteurs se croient obligés d'écrire de longues et ennuyeuses digressions histoire (!) de bien nous montrer qu'ils maîtrisent leur sujet.
    Nicolas, lui, n'a guère le temps de s'apesantir sur l'horreur de l'assassinat de sa maîtresse, ni sur l'horreur de sa traîtrise qu'il doit remplir une mission qui le mènera en Angleterre, au service de sa Majesté, et surtout, aux intérêts de la favorite, pendant que ses proches continuent de mener l'enquête et que le danger se fait plus pressent.
    Plus que tout autre volume de la collection, l'affaire Nicolas Le Floch (et non l'affaire du marquis de Ranreuil), implique d'avoir lu les enquêtes précédentes, surtout L'énigme des Blancs-Manteaux, ouvrage initial, qui prend le temps de présenter les personnages et surtout, de créer des liens entre eux, toujours plus forts au fil des enquêtes. Ce qui arrive à Nicolas dans ce tome, est la conséquence, longtemps retardée, de cette toute première affaire, que ce soit en positif, ou en négatif.
    Je noterai enfin la présence d'un tout nouveau personnage, que nous retrouverons dans les tomes suivants. Je veux parler bien entendu de Mouchette, charmante complice du commissaire au Châtelet au cours d'une de ses filatures.

    Pinky
    M
    M

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Pinky le Sam 3 Nov 2012 - 12:02

    merci Nina pour cette belle présentation,

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Sam 3 Nov 2012 - 13:42

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Sam 10 Nov 2012 - 20:34


    Titre : Le crime de l'hôtel Saint-Florentin.
    Auteur : Jean-François Parot.
    Editeur : 10/18.
    Nombre de pages : 390 pages.

    Mon résumé :

    Un meurtre a été commis dans les cuisines de l’hôtel Saint-Florentin. Près de la victime, Jean, le majordome, blessé, vit encore. Est-ce un meurtre suivi d’une tentative de suicide ? Nicolas Le Floch enquête.

    Mon avis :

    Nous retrouvons au début de ce volume Nicolas Le Floch en disgrâce. Tous les fans de notre beau commissaire au Châtelet s’étonneront qu’a-t-il bien pu faire ? Rien que de très ordinaire. Il a suffi de la mort du roi Louis XV, et la jeune Cour remplace la vieille Cour. Nicolas n’est pas si âgé cependant il paie les faveurs du vieux roi et ses manières de francs tireurs qui déplaisent hautement à ses collègues. Fort heureusement, Nicolas n’est pas homme à s’aigrir, et il sait se satisfaire des joies que lui apportent sa vie personnelle. Il profite également de ses loisirs forcés pour fréquenter Versailles plus assidûment. N’est-il pas marquis de Ranreuil ? Ainsi, Le Noir, son nouveau supérieur, peut difficilement lui reprocher de contrevenir à ses ordres.

    Le repos et la contemplation ne sauraient durer, et un autre fidèle de Louis XV, monsieur de Saint-Florentin, exige sa présence pour enquêter sur la mort d’une soubrette, Marguerite, et la blessure de son majordome, depuis quinze ans à son service. Certes, j’étudie parallèlement Le capitaine Fracasse avec mes élèves, j’ai lu plusieurs romans d’Anne Perry, pourtant j’avais rarement lu autant de mépris pour les domestiques que dans les propos de madame de Saint-Florentin, sous couvert de religion, de surcroît. Son discours donnerait envie à lui seul de dresser des barricades et de prendre la Bastille et m’a fait me sentir proches des révoltes de Bourdault.

    D’autres discours encore peuvent susciter la révolte. Je ne vous parlerai pas de la condition féminine, je ne vous parlerai pas non plus de ceux qui se disent croyant et qui n’ont de religieux que le nom, je ne vous parlerai pas non plus des bouleversements dans la vie privée de Nicolas. Non, je vous laisserai découvrir ce cinquième tome, transition entre deux règnes, par vos propres soins.

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Sam 10 Nov 2012 - 20:56


    Titre : Le sang des farines
    Auteur : Jean-François Parot
    Editeur : 10/18.
    Nombre de pages : 390.

