Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    WASSMO, Herbjorg

    Partagez

    lilou57
    LEH
    LEH

    WASSMO, Herbjorg

    Message  lilou57 le Jeu 10 Fév 2011 - 12:43



    La septième rencontre
    Littérature norvégienne, roman

    A l'occasion d'un vernissage dans une galerie norvégienne, Gorm, anonyme, guette les apparitions de Rut, la peintre qui est ce jour-là à l'honneur. Derrière les apparats et les frasques des uns et des autres, il sait pourquoi il est là. Et se souvient.
    Gorm naît dans une famille bourgeoise, au père souvent absent et à la mère dépressive et mystique. Réservé, il peine à trouver sa place, autant avec ses camarades de jeux que dans sa famille.
    Rut ne vit pas sur le continent mais sur une île, dans un milieu modeste. Elle veille sur son frère Jorgen, son jumeau, marqué à vie par sa naissance retardée. Leur père est un prédicateur à succès, auquel la mère jette toutes les grossièretés dont elle est capable.
    La première fois que Gorm et Rut se croisent, c'est le drame. Gorm blesse Rut par accident. Le souvenir de l'autre n'aura alors de cesse de les hanter. Et de les accompagner alors qu'ils grandissent, s'affranchissent de leur milieu, découvrent l'émoi. Ils se croiseront parfois. Se chercheront encore. Mais tous deux savent qu'ils sont l'un à l'autre, à jamais.
    Aujourd'hui est le jour de leur septième rencontre.

    J'ai adoré ce livre! Mais je ne suis pas très objective puisque je suis une inconditionnelle de cette auteure qui encore une fois m'a emportée dans ses contrées nordiques. Spécialiste des personnages féminins forts, Herbjorg Wassmo nous livre ici le portrait de Rut, blessée par son enfance, hantée par la mort de son jumeau et qui trouve son salut dans la peinture. Gorm semble plus effacé. Il a grandi à l'ombre d'une mère dépressive et d'un père triste et absent et semble vivre une vie qu'il n'a pas choisie.
    Bousculés par la vie, entraînés dans des mariages malheureux, ils sont liés par un fil invisible mais indéfectible depuis leur première rencontre. Mais de rencontres fugaces en malentendus, paralysés par la morale et la timidité, ils ne se rejoignent jamais. Leur septième rencontre sera peut-être enfin celle qui confirmera qu'ils sont destinés l'un à l'autre.
    Une très belle histoire d'amour et de persévérance qui se lit d'une traite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Nina le Jeu 10 Fév 2011 - 13:06

    Merci pour cet avis Lilou.
    La littérature norvégienne n'est pas ma tasse de thé.

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Sam 15 Déc 2012 - 12:50

    CENT ANS



    Roman

    600 pages, édité chez 10/18 en octobre 2012

    Résumé

    Sara Susanne, Elida et Hjørdis, sont respectivement l’arrière-grand-mère, la grand-mère et la mère de la narratrice. Cent ans est le roman de leurs vies, des hommes qu’elles voulaient et des hommes qu’elles ont eus, des enfants auxquels elles ont donné naissance. C’est aussi l’histoire d’une petite fille qui se cache au grenier pour l’éviter, lui. Elle a un crayon jaune qu’elle taille avec son couteau de poche et qui lui sert à écrire. À survivre.
    Biographie de l'auteur : Herbjørg Wassmo, née en Norvège en 1942, vit à Hihnöy, une petite île située au nord du Cercle polaire. Très populaire dans les pays scandinaves, cette ancienne institutrice férue de poésie se consacre à la littérature depuis vingt ans. Après la trilogie de « Tora » (La Véranda aveugle, La Chambre silencieuse, Ciel cruel), elle connaît un grand succès avec la trilogie « Le Livre de Dina » (Les Limons vides, Les Vivants aussi, Mon bien-aimé est à moi), puis Fils de la Providence. Herbjørg Wassmo achève l’épopée de la flamboyante Dina avec la trilogie « L’Héritage de Karna » (Mon péché n’appartient qu’à moi, Le Pire des silences, Les Femmes si belles). Le Livre de Dina a depuis été porté à l'écran par le metteur en scène danois Ole Bornedal avec Gérard Depardieu, Maria Bonnevie et Pernilla August dans les rôles principaux. Herbjørg Wassmo a également publié La Fugitive et Un verre de lait, s'il vous plaît.

