Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    CHILD, Lee

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    CHILD, Lee

    Message  Nina le Jeu 18 Juil 2013 - 23:42



    61 heures.
    Edition Calmant-Levy - 464 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Dakota du Sud. Plein hiver, température polaire et blizzard infernal. Perdu dans ce désert d’une blancheur aveuglante, un bus rempli de touristes du troisième âge tente de rallier au plus vite la bourgade de Bolton. Mais après avoir évité une collision, le chauffeur, pourtant expérimenté, ne peut redresser son véhicule qui dérape et se retrouve encastré dans une congère. L’ex-policier de la Navy, Jack Reacher, qui se trouvait lui aussi dans le bus, propose son aide aux autorités locales et tout le monde est sauvé. Sauf que Bolton abrite l’une des plus grandes prisons des États-Unis et que la révolte y gronde. Un chef d’un gang de motards arrêté pour trafic de drogue attend son procès avec ses bikers menaçant d’enlever le seul témoin du deal, la bibliothécaire Janet Salter. Encore une fois, Jack Reacher propose son aide.

    Mon avis :

    L’action se passe dans le Dakota du Sud, et quand je dis l’action… Il semble que cet état ne soit pas propice à la moindre action. Les villes sont peu nombreuses, et très éloignées les unes des autres. On peut être né dans cet état et déprimer, comme Kim Petersen, parce qu’elle aura beau s’assoir devant sa fenêtre, elle ne verra strictement rien de toute la journée. Le chômage ? Un problème, comme partout. Aussi, quand une prison a été construite dans la petite ville de Bolton, le maire y a vu une mane providentiel : du travail, du travail, et encore du travail, surtout pour les motels de la ville qui accueillent les familles des détenus les jours de visite. Bolton est loin de tout, et les familles dorment souvent une nuit ou deux sur place.
    Pour l’instant, nous sommes en plein hiver, un hiver du Dakota du Sud, -30°. La neige à perte de vue. Le shérif et ses hommes, sur le qui vive, car ils protègent une charmante bibliothécaire à la retraite, unique témoin d’un procès qui doit s’ouvrir bientôt – et la menace est précise, bien qu’invisible, encore.  Pourtant, le but de cet ennemi est simple : supprimer Janet Salter, le témoin.  Et Jack Reacher apparaît comme l’élément qui perturbera cette belle ordonnance. Surtout, son passé de militaire l’amène à voir certains faits sous un autre jour, à mettre le doigt sur des plans secrets pas joli-joli, inimaginables de nos jours, mais possibles du temps de la guerre froide.
    Si j’ai trouvé cette lecture divertissante, j’ai eu cependant deux soucis :
    - j’ai trouvé qui était le (futur) tueur, le dénouement m’a confirmé que l’indice que j’avais relevé était probant.
    - les obstacles rencontrés par Reacher à la fin du roman m’ont semblé un peu lourd.
    Néanmoins, cela ne m’empêchera pas de lire d’autres livres de cette saga.

    Pinky
    M
    M

    Re: CHILD, Lee

    Message  Pinky le Ven 19 Juil 2013 - 9:13

    merci NIna

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Ven 19 Juil 2013 - 9:39

    Merci Pinky pour ta visite.

    caro
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  caro le Ven 19 Juil 2013 - 12:12

    Je crois que je vais passer mon tour, merci Nina pour cet avis Very Happy

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Ven 19 Juil 2013 - 23:00

    Merci Caro pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Sam 15 Aoû 2015 - 11:35


    Sans douceur excessive.
    Edition Points - 528 pages.