    Quatrième de couverture :

    Nicolas Le Floch, Commissaire au Châtelet sous le règne du jeune Louis XVI, se trouve plongé au coeur de terribles événements à la fois politiques et personnels. De retour d’une mission en Autriche où il fait d’étonnantes découvertes sur les atteintes portées au Secret du Roi, il retrouve un Paris en colère où la guerre des farines fait rage. Avec le soutien du Roi et l’aide de ses fidèles amis, il enquête sur la mort suspecte d’un boulanger qui l’amène bientôt à soupçonner un complot et des liens entre ces événements et ceux survenus à Vienne. Les mystères s’accumulent et Nicolas devra faire vite pour résoudre cette affaire qui met en péril l’équilibre déjà précaire du pays ainsi que son propre fils.
    Avec cette nouvelle enquête, couronnée par le Prix de l’Académie de Bretagne, Jean-François Parot nous entraine dans l’Europe des Lumières avec son inimitable talent pour le suspense et la reconstitution historique.

    Mon avis :

    Revoilà Nicolas ! Nous ne sommes plus sous le règne du roi Louis XV, souverain bien-aimé, nous sommes sous celui de Louis XVI et si Nicolas lui est tout aussi fidèle, si le jeune roi ne manque pas de qualités, force est de reconnaître que les attaques contre lui et surtout contre la souveraine se multiplie. Nicolas doit ainsi partir pour l’Autriche, tout en laissant en France un pays au bord de l’émeute. De nos jours, la hausse du cours du blé, même si elle entraîne la hausse du prix du pain et des pâtes, ne me semblent pas empêcher les gens de consommer, ni les boulangeries de désamplir. A l’époque, la hausse du prix de la farine signifiait une possible pénurie, des difficultés pour se procurer du pain, ou tout simplement pour en acheter. Mourir de faim n’était pas une image, à l’époque, en France.

    Avant tout, Nicolas doit remplir sa mission en Autriche, et ce fut très intéressant pour moi de voir comment une autre Cour pouvait fonctionner, loin de l’étiquette de la stricte Cour de France, et de voir le rayonnement de la France à l’étranger – ou plutôt, comment il était facile de s’opposer, de calomnier, à des kilomètres de distance, en toute liberté.Il montre aussi comme il est facile de troubler une mission. Le voyage ne fut pas de tout repos pour Nicolas et ses proches, le retour le fut encore moins. Difficile pour Nicolas de mener à bien les affaires de l’Etat, ses enquêtes, et de résoudre une affaire des plus privées : ses ennemis le connaissaient suffisamment pour savoir comment lui porter un coup qui aurait pu lui être fatal.

    Plus encore que les tourments au plus haut de l’Etat, c’est la vie des petites gens qui m’a le plus intéressés. Ceux qui se révoltent parce qu’ils n’ont rien à manger, ceux qui sont forcés de dissimuler leur véritable nature pour ne pas mourir de faim, ceux enfin, qui découvrent leur véritable origine et en éprouve un grand choc.

    Le sang des farines, au titre très bien choisi, est encore une excellente enquête de Nicolas Le Floch. Qui en douterait ?

    Pinky
    M
    M

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Pinky le Dim 11 Nov 2012 - 11:24

    merci Nina pour ces présentations, je note cet auteur à lire

    Volodia
    LA
    LA

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Volodia le Dim 11 Nov 2012 - 11:48

    Hum merci Nina, vous me tentez. J'ai beaucoup apprécié les aventures de Nicolas le Floch à la télévision, je ne doute pas qu'à lire ses aventures soient aussi passionnantes

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Dim 11 Nov 2012 - 12:14

    Merci Pinky pour ta visite.
    Volodia, si tu as aimé la série télévisée, très bien faite, tu devrais aimer les livres !

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Dim 21 Juil 2013 - 19:42


    Titre : l'année du volcan.
    Auteur : Jean-François Parot
    éditeur : Jean-Claude Lattès.
    Nombre de pages : 470 pages.

    Présentation de l’éditeur :


    1783, l’éruption gigantesque d’un volcan en Islande provoque d’importants changements climatiques. La terre se réveille : tremblements de terre, tempêtes… affaiblissent tous les pays d’Europe, la France en particulier. Le royaume commence à vaciller, les caisses se vident.
    Nicolas est convoqué par la Reine. Il est chargé d’enquêter sur la mort violente d’un de ses proches : le Vicomte de Trabou. L’homme est mystérieux, il fréquente le monde de la finance. Ne cherche-t-il pas à camoufler une affaire de fausse monnaie ? Tous les moyens sont-ils bon pour combler l’immense déficit du Trésor royal ? Voilà une affaire qui n’est pas sans nous rappeler quelques événements contemporains…

