Au Fil des lignes

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !

Le Deal du moment : -22%
Acer Nitro QG241YM3BMIIPX – Ecran PC Gaming ...
Voir le deal
139.99 €

3 participants

    BALDACCI, David

    GeRo
    GeRo
    CI
    CI


    BALDACCI, David Empty BALDACCI, David

    Message  GeRo Dim 16 Jan 2011 - 22:17

    UNE SECONDE D'INATTENTION
    BALDACCI, David Baldac10

    Auteur: David Baldacci
    Édition: France Loisirs
    Pages: 490

    Thriller

    Quatrième de couverture

    Huit ans après l'incident, Sean King éprouve encore des remords. Alors agent secret chargé de la sécurité de personnalités, il avait vu abattre sous ses yeux Clyde Ritter, le candidat aux présidentielles qu'il escortait.

    Mais voilà qu'après toutes ces années, un drame similaire se produit: le candidat à la présidence John Bruno est kidnappé sans que Michelle Maxwell, chargée de le protéger, puisse lui venir en aide.

    Dénoncée par les services secrets comme l'avait été King, Michelle décide d'entrer en contact avec lui pour qu'ils enquêtent ensemble sur cette étrange affaire. Michelle a le sentiment que les deux événements sont intimement liés…

    Mon avis

    Michelle Maxwell, agent de sécurité, est chargée de protéger John Bruno, candidat à la présidence.

    Celui-ci lors de sa campagne électorale se rend au salon funéraire pour un dernier adieu à un ami, il ne veut personne de la sécurité avec lui. On inspecte vitement la salle, les fenêtres, les portes et Michelle donne son accord pour ces quelques instants. Mais après quelques minutes, on se rend compte que le candidat a disparu, probablement kidnappé sous le nez de ses gardes du corps.

    Pour un agent de sécurité, c'est le pire qui puisse arriver, perdre son protégé ou encore qu'il soit tué. C'est la disgrâce totale dans le métier. Qui va l'engager à nouveau ?

    Elle doit savoir ce qui s'est réellement passé et pour cela décide de contacter Sean King, ex-agent de sécurité qui lui, quelques années auparavant, a vu Clyde Ritter, celui qu'il devait protéger, se faire abattre sous ses yeux.

    À eux deux, ils décortiquent le passé et enquêtent pour arriver à en connaître le court et le long des événements.

    Un thriller captivant, qui ne cesse de nous surprendre. Beaucoup de personnages mais facile à suivre. Je vous en suggère la lecture et pour moi, c'est un 4 etoile jaune
    Pinky
    Pinky
    M
    M


    BALDACCI, David Empty Re: BALDACCI, David

    Message  Pinky Sam 7 Mai 2016 - 11:55

    merci Géro pour cette présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML


    BALDACCI, David Empty Re: BALDACCI, David

    Message  Nina Lun 24 Juil 2023 - 2:29

    BALDACCI, David Cover370

    Une minute avant minuit
    Talent éditions - 560 pages

    Présentation de l’éditeur :
    Lorsqu’Atlee Pine, agent du FBI, fait preuve d’un peu trop de zèle en appréhendant un dangereux criminel, son supérieur lui ordonne de prendre des vacances. Elle en profite pour retourner là où tout a commencé et enfin obtenir des réponses et exorciser ses démons. À peine arrivée, Atlee est plongée au cœur d’une enquête frénétique pour arrêter un potentiel serial killer. Avec l’aide de son assistante Carol Blum, elle va déterrer des secrets enfouis depuis longtemps, démêler les mensonges… Et affronter une révélation qui fera voler en éclats toutes ses certitudes.

    Mon avis :