    Mon ressenti

    J’ai beaucoup aimé, c’est un véritable coup de cœur. J’ai été touchée par l’écriture, la douceur qui s’en dégage alors que les choses dites sont extrêmement fortes. L’auteur nous conte et nous raconte l’histoire de son arrière-grand-mère Sara Susanne (témoin de son époque et de la dureté de la vie), de sa grand-mère Elida (plus amante que maternelle), de sa mère Hjordis (le placement de sa mère chez une nourrice, la déchirure) et elle-même Herbjord. Quatre femmes d’une même famille, quatre destins différents. C’est un livre éprouvant, émouvant, passionnant. Cent ans, c'est le nombre d'années qui séparent Sara Susanne de son arrière-petite-fille, Herbjørg. L'une est née en 1842, sixième enfant d'une ¬famille modeste, vite mariée à un commerçant. L'autre est apparue en 1942, par une nuit de tempête, chez une mère peu aimante et mal comprise.

    L’auteure recompose ainsi quatre générations, se glissant dans ces aventures familiales romancées, à la fois observatrice et sujet. C’est une longue histoire qui retrace l’évolution de la condition féminine : unions arrangées, ribambelle de bébés plus ou moins désirés, exils et deuils… mais les hommes sont tout aussi importants : ils partent longtemps sur des bateaux de fortune pour que leur famille subsiste, forts, violents, inventifs, passionnés… C’est un pays dur, exigeant avec ses habitants. C’est au travers de ce quotidien difficile, violent où le progrès tarde à venir, que les générations se succèdent autour des transmissions familiales.

    Malgré la rudesse de leur existence, la brutalité ou la violence des traditions, ces femmes sont remplies d’envies de vivre, d’avancer et de défendre leur place même si leurs choix ne sont pas toujours compris ; c’est comme si elles devaient choisir entre la mère et la femme, elles ne peuvent pas être les deux. Vivre avec un homme, c’est vivre avec un « pêcheur », si c’est par amour, cela implique aussi des choix voire des ruptures familiales… mais elles savent s’imposer et donner les règles et les coutumes qui détermineront les us et coutumes des familles.

    Il est dit dans le résumé que ses femmes sont traversées ou doivent porter la honte… à part pour une ou je peux comprendre dans ce contexte, j’ai eu du mal à y trouver de la honte. Cela parle sans doute de ma vision de la honte et qu’à mes yeux, il n’y a point de honte. Cependant j’attendrai de voir d’autres avis pour comprendre d’autres niveaux que je n’ai peut-être pas saisis.

    C’est une fabuleuse histoire qui se dévore et qui transporte. A découvrir



    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Sam 15 Déc 2012 - 12:57

    LE LIVRE DE DINA (t.1) LES LIMONS VIDES



    Roman, édité chez 10/18 en mars 2002

    172 pages

    Résumé

    Sur les glaces sauvages de l’extrême Norvège, dans le clair de lune, une jeune femme trône en déesse obscure. Enfant recluse, responsable de l’accident qui emporta sa mère sous ses yeux, elle grandit loin de tous, poursuivie par le cri des ombres. Elle est Dina, Eve brulante, éternelle indomptée qui chevauche à travers vents et livre au monde sa litanie furieuse.
    « un long poème épique nourri de Bible et traversé par les bourrasques, tels les orages d’un Giono nordique. Un livre qui ferait un poète de n’importe quel lecteur et qui, la dernière page tournée, lui insuffle sa force et sa vérité. » Ingrid Carlander (le monde diplomatique)

    Mon ressenti

    C’est un livre qui démarre sur un chapitre choc et qui d’entrée m’a déstabilisée car au-delà de ce chapitre rien n’est vraiment dit sur les raisons de cet acte. D’entrée, la question de la folie ou de la manipulation ou de la perversité est posée, mais sans jamais pencher d’un côté ou un autre. C’est le lecteur qui fera basculer Dina…

    C’est une histoire envoutante et dérangeante qui pose la question des traumatismes dans l’enfance et des réponses que les adultes apportent ou pas à leur(s) enfant(s). Il y a des traumatismes qui se voient, d’autres qui se rencontrent et d’autres que nous ne daignons même pas voir tant cela nous fait mal aussi… Suite à un accident dont elle est la cause, Dina voit sa mère mourir. Personne et encore moins son père, ne prendra soin de cette petite fille, perdue, traumatisée et qui de plus en plus se sentira responsable de la mort de cette mère qui va petit à petit s’effacer de sa mémoire pour ne laisser que les images de l’accident. Les adultes vont se détourner de cette petite fille qui trouvera refuge dans l’écurie ou dans les arbres. Enfant sauvage et indomptable, elle est au dessus des « lois » des hommes et ne laisse voir que son agressivité.

