Au Fil des lignes

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !

-37%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur la Trottinette électrique GoRide Pro
219 € 349 €
Voir le deal

    ANGLEDROIT, Cicéron

    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Nina Ven 22 Nov 2019 - 10:07

    ANGLEDROIT, Cicéron N11-co10

    Comme un cheveu sur le wok
    Edition Palémon - 202 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    C’est bien connu, quand on touche le fond, il suffit d’un coup de pied pour rejoindre la surface. Une rencontre avec un jeune avocat d’origine chinoise va me remettre sur les rails. Modestement mais indéniablement. Tout tourne autour du XIIIème arrondissement dans cette enquête. Une affaire fastoche. Quand on redémarre, faut faire gaffe de ne pas caler aussitôt !

    Mon avis :

    Vous connaissez sans doute ces polars dans lesquels, au début du récit, tout va bien, et puis brusquement, tout va mal ? Et bien, là, c’est exactement le contraire. Dans la vie de Ciceron, rien, ou presque ne va. Les clients ? Ah, si seulement leur absence était son seul souci ! Non, franchement, ce ne serait rien. La catastrophe, c’est que René a fait un AVC et que les médecins ne se prononcent pas beaucoup sur l’évolution de son état. La soeur de René ? Elle en profite, oui. Elle déborde tellement d’amour pour son frangin qu’elle l’a relooké façon Sherlock Holmes – ce qui sera totalement insuffisant pour qu’il puisse aider Ciceron dans ses enquêtes. Et Momo, me direz-vous ? Lui doit former son successeur, et tous ceux à qui c’est arrivé savent bien que cela n’est pas de tout repos. Il ne sera donc qu’une aide à temps partiel – mais toujours présent s’il s’agit d’aller voir René.

    La vie sentimentale de Cicéron ? Presque calme, avec l’éloignement de certaines des femmes de sa vie. Il se met quasiment en couple avec Vanessa – tout est dans le quasiment. Serait-ce le début d’une vie conjugale ordinaire pour le détective ? Rien n’est moins sûr.

    Heureusement, les affaires reprennent quand un avocat d’origine chinoise fait appel à ses services pour tirer une de ses clientes de prison. Oui, il est d’autres agences de détectives privés, mais elles ne montrent pas la même célérité à s’occuper de toutes leurs affaires – Cicéron, oui, il faut bien se remettre sur les rails. Son enquête nous emmène ainsi au coeur du XIIIè arrondissement, qu’il nous fait découvrir comme si nous y étions, avec l’humour en plus (et j’en profite pour dire que je serai avec une amie dans le XIIIe demain).

    Bref, ce roman policier est drôle, divertissant, et permet de passer un bon moment de lecture, jusqu’à la surprise finale. Que demander de plus ?
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Pinky Sam 23 Nov 2019 - 11:02

    merci Nina pour cette présentation, l'auteur porte le même prénom que son héros...
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Nina Sam 23 Nov 2019 - 23:52

    Merci Pinky pour ta visite.
    Sur les livres, l'éditeur met "Ciceron Angledroit" - et l'auteur signe "Cicéron". Je ne me voyais pas mettre son vrai nom (que j'ai appris par hasard).
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Pinky Dim 24 Nov 2019 - 12:35

    tout à fait Nina, j'aime bien son pseudo aussi...
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Nina Mer 12 Fév 2020 - 0:00

    ANGLEDROIT, Cicéron 51ul4n10

    He cool la Seine
    Edition Palémon - 252 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    On a beau être dans le Val de Marne, c’est quand même la Seine la patronne ! Alors embarquez sans plus attendre pour une croisière entre Ablon et Vitry qui vous fera croiser, tout à tour, un noyé sans bec verseur (ou serveur selon la circonstance) et un producteur de télé qui disparaît et réapparaît sans crier gare. Quand vous saurez que le vieux a confié sa première enquête en solo à Vanessa, que Momo émarge à la Cotorep, que René a trop levé le coude, vous vous demanderez si, désormais, je me contente d’un rôle de figurant. Y’a de ça mais pas que. Vous y découvrirez les dessous du showbiz et les dessous de la mère de mon frère.

    Ça vaut le détour, croyez-moi ! Et je suis sûr que, comme moi, vous aurez envie d’y retourner. Alors, tous en Seine !

    Mon avis :

    Attention : polar drôle ! Et s’il n’était que cela, ce serait déjà beaucoup.

    Prenez notre vaillant détective privé, Cicéron Angledroit. Comme tout bon détective, il a une vie privée com-pli-quée. Je pourrai même parler dans son cas de surmenage. Si, si, je vous assure. Si ce n’est que, contrairement à d’autres policiers ou détectives qui ont une vie privée com-pli-quée, lui n’a pas jugé utile de sombrer dans la dépression et l’alcoolisme. Il assume parfaitement ce qu’il vit, et les membres de sa famille aussi ! J’ai presque envie de compter Momo et René au sein de cette famille, tant ils sont inséparables de notre détective, dès qu’il s’agit d’enquêter.

