Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    LEHTOLAINEN, Leena

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    LEHTOLAINEN, Leena

    Message  Nina le Lun 10 Déc 2012 - 19:33

    Mon premier meurtre.
    Edition J'ai Lu - 292 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Après quelques années à la police nationale où la routine des procès-verbaux et interrogatoires de petits délinquants l’ennuie, Maria Kallio reprend ses études à la fac de droit. Elle accepte alors un remplacement. C’est l’occasion de sa première enquête criminelle : un jeune homme est retrouvé noyé, après un week-end dans la villa de ses parents en compagnie de sept autres membres d’une chorale. L’un d’eux est forcément le coupable. Maria connaît les suspects et sa jeunesse ne la rend guère crédible. La victime était un garçon riche, talentueux et aux succès faciles. Autant de bonnes raisons de lui en vouloir…

    Mon avis :

    Pourquoi ai-je lu ce premier tome, alors ? Parce que je l’avais acheté depuis deux ans, et que je cherchais une lecture compatible avec le mal de tête qui me gênait (et qui me gène toujours).
    Je vous rassure tout de suite ! les trente premières pages ont été dures, tant les clichés s’accumulent. L’héroïne, Maria, a repris ses études parce qu’elle ne sait pas trop quoi faire dans la vie. Elle effectue un remplacement à la police criminelle et de fait, se trouve la supérieure hiérarchique de policiers qui ont dix ans de maison, à cause de sa formation donc. Elle a du mal à se faire respecter à cause de son physique « trop mignon ». Pourtant, elle a certaines bonnes habitudes masculines : elle adore boire de la bière mais sait qu’il ne faut pas qu’elle en abuse, elle pratique la musculation à haute dose si bien qu’elle peine à remettre certains vêtements. Parlons-en, des vêtements : quelle femme remettrait un chemisier ayant des auréoles de transpiration séchées sous les bras parce qu’elle n’a plus rien à se mettre (de propre, de repassé, de recousu ?). Certainement pas moi ! Dernier détail, qui aura son importance dans les autres épisodes : elle peine à boutonner son chemisier, car elle a du mal à rentrer certains éléments de son anatomie dedans. C’était sans doute une manière subtile de dire qu’elle est blonde à reflets roux (chut ! Ils ne sont pas naturels, il ne faut pas le dire) à forte poitrine.
    Il serait temps que je vous parle de l’enquête, car, bien sûr, il y a une enquête. En effet, un ami de Maria, séducteur invétéré, a été tué au cour d’un week-end fort sympathique, pendant lequel la choral d’étudiant dont il est membre répétait. Il avait beau avoir fini ses études depuis quatre ans, il en faisait toujours parti. Les autres membres approchent la trentaine – Maria n’est pas la seule à chercher sa voie, et son amie Tuulia a déjà changer trois fois d’orientations. Tout porte à croire que le meurtrier est un des membres de la choral, et non, comme aimerait le croire le père de la victime, un vagabond ou un cambrioleur. Qui pouvait le détester suffisamment pour lui fendre le crâne avec une hache ?
    Maria poursuit consciencieusement son enquête, tout en ayant parfois l’impression de passer à côté d’éléments importants, ou d’oublier de poser des questions essentielles – ce n’est pas qu’une impression. Elle découvre les petits secrets de chacun, leur petit trafic, et si certains s’en sortent plutôt bien, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Si vous lisez ce livre, ne ratez pas l’arrestation du coupable : un morceau d’anthologie, que l’on ne trouverait même pas dans les pires séries françaises !
    Je terminerai mon article par un fait de droit finlandais qui m’a vraiment choqué. Là-bas, un viol est passible … d’amende. La prison (pour six mois !) n’est envisageable qu’en cas de récidive. Le droit des femmes a encore des progrès à faire.

    Nina
    ML
    ML

    Re: LEHTOLAINEN, Leena

    Message  Nina le Lun 10 Déc 2012 - 20:18

    Un coeur de cuivre.
    Troisième enquête de Maria Kallo.
    Edition Gaïa - 230 pages.

