Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    GOBY, Valentine

    Partagez

    caro
    ML
    ML

    GOBY, Valentine

    Message  caro le Ven 4 Fév 2011 - 13:44



    "Qui touche à mon corps je le tue"

    Editeur : Gallimard - 2008
    Pages : 136 p.
    Genre : roman contemporain psychologique

    Résumé quatrième de couverture :

    "Marie G., faiseuse d'anges, dans sa cellule, condamnée à mort, l'une des dernières femmes guillotinées. Lucie L., femme avortée, dans l'obscurité de sa chambre."

    Henri D., exécuteur des hautes oeuvres, dans l'attente du jour qui se lève. De l'aube à l'aube, trois corps en lutte pour la lumière, à la frontière de la vie et de la mort.



    Avis :

    C'est un roman qui m'a bouleversé et laissé beaucoup d'impressions. Tout passe par le corps, le vocabulaire, les sensations des personnages, notre propre ressenti : le corps et l'âme sont liés et quand le corps va mal, l'âme va mal. De l'enfance à la situation présente, on voit ce qui a pu les amener à ces situations, toujours le mal-être, le manque, ou le trop-plein, de reconnaissance et d'amour. Ce qu'ils réclament c'est le droit de disposer de leurs corps comme ils le veulent, d'être libres or ils sont tous prisonniers des institutions et de la société.
    C'est un roman très dur qui m'a laissé des impressions d'empathie, de révolte, de douleur mais aussi de malaise voire de voyeurisme. Il ne peut pas laisser indifférent. Certains passages étant très durs je ne le conseillerai pas, par exemple, à des femmes enceintes. Mais je n'en regrette pas la lecture tant ce roman est dense.

    4,5 etoile jaune

    Jo19lyne
    ML
    ML

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Jo19lyne le Mer 5 Fév 2014 - 22:48

    Sept Jours




    Roman éditions Gallimard, 2003, 165 pages

    Quatrième de couverture:

    "Comme ils sont beaux. Mes enfants.
    ils sont assis, tous les quatre sur le muret. Immobiles. Silencieux. La maison dans le dos. En face, la mer.
    Ils regardent loin devant. et loin derrière; un soupir, un sourire pâle, un battement de cils. Les volets clos, les bagages posés sur le gravier, le soleil de septembre... c'est le décor d'un commencement; un épilogue. L'un et l'autre peut-être.
    Un homme remonte l'allée, aveuglé de lumière. Dans sa main, il tient une bible, le livre du début et de la fin; ou l'inverse. il ne sait pas que les quatre ombres assises là-bas, sur le muret, ont elles aussi peuplées un vide immense.
    Ebauché un monde.
    En sept jours."

    Quatre frères et sœurs se retrouvent, entre les murs de la maison où ils ont grandi. Seuls pour la première fois. En quête d'une rencontre. A la recherche d'un point de départ, au-delà des liens du sang.

    Valentine Goby a vingt-neuf ans. Sept jours est son second roman.

    Mon avis

    Deux sœurs, deux frères, après le décès de leur mère, se retrouvent dans la maison familiale, une dernière fois. Entre partage et retrouvailles, les souvenirs d'enfance remontent, et font revivre sept jours durant cette bastide provençale. L'automne se fait attendre...
    Quatre parties constituent ce court roman. Chacun des quatre enfants nous fait vivre ses joie, ses peines d'enfance et ses remords...
    Une écriture simple, douce comme leur mère, aucune fausse note, de la mélancolie mais pas de tristesse. Un roman vraiment touchant.

     coup de coeur


    Dernière édition par Jo19lyne le Lun 24 Fév 2014 - 16:55, édité 1 fois

    Nina
    ML
    ML

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Nina le Mer 5 Fév 2014 - 23:06

    Merci Caro et Jo19lyne pour ces avis.

    Pinky
    M
    M

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Pinky le Jeu 6 Fév 2014 - 16:19

    merci Caro et Jo19lyne pour ces deux présentations. Je ne connais cette auteure, ce que vous en dites vient me toucher. Je les notes dans mon petit carnet

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Ratdebibliotheque le Jeu 6 Fév 2014 - 20:20

    Merci pour vos avis, je les note.