    La lecture de ce livre est sur le point de causer de graves dommages à ma PAL.
    Je n’avais jamais lu de livres de David Baldacci jusqu’à présent, et je dois dire que je suis devenue totalement accro. J’ai lu ce livre en deux jours (ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour moi qui me plaignais de ne plus parvenir à lire de pavé), l’emportant partout, dans le bus, le métro, le chocolate bar, le parvis de la cathédrale en attendant une amie, le cinéma et le lisant, bien entendu.
    Pourquoi ai-je autant apprécié ce livre ?
    En premier lieu, je pense aux personnages, qui sont tous originaux. L’agent Atlee Pine pourrait sembler n’être qu’une agente particulièrement aguerrie comme l’on en voit beaucoup dans les romans. Ce n’est pas aussi simple. Certes, elle aime son métier et se montre particulièrement compétente, rompue qu’elle ait à l’analyse. Son passé de grande sportive (elle était haltérophile) explique sa forme physique. Son passé explique qu’elle soit devenue agent du FBI. Oui, l’on ne perd pas de temps en tergiversation : l’enlèvement de sa sœur et le fait qu’elle-même a été laissée pour morte expliquent en partie qu’elle ait choisi cette voie, et elle n’en fait pas mystère. Au début de ce livre, son supérieur lui donne d’ailleurs un congé pour qu’elle puisse se concentrer sur l’affaire, son affaire, l’affaire de sa vie, en quelque sorte. Si l’on ne reverra pas son chef, en revanche elle sera accompagnée par Carol Blum, une administrative mère de six enfants et grand-mère de douze enfants, qui se comporte avec beaucoup de bienveillance et de lucidité avec elle. En plus d’être elle aussi parfaitement compétente et de maîtriser les arcanes de la paperasserie du FBI, elle agit comme une sorte de conscience envers Atlee, l’amenant à se questionner sur ses choix et sur les enquêtes.
    Oui, les. Alors qu’Atlee pensait enquêter uniquement sur son passé (et ce qu’elle découvrira lui fera mettre en cause tout ce qu’elle pensait connaître de sa jeunesse en Georgie), un meurtre est commis dans cette petite ville, Andersonville, où rien ne s’était passé depuis trente ans. Pas n’importe quel meurtre : tout l’apparat qui l’entoure, le fait que personne ne connaissait la victime dans une petite ville où tout le monde se connaît donne l’impression que ce meurtre sera tout sauf facile à résoudre, et l’aide d’une agent du FBI en vacances est sollicitée et acceptée – là aussi, j’ai trouvé plutôt rafraichissant de ne pas lire une énième guerre des service, comme si le sujet était trop lourd pour l’encombrer de lieux communs.
    De même, il sera question, brièvement, de la différence entre la manière dont les agent du FBI sont représentés dans les séries, et la manière dont ils travaillent réellement, non pour faire la leçon aux spectateurs naïfs, mais pour déplorer que, dans la réalité, l’on a beau être agent du FBI, on manque malgré tout de moyens – si tant est que l’on parvienne à les obtenir. Heureusement, il existe des administratifs qui maîtrisent le système pour cela – voir Carol Blum.
    Le problème dans cette enquête, c’est non ce que les personnes interrogées disent, mais ce qu’elles ne disent pas. S’en apercevoir, c’est la spécialité d’Atlee, tout comme les pousser dans leur retranchement, si nécessaire.
    Les fausses pistes sont bien présentes, destinées autant à nous égarer qu’à égarer les enquêteurs. Se fier aux preuves ? Oui, bien sûr, tout en interrogeant ces preuves, ce qu’elles disent véritablement sur le ou les coupables.
    Oui, l’enquête nous plonge dans ce que l’homme peut faire de pire. Agréable ? Non, pour personne. Crédible ? Oui, malheureusement. Atlee est amenée à suivre le raisonnement des tueurs, à reconstituer les méandres de leur cerveau. Choix conscient, jamais plaisant – pour que d’autres ne vivent pas ce qu’elle a vécu. A Andersonville et aux alentours, l’extrême richesse côtoie la plus grande précarité qui soit – voir Cy Tanner et son gros vieux chien incontinent, qui squatte l’ancien logement des parents d’Atlee – parce qu’il n’a pas d’autres endroits où vivre. Voire aussi ceux qui se dévouent pour aider les enfants en difficulté, qu’ils en aient fait leur métier, ou qu’ils apportent une aide ponctuelle. Il faut bien qu’un peu de lumière émerge de ce récit très sombre.
    Un auteur que je compte relire très prochainement.
    Pinky
    Pinky
    M
    M


    BALDACCI, David Empty Re: BALDACCI, David

    Message  Pinky Lun 24 Juil 2023 - 15:36

    merci Nina pour cette belle présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML


    BALDACCI, David Empty Re: BALDACCI, David

    Message  Nina Lun 24 Juil 2023 - 22:48

    Merci Pinky pour ta visite.
    Nina
    Nina
    ML
    ML


    BALDACCI, David Empty Re: BALDACCI, David

    Message  Nina Mar 19 Déc 2023 - 0:06

    BALDACCI, David Cover389

    Les pleins pouvoirs
    éditions Talent éditions - 592 pages

    Présentation de l’éditeur :

