Au Fil des lignes

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !

Le Deal du moment :
Cockpit de simulation OPLITE GTR Racing (Simracing)
Voir le deal
319.77 €

    Abdallah Dima

    Jo19lyne
    Jo19lyne
    ML
    ML

    Abdallah  Dima Empty Abdallah Dima

    Message  Jo19lyne Mar 6 Avr 2021 - 21:43

    Mauvaises herbes
    Dima Abdallah
    Aux éditions Sabine Wespieser, 240 pages

    Abdallah  Dima Mauvaises-herbes-760x993-229x300
    I love you Ce roman autobiographique est un élan d’amour d’une fille et d’un père, chacun exprimant le besoin et le manque de l’autre, la séparation intervenue trop brutalement.
    L’ histoire commence en 1983, en pleine guerre du Liban, l’auteure a six ans. Elle est comme ces mauvaises herbes, ces adventices « dont on arrache sans relâche les racines parce qu’elles ne conviennent pas, parce qu’elles ont poussé au mauvais endroit, au mauvais moment, mais qui prolifèrent ailleurs. Celles qui s’épanouissent sur des substrats improbables, qui s’acharnent à vivre dans les milieux les plus hostiles ». Cette enfant n’a connu que le chaos, fuyant avec ses parents et son jeune frère des appartements bombardés, sa vie contenue dans des sacs plastiques jetés à la hâte dans le coffre de la voiture. Sa mère est un peu chrétienne, son père un peu musulman. Son quotidien, son repère, c’est la main de son Géant qui vient la chercher à l’école. Elle écrit des poèmes parce qu’elle n’arrive pas à pleurer et hurler et cultive des aromatiques en pot pour se souvenir des parfums. La peur est là, tapie, c’est une boule avec laquelle elle apprend à vivre. À l’âge de 12 ans, avec sa mère et son frère elle quitte le Liban et arrive à Paris…

    Présentation éditeur
    Dehors, le bruit des tirs s’intensifie. Rassemblés dans la cour de l’école, les élèves attendent en larmes l’arrivée de leurs parents. La jeune narratrice de ce saisissant premier chapitre ne pleure pas, elle se réjouit de retrouver avant l’heure « son géant ». La main accrochée à l’un de ses grands doigts, elle est certaine de traverser sans crainte le chaos.
    Ne pas se plaindre, cacher sa peur, se taire, quitter à la hâte un appartement pour un autre tout aussi provisoire, l’enfant née à Beyrouth pendant la guerre civile s’y est tôt habituée.
    Son père, dont la voix alterne avec la sienne, sait combien, dans cette ville détruite, son pouvoir n’a rien de démesuré. Même s’il essaie de donner le change avec ses blagues et des paradis de verdure tant bien que mal réinventés à chaque déménagement, cet intellectuel – qui a le tort de n’être d’aucune faction ni d’aucun parti – n’a à offrir que son angoisse, sa lucidité et son silence.
    L’année des douze ans de sa fille, la famille s’exile sans lui à Paris. Collégienne brillante, jeune femme en rupture de ban, mère à son tour, elle non plus ne se sentira jamais d’aucun groupe, et continuera de se réfugier auprès des arbres, des fleurs et de ses chères adventices, ces mauvaises herbes qu’elle se garde bien d’arracher.
    De sa bataille permanente avec la mémoire d’une enfance en ruine, l’auteure de ce beau premier roman rend un compte précis et bouleversant. Ici, la tendresse dit son nom dans une main que l’on serre ou dans un effluve de jasmin, comme autant de petites victoires quotidiennes sur un corps colonisé par le passé.

    Page 20 :
    « Les seuls moments où j’ai peur, c’est quand il faut s’arrêter devant les soldats. Ils font des gestes des bras et des mains pour dire si on peut passer ou s’il faut s’arrêter. Ils arrêtent les gens pour leur poser des questions que je ne comprends pas bien. Ils demandent souvent où on va et je ne vois pas bien ce que ça peut bien avoir comme importance. Ils demandent aussi les papiers d’identité et ça non plus je ne comprends pas bien pourquoi. Je ne vois pas ce que ça peut bien leur faire, de savoir comment on s’appelle et quand on est né. Parfois ils crient sur mon géant et il n’y a rien que je déteste le plus au monde, qu’on crie sur mon père. »

    Née au Liban en 1977, DIMA ABDALLAH vit à Paris depuis 1989. Après des études d’ archéologie, elle s’est spécialisée dans l’ Antiquité tardive. Mauvaise herbe est son premier roman.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    Abdallah  Dima Empty Re: Abdallah Dima

    Message  Pinky Mer 7 Avr 2021 - 9:20

    merci Jocelyne pour cette présentation

    Jo19lyne aime ce message


      La date/heure actuelle est Jeu 22 Avr 2021 - 15:03