Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !


    GERRITSEN, Tess

    Partagez

    Nina
    ML
    ML

    GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Mer 26 Jan 2011 - 15:43



    Titre : Le chirurgien.
    Auteur : Tess Gerritsen.
    Editeur : Pocket.
    Nombre de pages : 470.

    Mon résumé :

    Un tueur en série sévit à Boston, mutilant et tuant des jeunes femmes. Il utilise le même mode opératoire qu'un tueur qui n'avait plus commis de crimes depuis deux ans. Et pour cause : sa dernière victime a réussi à se libérer et à le tuer. Qui donc est ce mystérieux copieur ? Jane Rizzoli et Thomas Moore vont mener l'enquête.

    Mon avis :

    J’ai rarement lu un roman policier à l’intrigue aussi bien construite et au suspens aussi bien distillé.

    Trop souvent, dans les romans qui mettent en scène un tueur en série, les victimes s’entassent et ne servent qu’à satisfaire la monomanie du tueur (et à faire durer le roman). Ce que j’ai apprécié particulièrement est le soin accordé aux jeunes femmes assassinées. Elles ont beau avoir succombées sous les coups d’un tueur en série, elles ne seront jamais réduites à un numéro de dossier. Elles sont Diana, Nina, Catherine, elles avaient une vie personnelle, un métier, des loisirs, avant que le tueur ne détruise leur vie. C’est parce que les enquêteurs leur apportant tant de considération qu’ils ont à cœur d’arrêter le tueur.

    Ces enquêteurs ont des personnalités marquantes. Thomas Moore, meurtri par la mort de sa femme deux ans plus tôt, accomplit sa tâche de manière irréprochable. Jane Rizzoli n’a de féminin que son nom. Ce n’est pas tant qu’elle doit faire ses preuves dans un univers macho, c’est qu’elle veut prouver à tous (et cela fait beaucoup de monde) qu’elle est la meilleure.

    Fait rare, la parole va être donnée au tueur et à une victime. Le tueur prend la parole dans quelques chapitres, soigneusement isolés des autres et imprimés en italique. Il ne nous dévoile pas son mode opératoire, mais ses fantasmes, basés sur sa (vaste) culture : ses propos, comme ses actes, sont parfois insoutenables. La victime survivante est Catherine, chirurgienne de son état. Elle est suffisamment combattive pour ne pas vouloir rester cantonnée dans ce statut de victime, suffisamment orgueilleuse (je pense souvent que l’orgueil est une qualité) pour continuer à exercer son métier, suffisamment lucide pour développer une stratégie de défense.

    Je le répète : certaines scènes sont à la limite du soutenable, surtout quand il faut suivre les méandres des raisonnements du tueur, et à force de lire mes résumés, vous allez vous interroger sur mes choix de lecture ! Pourtant, j’ai vraiment adoré ce roman et sa suite.

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Mer 26 Jan 2011 - 15:47


    Titre : L'apprenti.
    Auteur : Tess Gerritsen.
    Éditeur : Pocket.
    Nombre de pages : 407.

    Quatrième de couverture :

    L'odeur du sang. La couleur du sang. Tout ce qui touche à l'hémoglobine le tient éveillé. Il n'est guère que l'inspecteur Jan Rizzoli pour occuper une place comparable dans son esprit malade. Rizzoli... La rage faite femme, celle à qui il doit d'être tombé, enfermé pour le restant de ses jours. Celle qui a signé, pour le salut des femmes de Boston, la fin du Chirurgien...
    La fin ? Rien n'est moins sûr. Car, dehors, les meurtres ont repris : ses méthodes ont un émule - et l'élève dépasse le maître en audace. Les images défilent sur l'écran de télévision : en guise d'hommage, un couple sacrifié... et Jane Rizzoli menant l'enquête. Le Chirurgien en frémit d'envie. Il est temps de reprendre le jeu ; un frère l'attend au-dehos. On opére tellement mieux à quatre mains.

    Mon avis :

    L'apprenti n'est pas une histoire de serial killer ordinaire. Certes, Warren Hoyt dit le Chirurgien est bien présent, ses fantasmes sont toujours aussi macabres, mais ce n'est pas l'intérêt premier de ce texte.