    Dina devient dérangeante au regard des familiers lorsqu’elle devient une jeune femme et qui n’en fait qu’à sa tête, il est alors important qu’elle rentre dans le rang…
    Toujours avec une très belle écriture, l’auteure m’a emmené dans un monde rempli de simplicité, de sensualité, d’odeurs ; j’ai dévoré l’histoire de Dina qui se poursuit sur deux autres tomes. Mais déjà, pour moi, une chose est claire elle n’est pas manipulatrice…

    A découvrir absolument


    caro
    ML
    ML

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  caro le Sam 15 Déc 2012 - 17:37

    Merci Pinky Very Happy

    Nina
    ML
    ML

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Nina le Sam 15 Déc 2012 - 23:21

    Merci Pinky !

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Dim 16 Déc 2012 - 12:35

    merci Caro et Nina de votre visite

    thereadeuse
    LC
    LC

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  thereadeuse le Jeu 20 Déc 2012 - 0:22

    Merci Pinky pour ces avis, ça me donne beaucoup envie de découvrir l'auteur. Je tenterais surement cent ans d'abord!

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Jeu 20 Déc 2012 - 9:06

    c'est une très belle histoire Thereadeuse, bonne découverte et bonne lecture

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Lun 14 Jan 2013 - 20:34

    Le livre de Dina (t.2) LES VIVANTS AUSSI



    Roman, édité chez 10/18 en août 2002

    190 pages

    Résumé


    Veuve silencieuse du domaine de Reinsnes, au nord de la Norvège, Dina, le ventre arrondi, règne au mépris des convenances, asservissant le monde à sa justice implacable ou sa passion féroce. Pourtant, sous l'éternel poids de ses morts et de ses démons, Dina l'insatiable change peu à peu. L'arrivée d'un visiteur la ramènera à la vie...

    « Herbjorg Wassmo dirige son tumultueux personnage d'une plume rapide, sensuelle, vertigineuse. Elle dompte les mots, les images, les sens, tout comme sa Dina asservit son étalon ou ses amants, assouvit sa rage de vivre. Sans palabres. » Martine Laval, Télérama

    Mon ressenti


    La personnalité de Dina s’affirme de plus en plus dans le côté sombre de la force… Femme sauvage à femme fatale (dans tous les sens des termes), un mélange d’ange et de démon. Elle met mal à l’aise et pourtant elle est attirante et bouleversante. Cette dualité est infernale pour le lecteur, pour moi tout simplement. Le monde de la folie n’est pas loin. Tant que l’équilibre psychique est maintenu, elle fait des miracles dans son domaine. Elle le fait fructifier d’une main de fer, d’une volonté tenace, elle ne laisse rien passer à quiconque. Mais de l’autre côté, elle a main mise aussi sur la vie ou la mort de chacun, de façon pernicieuse, elle pousse au pire.
    Il n’y a que deux couleurs qu’elle connait le blanc et le noir, elle ne fait preuve d’aucune nuance et tout est pris au pied de la lettre.
    Cette fragilité et cette rigidité, ce côté jouant avec la limite fait que l’histoire ne tombe jamais dans le misérabilisme ou la déprime, car l’auteure amène toujours l’espoir. Son écriture fait vibrer le lecteur avant de replonger.
    J’ai lu ce livre avec avidité et bonheur en me disant, « Dina relève la tête et va sortir des ténèbres et enfin trouver la sérénité… mais… » Suite au tome 3 !

    A découvrir

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Lun 14 Jan 2013 - 20:40

    Le livre de Dina (t.3) MON BIEN AIME EST A MOI



    Roman, édité chez 10/18 en août 2002

    255 pages

    Résumé

    Les hivers nordiques se succèdent avec rudesse sur le domaine de Reisnes. Quand les habitants semblent gagnés par le calme, le souffle vengeur de Dina s'élève des profondeurs nocturnes et sévit. S'attachant aux morts pour vaincre leur absence, guettant éperdument le retour de ceux qui la quittent, Dina, fièvre sanglante, ne connaît pas le repos...