    Justement, enquêter, c’est compliqué, parce qu’un homme a disparu. Justement, cela semblerait la base d’une enquête, non ? Oui, mais pas trop : l’homme en question, Gérard Manvussa, est un ponte du show bizz, ces métiers où l’on brasse plus de vent qu’une éolienne en cas de tempête, et où l’on n’est rien si quelqu’un ne vous aide pas : assistant, métier d’avenir, pour toutes ses personnes qui ont plus important à faire que penser, ou retenir.

    Alors non, il ne réapparaît pas, Gérard, en revanche, c’est un cadavre inconnu qui apparaît, noyé dans la Seine – et c’est Vanessa qui récupère l’enquête, le commissaire Saint-Antoine lui permettant ainsi de se lancer en solo. La disparition et la noyade seraient-elles liées ?

    Au fur et à mesure des chapitres, des déambulations, des traits d’humour aussi se construit une intrigue qui nous parle des médias, des alliances qui s’y nouent, des transactions qui s’engagent, de manière presque plus complexe que si la sécurité nationale était en jeu. J’ai envie de dire à ses grands manitous : « relax, ce n’est que du divertissement » sauf qu’ils sont vachement crispés, ces chers stars télévisuels. Le seul avantage, c’est que cela peut ouvrir des portes pour enquêter : elles sont très précieuses, ces stars télévisuelles.

    Que dire de plus ? Si ce n’est que vous passerez un bon moment en compagnie de ce détective, le long de la Seine.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Nina Mer 12 Fév 2020 - 0:02

    ANGLEDROIT, Cicéron 51tj1210

    Tiens bon l’pinceau, y a des coulures
    Edition Palémon - 224 pages

    Présentation de l’éditeur :

    Quand on n’y connaît rien en barbouille, on ferait mieux de se coller devant une série amerloque à la télé. C’est que j’aurais dû faire. C’est ce que je fais de mieux. Alors quelle idée m’a pris d’aller fourrer mon nez dans ces tubes mal rebouchés ? Les odeurs de térébenthine ont rendu tout le monde maboule. Momo tombe amoureux d’une vieille aristo qui balade un mini-chien rose, moi je ne fais que des conneries (manipulé par le bout du nez par une minette. Ça change, hein ?) et René fout des coups de pied dans la fourmilière et des coups de butoirs dans la bonne de notre suspect number One. Le commissaire en perd, momentanément, sa déontologie atavique. Mais heureusement que, même en congé « attentat », Vaness’ ne perd pas le nord. Si elle n’était pas là, il me faudrait l’inventer celle-là.

    Mon avis :


    Un livre drôle oui, et pourtant, tout avait mal, très mal commencé : Vanessa avait été poignardée ! Non, pas au cours d’une enquête particulièrement sanglante et retorse, elle avait été poignardée par le boucher ! Heureusement, selon la formule consacrée, aucun organe vitale n’a été touchée, et si Cicéron rend visite à sa belle à l’hôpital, si le commissaire Saint-Antoine comprend qu’il devra se passer d’elle pendant un mois – et oui, un mois d’arrêt de travail pour un coup de poignard, je vous laisse juge ! Quant au coupable présumé (oui, restons dans les clous), le responsable n’est autre qu’une regrettable erreur médicale ! Non, je ne vous divulgâche pas le roman, j’anticipe sur la suite, parce que qui a commis l’erreur : le médecin qui a mal dosé la posologie, ou le pharmacien qui n’a pas vérifié le dosage ? Vaste débat, et pourtant, il va falloir trancher, sans pour autant se montrer aussi saignant que le boucher.
    Et là, alors que le roman aurait très bien pu s’arrêter là et se concentrer sur la convalescence de Vanessa – dont la maman vient s’installer chez sa fille pour l’aider. Que nenni : le passé de notre détective (oui, je me permet de l’appeler « notre ») resurgit.
    Les années lycées, et la plus belle fille de la classe. Enfin, l’une des plus belles, qui avait été victime d’un de ses accidents fréquents à cette époque, et encore trop fréquents de nos jours : une grossesse non désirée. Non, Cicéron n’était pas le père, même si tous les garçons de la classe ont été accusés – ou presque – jusqu’à ce qu’enfin elle tombe sur le bon. Des années après, cette enfant, qui ressemble énormément à sa mère, vient demander de l’aide à Cicéron. Attention ! Les misérables ne sont pas loin ! Sa mère est morte dans un accident, et si son géniteur l’a bel et bien reconnu, et bien cela s’est arrêté là. Elle a été élevée par un beau-père, ni meilleur ni pire qu’un autre. Simplement, il s’est montré incroyablement mesquin en substituant à la fille son seul bien un peu précieux : un tableau de Mijo. Vous ne connaissez pas ? Moi non plus, je vous rassure tout de suite, pour moi, la peinture s’est arrêtée avec Claude Monet ou Auguste Renoir. Non, je ne suis pas excessive, je suis peu amatrice du genre. La mission de Cicéron : enquêter, et mettre la main sur ce tableau.
    Aidé par ses auxiliaires indéboulonnables Momo et René, il enquête, il trouve, il décroche le pompon, mais alors l’énorme pompon. Il ne s’attendait pas à cela, moi non plus. Quant au commissaire Saint-Antoine, il n’est pas forcément ravi ravi du résultat ! Je ne vais quand même pas tout raconter !
    Mouvementé cette enquête ? Oh que oui ! Le métier de détective est tout sauf reposant, même en prenant quelques pauses le dimanche – il faut bien penser à sa famille – et en pratiquant quelques loisirs. Enquêter peut vous emmener bien plus loin qu’on ne le pense, n’est-ce pas Cicéron ?
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Pinky Mer 12 Fév 2020 - 12:22