    Présentation de l'éditeur :
    Assis à la terrasse d’un café de New York, l’ancien flic de la police militaire américaine Jack Reacher regarde un type traverser la rue, monter dans une Mercedes et disparaître. Rien que de très banal. Sauf que le coffre de la voiture contient un million de dollars de rançon. Edward Lane, l’homme qui l’a versée, est prêt à payer la même somme à celui qui l’aidera à retrouver sa femme et sa belle-fille kidnappées et, à cet effet, il contacte Reacher. Qui accepte la mission : il est toujours prêt à donner un coup de main en cas de besoin et il n’y a pas meilleur que lui dans ce genre de travail.
    Mon avis :
    Jack Reacher parcourt les Etats-Unis, avec le plus léger bagage possible, mais toujours de quoi se défendre, et un grand sens de l'observation. Dans cet opus, il se trouve dans l'une des villes les plus connues des Etats-Unis : New York. Journée ordinaire - elles le sont toutes jusqu'à ce qu'un événement particulier survienne. Là, c'est presque rien, juste un homme qui charge quelque chose dans le coffre. Le lendemain, rien, ou presque : un autre homme qui vient se renseigner, à qui le serveur indique que Jack Reacher était déjà là, la veille. C'est ce qui s'appelle se trouver au bon endroit, au bon moment. Selon le point de vue, on peut aussi changer "bon" par "mauvais".
    Pourquoi Jack Reacher aide-t-il Lane à retrouver sa femme ? Pas pour l'argent, c'est certain. Par altruisme, surtout. Jack Reacher, c'est un peu le redresseur de tort et l'empêcheur de tourner en rond. Celui qui devrait ne pas passer inaperçu mais se font dans la foule, facilement. Et c'est plutôt une bonne nouvelle qu'il soit là, parce que tout ne se passe pas comme prévu dans cet enlèvement.
    D'ailleurs, qu'est-ce qui est prévisible, dans un enlèvement ? Une demande de rançon ? C'est fait. La remise de la rançon ? Aussi. Et après ? La libération de l'otage ? Mais pour quelles raisons serait-il libéré, puisque l'argent a été versé ? Je cite le texte : Qu'est-ce qui peut bien contraindre les ravisseurs à tenir leur promesse? L'honneur? La morale professionnelle? Pourquoi prendre le risque d'un échange complexe alors qu'une tombe vite creusée et une balle dans la tête de la victime sont bien plus sûres et plus simples? L'humanité? La décence?
    Ce n'est pas ce point qui met d'entrée de jeu Jack Reacher sur le qui-vive, non. C'est le fait que Lane ne lui parle que de sa femme, alors que sa belle-fille, âgée de huit ans, a été enlevée aussi - et Jack Reacher de se demander pourquoi il n'a pas mis cet enlèvement sur le même pied d'égalité que celui de sa femme (voir même ne l'a pas jugé plus préoccupant). Et Jack n'en a pas fini de faire des découvertes dérangeantes. Quand on cherche, on finit toujours par trouver.
    Comme souvent dans ses romans efficaces et bien construits, certaines péripéties sont un peu invraisemblables. D'autres, au contraire, ne sont que trop crédibles. Lee Child ne montre pas vraiment l'envers du décor, plutôt des situations que l'on préfère ignorer : tant qu'il y a de l'argent, peu importe comment on se l'est procuré, tant que ce n'est pas trop illégal et que cela n'a pas laissé de traces compromettantes sur le sol américain. Quant à Lane et ses hommes, ils ont beau être d'anciens soldats, ils n'appliquent pas vraiment la devise du JPAC (l'unité chargé de ramener les corps des soldats américains tombés au combat) : Jusqu'à ce qu'ils soient rentrés au pays. Leur devise est plutôt :   tous pour Lane, et chacun pour soi, peu importe les ordres qu'il donne. Le mot "conscience" ne fait pas partie de leur vocabulaire. Pour Jack Reacher, ce sont plutôt les remords qui sont absents, sans doute parce qu'il n'attaque pas, il défend. Une nuance que ses adversaires n'ont pas du tout comprise.
    Sans douceur excessive est un thriller efficace qui comporte son lot de scènes difficiles.

    Pinky
    M
    M

    Re: CHILD, Lee

    Message  Pinky le Dim 16 Aoû 2015 - 11:53

    merci Nina pour cette présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Dim 16 Aoû 2015 - 11:55

    Merci Pinky pour ta visite.

    peyrelong
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  peyrelong le Lun 17 Aoû 2015 - 9:38

    Merci Nina. Est-ce le même Child qui écrit avec Preston les aventures de l'inspecteur Pendergast ?

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Lun 17 Aoû 2015 - 10:05

    Merci Peyrelong pour ta visite.
    Non, ce n'est pas le même : c'est Lincoln Child qui écrit avec Preston. Il est américain, Lee Child est anglais.

    peyrelong
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  peyrelong le Lun 17 Aoû 2015 - 15:10

    OK. Merci Nina

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Sam 12 Sep 2015 - 20:56



    La cause était belle.
    396 pages.