    «Le Livre de Dina, en trois tomes portés par un souffle constant, est une longue incantation tragique par l'un des auteurs fondamentaux de la nouvelle littérature norvégienne. » Yves Violer, La Vie

    Mon ressenti

    Dernier tome de la saga de Dina, elle est amoureuse et je me suis dis « enfin, de la lumière, du bonheur pour cette femme »… mais cela aurait été trop simple. Ses anciens démons la hantent toujours, tous ces morts sont toujours avec elle, en elle… comment ne pas finir par perdre toute notion de la réalité, des convenances les plus basiques qui est le respect de l’autre. Dina est toujours la même, tout est noir ou tout est blanc. Vous êtes de son côté ou contre elle…

    Le beau Léo en fait les frais, car comme tout un chacun, Dina est une belle femme et si sa dualité dans sa personnalité me bouleverse ou nous fascine, il en est de même pour les hommes qui tombent amoureux de cette femme irréelle, affranchie, sauvage… mais à quel prix. Savent-ils le prix à payer ?
    Dina se perd de plus en plus et pense que ce qu’elle veut est la réalité, sa réalité. Elle puise conseils et avis auprès des défunts qui lui apparaissent toujours et semblent parfois vouloir l’arrêter…

    La fin de la trilogie laisse un goût amer et pour moi se termine sur un POURQUOI ! Si je pouvais rejoindre Dina à certains moments, j’ai perdu les ponts qui me reliaient à elle dans le monde de ma compréhension… De même, il est question souvent de la femme, moins de la mère dans cette trilogie. Force est de constater qu’elle reproduit le schéma qu’elle a connu auprès de son père, chose qu’elle lui reproche constamment sans jamais la dépasser. Elle se fait la justicière de l’injustice sans jamais voir toutes celles qu’elle fait subir.

    Mais n’est-ce pas cela la compréhension à y voir dans cette trilogie : l’évolution d’un être humain se construit autour de sa compréhension à comprendre le monde, à remettre en cause les apprentissages mais en inventant des nuances. Car ce sont dans les nuances de gris que ce trouve des vérités et non la vérité d’un individu.

    A découvrir absolument

    Valou
    LA
    LA

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Valou le Lun 14 Jan 2013 - 21:11

    Ces histoires m'intriguent... je les note!

    Merci les filles!

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Mar 15 Jan 2013 - 9:35

    bonnes découvertes et bonnes lectures Valou

    armorick
    ML
    ML

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  armorick le Sam 19 Jan 2013 - 0:24

    Cent ans, entièrement d'accord avec ton ressenti Pinky, au cours de ma lecture j'ai tenu un semblant d'arbre généalogique afin ne pas perdre personne de vue merci pour cette merveilleuse découverte

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Sam 19 Jan 2013 - 9:16

    armorick a écrit:Cent ans, entièrement d'accord avec ton ressenti Pinky, au cours de ma lecture j'ai tenu un semblant d'arbre généalogique afin ne pas perdre personne de vue merci pour cette merveilleuse découverte

    dis moi, dans ta lecture, as tu ressenti la honte que toutes ces femmes ont comme le dit le résumé du livre ?

    armorick
    ML
    ML

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  armorick le Sam 19 Jan 2013 - 13:24

    Pas du tout... l'évolution de notre société y est certainement pour quelle chose...à part les grossesses à répétition dans des milieux peu favorisés, et pas très chanceux... la personnalité des unes et des autres, la maladie, un certain amour platonique, tout cela était pour ce milieu et ce pays peut-être honteux à l'époque, mais les mentalités ont tellement changé. En tous les cas j'ai beaucoup apprécié l'histoire de ces femmes, bonne découverte..