    Que deviennent les victimes survivantes ? C'est ce que nous raconte ce livre. Nous retrouvons Jane Rizzoli, pas l'inspecteur audacieuse et farouche du premier volume, non Jane donne le change à ses partenaires. Elle ne veut plus seulement être la meilleure, elle ne le pense même plus, elle cherche à dissimuler la peur perpétuelle dans laquelle elle vit, les mécanismes qu'elle a mis au point pour se protéger. Autant Catherine Cordell était au centre de l'intérêt du chirurgien, autant c'est Jane maintenant qui est au coeur de tous ses fantasmes, c'est à elle qu'il adresse ses messages, dans le but de resserrer son emprise sur elle.

    Jane est plus seule que jamais. Son fidèle équipier, Thomas Moore restera le plus à l'écart possible, pour préserver sa femme. C'est peu dire que Jane ressent cruellement cette désertion. Elle trouvera néanmoins un allier, pour la protéger, mais aussi pour lui permettre d'exprimer tout ce qu'elle éprouve depuis son agression. L'arrestation du chirurgien se trouve alors éclairée d'un jour nouveau.

    Un personnage nouveau apparaît : Maura Isles, médecin légiste et reine des morts. Pour l'instant, nous la voyons uniquement dans l'exercice de ses fonctions, à travers le point de vue de Jane. Sa description fait irrésistiblement penser à Abbie, dans la série NCIS. Je la vois différemment, car j'ai lu La reine des morts l'an dernier, et je sais que Maura et Jane se ressemblent beaucoup. Leur persévérance, leur professionnalisme, leur respect des victimes leur permettent d'atteindre leur but.

    Bref, encore un excellent roman policier signé Tess Gerritsen.

    Atti'
    M
    M

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Atti' le Mer 26 Jan 2011 - 15:59

    Merci Nina pour ces deux avis qui m'avaient échappé. Je prends en note les deux livres !

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Mer 26 Jan 2011 - 16:04

    Merci Atti.
    La suite (Lien fatal) est dans ma PAL.

    Pinky
    M
    M

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Pinky le Mer 26 Jan 2011 - 19:23

    merci Nina, mais je passe mon tour

    Valou
    LA
    LA

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Valou le Mer 26 Jan 2011 - 19:28

    Merci Nina! Je les note!!

    Atti'
    M
    M

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Atti' le Mer 26 Jan 2011 - 19:31

    Nina a écrit:Merci Atti.
    La suite (Lien fatal) est dans ma PAL.
    C'est le dernier de la série ?

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Mer 26 Jan 2011 - 19:50

    A ma connaissance, il existe encore deux titres (pas encore paru en poche) :
    - Au bout de la nuit.
    - En compagnie du diable.
    Ces deux livres mettent en scène Jane Rizzoli et Maura, la légiste.

    Atti'
    M
    M

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Atti' le Jeu 27 Jan 2011 - 17:19

    D'accord, merci pour cette précision. Wink

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Dim 16 Oct 2011 - 12:55


    Titre : Lien fatal
    Auteur : Tess Gerritsen
    Editeur : Pocket
    Nombre de pages : 435 pages.

    Quatrième de couverture :

    Maura Isles côtoie la mort au quotidien. Médecin légiste à Boston, elle n’aurait jamais cru pouvoir être impressionnée par un cadavre ; Mais voir le corps sans vie de son parfait sosie a de quoi donner des frissons. D’autant plus que la victime a été assassinée devant sa propre maison ; Troublante coïncidence. Epaulée par sa complice de toujours, Jane Rizzoli, enceinte de huit mois, Maura part sur les traces de ce mystérieux double : ce sont de surprenantes découvertes qui l’attendent. Certaines directement liées à son propre passé.

    Mon avis :

    J'aime toujours autant me replonger dans la prose de Tess Gerritsen, l'une des meilleures auteurs de romans policiers actuelles. Dans ce tome, la reine des morts tient la vedette : la morte est son portrait crachée, elle a été tuée devant chez elle, et tous ont cru, y compris Jane Rizzoli, sa complice depuis Le Chirurgien, que c'était Maura la victime.

    Je ne suis pas fan des scènes d'autopsie, loin de là, mais celle à laquelle nous assistons est remplie de résonnance et de force. Pour Maura, elle est une douloureuse introspection : le corps sur la table est le sien ou peu s'en faut.

