Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    LACAMP, Ysabelle

    Partagez

    rhiannon
    ML
    ML

    LACAMP, Ysabelle

    Message  rhiannon le Ven 28 Jan 2011 - 22:26

    La Fille Du Ciel



    Quatrième de couverture :

    Shu-Meï, dont la beauté renverserait royaumes et cités, n'accepte pas "ce qu'est devenu le glorieux Empire du Milieu, à présent éclaté, dépecé, poussière de royaumes décadents, où la luxure et la débauche côtoient la guerre et la peur." Elle n'accepte pas plus son statut d'épouse cloîtrée qui se contente d'obéir au mari qu'on lui a imposé "comme un tournesol suivant béatement la courbe du soleil". Shu-Meï est une Fille du Ciel. Elle courra tous les risques, toutes les aventures pour aider à abattre l'Empereur qui a pactisé avec les terribles envahisseurs du Nord : les Khitans. C'est la Chine du Xème siècle, médiévale, décadente et raffinée qu'elle traverse en un périple étrange où tour à tour les plus grands lettrés de son temps, les courtisanes les plus expertes au "jeu des nuages et de la pluie", les pirates de l'île des Hommes nains, les marchands perses, arabes, juifs ou nestoriens de la route de la Soie, les bagnards et les intrigants de toutes sortes subiront la loi de sa beauté. Plus encore que dans Le Baiser Du Dragon, l'auteur nous fait sombrer dans les charmes les plus pervers de l'Orient par la grâce d'une histoire foisonnante où grondent les passions et d'une écriture singulière où se mêlent délicatesse et impudeur.

    Pas aussi pétulant que le premier, j'ai quand même beaucoup aimé ce livre, surtout la deuxième partie (j'avais adoré le premier).


    rhiannon
    ML
    ML

    Re: LACAMP, Ysabelle

    Message  rhiannon le Ven 28 Jan 2011 - 22:31

    L'Eléphant Bleu



    Quatrième de couverture par Y. Lacamp elle-même :
    L'histoire d'une princesse Thaï "pas comme les autres" débarquant en Europe avec l'insolence et l'innocence de ses 17 ans. Comme moi, Sirikit est eurasienne. Comme moi, elle a habité Kensington Square et poursuivi ses études dans le Londres délirant des seventies où se croisaient dandys et esthètes décadents, rock-stars blasées, adolescentes perverses, opiomanes excentriques et travestis déments.
    Ni blanche-ni jaune, Sirikit n'était à l'époque ni femme-ni enfant, ni poisson-ni chat, ni ange-ni
    démon, et tout cela à la fois. Partagée entre ses deux cultures, elle passait son temps à courir après son image ou à se cacher derrière son double visage en attendant l'Amour Fou. Elle aurait pu s'appeler Fleur de Péché.
    Voici son roman.



    J'ai assez aimé ce livre, même si je ne l'ai pas trouvé "transcendent". En fait, même si ma propre jeunesse a été beaucoup plus sage que celle de Sirikit (parce que mes parents n'étaient "que" des ouvriers et donc je n'ai pas fréquenté les mêmes milieux), ce roman me rappelle toutes les c.. que j'ai faites quand je me cherchais tout en essayant d'échapper à l'emprise de ma mère ...

      La date/heure actuelle est Mar 6 Déc 2016 - 3:42