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Dim 20 Jan 2013 - 11:56

    merci Armorick pour ta réponse, j'ai le même ressenti

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Lun 18 Mar 2013 - 20:24

    FILS DE LA PROVIDENCE (t.1)



    Roman, édité chez 10/18 en juin 2002

    256 pages

    Résumé

    Nous n'en avons pas fini - et qui s'en plaindra ? - avec la sulfureuse, sensuelle, ensorcelante Dina. Avec ce diptyque consacré à son fils Benjamin, qui fait à l'occasion office de narrateur, nous voici à nouveau plongés dans cet univers haut en couleur et riche d'événements en tout genre, que la grande romancière norvégienne a su, en digne héritière d'une Selma Lagerlöf ou d'une Sigrid Undset, nous rendre désormais familier. Traduit du norvégien par Luce Hinsch" Domaine étranger" dirigé par Jean-Claude Zylberstein

    Mon ressenti

    Benjamin le fils de Dina raconte et poursuit l’histoire du domaine. C’est au travers de ses yeux que je l’ai suivi dans ses tentatives pour apprivoiser sa mère, la comprendre et l’aimer plus que tout, comme savent faire si bien les enfants malgré la souffrance.

    Au travers des brides de souvenirs, puis du départ de sa mère, du lourd secret qu’il porte et qui le hante, ce petit garçon essaye de grandir auprès des adultes qui l’entourent. Comment devenir un homme lorsque les non-dits sont nombreux, comment se libérer de ses chaînes pour ne pas reproduire ? Comment se libérer de ses voix et de ses cauchemars alors que personne n’apporte réponses ou soutien ? Pour fuir ou se libérer et apprendre qui il est, au fur et à mesure de son grandissement et de ses apprentissages, il expérimente les interactions relationnelles et se confronte aux échecs. Pourtant un homme l’empêchera de sombrer complétement, il sera le père qu’il a choisi….

    L’auteur explore la transmission de la souffrance et du mal être d’une génération à une autre. Toujours de façon très simple, elle distille une ambiance confinée, parfois froide et angoissante et sensuelle, des personnages chaleureux ou énigmatiques n’enlèvent pas l’empathie que j’ai ressenti pour cet enfant qui pousse comme il peut dans un monde qu’il ne comprend pas toujours. Il n’en a pas les codes. Herbjorg W utilise avec brio toute la palette humaine des sentiments, des combats internes que nous menons en notre for intérieur, ce maintien de l’équilibre entre bien et mal mis à mal tous les jours… Elle nous montre combien les choses ne sont pas aussi tranchées et figées, que chacun a des ressources et des capacités pour rebondir.




    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Lun 18 Mar 2013 - 20:30

    FILS DE LA PROVIDENCE (t.2)



    Roman, édité chez 10/18 en juillet 2002

    317 pages

    Résumé

    À Copenhague, loin de Reinsnes, Benjamin se débat avec le souvenir de sa mère. Alors qu’il devient homme, la guerre des Duchés l’envoie au front et lui fait découvrir, parmi le sang des morts, l’amour de Karna… La saga familiale de Dina continue de lever sur le Nord un soleil grave et fulgurant.

    Mon ressenti

    Benjamin continue de nous raconter son histoire. Après la guerre où étourdi par le sang, les cris et les gémissements, il choisit de devenir médecin. C’est sur les champs de batailles, qu'il croise le chemin de Karna, une jeune femme courageuse et déterminée.

    Tout deux vivront une relation mais sans jamais s’appartenir et s’engager. Benjami fait ses études de médecine. Contrairement à son ami qui partage ses longues réflexions, il est l’homme de tout les excès : beuvries, femmes… Il voue une véritable obsession pour ces dernières. Il s'accapare visuellement ou physiquement de celles qui lui plaisent et ce sans retenue aucune, incapable d'agir autrement. Au travers de cette quête insensée et éperdue, c’est sa mère qu’il essaye de retrouver et de comprendre. Mère qu’il n’a pas vu depuis qu’il avait 10 ans.

    Il a du mal à se stabiliser, à s’engager. Malgré sa quête effrénée de réponses, la vie en a décidé autrement. Il devient père lorsqu’il retrouve sa mère qui est venu pour le voir. Ensemble, ils vont faire un bout de chemin pour essayer de combler un fossé dans leur relation et cicatriser des plaies.
    J’ai suivi avec plaisir les pensées, les émotions, les sensations, la confusion, les désillusions, le désespoir et la souffrance de Benjamin. Je me suis sentie proche de lui. De façon passionnelle, Herbjorg décrit et dépeint les émotions sans pareil, de la sensualité aux détails les plus sordides. Il est intéressant de voir comment les comportements de femme (Dina) et d’ homme (Benjamin) ne sont pas reçus et connotés de la même manière, alors que tous les deux ont la même colère et le même souci face à l’engagement. Si pour Dina, sauvage, rebelle, sensualité viennent résoner sur la beauté, la liberté et la sensualité, pour Benjamin les résonances sont celles de la consommation, du non respect et de l’instabilité… Les codes sociétales ne sont pas les mêmes pour une femme ou pour un homme.

