Au Fil des lignes

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !

Le Deal du moment : -25%
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
Voir le deal
135 €

    CANTY, Kevin

    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CANTY, Kevin Empty CANTY, Kevin

    Message  Nina Dim 11 Mar 2018 - 16:29

    CANTY, Kevin Cvt_de11

    De l'autre côté des montagnes
    Edition Albin Michel - 258 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    1972, Silverton, petite ville du nord-ouest des Etats-Unis. La mine d’argent fournit du travail aux hommes, régit la vie des familles et domine les existences. Certains se résignent à une vie de rude labeur, d’autres ne rêvent que d’échapper à ce destin. Mais lorsqu’une catastrophe survient à la mine, coûtant la vie à des dizaines d’hommes, c’est toute une communauté qui est frappée par une onde de choc et de chagrin.

    Mon avis :

    Silverton est une petite ville dans laquelle ses habitants mènent leur vie ordinaire. On s’y marie, on a des enfants – ou pas – on se sépare. On sort le soir, on y boit – beaucoup. On envisage parfois de partir, mais on ne le fait pas. On envie les rares personnes qui y sont parvenues, même si c’est pour un court laps de temps.
    Leur vie tourne autour de la mine, parce que c’est la seule entreprise qui donne un travail à la plupart des hommes de la ville. C’est la mine, comme ailleurs, se pourrait être l’usine.
    Un jour, la catastrophe survient. Inattendue. Inexpliquée.
    Le lecteur se focalise alors sur deux familles. David perd son frère, qui laisse, en plus de parents hébétés, une jeune veuve et deux petites filles (ce qui m’a rappelé le personnage de Philomène Levaque dans Germinal, si ce n’est que de nos jours, les femmes ne travaillent plus à la mine). Ann Malloy perd son mari. Ils n’ont pas réussi à avoir un enfant. Ann reste seule, elle qui a subi, avec son mari, la pesanteur de l’église jusque dans leur vie intime. A force de se sentir coupable quoi que l’on fasse, on ressent encore plus ce sentiment lorsque la tragédie survient.
    Je reviendrai sur ces deux personnages. Je veux cependant parler de celui que j’ai préféré, Lyle. Je ne l’ai pas préféré parce qu’il est un survivant, un rescapé, je l’ai préféré à cause de son attitude pendant et après la catastrophe. Il a gardé l’espoir, et, dans mes lectures récentes, il m’a été rare de trouver des personnages qui ne baissent pas les bras. Etre encore en vie, pour lui, c’est aussi faire ce qu’il remettait à plus tard depuis longtemps.
    Je reviens aux conséquences, je reviens à David, Ann, qui repensent leur vie après la catastrophe, sous le regard de tous les autres, les survivants ou ceux qui ont perdu un proche. Ceux pour qui, finalement, presque rien n’a changé : l’alcool pour tenir, les bagarres, les filles, en attendant la réouverture de la mine.
    De l’autre côté des montagnes – un roman au coeur de l’Amérique.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    CANTY, Kevin Empty Re: CANTY, Kevin

    Message  Pinky Lun 12 Mar 2018 - 9:55

    merci Nina pour cette présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CANTY, Kevin Empty Re: CANTY, Kevin

    Message  Nina Lun 12 Mar 2018 - 18:59

    Merci Pinky pour ta visite.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CANTY, Kevin Empty Re: CANTY, Kevin

    Message  Nina Dim 23 Déc 2018 - 16:22

    CANTY, Kevin Cvt_to11

    Toutes les choses de la vie
    Edition Albin Michel - 336 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Un 5 juillet, un homme et une femme, Robert et June, se retrouvent au bord d’une rivière du Montana avec une bouteille de whisky pour célébrer le cinquantième anniversaire d’un autre homme, Taylor, mort depuis onze ans.
    C’était l’ami d’enfance de Robert et le mari de June et celle-ci, après toutes ces années de deuil, décide de n’être désormais la veuve de personne. Désireuse de prendre un nouveau départ, elle envisage même de vendre la maison qu’elle aime tant.
    Robert, divorcé et père d’une fille de vingt ans, doit faire face à de grands changements quand il accepte d’héberger Betsy, son amour de jeunesse, qui traverse un moment difficile.
    Entre ces deux femmes, il doit affronter sa propre futilité et redéfinir le sens qu’il donne à l’amour et à la vie.

    Mon avis :


    Toutes les choses de la vie est un roman simple, qui nous raconte une tranche de vie, un moment où, finalement, tout est possible – ou presque.
    Robert et June sont amis de longue date, surtout, Robert était ami avec Taylor, le mari de June, décédé subitement onze ans plus tôt. Mais voilà : June veut tourner la page, définitivement, peut-être même, implicitement, refaire sa vie. Elle et Taylor n’ont pas eu d’enfants, il reste… le chien, vieillissant. Robert de son côté, a une fille, et ne se doute pas des aléas de sa vie personnelle. Layla, étudiante, n’aime pas, dans son université, être la fille qui vient du Montana, comme si c’était, forcément, péjoratif. Elle aussi va se trouver à un tournant de sa vie, elle ne le sait pas encore, pendant que son père veut aider du mieux possible son amour de jeunesse, qui a pourtant bâti sa vie – ailleurs. Il laisse donc de côté ce à quoi il tient – le Montana, la pêche, son activité de guide, pour l’accompagner dans son parcours où l’espoir ne figure plus vraiment. C’est aussi l’occasion pour lui de se rappeler sa jeunesse, les moments partagés avec sa femme, l’enfance de sa fille, et de se demander si sa vie est vraiment conforme à ce qu’il désirait.
    Oui, ce sont des choses simples qui nous sont racontés : le moment où l’on s’affranchit de ce qui nous pèse, où l’on a envie de faire vraiment ce que l’on veut faire. Encore faut-il que l’autre qui est à nos côtés le veuille. Il faut alors ne pas hésiter à donner une impulsion à sa vie – même si l’on doit, pour cela, se retrouver seul.
    Si j’ai beaucoup aimé Robert, en père un peu dépassé mais toujours aimant, June, qui sait ne pas se laisser enfermer dans une situation qui ne lui convient pas et Layla, en revanche le personnage d’Edgar me semble terriblement conformiste. Je ne parle pas de la construction de ce personnage, non, je parle de ce qu’il représente dans la société américaine. L’homme parfait, cherchant toujours à se conformer à ce que sa femme, jeune maman, veut, même si ces désirs sont justement très conformistes.
    Toutes les choses de la vie – un moment romanesque beau et simple.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    CANTY, Kevin Empty Re: CANTY, Kevin

    Message  Pinky Lun 24 Déc 2018 - 11:43

    merci Nina pour cette belle présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CANTY, Kevin Empty Re: CANTY, Kevin

    Message  Nina Lun 24 Déc 2018 - 12:00

    Merci Pinky pour ta visite.
    Un auteur que j'aime vraiment beaucoup.

    Contenu sponsorisé

    CANTY, Kevin Empty Re: CANTY, Kevin

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 20 Avr 2021 - 13:04