Au Fil des lignes

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !

-37%
Le deal à ne pas rater :
Nike – Débardeur de running pour Femme à 25€
25 € 40 €
Voir le deal

    CONNELLY, Michael

    Ratdebibliotheque
    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Ratdebibliotheque Lun 26 Sep 2016 - 16:36

    Ceux qui tombent
    388 pages

    Résumé :
    Retraite ou pas retraite ? L’inspecteur Harry Bosch s’interroge encore quand on le charge de deux dossiers… Le premier – le viol suivi du meurtre d’une jeune fille – remonte à 1989 et les tests ADN viennent de désigner le coupable : Clayton Pell… 8 ans au moment des faits ! Peu crédible, donc. Dans le même temps, Bosch est appelé sur une scène de crime au Château Marmont, le célèbre hôtel de Los Angeles, où un homme est tombé du septième étage. Suicide, crime ou accident ? Le père de la victime, un conseiller municipal très puissant à L.A., veut en avoir le coeur net et exige assez curieusement que l’enquête soit confiée à Bosch, son vieil ennemi de toujours. Politiciens corrompus, prédateurs sexuels… Harry Bosch a fort à faire, et surtout pas le temps de s’apitoyer sur lui-même.
    Un double sac de noeuds que Connelly dénoue avec un indéfectible talent, tout en finissant, c’est sa touche, par un revers rageur. Julie Malaure, Le Point.

    Mon avis :
    Harry Bosch s'interroge sur le fait de prendre sa retraite ou pas lorsqu'il est chargé d'une double affaire.
    Cette enquête va le mener à prendre des risques.
    Il ne comprend pas pourquoi son ennemi de toujours le charge de s'occuper personnellement de l'enquête, eux qui se détestent mutuellement depuis des années.
    Il aura toutes ces réponses à la fin de l'enquête.
    Encore un très bon tome de cet auteur. 
    coup de coeur coup de coeur
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Pinky Lun 26 Sep 2016 - 20:46

    merci Ratdebibliothèque pour cette présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Mer 5 Avr 2017 - 23:42

    Harry Bosch, tome 21 : Jusqu'à l'impensable.
    Edition Calmann-Levy.

    Présentation de l’éditeur :

    Harry Bosch, retraité du LAPD malgré lui, tente de tuer le temps en remontant une vieille Harley lorsque Mickey Haller, son demi-frère avocat de la défense, lui demande de travailler pour lui comme enquêteur. Cisco, qui occupe ce poste habituellement, vient d’être victime d’un accident de moto aux circonstances plus qu’étranges, et Haller est persuadé que seul Bosch pourra l’aider à innocenter Da Quan Foster, un ex-membre de gang accusé d’avoir battu à mort Lexi Parks, la directrice adjointe des services municipaux de West Hollywood. Si les obstacles sont de taille – la preuve accusant Foster est accablante et il ne reste plus que six semaines aux deux frères avant le procès –, Haller en est sûr, Foster est innocent. Dilemme pour Harry ! « Passer de l’autre côté » ? Tout simplement impensable. Comment défendre un assassin quand on a passé sa vie à en expédier le maximum en prison ?

    Mon avis :