    Toujours grâce aux quelques jours qu’il a passé avec sa mère, il s’engage sur la route de la paternité et donne un nom à sa fille. Avec elle, il rentre au domaine : Comment va grandir Karna ? Qu’est-ce que sa grand-mère et son père lui ont transmis comme héritage relationnel ? Je poursuis mon voyage au travers de cette fresque historique de la fin de 19ème siécle où l’auteure témoigne avec maiestria de la pénombre des âmes…

    A découvrir


    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Lun 20 Mai 2013 - 12:35

    L’héritage de Karna (t.1) MON PÊCHÉ N'APPARTIENT QU'A MOI



    Roman, édité chez 10/18 en novembre 2003

    215 pages

    Résumé

    Benjamin Gronelv rentre au pays, sa Norvège. Mais à Reinsnes, la joie est brève. L’industrie prospère de cette fin de XIXe siècle menace la pêcherie familiale, d’anciennes amours sèment la confusion, et l’ombre de Dina, sa mère, plane toujours sur les siens. Un monde de tourments, voilà ce que le jeune médecin offre à l’enfant chétive qui l’accompagne : sa fille Karna."

    Mon ressenti


    Un livre qui m’a transportée au cœur de cette Norvège préindustrielle, avec ses paysages et la vie difficile de ces gens, le tout dans cette grande demeure qui est Reinsnes. Karna est bébé, puis une toute petite fille dans ce tome, mais déjà, elle a une préscience des gens, de leurs émotions, de leurs non-dits… Un mal étrange la domine : « possédée par le diable » ? «Crises d’épilepsie », Karna souffre de ce mal étrange qui n’est qu’au début de sa prise en charge médicale…

    Son père oscille toujours entre ses propres démons, ses questions vitales d’engagement et son métier. Il retrouve avec plaisir sa maison et ses anciens compagnons… c’est maintenant lui qui doit prendre des décisions concernant le domaine.

    C’est un coup de cœur pour ce premier tome de la trilogie de cette saga. Je suis touchée par cette petite fille qui malgré l’adversité, vit, se bat, grandit et amène à tous l’espoir d’un changement. Elle apaise par sa compréhension des personnes, elle met à jour les vraies questions et permet à chacun d’avancer plus sereinement.

    Comme toujours, l’auteur sait faire vibrer les mots et ses personnages, qui viennent résonner avec vos propres questionnements ou choix de vie… parfois violent, intense, sensuel, passionné… j’ai été emportée par ces gens d’un autre temps mais tellement sincères…

    A découvrir absolument


    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Lun 20 Mai 2013 - 12:45

    L’héritage de Karna (t.2) LE PIRE DES SILENCES



    Roman, édité chez 10/18 en novembre 2003

    181 pages

    Résumé

    Karna est souvent seule à jouer sous les solides charpentes du grenier, mais voilà que la complice sublimée de ses passe-temps annonce son arrivée. Sa grand-mère Dina rentre de Berlin. L’aventurière, qui 18 ans auparavant abandonna mari et enfant, débarque sur les quais de Strandstedet. Son soudain retour n’enthousiasme pas tous les habitants de Reisnes, d’autant que Dina, autoritaire et opiniâtre, a des idées précises sur l’avenir du comptoir. La marâtre séduite par les promesses de la révolution industrielle veut bousculer le fragile équilibre des pêcheries du Grand Nord. Mais c’est dans le cœur des habitants de Reinsnes que se préparent les plus grands bouleversements. Avec Dina se réveillent les douleurs d’antan, qu’Anders et Benjamin espéraient enfouies à tout jamais.

    Mon ressenti

    Dina est de retour : avec l’âge elle s’est apaisée, elle est plus sereine ; cependant elle sait qu’il est temps pour elle de s’éxonérer du passé et de faire la paix avec de nombreux fantomes ou secrets. C’est une femme transformée, qui sait toujours ce qu’elle veut et est déterminée à remettre le domaine sur pied, à booster « ses » hommes qui sont son fils, son mari.