    Jo19lyne
    ML
    ML

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Jo19lyne le Lun 24 Fév 2014 - 16:52

    Kinderzimmer Valentine GOBY



    Actes Sud Littérature Domaine français     Août, 2013 / 11,5 x 21,7 / 224 pages 


    ISBN 978-2-330-02260-0
    prix indicatif : 20,00€



    Genre
    Romans et nouvelles
    Prix des Lecteurs du Maine Libre - 2013
    Prix SOS Libraires Littérature française - 2014

    Quatrième de couverture:
    “Je vais te faire embaucher au Betrieb. La couture, c’est mieux pour toi. Le rythme est soutenu mais tu es assise. D’accord ?
    – Je ne sais pas.
    – Si tu dis oui c’est notre enfant. Le tien et le mien. Et je te laisserai pas.
    Mila se retourne :
    – Pourquoi tu fais ça ? Qu’est-ce que tu veux ?
    – La même chose que toi. Une raison de vivre.”
     
    En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout.
    Un roman virtuose écrit dans un présent permanent, quand l’Histoire n’a pas encore eu lieu, et qui rend compte du poids de l’ignorance dans nos trajectoires individuelles.

    L'auteure:
    «D’abord, il y eut cette rencontre, un jour de mars 2010 : un homme de soixante-cinq ans se tient là, devant moi, et se présente comme déporté politique à Ravensbrück. Outre que c’est un homme, et à l’époque j’ignorais l’existence d’un tout petit camp d’hommes non loin du Lager des femmes, il n’a surtout pas l’âge d’un déporté. La réponse est évidente : il y est né. La chambre des enfants, la Kinderzimmer, semble une anomalie spectaculaire dans le camp de femmes de Ravensbrück, qui fut un lieu de destruction, d’avilissement, de mort. Des bébés sont donc nés à Ravensbrück, et quoique leur existence y ait été éphémère, ils y ont, à leur échelle, grandi. J’en ai rencontré deux qui sont sortis vivants de Ravensbrück, ils sont si peu nombreux, et puis une mère, aussi. Et la puéricultrice, une Française, qui avait dix-sept ans alors. C’était un point de lumière dans les ténèbres, où la vie s’épuisait à son tour, le plus souvent, mais résistait un temps à sa façon, et se perpétuait : on y croyait, on croyait que c’était possible. Cette pouponnière affirmait radicalement que survivre, ce serait abolir la frontière entre le dedans et le dehors du camp. Envisager le camp comme un lieu de la vie ordinaire, être aveugle aux barbelés. Et donc, se laver, se coiffer, continuer à apprendre, à rire, à chanter, à se nourrir et même, à mettre au monde, à élever des enfants ; à faire comme si. J’ai écrit ce roman pour cela, dire ce courage fou à regarder le camp non comme un territoire hors du monde, mais comme une partie de lui. Ces femmes n’étaient pas toutes des héroïnes, des militantes chevronnées, aguerries par la politique et la Résistance. Leur héroïsme, je le vois dans l’accomplissement des gestes minuscules du quotidien dans le camp, et dans ce soin donné aux plus fragiles, les nourrissons, pour qu’ils fassent eux aussi leur travail d’humain, qui est de ne pas mourir avant la mort. Mila, mon personnage fictif, est l’une de ces femmes. Kinderzimmer est un roman grave, mais un roman de la lumière.»  V.G


    Mon avis:
    Un bel hommage... Un bel hommage à la femme, à la mère, à la vie.
    Valentine Goby, elle est tout simplement talentueuse. Mais qu'est ce qui nourrit l'écriture de cette auteure?
    On ne ressort pas indemne de cette lecture. J'imagine, au combien, le travail de recherche et d'écriture a dû être douloureux. Je l'en remercie d'autant plus!
    Le sujet est extrêmement grave, la lecture est rude. Ces femmes, déportées dans le camp de Ravensbrück, sont totalement déshumanisées par la barbarie nazie, sont-elles encore des femmes?
    Et pourtant, elles sont là, elles survivent, solidaires et tellement humaines, et tellement bienveillantes.
    Mila débarque dans ce camp, enceinte. La durée de vie dans de telles conditions est courte. Elle n'est plus une femme, est-elle encore un être humain? De surcroît, pourra-t-elle être une mère? Où sont les nourrissons, y en a-t-il dans cette puanteur, dans cette antichambre de la mort?
    L'enfant est là, en elle, sans y être vraiment. De toute façon, avec le typhus, la dysenterie, les rats, la faim, son propre corps mourant, décharné, l'aura mangé en attendant sa propre mort.
    Mila ne se sent pas devenir mère, Elle Naît Maman en donnant la Vie à ce petit Etre qui doit Absolument Survivre pour le Bien de Toutes.
     coup de coeur  coup de coeur  coup de coeur