    Au début des années 90, Luther Whitney est passé maître dans l’art du cambriolage. Une nuit, il se lance dans un dernier gros coup : s’introduire dans la luxueuse demeure d’un milliardaire. Mais ce qu’il imaginait comme le casse de sa vie se transforme en enfer. À son corps défendant, tapi derrière une glace sans tain, il assiste à une scène aussi invraisemblable que morbide. Le président des États-Unis en personne se livre à des jeux sexuels hors de tout contrôle. La mort rôde dans la chambre à coucher du milliardaire. Mais la garde rapprochée du président veille au grain… ou presque. En une poignée de secondes, Luther Whitney parvient à s’échapper de cette maison mais il devient l’ennemi principal des services secrets. Entre trafics d’influence, manipulations et abus de pouvoir, armé de sa seule ingéniosité, il est propulsé dans une course-poursuite, aussi improbable qu’explosive. Parviendra-t-il à blanchir son nom et sauver sa vie ?

    Le tout premier livre de David Baldacci, l’un des auteurs de thrillers les plus vendus au monde. Ancien avocat, il fut spécialisé dans le système politique américain et les services de renseignement. Lors de sa sortie, Les pleins pouvoirs, est devenu instantanément un bestseller international. Il fut adapté au cinéma avec en vedette Clint Eastwood.

    Mon avis :

    Dès que j’ai commencé à lire ce livre, je me suis dit qu’il serait parfait pour une adaptation cinématographique – et c’est le cas, il a été adapté au cinéma en 1997 (je me dis qu’il faudrait que je vois le film d’ailleurs, sorti à une époque où je n’allais pas encore régulièrement au cinéma).

    Pourquoi cette pensée ? A cause de l’efficacité de l’intrigue. Nous sommes tout de suite dedans, pas besoin de longues présentations, de longues circonvolutions, le noeud de l’intrigue est très vite posé, et Luther, cambrioleur sexagénaire, est témoin de ce qu’il faut bien nommer un meurtre – sauf que ce n’est pas n’importe qui qui a causé la mort de la victime, et que c’est bien parti pour que cette mort soit généreusement étouffée. D’aucuns pense d’ailleurs que la victime, Christine Sullivan, n’a eu que ce qu’elle mérite. Note : c’est une femme, Gloria Russell, qui le pense, implicitement. Et la victime est elle aussi une femme. Non, ce n’est pas que l’auteur n’est pas féministe (et je n’ai d’ailleurs pas à me poser la question s’il l’est ou pas) : il démontre simplement qu’une femme peut parfaitement intégrer un point de vue misogyne et ne pas s’en rendre compte, ne pas se poser de questions, tant que cela sert ses ambitions personnelles. L’ambition : le mot-clef de ce roman. Elle n’est pas la seule à être ambitieuse, j’ai un autre personnage féminin qui illustre parfaitement ce concept, quitte à pourrir (un peu) la vie de son fiancé : ce n’est pas que Jennifer ne s’en rend pas compte, c’est qu’elle est tellement sûre d’elle et de son bon droit qu’elle ne comprend pas que tout le monde, y compris les collègues de Jack, son fiancé, ne doit pas céder à ses caprices.

    Jack. Avocat de son état. Ex de Kate, la fille de Luther – oui, on peut être avocate et avoir un père cambrioleur, ce n’est pas incompatible, surtout si l’on a coupé les ponts avec celui-ci depuis fort longtemps. Jack qui fera un trait d’union entre les différents univers, découvrira que beaucoup de personnes ne sont pas du tout ce qu’elles paraissent être, que ce soit dans un sens négatif ou dans un sens positif. Dès le départ, j’ai eu envie de le secouer, lui qui, à mes yeux, fait visiblement une erreur, que ce soit dans son parcours professionnel ou dans son parcours personnel : il aura tout le livre ou presque pour s’en rendre compte, parce qu’il ne restera pas sans rien faire face à ce qui survient.

    Autre personnage « lumineux » (j’appelle ainsi les personnages qui font ce que leur conscience leur demande de faire, et tant pis si cela dérange) : Seth, l’enquêteur, capable d’aller au bout des choses, et c’est très bien ainsi.
    Nina
    Nina
    ML
    ML


    BALDACCI, David Empty Re: BALDACCI, David

    Message  Nina Mar 19 Déc 2023 - 0:11

    BALDACCI, David 41xqtn10

    Atlee Pine - tome 1 : Sur le chemin du pardon
    éditions Talent éditions - 448 pages

    Présentation de l’éditeur :

    Am, stram, gram. Pic et pic et colégram.
    Elle était gravée au fer rouge dans la mémoire d’Atlee Pine : la comptine enfantine que le kidnappeur avait récitée pour choisir entre Atlee et sa sœur jumelle, Mercy. Mercy a été enlevée. Atlee a été épargnée. Elles avaient six ans. Elle n’a jamais revu Mercy.