    Lire une enquête mettant en scène Harry Bosch, c’est le plaisir de retrouver un personnage récurrent à un tournant de sa vie professionnelle (il part à la retraite, il y est déjà, techniquement) et personnelle (sa fille part à l’université, tout comme sa nièce). Oui, il paie encore les conséquences de Mariachi Plaza mais, avec l’excellent avocat qui s’occupe de son affaire – son frère – les choses sont en bonne voie. D’ailleurs, son frère Mike Haller souhaite l’embaucher pour qu’il prouve l’innocence de son client. Et cette enquête, c’est vraiment l’anti-Experts, série érigée en modèle pour tout ce qui concerne les preuves scientifiques.En effet, les preuves matérielles sont bien là, elles accusent Da Quan Foster sans l’ombre d’un doute. Il ne manque que les liens qui pourraient unir la victime et le suspect, ainsi que le mobile. Un enquêteur habituel s’en contenterait (et certains auteurs aussi, un tueur en série, c’est bien pratique), pas Mike Haller, ni, par la force des choses, Harry Bosch, qui bascule du côté obscur des enquêteurs.
    L’enquête s’avère longue, complexe, qui ne fait surtout pas plaisir aux autorités qui sont sûres de leur bon droit. Cette enquête est aussi l’occasion de montrer un problème récurrent : le fait d’arrêter une enquête pourtant minutieuse dès qu’un suspect est en ligne de mire. Le fait, aussi, de ne pas approfondir certains faits parce qu’ils semblent ne pas avoir de liens avec ce fameux premier suspect repéré. Cherchons ce qui cadre, pas ce qui cloche.
    Le second point qui m’a frappé dans ce récit est la place des femmes. Harry et Mike semblent bien les seuls à se montrer respectueux envers les femmes. D’autres passent leur temps à les exploiter, les transformer, ou détruire leur identité.
    Quel avenir pour Harry après cette nouvelle ou plutôt cette toute première enquête de l’autre côté ? La prochaine enquête nous le dira.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Pinky Jeu 6 Avr 2017 - 8:25

    merci Nina pour cette présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Jeu 6 Avr 2017 - 14:39

    Merci Pinky pour ta visite.
    Ratdebibliotheque
    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Ratdebibliotheque Ven 7 Avr 2017 - 12:45

    Merci Nina, je le note.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Ven 7 Avr 2017 - 21:34

    Merci Ratdebibliothèque pour ta visite.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Sam 9 Fév 2019 - 23:59

    CONNELLY, Michael - Page 2 81-nlw10

    Dans la ville en feu
    Edition Calmann - Levy - 400 pages.

    Présentation de l’éditeur :

    1992. Los Angeles est en proie aux émeutes et les pillages font rage quand Harry Bosch découvre, au détour d’une rue sombre, le cadavre d’Anneke Jespersen, une journaliste danoise. Impossible à l’époque, de s’attarder sur cette victime une parmi tant d’autres pour la police déployée dans la ville en feu.
    Vingt ans plus tard, au à l’unité des Affaires non résolues, Bosch, qui n’a jamais oublié la jeune femme, rouvre le dossier du meurtre. Grâce à une douille recueillie sur la scène de crime et à une boîte noire remplie d’archives, l’inspecteur remonte la trace d’un Beretta qui le met sur la piste d’individus prêts à tout pour cacher leur crime. Anneke comptait peut-être parmi ces journalistes qui dérangent quand ils fouillent d’un peu trop près ce que d’autres ont tout intérêt à laisser enfoui…

    Mon avis :

