Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    PARADISI, Eric

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    PARADISI, Eric

    Message  Nina le Ven 7 Nov 2014 - 19:28


    Blond cendré.
    Edition Jean-Claude Lattès - 249 pages.

    Présentation de l'éditeur :

    Alba et Maurizio se rencontrent à Rome pendant la guerre. Elle transmet les messages de la Résistance, il est coiffeur dans le ghetto. Déporté à Auschwitz, Maurizio survit en devenant le barbier de sa baraque, sans jamais renoncer au souvenir d'Alba, à la délicatesse de son visage dessiné sur du papier volé.
    Ce portrait, comme sa souffrance, Maurizio l'a confié à sa petite-fille. Des années plus tard, au cours d'une interminable nuit, elle raconte à l'homme qu'elle aime cette histoire qui est son héritage. Mais à mesure que la nuit avance, le drame resurgit…

    Mon avis :

    Lire des romans qui parlent de la Seconde Guerre mondiale est un défi que je m’impose – de temps en temps. Dans Blond cendré, l’auteur donne la parole à un rescapé des camps de concentration, Maurizio, ou plutôt, il donne la parole à sa petite-fille, qui raconte à l’être aimé deux histoires, la sienne et celle de son grand-père.
    J’ai eu beaucoup de mal avec cette voix, si sereine, déjà, cette voix qui cherche à apaiser l’autre, à l’aider à se reconstruire – alors qu’elle est la voix d’une morte et qu’elle décrit sa propre mort. Ne cherchons pas ici de théorie sur la vie après la mort, ou de tentative de tirer ce roman vers le genre fantastique. Flor parle, Flor crée le lien entre le passé, le présent, et le futur des êtres qu’elle aime, êtres marqués par la tragédie depuis plusieurs générations.
    Comment raconter la déportation ? En essayant pas d’anticiper outre mesure. Maurizio se sent italien, bien plus que juif. Il ne peut croire que des millions de juifs sont déportés, puis tués, pas plus que les nouveaux arrivants ne mettent en doute les paroles rassurantes des soldats allemands.
    Bien sûr, le lecteur sait que Maurizio survivra. Il ne sait pas comment. Rares sont les romans qui s’intéressent à ce combat quotidien, absurde, presque perdu d’avance pour être celui qui vivra un jour de plus. Je me souviens avoir croisé des témoignages, et entendu aussi des jugements abrupts sur les « survivants », comme s’ils étaient coupables de vivre. Comme si Maurizio lui-même ne devait pas vivre avec ce sentiment de culpabilité.
    Et c’est ce qui nous est raconté pas à pas. Maurizio n’attend pas, contrairement à d’autres. Il l’a vécu. Il sait. Il s’efforce de vivre, et s’il n’est pas question de devoir de mémoire, exercer son métier (et de quelle manière) est un hommage à Alba, à son combat, un moyen de perpétuer son souvenir. « C’est peut-être ça l’amour, quelque chose qui t’oblige à vivre. »
    Blond cendré est un roman qui aborde avec délicatesse, sans mièvrerie, des sujets difficiles.

    Pinky
    M
    M

    Re: PARADISI, Eric

    Message  Pinky le Sam 8 Nov 2014 - 9:46

    merci Nina pour ce bel avis intéressant

    Nina
    ML
    ML

    Re: PARADISI, Eric

    Message  Nina le Sam 8 Nov 2014 - 10:51

    Merci Pinky.
    Ce n'est pas un livre facile, et le sujet peut rebuter certains (je préfère le préciser, l'auteur ne confond pas camp de concentration et camp de vacances).

    Pinky
    M
    M

    Re: PARADISI, Eric

    Message  Pinky le Dim 9 Nov 2014 - 11:05

    la différence est de taille ...

    Nina
    ML
    ML

    Re: PARADISI, Eric

    Message  Nina le Dim 9 Nov 2014 - 12:39

    Oui, mais je préfère le préciser, ayant entendu certains lecteurs se plaindre de descriptions particulièrement réalistes.

    Contenu sponsorisé

    Re: PARADISI, Eric

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:11


      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc 2016 - 19:11