    Mon avis :

    Revoilà Nicolas, entouré de ses amis de toujours pour mener une nouvelle enquête.
    Nous sommes en 1783, et la situation financière de la France n’est pas des plus brillantes. Si la révolte ne gronde pas encore, Nicolas, qui s’est retiré un temps dans ses terres de Bretagne, a pu voir de près les conditions de vie des paysans et des hobereaux de province, qui se sentent délaissés par le roi. N’ont-ils pas combattu, eux aussi ? Ne se retrouvent-ils pas, à déposer l’épée pour donner un coup de main à leurs paysans dans les champs ? Tous ne sont pas ainsi, et certains se vengent sur leurs gens de l’ingratitude de la cour.
    C’est la cour, justement, qui confie une nouvelle enquête au marquis de Ranreuil. Une enquête secrète qui commence mal, puisque la reine cache certains éléments à Nicolas et lui recommande de ne rien dire au roi – autant dire que l’affaire est grave, et ne préfigure que trop une histoire qui mettra en scène un collier… et déshonorera définitivement la reine. Parallèlement, Nicolas devra enquêter sur des pamphlets qui mettent en cause la reine, mais aussi un certain marquis, qui a eu un fils avec une fille de joie. Il a déjà dû subir des attaques personnelles, il n’a jamais autant senti à quel point les conséquences pourraient être graves pour l’avenir de son fils. Il ne lui faut guère de temps pour trouver le lien entre les deux enquêtes, la secrète et l’officielle : reste à savoir qui, parmi les proches de la reine, a pu trahir. Le pourquoi est bien plus aisé à découvrir, en ces temps incertains.
    Le commissaire au Châtelet voit partout les signes que ceux qui devraient montrer l’exemple se complaisent dans les excès. Même les ordres religieux, sous couvert de charité, se mêlent à des trafics, en maniant un discours rempli de dévotion. Tartuffe n’est pas loin ! Quel contraste avec le chanoine Le Floch, dont Nicolas se souvient avec émotion, ou avec son ami d’enfance, devenu évêque, qu’il espère revoir bientôt.
    Dans cette enquête, que la raison d’état censurera, Nicolas verra la mort de très près à deux reprises. De plus superstitieux sombreraient dans la terreur, et je ne dis pas que ces nuits ne seront pas hantés par des cauchemars – il faut dire que ses amis, pour prévenants qu’ils soient, ont des méthodes efficaces mais originales pour lui porter secours. Cependant, notre héros ne renonce pas, même si le dénouement le place dans une situation encore plus périlleuse que celles qu’il dut affronter lors de son périple.
    A quand une nouvelle enquête de Nicolas Le Floch ? Portera-t-elle sur l’affaire du collier ?

    Pinky
    M
    M

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Pinky le Lun 29 Juil 2013 - 9:31

    très intéressant Nina, merci à toi de nous faire ainsi voyager

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Ven 2 Aoû 2013 - 18:16

    Merci Pinky de ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Ven 2 Aoû 2013 - 18:16


    Titre : l'enquête russe.
    Auteur : Jean-François Parot.
    Editeur : Jean-Claude Lattès.
    Nombre de pages : 550 pages

    Présentation de l’éditeur :

    1782. La France et les Insurgents américains sont en passe de l’emporter sur l’Angleterre. Le tsarévitch Paul, sous le nom de comte du Nord, séjourne incognito à Paris, étape de son tour d’Europe. Versailles entend se concilier les faveurs de l’héritier de l’empire russe. Nicolas Le Floch reçoit mission de Sartine et de Vergennes de monter un subterfuge lui permettant de gagner la confiance du fils de Catherine II. Qui assassine au même moment le comte de Rovski, ancien favori de la tsarine, exilé à Paris ?