    Je crois l’avoir déjà dit, j’ai une formation en littérature comparée, et je ne peux m’empêcher de faire des rapprochements entre les livres que je lis. Dans la ville en feu, comme L’enfant invisible, se passe au début des années 90 et si ce roman se déroule à l’autre bout du pays, le contexte social et multiculturel est le même. Black out de Cécile Delarue abordait aussi la question des émeutes de Los Angeles, et parlait de ce roman : la boucle est donc bouclée.
    N’aurait-on pas un peu mis Bosch dans un placard ? Non, presque pas. Il est à l’unité des Affaires non résolues, et le moindre de ses faux pas est guetté – oui, Bosch a parfois des soucis avec sa hiérarchie, parce qu’il est avant tout aux services des victimes, de la justice, et se faire bien voir n’a jamais fait partie de ses objectifs. Il n’a pas oublié ce qui s’est passé vingt ans plus tôt, quand une jeune journaliste étrangère a trouvé la mort au cours des émeutes. Elle était en vacances, mais étant donné tout ce qui se passait à Los Angeles, Bosch, les policiers, n’ont pas vraiment eu beaucoup de temps à consacrer à cette affaire.
    Bosch cherche – et finit par trouver, parce qu’il a trouvé un indice, parce qu’il finit par en trouver d’autres et par poser des questions qui risquent de fâcher un peu, pour ne pas dire beaucoup. On prend toujours des risques en remuant le passé – parce qu’un crime qui a eu lieu vingt ans plus tôt, cela veut dire un coupable libre depuis vingt ans. Il est donc suffisamment malin pour ne pas s’être fait prendre, et il a une vie certainement suffisamment bien installée pour ne pas avoir envie que cela s’arrête. Si vous m’avez suivi, vous avez donc compris que l’adversaire est sans doute :
    – dangereux ;
    – aux aguets.
    Bosch, qui sait lire les indices et remonter les pistes, l’a bien compris. Ce n’est pas comme s’il n’avait pas l’habitude de prendre des risques. Il se penche, aussi, sur la personnalité de la victime, lui redonnant, si j’ose dire, une existence, là où trop souvent, les victimes ne sont… eh bien, qu’un corps mort de plus avant que l’on mette la main sur le coupable. Nous découvrons réellement qui était Anneke Jespersen et le vide qu’elle a laissé derrière elle. Nous reparlons aussi d’événements qui ont eu lieu au début des années 90 – je veux parler de la guerre du Golfe, que l’on a quasiment oublié aujourd’hui, comme si cette guerre « sanitaire », avec ses « frappes chirurgicales » – je me souviens du vocabulaire de l’époque – n’avait pas eu d’impact sur ceux qui l’ont faite.
    Un polar qui nous emmène loin, dans le temps et dans l’espace, un polar qui montre que certains ne reculent devant rien pour le pouvoir. Un polar rempli de rebondissement, qui plaira aux fans d’Harry Bosch, mais aussi à ceux qui voudraient le découvrir.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Pinky Dim 10 Fév 2019 - 11:58

    merci Nina pour cette présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Dim 10 Fév 2019 - 13:35

    Merci Pinky pour ta visite.
    Ratdebibliotheque
    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Ratdebibliotheque Dim 17 Fév 2019 - 16:58

    Merci Nina, je le note.
    J'ai lu depuis "Jusqu'à l'impensable" que j'ai beaucoup aimé aussi ainsi que "Mariachi Plaza".
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Sam 9 Nov 2019 - 13:07

    Merci Ratdebibliothèque pour ta visite.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Sam 9 Nov 2019 - 13:09

    CONNELLY, Michael - Page 2 97827013

    U
    ne vérité à deux visages
    édition Calmann-Lévy – 432 pages

    Présentation de l’éditeur :

    Travaillant toujours bénévolement aux affaires non résolues pour la police de San Fernando, Harry Bosch est appelé sur une scène de crime dans une pharmacie. Les deux employés, père et fils,viennent d’être assassinés par des tueurs à gages et toutes les pistes s’orientent vers un trafic de médicaments antidouleurs qui, pris inconsidérément, se transforment en véritables drogues. Bosch n’hésite pas une seconde et se lance dans l’enquête.
    Mais voilà qu’il est soudain accusé par la police de Los Angeles d’avoir, trente ans plus tôt, trafiqué des éléments de preuve pour expédier un tueur en série au couloir de la mort. Bosch va devoir prouver son innocence, et la partie est loin d’être gagnée d’avance. Car il existe bien deux sortes de vérité: celle qui conduit à la liberté et l’autre, qui mène aux ténèbres…

    Mon avis :