    Karna découvre une grand-mère, elle qui l’a tellement rêvée ! Entre toutes les deux, une relation forte s’installe d’entrée : Dina répond sans détour aux questions de sa petite fille, elle l’aide aussi à mettre des mots sur ce qu’elle ressent, à vivre avec son mal.

    Avec Dina, Anders et Benjamin revivent à nouveau et se dévoilent sous un autre jour. Chacun ose se confronter aux questions du passé et à nommer ses propres souffrances, la colère n’est jamais loin. Dina a dompté la sienne. Elle est toujours remplie de vie et d’envie. La musique est toujours aussi forte dans la vie de Reisne.

    C’est encore un coup de cœur, j’aime ces personnages haut en couleur qui se dévoilent petit à petit. C’est la vie ! L’auteur y aborde des thèmes forts : la violence conjugale, l’alcoolisme, la maltraitance, l’engagement, les frontières et les limites posées dans l’éducation d’une famille, la maladie, la misère… Comme toujours, son écriture touche et fait mouche sans aucune difficulté. J’ai été transportée dans ce domaine à la rencontre de toutes ces personnes…

    A découvrir


    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Lun 20 Mai 2013 - 12:52

    L'héritage de Karna (t.3) LES FEMMES SI BELLES



    Roman, édité chez 10/18 en novembre 2003

    282 pages

    Résumé

    Comme Reinses semble loin déjà… Contrainte de suivre son père à la ville, Karna assiste impuissante au désenchantement du monde. Tandis que les liens familiaux s’étiolent sur l’acier froid du chantier naval de Strandstedet, ses crises se multiplient. Grandir lui fait peur. Au seuil de l’adolescence, Karna s’accroche aux derniers soubresauts d’une époque déjà révolue…

    Mon ressenti

    La famille Gronelv est partie s’installer à la ville, Reisne a fermé ses portes pour un moment. Chacun prospère en ville. Karna est attristée par ce changement crucial, cependant avec son entrée dans l’adolescence, elle fait l’apprentissage de façon très intense de la palette des émotions et de leurs complexités. Tout n’est pas noir ou tout blanc. Elle redécouvre alors son entourage sous un autre jour : les relations avec sa grand-mère s’affinent, l’apaisent et la sécurisent ; les relations avec son père se modifient, une nouvelle distance s’instaure due à son âge. Et puis, il y a toutes ses projections sur l’avenir et sa maladie… Cependant, contre toute attente, elle va s’ouvrir à l’amour.

    C’est le dernier livre de la trilogie mais aussi de la série : l’heure est au bilan. Il faut régler ses dettes qu’elles soient financières ou psychiques. Les bénéfices sont grands … mais pas simples à acquérir. Il faut beaucoup de courage pour payer ses dettes, dévoiler les secrets, regarder en face ses propres erreurs, essayer d’y mettre des mots, pardonner et s’excuser. Le passé ne peut être effacé mais ce n’est pas aux autres de continuer à le porter. Chacun a droit à sa page blanche.

    L’héritage de Karna est lourd mais Dina lui a fait un cadeau fantastique pour qu’elle puisse se dédouaner de cet héritage qui n’est plus le sien. C’est un tome intense et tragique.
    La trilogie est boulversante par la sinsérité et la véracité des personnages, l’attachement que j’ai pour ces derniers que j’ai vu grandir et s’épanouir, le processus qui s’installe dans une famille lorsque inconsciemment un enfant se retrouve avec une dette qui n’est pas forcément la sienne.

    Si dans la série de Dina puis de Benjamin, la folie est très présente, dans celle de Karna, elle est remplacée par la maladie (l’épilepsie), les relations semblent alors plus claires. La maladie permet à chacun de se positionner autrement les uns par rapport aux autres et surtout de prendre conscience qu’il est important de prendre soin de soi et de ceux que l’on aime….

    Cette trilogie est un coup de cœur.
    A découvrir absolument


    Nina
    ML
    ML

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Nina le Lun 20 Mai 2013 - 13:40

    Merci Pinky pour ces présentations.

    IL faut vraiment que je me plonge dans l'oeuvre de cette auteur.

    Pinky
    M
    M

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Pinky le Lun 20 Mai 2013 - 19:16

    merci de ta visite Mina, et bonne lecture de cette trilogie

    Contenu sponsorisé

    Re: WASSMO, Herbjorg

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:26


      La date/heure actuelle est Lun 5 Déc 2016 - 11:26