    Trois décennies après cette nuit de terreur, Atlee Pine travaille pour le FBI. Elle est la seule agente affectée à l’agence résidente de Shattered Rock, en Arizona, en charge de la protection du Grand Canyon.
    Lorsque l’une des mules du Grand Canyon – dont le cavalier a disparu – est retrouvée morte, poignardée au fond du canyon, Pine est appelée pour mener l’enquête. Il devient très vite évident que l’homme n’est pas venu faire du tourisme. Pine commence tout juste à recueillir des indices montrant qu’un terrifiant complot se trame, lorsqu’elle est soudain dessaisie de l’enquête.

    Mon avis :

    J’ai lu le tome 2 en premier, grâce à un partenariat. Maintenant, si j’avais commencé par le tome 1, aurai-je lu le tome 2 ? Oui. Et je pourrai m’arrêter là, mais ce ne serait pas une critique très utile.

    Dans ce premier tome, nous découvrons véritablement comment Atlee Pine est devenue celle qu’elle est, c’est à dire une agent du FBI qui aime particulièrement le terrain, qui s’entretient physiquement non pour ressembler à une mannequin, mais pour avoir la force physique de se battre, de combattre, elle qui est une ancienne championne d’haltérophilie, elle que le sport a sauvé. Nous découvrons (et ce sera consolidé, pas de redites inutiles dans le tome 2) les liens très forts qui l’unissaient, l’unissent encore à sa soeur jumelle Mercy. Je note d’ailleurs que le titre en V.O. est bien plus parlant que le titre français : Long Road to Mercy.

    Atlee Pine est la seule agent du FBI dans le trou perdu qu’elle a choisi comme poste, et c’est volontaire : être enfermé dans un bureau, très peu pour elle. Elle a une secrétaire, Carol Blum, qui ne jure que par Hoover, qu’elle n’a pourtant pas connu. Qu’importe ! Elle aime le FBI. Elle est divorcée, elle a six enfants, et de nombreux petits enfants. Elle est infiniment compétente et discrète. Si Atlee et Carol sont de simples collègues au début de ce livre, elles noueront une relation très forte au cours de ce récit, grâce à l’enquête qui leur tombe dessus.

    Dès le départ, elle paraît hors-norme : une mule a été assassinée. Qui peut bien vouloir dézinguer la solide monture qui participe à des excursions en Arizona ? Qui ? De plus, son cavalier (qui n’était pas très doué, mais cela, ce n’est pas grave) a disparu. Ce n’est pas que l’enquête s’avère complexe – si elle était simple, tout irait bien – c’est que, bientôt, il n’y a plus d’enquête, et Atlee est priée de prendre des vacances, pour se remettre, se reposer, après quelques événements assez délicats.

    La suite de l’enquête nous emmènera dans des méandres assez complexes et, je n’ai pas peur de le dire, pas toujours très crédibles. Il faut vraiment se laisser porter par l’entente qui se noue peu à peu véritablement et profondément entre les deux femmes pour que certains faits passent – même si je reconnais cependant que les Etats-Unis ont connu des événements totalement invraisemblables. Je dois cependant dire que les moyens déployés pour faire taire certaines personnes, la manière dont de gentils agents obéissent sans hésiter, et surtout sans jamais réfléchir, et l’ampleur du complot que les deux agents (avec quelques soutiens tout de même) déjoueront, sont assez confondants.

    Deux autres tomes sont parus mais non encore traduits. Je les lirai – pour connaître la fin de l’histoire de Mercy.
    Pinky
    Pinky
    M
    M


    BALDACCI, David Empty Re: BALDACCI, David

    Message  Pinky Mer 20 Déc 2023 - 10:24

    merci Nina pour ces présentations
    Nina
    Nina
    ML
    ML


    BALDACCI, David Empty Re: BALDACCI, David

    Message  Nina Mer 20 Déc 2023 - 11:00

    Merci Pinky pour ta visite.

    Contenu sponsorisé


    BALDACCI, David Empty Re: BALDACCI, David

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 24 Juin 2024 - 21:43