    Le problème, quand on est un policier qui devrait être à la retraite mais a repris du service, c’est que l’on peut être rattrapé par de vieilles affaires. Ce serait certainement valable également si le policier était bien gentiment, chez lui, à profiter de la retraite en sirotant son whisky, son bourbon, ou toute autre boisson alcoolisé que l’on voit toujours les policiers prendre pour se remettre de leurs émotions. Cette affaire qui remonte à la surface, ce n’est même pas un cold case, non, cela prend le chemin d’une erreur judiciaire, même pire : une erreur due au fait qu’un policier, en l’occurrence Harry Bosch, aurait trafiqué des preuves pour mettre en prison un innocent. Tout ceux qui lisent les enquêtes d’Harry Bosch le savent : jamais il ne ferait une chose pareille, ce serait « impensable », pour reprendre le titre d’un des derniers romans le mettant en scène. Lui le sait, comme il a la certitude qu’il a bien mis le bon coupable derrière les barreaux, comme le sait aussi la soeur de la victime. Reste à savoir comment cette nouvelle preuve a pu arriver là, et qui avait intérêt à la trafiquer, tout en incriminant Bosch. Parce que non, il ne suivra pas le conseil de son ex-coéquipière, non, il n’incriminera pas un collègue décédé, pour la simple et bonne raison qu’il sait très bien qu’il n’y est pour rien. Puis, accuser les disparus, c’est à double tranchant : un « disparu » peut réapparaître, et ce n’est pas forcément confortable.
    Les enquêtes du passé n’empêchent pas les enquêtes du présent, et Bosch doit enquêter sur la mort de deux pharmaciens, le père et le fils, abattus par des tueurs en pleine journée, des tueurs qui n’ont même pas pris la peine de simuler un cambriolage. Bosch n’a pas l’intention de laisser ces deux meurtres impunis, et ce que lui et ses coéquipiers découvrent au fil de l’enquête le mènera bien plus loin qu’il ne l’aurait cru. Il ne s’agit pas tant de dénoncer les failles du système médical, que de montrer comment l’on peut rendre quelqu’un dépendant d’un médicament contre la douleur, puis le laisser se débrouiller après, seul avec son addiction : il est des personnes à l’affut pour aider ses personnes, organiser un trafic, et s’en mettre plein les poches. Les dégâts provoqués ? Tant qu’ils n’affectent pas leur porte-monnaie, peu leur importe de laisser des personnes dans la dépendance.
    Tout au long de l’affaire qui l’a mis en cause, Harry a pu compter sur son frère : Jusqu’à l’impensable avait vraiment permis leur rapprochement. Mickey Haller est un avocat qui connaît le droit. Cela semble évident, cela ne l’est pas pour tous. Il peut aussi compter sur Cisco, son enquêteur, qui connaît suffisamment les aléas de la vie pour être véritablement efficace.
    Une troisième enquête s’ajoute aux deux autres, une enquête qui n’en est plus vraiment une : quinze ans qu’Harry et d’autres policiers cherchent à résoudre la disparition d’une femme, quinze ans qu’ils soupçonnent son mari, et qu’ils ne parviennent pas à le prouver. Elle sera résolue elle aussi, pas vraiment de la façon qu’Harry le pensait.
    Le roman se termine sur la promesse d’une nouvelle enquête, j’espère que ce sera le sujet du prochain roman mettant en scène Harry Bosch.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Pinky Dim 10 Nov 2019 - 11:36

    merci Nina pour cette présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Dim 10 Nov 2019 - 12:44

    Merci Pinky pour ta visite.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Mar 31 Déc 2019 - 1:26

    CONNELLY, Michael - Page 2 Cvt_de10

    Deuil interdit
    Edition Points - 455 pages

    11 tomes des enquêtes d'Harry Bosch

    Présentation de l'éditeur :

    A l'été 1988, le corps de la jeune métisse Becky verloren est retrouvé pres de la maison de ses parents, une balle en pleine poitrine.
    Les enqueteurs ignorent s'il s'agit d'un suicide ou d'un meurtre.
    17 ans plus tard l'enqueteur Harry boch est de retour moins de 3 ans apres etre parti a la retraite.
    affecté au service des enquestes non résolues, il doit ressortir l'affaire des oubliettes.
    il se rend vite compte que les policiers chargés de retoruver le meurtrier on saboté le travail.. ou de tenter d'etouffer l'affaire...
    colere, douleur, danger, l'enquete prend rapidement des allures de cauchemar
    Mon avis :