    Pinky
    M
    M

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Pinky le Lun 24 Fév 2014 - 19:04

    merci Jo19lyne, c'est un ressenti très fort... Je ne sais pas si j'ai envie de me confronter à cela actuellement. J'ai une amie qui l'a lu et elle en rêve encore... Le ou les témoignages sont forts. JE vais attendre encore un peu avant de le lire, je pense.

    un grand merci à toi

    Jo19lyne
    ML
    ML

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Jo19lyne le Mar 25 Fév 2014 - 10:14

    Merci d'être passé du côté de cette auteure... De Valentine Goby, j'ai aussi dans ma LAL, "la note sensible" à lire sans tarder.

    caro
    ML
    ML

    Re: GOBY, Valentine

    Message  caro le Mar 25 Fév 2014 - 23:40

    Merci Jo19lyne, ça donne très envie de le lire. De cette auteur j'avais lu "Qui touche à mon corps je le tue" (si je ne m'emmêle pas trop les pinceaux dans le titre) et j'ai trouvé sa façon d'écrire extraordinaire et forte.

    Keana
    ML
    ML

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Keana le Ven 5 Fév 2016 - 14:12



    Le grand mensonge de la famille Pommerol

    Auteur
    : Valentine Goby
    Edition: Thierry Magnier
    Pages: 93

    Jeunesse


    Quatrième de couverture

    « Billets réservés, valises bouclées, cet été, la famille Pommerol part en Chine ! Randonnées dans les montagnes, balades sur la muraille, nems et salade de soja à tous les repas, ils en rêvent et l'ont annoncé à tout le quartier. Et puis patatras, le voyage est annulé. "Et si on faisait semblant ?" »

    Mon avis

    Juliette la narratrice, sa mère, son père et sa sœur Flo, vont devoir faire semblant d’être partis en Chine, après tout ils s’en sont tellement vantés, qu’ils ont comme projet de vivre pendant un mois dans leur maison volets fermés, seul le petit velux laisse passer la lumière, il faut bien qu’ils soient bronzés après avoir passés un mois à parcourir la Chine.

    Alors je ne suis pas du tout lecture jeunesse, mais j’avoue que là j’ai vraiment bien accroché, je l’ai lu d’une traite, en même temps il n’est pas très grand, mais surtout je voulais savoir le fin mot de l’histoire, de ces fausses vacances.

    Au final j’ai été très surprise que j’apprécie autant un livre jeunesse, peut être que j’en relirai d’autres si ils sont dans le même genre. J’ai beaucoup aimé suivre, malgré le fait qu’elle ne parte pas en Chine, les aventures de la petite narratrice et de ses rencontres, mais chut ! Je n’en dis pas plus ! Donc 4 etoile jaune .

    Pinky
    M
    M

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Pinky le Sam 6 Fév 2016 - 11:30

    merci keana pour cette présentation

    Keana
    ML
    ML

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Keana le Dim 7 Fév 2016 - 13:23

    Merci Pinky.
    Je n'ai pas mis coup de cœur à cause du manque de moral. En effet après avoir posté mon avis, avec quelqu'un de mon entourage qui a lu le livre également, on s'est rendu compte qu'il n'y avait pas de moral sur le mensonge, et c'est vrai que autant j'ai adoré les rencontres, les personnages, autant la fin, beaucoup moins. Dommage.

    Contenu sponsorisé

    Re: GOBY, Valentine

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:29


      La date/heure actuelle est Lun 5 Déc 2016 - 7:29