    L'intrigue est remarquablement bien construite et se joue des apparences et des facilités. Pas de temps mort : Maura ne se ménage pas et n'aurait pas supporté d'être ménagée. En se plongeant dans son passé, ce sont des affaires anciennes, sordides, qui ressortiront. Il en faudrait plus pour faire reculer la reine des morts, qui, heureusement, n'a pas la froideur et l'ironie de Tempérance Brennan (dans la série télévisée, les romans sont différents).

    Rien n'est simple, effectivement : l'amour n'est pas simple, qu'on éprouve des sentiments pour un prêtre, un homme marié ou un homme qui ne vous aime plus. Les liens familiaux ne sont pas simples. Tess Gerritsen va à l'encontre des idées reçues angélique sur l'amour maternel ou les fameux "liens du sang". Sa démonstration finale me touche à une époque où l'on veut dépister les futurs enfants "à problème" dès la maternelle.

    Revisitant les thèmes du double et de la femme fatale, Tess Gerristen signe à nouveau un solide polar.



    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Dim 16 Oct 2011 - 13:34



    Titre : Au bout de la nuit.
    Auteur : Tess Gerritsen.
    Editeur : Pocket
    442 pages

    Quatrième de couverture :

    Institut médico-légal de Boston, 20 h. le docteur Maura Isle finit sa journée de travail en tapant le rapport de sa dernière autopsie. Elle doit retourner à la chambre froide vérifier un détail; Dans le silence de la morgue, il lui semble entendre un bruit; Puis son champ de vision détecte un mouvement. Ouvrant une à une les housses mortuaires, elle se retrouve face au cadavre d'une jeune noyée. Qui ouvre brusquement les yeux...

    Mon avis :

    Il est des critiques que j'aimerai rédiger rapidement, en disant simplement : Au bout de la nuit est un excellent thriller, lisez-le, il répondra à vos attentes. Puis, je me dis que c'est tout de même un peu court, et j'essaie de développer.
    Tess Gerritsen relève parfaitement le défi de faire évoluer ses personnages au fil de ses romans. Et quelle évolution ! Jane Rizzoli, dont les qualités professionnelles et la témérité ne sont plus à démontrer, s'apprête à être maman. Nous sommes en droit de nous demander comment la policière émérite évoluera. Nous pourrions imaginer qu'elle trouvera, comme tant de livres et de "spécialistes" nous le promettent, l'épanouissement dans la maternité, et qu'elle rangera sa panoplie de flic au placard. Le fait qu'elle arrête un criminel en plein tribunal enceinte de neuf mois dépassé, puis est prise en otage par une forcenée alors que le travail a commencé ne semblent pas orienter le récit dans cette direction. Et pour vous donner un avant-goût de la maternité vue par Jane, voilà ce qu'elle en dit :
    "Elle était peut-être capable d'élucider des homicides ou de traquer des monstres, mais calmer cette boule de nerfs qui hurlait entre ses bras était pour elle aussi compliqué que de désamorcer une bombe atomique"
    Va pour Jane, donc. Maura Isles, la reine des morts, est un peu en retrait dans cette enquête. Elle reste pourtant parfaitement professionnelle, précise, ne s'encombrant ni de gestes, ni de considérations inutiles. L'enquête qui les réunit s'annonce particulièrement sombre, et ne concerne pas moins le trafic de femmes en provenance d'Europe de l'Est. Un thème d'actualité, dira-t-on mais extrêmement bien développé parce qu'à l'intérieur du récit principal sont insérées les paroles d'une de ses jeunes femmes qui a cru au rêve américain. Elle est la voix de celles qui se sont tues à jamais. Elle est l'unique témoin des crimes commis.
    Tess Gerritsen décrit de manière très noire les puissants de ce monde mais aussi ceux qui sont chargés de lutter contre la corruption. Servir et protéger deviennent parfois des combats solitaires. Quant aux journalistes, ils en prennent pour leur grade, cherchant le sensationnel ou leur propre confort.
    Très bien construit, Au bout de la nuit est un roman que vous n'aurez pas envie de lâcher avant de l'avoir terminé.

    caro
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  caro le Lun 17 Oct 2011 - 20:32

    Jamais lu cette auteure de policier, ça a l'air bien. Merci Nina !

