Au Fil des lignes

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !

Le Deal du moment : -30%
JBL LIVE 300TWS – Écouteurs ...
Voir le deal
105 €

    CROSSAN, Sarah

    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CROSSAN, Sarah Empty CROSSAN, Sarah

    Message  Nina Dim 10 Nov 2019 - 11:49

    CROSSAN, Sarah Couv6610

    Moon Brothers
    Editio Rageot - 373 pages

    Présentation de l’éditeur :

    Joe Moon a dix-sept ans. Il vient de quitter New York pour aller vivre un temps au Texas. Son frère aîné, Ed, est en prison là-bas. Jugé coupable du meurtre d’un policier, il attend son exécution dans le couloir de la mort. Or, la date approche. Alors Joe veut être là, aider son frère à affronter ces dernières semaines. Car sinon, Ed sera tout seul. Mais voilà qu’un nouvel avocat reprend la défense du condamné… et il a l’air d’y croire. Joe osera-t-il espérer encore ?

    Mon avis :

    Impossible de distinguer le fond, la forme de ce livre, où pour une fois la traductrice, Clémentine Beauvais, est bien mise en valeur dès la couverture du roman. Ce roman est en effet un long poème en vers libre, la douceur de la forme contrastant avec la dureté du fond : le système judiciaire américain, la peine de mort.
    Et là, dialogue avec certaines personnes : oui, mais la peine de mort n’existe plus en France. Oui, mais il ne faut pas oublier qu’il y a moins de quarante ans, elle existait, je le sais, je suis née alors que 60 % des personnes interrogées en France étaient pour la peine de mort. Et je vis à une époque où des adolescents me disent qu’ils sont pour le rétablissement de la peine de mort. A quoi je réponds que son abolition est écrite dans notre constitution, et que le combat continue dans d’autres pays.
    Les États-Unis font rêver – encore. Mais la justice n’est pas rendue de la même manière d’un état à l’autre, la justice n’est pas rendue de la même manière selon la personnalité de la victime, la justice n’est pas rendue de la même manière selon la personnalité du coupable pas vraiment présumée. Bienvenue parmi les plus pauvres, parmi ceux qui ne maîtrisent pas les rouages du système judiciaire, parmi ceux qui survivent plus qu’ils ne vivent dans ce pays.
    Joe a dix-sept ans, et dans quelques semaines, son frère ne sera plus, sauf si les derniers recours lui sauvent la vie. Au Texas, dans ce trou perdu, la prison génère une véritable économie locale – ou comment cette petite ville ne survivrait pas sans ses condamnés à mort, leur famille qui vient leur rendre visite. Joe doit faire face, quasiment seul, lui qui n’a que 17 ans, donc lui qui n’a pas encore le droit, puisque mineur, d’assister à l’exécution de son frère.
    Ce livre, c’est montrer comment vivre avec – avec une enquête qui a été bâclée, jamais remise en cause, avec des proches qui se sont éloignés, qui reviennent parfois presque trop tard, avec ces personnes dont la vie quotidienne est rythmée par la prison. Ce livre, c’est montrer aussi comment vivre avec l’idée qu’après le mois d’août, il faudra peut-être vivre sans.
    Ce n’est pas une lecture facile, vous vous en doutez, mais pourquoi la littérature jeunesse devrait-elle être facile ?
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    CROSSAN, Sarah Empty Re: CROSSAN, Sarah

    Message  Pinky Lun 11 Nov 2019 - 12:11

    merci Nina pour cette chronique
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CROSSAN, Sarah Empty Re: CROSSAN, Sarah

    Message  Nina Lun 11 Nov 2019 - 19:37

    Merci Pinky pour ta visite.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CROSSAN, Sarah Empty Re: CROSSAN, Sarah

    Message  Nina Mer 17 Juin 2020 - 15:59

    CROSSAN, Sarah Couv1914

    Toffee et moi
    Edition Rageot - 384 pages

    Présentation de l’éditeur :

    Allison s’est enfuie de chez elle. Elle n’a nulle part où aller. Un peu par hasard, elle trouve refuge chez Marla, une femme qui pense la reconnaître et qui pourtant l’appelle « Toffee » . Allison cherche à oublier, Marla veut se souvenir. Alors, le temps de trouver un nouveau toit, de guérir de ses blessures, la jeune femme accepte d’être Toffee. Et en dépit du mensonge, une amitié tendre et fragile naît entre les deux femmes.
    Peu à peu, la chaleur d’un foyer, d’une famille choisie, renaît.

    Mon avis :

    Lire ce roman, c’est tout d’abord retrouver la prose troublante de Sarah Crossan – prose, poème, la frontière est mince pour qualifier cette oeuvre. La délicatesse de l’écriture ne peut pas faire oublier la dureté des sujets abordés. Toffee et moi est un roman féminin, et nous suivons Allison, dans sa fuite pour survivre. Elle cherche, d’abord, sa belle-mère qui elle aussi a fui. Ce qui m’a questionnée est surtout comment Kelly-Ann a pu tenir aussi longtemps – pour Allison ? Mais Kelly-Ann n’est pas là, plus là, Allison doit donc se débrouiller – survivre, à nouveau.

    Elle rencontre Marla, Marla qui vit quasiment seule, entre aide-ménagère qui vient mais ne comble pas la solitude, et fils qui passe, parfois. Marla perd la tête, comme on dit familièrement, Marla souffre de démence sénile, comme on dit techniquement. Marla oublie, et pourtant, Marla se souvient, parfois, elle se souvient de Mary, sa fille, elle se souvient de Toffee, et pourtant, Marla n’a pas vu, n’a pas échangé avec Toffee depuis longtemps. Mais pour elle, aujourd’hui, Toffee est là, et Allison accepte d’être Toffee – contre un toit, un peu de chaleur, un peu d’amitié aussi.

    Le récit se passe au bord de la mer, un lieu dont on ne peut s’échapper, parce que l’on est au bout de tout, mais un lieu aussi, dont on part traditionnellement – par la mer.

    Même si le récit est servi par une très belle écriture, il devient très dur à lire au fur et à mesure que nous découvrons l’ampleur du calvaire d’Allison, le cheminement aussi qu’elle a suivi pour comprendre qu’elle n’était pas responsable de ce qu’elle subissait. Les mécanismes mis en oeuvre par le parent-bourreau pour culpabiliser l’enfant, ainsi que les mécanismes que met au point l’enfant pour le protéger vis à vis de l’extérieur sont très bien montrés, par petites touches. Oui, les services sociaux peuvent passer à côté, les pires violences ne sont pas toujours visibles, et quand elles le sont, les enfants peuvent être suffisamment grands pour savoir comment les dissimuler.

    L’espoir est-il au bout du chemin ? Peut-être. La volonté de s’en sortir pleinement, oui, de dire enfin. Pas toujours facile.
    Ratdebibliotheque
    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    CROSSAN, Sarah Empty Re: CROSSAN, Sarah

    Message  Ratdebibliotheque Mer 17 Juin 2020 - 19:34

    Merci pour cet avis Nina.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    CROSSAN, Sarah Empty Re: CROSSAN, Sarah

    Message  Pinky Mer 17 Juin 2020 - 20:14

    merci NIna pour cette présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CROSSAN, Sarah Empty Re: CROSSAN, Sarah

    Message  Nina Sam 20 Juin 2020 - 10:49

    Merci Ratdebibliothèque et Pinky pour votre visite.

    Contenu sponsorisé

    CROSSAN, Sarah Empty Re: CROSSAN, Sarah

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 20 Avr 2021 - 13:06