    Mon avis :

    Après l’Autriche, l'Angleterre, Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet et marquis de Ranreuil se trouve confronté au comte et à la comtesse du Nord (nom de code pour le tsarévitch Paul et sa femme) qui visitent incognito la France. J’utilise le verbe "confronter", car Nicolas découvre un héritier dont le tempérament est bien différent de celui de Louis XVI ou du feu roi. La diplomatie française a fort à faire pour se concilier cet être si changeant, n’ignorant rien du destin de son père, ni des frasques de sa mère, l’impératrice Catherine.
    Cette mission n’est déjà pas facile à accomplir pour Nicolas. A cela, s’ajoute une enquête, sordide, sur le meurtre d’un proche de l’Impératrice et sur la mort atroce de deux prostituées. Nicolas n’est pas un enquêteur qui s’habitue à ce qu’il voit. Il supporte de moins en moins de côtoyer le pire de l’être humain, et de devoir faire des compromissions au nom de la raison d’Etat.
    Sartine, son mentor, le gâte – bien plus qu’il ne saurait l’imaginer. L’ancien ministre n’a pas renoncé à intriguer, de manière fort complexe, et tous les moyens sont bons pour parvenir à son but. Sartine est doué, il obtient toujours ce qu’il veut. Nicolas est consciencieux, il va jusqu’au bout des enquêtes – et sa conscience de se révolter face à certains arrangements.
    Louis, le fils de Nicolas, occupe une place importante dans ce tome. Il a embrassé la carrière militaire et son père se montre soucieux et proche de lui. Homme de réflexion, le commissaire au Châtelet s’inquiète de son avenir, et s’interroge sur son propre devenir, comme une envie de retour aux sources, loin des fastes de la Cour. Il poursuivra sa tâche, bien sûr, comme le prouve l’Année du Volcan. Les années passent, les mécontentements grandissent, la Révolution approche – quelles épreuves attendent alors Nicolas ?

    Pinky
    M
    M

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Pinky le Sam 3 Aoû 2013 - 10:28

    merci Nina

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Sam 3 Aoû 2013 - 12:12

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Sam 29 Nov 2014 - 1:19


    Titre : la pyramide de glace.
    Editeur : Jean-Claude Lattès. Nombre de pages : 470.

    Présentation de l’éditeur :

    À la terrible année 1783, marquée par les retombées d’un volcan islandais en éruption, succède en 1784 l’hiver du siècle.
    À Paris, le peuple élève des obélisques de neige et de glace en reconnaissance de la charité des souverains. Dans l’une d’elles, au dégel, apparaît le corps d’une femme dénudée qui ressemble étonnamment à la reine Marie-Antoinette.
    Nicolas Le Floch se lance dans une enquête minutieuse de laquelle, investigation après investigation, il ressort que la victime participait à des soirées particulières organisées à Monceau par le duc de Chartres, futur duc d’Orléans.

    Mon avis :

    C’est toujours un plaisir pour moi de retrouver Nicolas Le Floch et les siens pour une nouvelle enquête. Peu de temps s’est écoulé depuis L’année du volcan. Nous sommes plongés dès les premières pages dans un environnement extrêmement familier, pour ne pas dire familial. Il est très entouré par monsieur de Noblecourt, vieilli certes, mais plus que jamais heureux de profiter de chaque journée, par Bourdeau, son ami, par Aimée, son amante, par Secmagus. Et je n’ai garde d’oublier Pluton, le chien, et Mouchette, féline impériale.
    Paris a à peine eu le temps de se remettre d’une année difficile que le froid est là, puis le dégel – et un cadavre. Dire que l’enquête s’annonce ardue est une évidence. Identifier la jeune morte, sosie de la reine ? Difficile. Trouver des témoins ? Délicat. Déterminer la cause de la mort ? Elle est imprécise.
    Ce qui est sûr, en revanche, est l’hostilité grandissante envers la Cour, et plus particulièrement la reine. Les aristocrates qui attisaient la haine du peuple envers le roi n’avaient-ils pas conscience de se placer dans une fâcheuse position ? Non, tant ils paraissent certains de leur bon droit et de leur prérogative.
    Bien que Nicolas Le Floch soit dévoué à son roi, son attachement à la vieille cour est palpable – et ses regrets devant les dissimulations de la souveraine. Il a de plus en plus de mal à accepter que « la raison d’Etat » se substitue à la justice. Bourdeau, lui, gagné au théorie de Rousseau, est à la fois amer et combattif. Il est cependant toujours prêt à secourir son ami – et la « raison d’Etat » place trop souvent Nicolas dans des situations périlleuses.
    La pyramide de glace est encore un volume réussi. Et l’affaire du collier approche dangereusement.

    Pinky
    M
    M

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Pinky le Sam 29 Nov 2014 - 10:07

    merci Nina pour cette présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Nina le Sam 29 Nov 2014 - 22:35

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    Re: PAROT, Jean-François

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:35


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc 2016 - 12:35