Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    GERHARDIE William

    Partagez

    Pinky
    M
    M

    GERHARDIE William

    Message  Pinky le Jeu 31 Déc 2015 - 13:29

    LES POLYGLOTTES



    Roman classique édité en 1924, ré-édité mai 2007

    578 pages

    Résumé

    Ce superbe roman paraît en 1925 et connaît immédiatement le succès. Dans le tumulte de la révolution russe et de l'intervention alliée de 1917, c'est un voyage au long cours, un périple sentimental et spirituel. Autour du narrateur - personnage devenu légendaire que ce Georges Hamlet Alexander Diabologh - évolue tout un monde agité d'excentriques russes, anglais, belges, français, cosmopolites et polyglottes; au centre de cette tapisserie bariolée, Sylvia, rêveuse et capricieuse cousine de Georges, à laquelle le lie un sentiment passionné. Gerhardie fait figure de précurseur à plus d'un titre : non content d'avoir créé, bien avant Nabokov, un personnage de jeune fille aguicheuse et perverse, il a influencé en profondeur l'art romanesque de l'avant-guerre. «Pour ma génération, Gerhardie fut le nouveau romancier le plus important qui soit apparu dans notre jeune vie.» Graham Greene

    William Gerhardie est né en 1895 à Saint-Pétersbourg, d'une famille anglaise cosmopolite. Il fut élevé en Russie puis à Oxford. A 21 ans, il est en poste auprès de l'attaché militaire de Grande-Bretagne à Petrograd. A 23 ans, il se trouve en Sibérie dans la mission militaire britannique, pris dans la tourmente de la Révolution. A 27 ans, il publie son premier roman, Futilité, qui le rend immédiatement célèbre, puis Les Polyglottes, en 1925. Il écrit six autres romans jusqu'à la guerre après laquelle il ne publie que très peu jusqu'à sa mort à Londres en 1977. Ses œuvres ont été rééditées à plusieurs reprises, et récemment dans des collections de poche. Sa biographie par Dido Davies a paru en 1990.

    Mon ressenti

    Georges Hamlet Alexander Diabologh est un jeune homme pédant, prétentieux, un aristocrate qui regarde de haut son entourage. C’est lui qui nous narre cette histoire. Si au début, j’ai eu du mal avec ce personnage vaniteux, je me suis régalée de voir sa cuirasse se lézarder au fur et à mesure. Car voyez-vous, il est amoureux fou de la belle Sylvia. Elle aussi, tête bien faite somme toute mais vide et tout aussi prétentieuse que lui. Pas très sympathique comme sentiment, oui peut être mais je me suis délectée de voir comment ses deux personnages sont emportés dans un tourbillon les obligeant à voir le monde différemment et à se percevoir peut être autrement.

    Autour de ces deux personnages, il y a leur famille et quelle famille ! Si nous identifions tous les caricatures de « cas sociaux », les gens de la haute portent aussi leur propre stigmates qu’ils cachent plus facilement sous des espèces sonnantes et trébuchantes. Une foule de personnages vont défilés avec leurs particularités : dépressives, obsédés, hypocondriaques, maniaques…. Amenant des situations cocasses, drôles,  voire tristes, l’auteur nous amène alors dans l’absurde ou la tragédie.

    Au travers de ces destins, c’est aussi une époque de l’Histoire qui nous est comptée : notre cher Georges est  Anglais et c’est au cours d’une mission militaire, qu’il visite sa famille en Extrême Orient peu de temps après la 1ère guerre mondiale et où la révolution russe gronde. Ces deux temps ont une incidence sur la richesse de la famille qui s’appauvrit petit à petit. Il faut faire face.

    Les grands bouleversements de l’Histoire ont toujours un impact sur chaque individu, sur les familles, sur les entreprises, les institutions, les lois, la culture d’un pays… ce sont autant de changement qu’il faut traverser et ces changements ne sont pas toujours simples. L’auteur montre des hommes et des femmes qui tendent d’échapper à ces bouleversements où l’ordre ancien a été rompu par la guerre et la révolution. Un monde à la dérive qu’il faut reconstruire petit à petit. C’est avec humour et brio que l’auteur nous emmène dans un périple autour du monde.

    Curieusement, encore aujourd’hui, il y a des comparaisons troublantes avec notre époque… en tout cas, des personnages haut en couleur m’ont ravi, amusé.

    A découvrir

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERHARDIE William

    Message  Nina le Dim 3 Jan 2016 - 18:25

    Merci Pinky pour cette présentation.

    Pinky
    M
    M

    Re: GERHARDIE William

    Message  Pinky le Lun 4 Jan 2016 - 9:42

    merci Nina pour ta visite

    Contenu sponsorisé

    Re: GERHARDIE William

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:43


      La date/heure actuelle est Sam 3 Déc 2016 - 22:43