Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    KASISCHKE, Laura

    Partagez

    caro
    ML
    ML

    KASISCHKE, Laura

    Message  caro le Sam 5 Fév 2011 - 14:28



    "A moi pour toujours"

    Editeur : Le livre de poche
    Pages : 377 p.
    Genre : drame/psychologie

    Résumé Fnac:

    "A moi pour toujours " : tel est le billet anonyme que trouve Sherry Seymour dans son casier de professeur à l'université un jour de Saint-Valentin. Elle est d'abord flattée par un message qui tombe à point nommé dans sa vie routinière : son couple fatigué, son père malade et son fils unique de plus en plus distant. Mais cet admirateur secret obsède Sherry. Une situation d'autant plus troublante qu'elle est alimentée par le double jeu de son mari. Sherry perd vite le contrôle de sa vie faussement équilibrée. La tension monte jusqu'à l'irréparable. Laura Kasischke déploie tout son talent pour peindre une réalité américaine dans laquelle tout, y compris le désir, semble bien ordonné. Une réalité où quatre mots suffisent cependant à ébranler de manière irréversible la vie des personnages."

    Avis :

    Ces simples envois de billets doux vont bouleverser la vie de Sherry, une femme d'âge mûre, qui remet alors en question toute sa vie de femme, d'épouse et de mère. Un roman psychologique qui fait la part belle aux sentiments de Sherry. Ce qui à mon avis se fait au détriment de l'intrigue, même si c'est très bien écrit. Du coup je n'ai pas trop accroché si ce n'est dans les 150 dernières pages où il y a davantage de rebondissements et une véritable intrigue.

    2,5 etoile jaune

    Pinky
    M
    M

    Re: KASISCHKE, Laura

    Message  Pinky le Dim 6 Fév 2011 - 13:25

    je passe mon tour Caro, merci

    Jo19lyne
    ML
    ML

    Re: KASISCHKE, Laura

    Message  Jo19lyne le Dim 6 Avr 2014 - 15:46

    Esprit d'hiver de Laura Kasischke, editions Bourgois, 240 pages



    Quatrième de couverture
    Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d'angoisse inexplicable.
    Rien n'est plus comme avant. Le blizzard s'est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant...

    « Et si c'était elle, le grand écrivain contemporain ? Laura Kasischke, s'impose, livre après livre, comme la plus douée des romancières de sa génération. » François Busnel, Lire

    « Douce et inquiétante, experte en malaise phosphorescent et ouaté, de livre en livre, elle a su bâtir un univers sans pareil, suspendu dans la rêverie aveuglante qui précède toujours le drame, ce moment de flottement où la clairvoyance se débat pour se faire entendre. »
    Marine Landrot, Télérama

    llustration de couverture :
    John Register, The Light in the Mirror , huile sur toile (détail) Courtesy of Modernism Gallery, San Francisco

    Mon avis
    Cette histoire m'obsède, j'ai été bousculée, dérangée et bouleversée.
    Pour conjurer le sort, après l'avoir refermé sur sa dernière page, je me suis empressée de le
    ramener à la médiathèque où je l'avais emprunté...
    C'est en apparence l'histoire banale d'une mère qui tente de se débrouiller, de faire avec... et d'une adolescente,Tatiana, son enfant, adoptée.
    Ce récit c'est l'histoire d'une seule journée, le jour de Noël. La mère s'affaire dans la cuisine autour de la préparation du repas de fête. Dehors, il neige...
    Dans cette ambiance feutrée, les souvenirs remontent...
     scratch  Arrivée à la centième page, je n'en pouvais plus, je m'ennuyais. Curieuse de savoir pourquoi ce roman faisait autant parler de lui, je suis allée lire... la fin. study  Et la surprise, j'ai trouvais un sens à ma lecture, de la cent-unième page au point final!


    Dernière édition par Jo19lyne le Dim 6 Avr 2014 - 17:38, édité 2 fois (Raison : Correction mise en page)

    Pinky
    M
    M

    Re: KASISCHKE, Laura

    Message  Pinky le Dim 6 Avr 2014 - 18:26

    tu as piqué ma curiosité Jo19lyne et tu transmets super bien ton ressenti, je le note sur mon petit carnet.. merci pour ta présentation

    Hesperide
    ML
    ML

    Re: KASISCHKE, Laura

    Message  Hesperide le Jeu 26 Fév 2015 - 11:03

    Laura Kasishke n'est pas connue dans mon pays et cela me fait encore plus rever de lire un de ses romans. J'espere fort que cela viendra un jour.