    merci Nina pour ces présentations intéressanres
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Nina Mer 12 Fév 2020 - 13:13

    Merci Pinky pour ta visite.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Nina Lun 16 Mar 2020 - 22:11

    ANGLEDROIT, Cicéron Cvt_to12

    Tout est bon dans le boulon
    édition Palémon – 254 pages

    Présentation de l’éditeur :

    Un industriel qui pète un boulon, ça peut arriver… Mais quand c’est le roi du boulon, à qui tout a réussi, qui se tire une balle dans la tête – comme ça, pour rigoler, pour voir ce que ça fait – c’est plus difficile à avaler.
    La police a classé l’affaire puisque le bonhomme a revendiqué son geste dans une lettre voyageuse. Sauf que personne n’y croit.
    Alors, automatiquement, je me retrouve le nez dans ce merdier qui va me balader de Roseraie en Golf et de surprise en surprise. tout en supportant la gastro de René et l’infarctus de Saint-Antoine. Manquerait plus que Momo perde l’autre bras.
    Devenez actionnaire, lisez ce bouquin industriel qui vous donnera envie de vous mettre au vélo.
    On retroussera ses manches et on y va !

    Mon avis :

    Les personnes pour qui toute lecture se doit d’être sérieuse, passez votre chemin, merci. Ce livre a un double défaut à vos yeux, non seulement c’est un roman policier, mais en plus, il est drôle.
    Pourtant, cela commençait mal, très mal : le commissaire Saint-Antoine a dû subir une opération du coeur. Il a survécu, il a vécu deux moins de convalescence, et a pu reprendre son poste mais en son absence, narrée en une très belle ellipse (et oui, pas de récit sans Saint-Antoine pour Cicéron Angledroit). Mais, en son absence, son remplaçant s’est contenté du minimum. Le suicide d’un industriel ? Eh bien, c’est un suicide, ce n’est pas la peine d’aller enquêter plus loin, surtout si celui-ci a laissé derrière lui une lettre expliquant son geste. Tant pis si les circonstances dans lesquelles la lettre a été retrouvée sont un peu nébuleuse. Tant pis si les deux enfants ne sont pas d’accord – leur père n’avait aucune raison de mettre fin à ses jours. Tant pis si le commissaire, qui le connaissait depuis l’enfance, ne le croit pas non plus. J’entends les psys à deux balles qui hantent les réseaux sociaux et la réalité, ceux qui s’auto-proclament connaisseurs de l’âme humaine parce qu’ils ont lu deux/trois bouquins de développement personnel et pas mal de téléfilms de TF1 (parfait si vous voulez vous abrutir un bon coup ou rigolez, cela dépend de votre état d’esprit) : un suicide, c’est imprévisible. Justement : quand on annonce son suicide trois semaines à l’avance, c’est plus que douteux, et la théorie selon laquelle on est parfaitement heureux et l’on souhaite, du coup, mourir, je n’y adhère pas vraiment.
    Le commissaire ne peut pas vraiment rouvrir l’enquête comme ça, ce serait compliqué. je vous laisse deviner à qui il fait appel, tout essayant d’être le plus discret possible dans ses démarches. Il est tant de choses que son remplaçant aurait dû faire : vérifier que l’arme du suicidé était bien celle qui avait tiré, par exemple, faire une analyse poussée de la lettre de suicide, interroger les proches, et pas seulement les enfants, rapidement. Ils sont d’ailleurs sympathiques, ces deux enfants largement adultes : leur père leur a cédé les rennes de la société, n’est pas sur leur dos pour leur demander des comptes, et vit sa passion pour le vélo sans les ennuyer. Il a quelques secrets – qui n’en a pas ? Et Cicéron de regretter de ne pas l’avoir connu : il aurait pu lui donner des conseils pour gérer sa vie privée ! Si vous ne connaissez pas le détective, vous saurez qu’il jongle entre plusieurs obligations personnelles, et que, si son agenda professionnel est un peu vide, son agenda personnel, s’il en tenait un à jour, serait extrêmement rempli !

    Un moment de lecture policière très agréable. Que faut-il de plus ?
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Pinky Mar 17 Mar 2020 - 11:58

    merci Nina pour cette présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Nina Mar 17 Mar 2020 - 19:49

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé

    ANGLEDROIT, Cicéron Empty Re: ANGLEDROIT, Cicéron

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 11 Avr 2021 - 6:34