Au Fil des lignes

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !

Le deal à ne pas rater :
-60% sur Écouteurs sans Fil Dudios Tic Bluetooth – 12€
12 €
Voir le deal

    ALEXIE, Sherman

    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ALEXIE, Sherman Empty ALEXIE, Sherman

    Message  Nina Jeu 3 Oct 2013 - 13:55

    ALEXIE, Sherman Premie10

    Le premier qui pleure a perdu.
    Edition Albin Michel.


    Présentation de l’éditeur :


    Voici les péripéties poignantes et drôles de Junior, un jeune Indien Spokane, né dans une Réserve. Rien ne lui sera épargné – il a été le bébé qui a survécu par miracle, l’enfant dont on se moque et il est désormais l’adolescent qui subit en soupirant coups de poings et coups du sort. Jusqu’au jour où cet éternel optimiste réalise qu’un déplorable avenir l’attend s’il ne quitte pas la Réserve. Admis à Reardan, une école prestigieuse surtout fréquentée par les Blancs, Junior, se sent devenir un Indien à temps partiel…


    Mon avis :
    Attention, chef d’oeuvre. Ce livre est un coup de coeur, ce livre est une évidence. Chaque mot sonne juste. Je me suis sentie proche du jeune héros, en dépit de la distance spatio-temporelle. Je comprends ce que signifie être confronté au deuil, à plusieurs deuils, à un âge où rares sont ceux qui doivent vivre ces épreuves. Le jeune narrateur ose même s’attaquer à une des citations les plus connues de Tolstoï, pour la réfuter, preuve à l’appui.
    Le pire peut arriver – et il ne s’en prive pas – jamais Junior ne s’appitoie sur son sort, jamais il ne laisse libre court au pathos ou au mélodrame. Cela s’appelle aussi la dignité, malgré l’alcoolisation de ses proches et la pauvreté.
    Cela s’appelle aussi la volonté de s’en sortir, sans se plaindre, sans se décourager, quelles que soient les difficultés rencontrées et recensées. L’image supplée les mots et apporte un supplément d’humour.
    Tout n’est pas noir, heureusement, et de beaux élans sont possibles, comme le prouvent les réactions de ses camarades de classe. Le premier qui pleure a perdu est un roman à lire, à relire, à faire découvrir absolument.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Pinky Jeu 3 Oct 2013 - 18:16

    c'est un auteur très intéressant, je me note ce livre que je ne connais pas

    Merci Nina
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Nina Jeu 3 Oct 2013 - 19:22

    Merci Pinky pour ta visite. 
    Ce livre est vraiment un gros coup de coeur pour moi.
    Ratdebibliotheque
    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Ratdebibliotheque Jeu 3 Oct 2013 - 20:06

    Merci pour ton avis je le note.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Nina Jeu 3 Oct 2013 - 20:12

    Merci Ratdebibliothèque pour ta visite.
    caro
    caro
    ML
    ML

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  caro Ven 4 Oct 2013 - 16:59

    Merci Nina, tu m'as donné envie de découvrir ce livre Very Happy
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Nina Ven 4 Oct 2013 - 23:47

    Merci Caro : j'en suis ravie !
    avatar
    Alwone
    LEH
    LEH

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Alwone Mer 9 Oct 2013 - 21:40

    Oh cela donne envie de le lire ! Je me le note
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Nina Sam 12 Oct 2013 - 23:25

    Merci Alwone.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Nina Jeu 25 Oct 2018 - 22:56

    ALEXIE, Sherman 51sh3x10

    Phoenix, Arizona
    Edition 10/18 - 244 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Avec Phoenix, Arizona, Sherman Alexie nous offre les riffs d’une écriture joliment jazzée. La plupart de ses personnages sont des anges égarés dans une civilisation qui les méprise. Victor, le gavroche de la réserve, Adrian, le mordu de rock and roll, Julius et Arnold, qui se défoncent divinement sur les terrains de basket, Joe-le-Dégueulasse, qui vide les flasques de bourbon dans les fêtes foraines, Thomas-Builds-The-Fire, le baroudeur qui se prend pour Jimi Hendrix au volant de sa camionnette pourrie, la douce Norma, championne du monde du pain frit. […] Mêlant portraits de famille et légendes indiennes, comptes rendus de procès et souvenirs scolaires, coups de poing et coups de cœur, autobiographie et sociologie, émotion et lyrisme, Sherman Alexie écrit à fleur de peau des histoires débordantes de tendresse. Sombres, mais jamais larmoyantes. Et souvent pétries d’humour, « cet antiseptique qui nettoie les plus profondes des blessures ».

    Mon avis :

    Les nouvelles sont un genre littéraire que j’apprécie très peu – pourtant, j’ai été sous le charme de la plume de Sherman Alexie, peut-être parce que nous pouvons retrouver les personnages d’une nouvelle à l’autre, comme des membres d’une même famille que l’on prendra plaisir à revoir.
    Pourtant, la vie n’est pas tendre, pour les indiens de la réserve – j’ai retrouvé l’écho de certains faits relatés dans Le premier qui pleure a perdu . La vie n’a jamais été tendre, comme le rappellent certains conteurs de la tribu. Leurs seuls compagnons fidèles sont l’alcool et le diabète : le diabète est pareil à une maitresse, il vous fait mal de l’intérieur. j’étais plus proche de mon diabète que de n’importe lequel de mes amis ou des membres de ma famille. Même lorsque j’étais seul, tranquille, occupé à réfléchir, et que je ne désirais aucune compagnie, mon diabète était là. C’était la vérité. Leur vie quotidienne est parsemée par les actes de violence des blancs. Après tout, Les blancs veulent toujours se battre contre quelqu’un et ils se débrouillent toujours pour que ce soient les hommes à la peau brune qui se battent à leur place. Quoiqu’il arrive, même s’il ne boit pas, l’Indien est toujours suspecté de boire – ce n’est pas que les clichés ont la vie dure, c’est que les clichés ont été parfaitement intégrés par ceux qui ont un soupçon d’autorité.
    Il est tout de même, et heureusement, des moments de joie, des moments de bonheur, des faits drôles, de véritables bouffées d’optimisme. La « scolarité » du jeune indien n’est pas la même que celle de son homologue blanc. Il peut lui aussi compter sur le sport pour se sortir de sa condition – vive le basket. Vive l’amitié aussi, les rassemblements où l’on chante, où l’on danse, et le soda light, indispensable à cause du diabète.
    Un recueil pour ne pas oublier la vie quotidienne des amérindiens.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Pinky Ven 26 Oct 2018 - 8:27

    merci Nina pour cette belle présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Nina Ven 26 Oct 2018 - 10:43

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    ALEXIE, Sherman Empty Re: ALEXIE, Sherman

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 10 Avr 2021 - 22:47