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Lun 17 Oct 2011 - 21:14

    Merci Caro pour ta visite !

    Valou
    LA
    LA

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Valou le Mar 18 Oct 2011 - 20:48

    Je me le note! Merci Nina!!!

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Dim 21 Avr 2013 - 15:58


    L'embaumeur de Boston. 458 pages.

    Quatrième de couverture :

    Une momie retrouvée dans les réserves du musée Crispin à Boston suscite l’intérêt des historiens, et de la police. En effet, Maura Isles, médecin légiste sollicitée pour l’occasion, s’aperçoit qu’une balle est logée dans la jambe du cadavre, pourtant censé remonter à plus de 2 000 ans, et qu’un message crypté est cousu dans sa bouche. Pour Jane Rizzoli, chargée de l’enquête, aucun doute n’est possible : ils ont affaire à un assassin qui reproduit les techniques d’embaumement antiques. Des soupçons confirmés par la découverte de deux nouveaux
    corps, chacun conservé selon des méthodes différentes et porteur d’un message. La police doit faire vite, car le meurtrier semble avoir déjà
    choisi sa prochaine cible : Joséphine Pulcillo, l’une des archéologues du musée. Mêlant habilement mystères archéologiques, éléments scientifiques et meurtres sanglants. Tess Gerritsen nous régale d’un nouveau thriller à l’efficacité redoutable.

    Mon avis :

    Lire un roman de Tess Gerritsen est pour moi la certitude de ne pas être déçue – et aussi de retrouver une continuité entre les enquêtes. Au contraire de policiers qui ne vieillissent pas, qui me bougent pas, ou qui n’ont strictement aucune séquelle de ce qui leur est arrivé au cours de leurs multiples enquêtes, Jane Rizzoli continue à payer le prix de sa fréquentation involontaire des tueurs en série. Si sa vie privée est au beau fixe – elle a la chance d’avoir un mari compréhensif et une petite fille au caractère bien trempée – il n’en est pas de même pour ses équipiers, entre divorce et amours interdits.
    Prenons Maura Isle, la reine des morts. Elle ne trouve pas le réconfort promis auprès de l’être aimé, mais auprès des cadavres qu’elle
    dissèque : Les cadavres étaient des sujets de discussion plus sûrs. Ils ne vous brisaient pas le coeur, ne vous décevaient jamais, ne vous
    laissaient pas seule le soir, contrairement aux amants.

    Ce n’est pas rassurant, même pas du tout : elle ne manque pas de travail dans cette enquête, suite directe de Méphisto Club. Le pire est de constater à quel point les victimes ont été dépersonnalisées par le tueur, leur identité, tant d’années après les faits, est difficile à établir. Autant vous le dire tout de suite : le tueur représente un intéressant specimen du pire chez l’être humain. Le genre de personnes qui fait les délices des psys en tout genre, si ce n’est que rares sont ceux à avoir l’honnêteté de dire que ce cas les dépasse, et que rien, dans son histoire, dans son éducation, ne peut permettre d’expliquer pourquoi il est devenu cet être insensible.
    S’il est une question lancinante, qui revient aussi bien dans ce tome que dans le précédent, c’est : comment protéger son enfant ? Là, je ne parle pas de protection ordinaire (ne parle pas à des inconnus, regarde avant de traverser) mais de protection face à un danger qui dépasse totalement l’entendement. Se voiler la face ne sert à rien, et même en explicitant le danger, en donnant les moyens de se défendre (je ne parle pas d’armes, mais de capacités à faire face à toutes les situations), l’échec est toujours possible.
    Note : j’apprécie que, contrairement à certaines héroïnes particulièrement courges, Maura, Jane ou Joséphine pensent à fermer les portes à clefs, et à ne pas laisser les fenêtres ouvertes la nuit. Simple, me direz-vous. Pas pour tous les auteurs qui trouvent ainsi un excellent moyen d’introduire le tueur dans la place.