    Présentation de l’éditeur :
    Jack Reacher traverse le Nebraska pour rejoindre la Virginie et sa supérieure – à la voix terriblement sexy – de la 110e Unité Spéciale quand il rencontre, dans un pub, quelques individus tous plus effrayés les uns que les autres. Intrigué, il comprend vite que, depuis des décennies, les trois frères Duncan et leur fils font régner la terreur dans ce coin perdu du grand Ouest américain, où les routes traversent de gigantesques «nulle part». Sans compter que la disparition d’une fillette, vingt-cinq ans plus tôt, n’a jamais été élucidée. Incapable de fermer les yeux sur ce qu’il a entrevu et qui lui déplaît au plus haut point, Reacher s’en mêle et se retrouve vite aux prises avec des gens pour qui manipuler, tuer et truander est une seconde nature.
    Mais Reacher, c’est Reacher.
    Et la cause était belle…

    Mon avis :
    Nom : Reacher.
    Prénom : Jack.
    Signe particulier : poor lonesome cow-boy, ou quelque chose d’approchant.
    Nous sommes en plein western, il ne faut pas se leurrer. Jack Reacher est seul contre tous, ou peu s’en faut. Nous sommes au fin fond du Nebraska, un état dont personne ne parle jamais – ou presque. Nous sommes dans une petite communauté rurale, à la merci des seigneurs locaux, une famille qui règne en maître, en dépit des lois les plus élémentaires des Etats-Unis. Un monde tellement clos que personne ne tente plus depuis belle lurette de se rebeller. La seule solution ? La fuite. Loin, très loin. Ai-je oublié de préciser que nous étions dans une petite communauté agricole ? Ne cherchez pas d’industrie – elle n’a jamais existé ici – ne cherchez pas de tourisme – l’unique motel survit comme il peut. Cherchez des champs de maïs à perte de vue, un médecin qui noie ses tourments dans l’alcool, des personnes qui se terrent chez elle. Circulez, il n’y a plus rien à voir – ou presque.
    Le lecteur peut légitimement se demander ce que Jack Reacher fait là – même s’il se rend vers la Virginie, le chemin est un peu long. En tout cas, il ne chôme pas, ne se ménage pas – les douleurs physiques finissent par passer, les douleurs morales éprouvées depuis des années par certaines victimes des Duncan, toujours pas. Au passage, Jack Reacher donne quelques leçons de combats que certains scénaristes et autres auteurs de romans feraient bien de méditer. La physique a ses lois. Le corps humain ses faiblesses.
    Roman d’action, oui, mais aussi roman qui nous questionne sur les lâchetés, plus ou moins grandes dont on est capable juste pour mener une petite vie bien tranquille, en se plaignant un peu, d’accord, en fermant les yeux, aussi, de temps en temps, puis de plus en plus souvent, en transgressant les règles, les lois, juste un peu. Et l’on s’aperçoit que l’on survit à peine. Il ne suffit pas de fermer les yeux,il faut aussi constater ce qui manque, ce que l’on n’a pas fait.
    Les fantômes n’existent pas, martèle Jack Reacher. Il aurait peut-être mieux valu qu’ils existent, plutôt que de découvrir ce que le lecteur découvre avec lui.

    peyrelong
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  peyrelong le Sam 12 Sep 2015 - 21:40

    Merci Nina pour cette belle présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Sam 12 Sep 2015 - 22:41

    Merci Peyrelong !

    Pinky
    M
    M

    Re: CHILD, Lee

    Message  Pinky le Dim 13 Sep 2015 - 9:49

    merci Nina pour cette présentation

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Dim 13 Sep 2015 - 9:54

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Sam 28 Nov 2015 - 11:54



    Folie Furieuse - Jack Reacher, tome 9.
    édition Fleuve noir – 382 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Un lieu public d’une petite ville de l’Indiana.
    Un homme armé est retranché dans un parking. Puis soudain, c’est la panique. Des coups de feu retentissent, tuant cinq personnes. Mais dans sa précipitation, le sniper laisse des traces qui permettent à la police de l’appréhender rapidement. L’interrogatoire du tireur fou, du nom de James Barr, ne donne rien, et les propos qu’il tient à son avocat restent énigmatiques : » Faites venir Jack Reacher « . Aux yeux de tous, il constitue le coupable idéal.
    Seule sa sœur, Rosemary, est persuadée de son innocence.