    Nina
    ML
    ML

    Re: KASISCHKE, Laura

    Message  Nina le Jeu 15 Sep 2016 - 16:57



    Titre : La vie devant ses yeux.
    Editeur : Le livre de poche.Nombre de pages : 336

    Présentation de l’éditeur :

    Diana vient d’atteindre la quarantaine ; elle a apparemment tout pour être heureuse : un mari professeur de philosophie, une jolie petite fille et une belle maison. Elle est cette mère de famille américaine typique, qui accompagne les sorties scolaires de sa fille, qui cuisine admirablement et enseigne le dessin à mi-temps.
    Pourtant le passé – et l’événement traumatisant qui en est au cœur – ne cesse de la hanter, par bouffées, et ces flashes sont autant de ruptures dans la narration du présent de Diana.

    Mon avis :

    Ce livre a été adaptée au cinéma, et j’ai vu son adaptation l’an dernier, au cours d’une insomnie. Je peux dire d’entrée de jeu que le livre est plus réussi que le roman, sans doute parce qu’il est moins répétitif, que la fin offre une toute autre ouverture et que des détails ont été sacrifiés.
    Prenez le coeur de l’action dans le film, la fusillade – j’ai eu l’impression qu’il était constamment d’elle. Dans le roman, elle occupe réellement deux moments, et il n’est pas aussi souvent question de célébrer les survivants, et les morts.
    Je ne vais pas non plus révéler le retournement de situation, que chaque lecteur interprète à sa guise, finalement. Je parlerai simplement de Diana, une mère de famille américaine presque ordinaire, une desperate housewife avant la lettre. Mariée à son professeur d’université (qui a divorcé de sa première femme pour elle), mère d’une petite fille, Emma, elle enseigne les arts plastiques à mi-temps, ce qui lui laisse le temps de travailler dans son atelier. L’action se déroule sur deux jours, et de subtiles aller-retour entre le passé et le présent de Diana. Subtiles, parce que le femme qu’elle est devenue semble n’avoir aucun lien avec la jeune fille qu’elle a été, et la question est là : comment est-elle passée de l’une à l’autre ?
    Ce roman semble l’autopsie d’une catégorie de personne promise à une mort certaine : l’adolescente. Elle peut manger ce qu’elle veut sans grossir, vingt ans plus tard, elle pèsera tous ses aliments pour ne pas grossir (et moi, à 38 ans, de reprendre une barre de chocolat noir). Elle s’habille de manière provocante, sans vraiment supporter d’attirer le regard des autres, elle s’habillera avec des vêtements chics mais… elle apprécie que l’on se retourne sur elle. L’adolescente porte des bijoux fantaisie qui ne servent à rien, sinon à être joli, elle n’en portera plus, comme si cela ne se faisait pas, préférant l’utile (la montre) et ce qui montre son statut social. Elle raconte tout à sa meilleure amie, presque tout, elle rêve sa future vie.
    Et quel est-elle, cette vie, finalement ? Profondément conformiste, banale, répétitive, avec des ratés parfois. Sont-ils le fruit de l’imagination de Diana ? Sont-ce de vrais dérapages ? Diana est seule, avec son mari et sa fille, elle n’a aucun lien avec ses voisins, presque aucun avec ses étudiants. La maison est impeccablement tenue, rien ne manque à son mari qui, il faut bien le dire, est charmant, prévenant et cultivé.
    Une vie immobile, puisque Diana n’a jamais quitté les lieux de son enfance, passant d’enfant délaissée par sa mère, qui devait trimer pour l’élever, d’ado rebelle ayant conservé une part de naïveté à femme respectable. La religion n’est pas oublié puisqu’elle est au centre de la vie de Maureen, la meilleure amie d’Emma, qui appartient à ce que je qualifierai presque de « secte », ce qui ne manque pas d’effrayer sa mère – la fameuse liberté américaine. Cette même liberté qui fait qu’un ado peut rentrer dans son lycée et tirer sur tous.
    La vie devant ses yeux est un roman qui porte très bien son titre et que je vous recommande.

    Pinky
    M
    M

    Re: KASISCHKE, Laura

    Message  Pinky le Ven 16 Sep 2016 - 8:55

    merci Nina pour cette présentation intéressante

    Nina
    ML
    ML

    Re: KASISCHKE, Laura

    Message  Nina le Ven 16 Sep 2016 - 16:19

    Merci Pinky pour ta visite : un roman que j'ai vraiment beaucoup aimé.

    Contenu sponsorisé

    Re: KASISCHKE, Laura

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:39


      La date/heure actuelle est Ven 9 Déc 2016 - 12:39