    Pinky
    M
    M

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Pinky le Dim 21 Avr 2013 - 20:52

    merci Nina

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Dim 21 Avr 2013 - 21:43

    Merci Pinky pour ta visite.

    peyrelong
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  peyrelong le Dim 21 Avr 2013 - 22:18

    Merci Nina pour tes avis si bien détaillés sur les romans de T. Gerritsen

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Dim 21 Avr 2013 - 22:33

    Merci Peyrelong pour ta visite.
    Je suis une fan de cette auteur, moins sanglante de Kathy Reichs. Il me reste encore trois de ces livres à lire et chroniquer.

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Sam 28 Déc 2013 - 2:17


    Titre : La disparition de Maura.
    éditeur :  Presse de la Cité . Nombre de pages : 324 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    Lors d’un colloque sur la médecine légale dans le Wyoming, Maura Isles retrouve par hasard Doug, un ancien camarade de faculté qui, au terme d’un dîner, l’invite à passer le week-end dans la région avec lui, sa fille adolescente et un couple d’amis. Bien qu’entamée sous de joyeux auspices, l’expédition vire au cauchemar quand Doug, sur les conseils du GPS, choisit une route sinueuse qui les mène tout droit dans un fossé. Pris au milieu d’une tempête de neige, le groupe est contraint de poursuivre à pied. Par chance, les voyageurs tombent sur un hameau où se réfugier.

    Mon avis :

    Bienvenue dans le Wyoming, région paisible, où l’herbe est verte et où il ne se passe jamais rien !  Ah, si un colloque de médecine légale pendant lequel Maura retrouve un ancien camarade fac – vous me direz qu’il est normal de retrouver un légiste dans un colloque de légiste. Là où l’histoire prend une autre tournure, c’est que celui-ci se trompe de route et échoue dans un village abandonné, en pleine tempête de neige. Maura Isles a décidément le chic pour se retrouver dans des situations plus que délicates.
    De plus, elle se rend très vite compte que quelque chose ne tourne pas rond, dans cette maison abandonnée, elle découvre des preuves que des actes graves – un crime ? – ont sans doute eu lieu. Quand on est médecin légiste, on l’est à temps complet.
    Ce qu’elle découvre est noir, bien plus noir que tout ce que l’on peut imaginer à première vue. Si vous pensiez que les précédents opus de Tess Gerritsen avait déjà sondé les noirceurs de l’âme humaine, vous vous rendrez compte en lisant ce livre qu’il était encore des domaines qu’elle n’avait pas explorés, des perversités dont on ne parle pas, tant elles sont inimaginables, même pour Maura, même pour Jane Rizzoli.
    Y a-t-il de l’espoir au bout de la route ? Oui, mais il est mince, tenu, lié à la ténacité des victimes, à leur capacité non à vouloir s’en remettre coûte que coûte, mais à poursuivre leur route malgré ceux qui ont voulu les détruire, à utiliser des ressources, des qualités dont leur bourreau n’a pas tenu compte. La plus grande qualité d’une victime est de tout faire pour ne plus en être une à ses propres yeux.
    La disparition de Maura est un roman que je n’ai pas eu envie de lâcher jusqu’à son épilogue, c’est dire s’il est habilement construit.

    Pinky
    M
    M

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Pinky le Sam 28 Déc 2013 - 11:03

    merci Nina pour cette nouvelle présentation, j'aime toujours autant la façon dont tu présentes tes policiers  bravo 

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Sam 28 Déc 2013 - 12:29

    Merci Pinky pour ta visite.
    Pour varier sur "mais que diable allait-il faire dans cette galère ?", que diable allait faire Maura dans le Wyoming, mis à part 
    Spoiler:
    trouver quarante et un cadavres d'hommes, de femmes et d'enfants et, du coup, risquer sa vie à plusieurs reprises, menacée par ceux qui ont commis ce forfait ?
    Maura n'a vraiment pas de chance.

    Pinky
    M
    M

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Pinky le Sam 28 Déc 2013 - 14:02

    non, on peut le dire comme ça... je préfère que ce soit elle que moi !  clin d\'oeil 

    Nina
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Nina le Sam 28 Déc 2013 - 15:59

    Pareil pour moi !  clin d\'oeil

    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Ratdebibliotheque le Sam 28 Déc 2013 - 17:52

    Je note ce roman policier et j'apprécie cet auteur en plus.

    Contenu sponsorisé

    Re: GERRITSEN, Tess

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:12


      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc 2016 - 11:12