    Mon avis :

    Je suis allé en Indiana mais c’était fermé.
    Belle entrée en la matière de la part de Jack Reacher. Pour une fois, tout allait bien pour lui. Absolument tout. Il continuait son périple à travers les Etats-Unis, sans anicroche particulière. Seulement, il y eut cette fusillade dans l’Indiana, provoquée par un homme que Jack ne connaissait que trop bien, qu’il n’avait pas oublié – comme si Jack Reacher oubliait quiconque avait croisé sa route professionnelle. Il se rend en Indiana, et enfonce davantage James Barr, le tireur fou.
    Présomption d’innocence ? A croire que cette notion n’existe pas dans la loi américaine. Bien que l’avocate de Barr espérait mieux, bien que la soeur de Barr soit convaincue de l’innocence de son frère (pourquoi a-t-elle déménagé quelques mois plus tôt si son frère était si charmant qu’elle le dit ? ), Jack Reacher s’apprête à reprendre sa route.
    S’apprêtait, plutôt, parce qu’un grain de sable, puis deux se glissent dans la belle machinerie. Reacher ne peut pas s’empêcher… de réfléchir, ce sont des choses qui arrivent, de poser des hypothèses et de constater que tout colle trop bien. Surtout quand lui-même se trouve poussé vers la sortie plus vite qu’il ne l’aurait prévu (même fermé, l’Indiana contient tout de même quelques bars) par de gentils habitants du cru. Reacher sachant additionné deux plus plus, il comprend bien que, si tout allait si bien, on ne l’ennuierait pas, lui, parfait témoin de l’accusation. Du coup, il se plonge bien plus avant dans les faits, creusant toutes les anomalies qu’il a cru relever.
    L’Indiana, c’est l’Amérique profonde, un état méconnu où les fusillades sont monnaie courante et où tous les moyens pour s’enrichir sont bons. C’est aussi l’état qui a vu naître les Jackson Five. Comme souvent dans les romans de Lee Child, la famille joue un rôle très important – et beaucoup de militaires peuvent se targuer d’avoir une femme dans leur vie qui prend soin d’eux, veille sur eux en toutes circonstances. Non, je ne vous parle pas de leur femme, je vous parle de leurs soeurs, qui les soignent comme elle le faisait peut-être, enfant, quand môssieur s’était blessé après une bonne bagarre entre copains.
    Folie furieuse, qui fut adapté au cinéma avec Tom Cruise et Rosamund Pike dans le rôle de la jeune et jolie avocate en confllit avec son père, est à lire pour tous les fans de Lee Child et pour ceux qui veulent découvrir l’Indiana.

    peyrelong
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  peyrelong le Sam 28 Nov 2015 - 13:14

    Merci Nina pour cette belle présentation. Je note

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Sam 28 Nov 2015 - 13:34

    Merci Peyrelong pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Sam 28 Nov 2015 - 13:46


    Ne pardonne jamais.
    Edition Fleuve noir - 354 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    « Ne pardonne jamais, n’oublie jamais ». Avec une telle maxime pour guide, Jack Reacher, ancien militaire devenu franc-tireur, avait de fortes chances de se retrouver confronté aux fantômes de son passé…
    Les autorités avaient conclu au décès de Quinn, un traître qui, après avoir tenté de vendre les plans d’une arme secrète aux Irakiens, avait reçu deux balles en pleine tête. Dossier clos… jusqu’à ce que Jack Reacher le reconnaisse au détour d’une rue, ombre furtive se tenant au milieu de la foule. Pour Jack, ancien officier de la police militaire, il est l’heure de dépoussiérer les vieux dossier set de comprendre ce qui s’est vraiment passé dix ans auparavant.

    Mon avis :

    Ce n’est pas le premier roman mettant en scène Jack Reacher que je lis, c’est en revanche le premier où il raconte lui-même son histoire. Nous sommes ici dans un des premiers volumes de la série, et il est intéressant de découvrir un Jack Reacher moins invulnérable que dans les volumes suivants, moins solitaire aussi.
    Il n’est pas seul dans cette opération, plusieurs agents sont avec lui – en mission officieuse. Même ainsi, le FBI et la police ont de larges moyens à disposition. Le tout est de ne pas se faire prendre – par personne.
    Ce qui m’a frappé dans ce volume est la résignation. Madame Beck, son fils, vivent des choses insupportables, et restent fidèles à leur mari et père, quoi qu’il arrive. Nous ne sommes pas dans l’Amérique profonde, bien au contraire, nous sommes dans le Maine, sur la côte est, dans une superbe villa extrêmement bien protégée, suprêmement isolée, dans laquelle il est quasiment possible de vivre en autarcie, tout en ignorant même ce qui se passe un étage plus haut, un étage plus bas, ou même sur la plage attenante.
    Heureusement, nous avons les technologies de communication modernes, et une très bonne préparation de la part de Jack Reacher. Enfin, presque bonne : même au bord de la mer dans le Maine, un grain de sable peut toujours se glisser ici ou là, si ce n’est partout. La guerre peut se tenir à l’intérieur même d’un des plus calmes états américains.
    Et Quinn, l’adversaire en titre de Jack Reacher ? Le lecteur saura petit à petit, au cours de retour en arrière, pourquoi Jack se montre si acharné contre lui.
    Ne pardonne jamais est un roman sanglant, violent. Qui a vécu par le colt périra par le colt.