    Quatrième de couverture :

    A la tombée de la nuit, la petite ville d'Arpikilâ, située au nord de la Finlande, s'illumine d'étranges lueurs cuivrées. Pourtant, la haute tour de la mine qui surplombe la ville a fermé ses portes depuis des décennies. Maria Kallio aurait pu rêver de contrées plus exotiques pour passer le cap de la trentaine ! Mais c'est bien ici, dans sa ville natale, qu'elle accepte une mission de six mois comme chef intérimaire de la police. Un poste tranquille, pense-t-elle, qui devrait la renflouer un peu et lui laisser le temps de retrouver sa famille et d'anciennes connaissances, en attendant le retour de son petit copain, Antti, parti aux Etats-Unis passer sa thèse. Mais la mine, qui doit rouvrir ses portes au public, est le théâtre d'une scène macabre : le corps d'une artiste à la réputation sulfureuse est retrouvé gisant au pied de la tour. Pas facile pour Maria Kallio d'interroger des suspects quand ceux-ci se révèlent être son amie d'enfance ou encore son premier amour, celui dont le seul nom prononcé suffisait à la faire rougir...

    Mon avis :

    Je me suis forcée à terminer ce livre : 230 pages, ce n'est pas la mer à boire, j'en ai lu d'autres. Je me force maintenant à écrire cet avis en tachant de ne pas m'énerver inutilement
    Si vous aimez la chick-litt et les chefs de la police midinettes qui interrogent de manière informelle des suspects possibles en partageant une glace avec eux, ce livre est fait pour vous ! J'ai rarement lu une enquête aussi insipide, et une héroïne d'une naïveté confondante. Il est toujours gênant d'avoir compris bien avant l'héroïne des faits pourtant évidents. Il faut dire qu'elle a tellement d'interrogation sur sa vie privée, la pauvre. Je me marie, ou pas ? Je fais un enfant, ou pas ? Qu'est-ce que ça fait, la grossesse et l'accouchement ? Ce ne sont pas ses interrogations qui me dérangent - encore que, ses deux soeurs sont mamans, et il est étonnant qu'elles n'aient pas partagé leur expérience avec leur soeur - c'est la manière dont elles sont racontées. L'héroïne raisonne comme une gamine de quinze ans, pas comme une jeune trentenaire. Certes, elle est revenue dans sa ville natale, elle se rappelle ses blessures d'adolescente, sans parvenir à nous toucher - un comble, non ? N'est pas Jane Rizzoli, l'héroïne de Tess Gerritsen, qui veut.
    Surtout, Jane Rizzoli enquête. Maria, non. Les autres enquêtes pour elle et lui livrent de temps en temps des résultats. Son comportement d'enquêtrice est le même que celui de femme : immature et presque dangereux (pour elle et pour les autres). Quant au dénouement, il est digne des meilleurs romans à l'eau de rose.
    Dommage, car certains personnages avaient un véritable potentiel, come Kaisa, la cousine du principal suspect, Pena, l'oncle de l'enquêtrice ou Aniliina, la fille de la première victime. Les préoccupations de la narratrice ne nous permettent pas de les découvrir suffisamment.
    Il me reste un roman à lire de cette auteur, il se nomme "La Poisse". Je me demande si je vais me laisser tenter.

    Pinky
    M
    M

    Re: LEHTOLAINEN, Leena

    Message  Pinky le Mar 11 Déc 2012 - 9:46

    merci Nina pour ces deux avis mais cela ne me dit pas du tout

    Nina
    ML
    ML

    Re: LEHTOLAINEN, Leena

    Message  Nina le Mar 11 Déc 2012 - 11:16

    Merci Pinky pour ta visite !

    caro
    ML
    ML

    Re: LEHTOLAINEN, Leena

    Message  caro le Mar 11 Déc 2012 - 12:56

    Je crois que je vais passer mon tout aussi Very Happy

    Nina
    ML
    ML

    Re: LEHTOLAINEN, Leena

    Message  Nina le Mar 11 Déc 2012 - 13:27

    Merci Caro !
    Je crois que j'aurai dû passer mon tour aussi.

    Contenu sponsorisé

    Re: LEHTOLAINEN, Leena

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:23


      La date/heure actuelle est Sam 3 Déc 2016 - 3:23