    peyrelong
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  peyrelong le Sam 28 Nov 2015 - 15:34

    Merci Nina pour cette nouvelle présentation. Celui-ci me tente moins

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Sam 28 Nov 2015 - 15:58

    Merci Peyrelong pour ta visite.
    Si je devais n'en recommander qu'un seul, ce serait Sans douceur excessive.

    Pinky
    M
    M

    Re: CHILD, Lee

    Message  Pinky le Dim 29 Nov 2015 - 9:39

    merci Nina pour ces deux présentations intéressantes

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Dim 29 Nov 2015 - 10:14

    Merci Pinky pour ta visite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: CHILD, Lee

    Message  Nina le Sam 15 Oct 2016 - 11:20



    Jack Reacher, tome 17 : Never go back, retour interdit
    Edition Calmann-Levy - 416 pages.


    Présentation de l’éditeur :
    Des déserts glacés du Dakota du Sud à son ancien bureau de la 110e unité de police de WashingtonDC, la route est longue et semée d’embûches, mais après bien des péripéties et avoir expédié au tapis deux individus qui lui conseillaient de filer s’il ne voulait pas être traduit en cour martiale, Reacher, intrigué et séduit, pousse enfi n la porte du bureau de celle dont il ne connaît pourtant que la voix, le major Susan Turner. Et là, surprise: il tombe sur un commandant Morgan qui l’informe que «le major Susan Turner n’est plus là».
    Mon avis :
    Ce livre est la dix-septième aventure de Jack Reacher – et j’ai renoncé à compter combien j’en ai lu. Avantage : Jack voyage beaucoup et nous permet de découvrir toutes les facettes de l’Amérique, qu’elle soit profonde ou huppée. Aujourd’hui, après maints détours, le voici enfin revenu chez lui – c’est à dire au 110e régiment. Non, il ne veut pas réintégrer l’armée, même si le bureau qu’il a cabossé est toujours à sa place. Il veut rencontrer Susan, son successeur. Il tombe mal : elle vient d’être arrêtée. De plus, il est mis en accusation pour deux affaires différentes, dont il ne se souvient même plus des protagonistes. L’armée est magnanime, et lui fournit deux avocates pour lui permettre de plaider coupable. Le système judiciaire américain est fabuleux.
    L’armée américaine aussi. On peut la remercier pour avoir formé quelqu’un comme Jack Reacher ou Susan Turner, toujours prêts au combat ou à se dissimuler dans la population quoi qu’il arrive. On peut la remercier aussi de protéger ses hommes – ou pas – quel que soit le coût que cela entraîne. On peut la remercier aussi d’avoir du mal à déceler les brebis galeuses qu’elle abrite dans ses rangs, et de ne pas vraiment se soucier de ceux qui rentrent de mission définitivement traumatisés. Pour l’aide psychologique et la capacité à leur apprendre à maîtriser leur agressivité, vous repasserez. Ou comment relâcher des tueurs potentiels dans la nature.
    Soyons honnête : quand on lit une aventure de Jack Reacher, ce qui nous intéresse n’est pas de savoir s’il va s’en sortir mais comment il va s’en sortir. Tous les moyens sont bons pour le tenir en dehors de l’affaire principale. Tous les moyens lui seront bons pour parvenir jusqu’à elle. Et même si le dénouement est attendue, même si les rencontres qu’a faites Jack l’amène à défendre encore et toujours ceux qui n’ont pas les moyens de le faire, ceux qui sont laissez-pour compte, lire une de ses aventures est toujours très agréable.

    Contenu sponsorisé

    Re: CHILD, Lee

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:38


      La date/heure actuelle est Sam 3 Déc 2016 - 20:38