    Bosch a été ré-in-té-gré. Oui, je donne ainsi l'impression de crier, mais c'est pour dire que personne, alors qu'il avait pris sa retraite depuis trois ans, ne s'attendait à cet événement. Comme je lis les tomes dans le désordre, je ne compte pas le nombre de fois où Bosch a eu des soucis avec sa hiérarchie ou ses coéquipiers - beaucoup me semble le mot qui convient.
    Harry se retrouve à enquêter sur des cold case. Magnifique. Surtout que, dès son arrivée dans le service, une enquête est rouverte : on a trouvé une preuve ADN qui concerne une affaire vieille de 17 ans.
    Il faut alors tout reprendre, dans des locaux dans lesquels le classement n'est pas vraiment le fort de ceux qui y travaillent, certains dossiers ayant même été jetés ou ont été portés disparus. Bref, un assez gros bordel. Il faut aussi retrouver Garcia et Green, ceux qui ont merdé il y a dix-sept ans. Oui, à traiter l'affaire comme une simple fugue d'abord, comme un suicide ensuite, avant que l'autopsie ne conclut à un meurtre, ils ont perdu cinq jours, et sur une affaire de meurtre, c'est la garantie que le meurtre ne sera jamais élucidé. Les suspects ? Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'en ont vraiment pas trouvé. Le dernier petit ami connu des parents était parti à Hawaï depuis un an, et si Becky Verloren avait bien quelqu'un dans sa vie au moment de son enlèvement, ses parents n'en savaient rien : ils découvrirent des aspects de la vie de leur fille dont ils ignoraient absolument tout. Fait important, à mes yeux : le père est noir, la mère, blanche.
    J'entends d'ici certaines personnes me dire, ou écrire sur mon blog : on se fiche de la couleur de peau des personnages ! J'aimerai bien, merci, et Bosch aimerait bien aussi. Sauf que, dans une Amérique qui était à deux doigts de s'enflammer, ce que l'on a totalement oublié ici (et eux sans doute également), la question raciale est importante. 1988, année de la disparition de Becky, est une année que les suprémacistes blancs voulaient célébrer, à cause de la symbolique qui l'entourait. Symbolique tordue, inventée par des tordus, des êtres dangereux qui n'avaient aucun scrupule. Enlever puis tuer une jeune fille métisse aurait-il pu leur poser problème ? Certainement pas.
    Ce qui pose problème à Harry Bosch est que cette piste n'ait pas été suivi à l'époque, menant ainsi les enquêteurs sur une voie de garage dont ils ne sont jamais sortis. L'un a mis fin à ses jours, l'autre a un bon poste administratif. Quant aux amies proches, l'une enseigne dans l'établissement où elles étaient scolarisées, les autres ne sont pas très loin, toutes ont fait leur vie mais personne n'a oublié.

    Regarde-le, dit-elle. Personne ne devrait vieillir.
    - Et tout le monde devrait le pouvoir.


    Ce dialogue entre Bosch et sa coéquipière expriment le point de vue de deux générations, la plus jeune pense avant tout à l'apparence, le plus âgé à ce que chacun a le droit de faire ou non de sa vie - pourvu qu'on ne la lui ôte pas. Deuil interdit est un volume particulièrement amer, non seulement à l'égard de toutes ses vies gâchées - les parents de Becky ne se sont jamais remis, mais de tout ce qui a été mis en œuvre pour que la vérité ne puisse être connue, la justice rendue. Je ne parle même pas de l'impunité des coupables qui, eux, ont continué leur vie comme si de rien n'était. Ne nous leurrons pas : on peut très bien vivre avec un crime sur la conscience.
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Mar 31 Déc 2019 - 1:28

    A genoux
    Edition Points - 278 pages

    13e enquête d'Harry Bosch

    Présentation de l'éditeur :

    Le corps du Dr Stanley Kent vient d'être retrouvé sur un belvédère
    naturel, près de Mulholland Drive : deux balles dans la nuque, style exécution. Dès que l'inspecteur Harry Bosch commence son enquête, des contradictions se font jour. Sans être lié au crime organisé, le Dr Stanley avait accès à des matières radioactives utilisées dans le traitement de certains cancers féminins – et ces matières ont disparu. Déjà en bisbille avec sa hiérarchie sur ce qu'il convient de penser de l'affaire, Bosch se retrouve en conflit ouvert avec le FBI et les services de la lutte anti-terroriste pour lesquels ce meurtre correspond forcément au début d'un attentat à la bombe sale. Et parmi ces fédéraux se trouve Rachel Walling, la femme qu'il aime, mais qui l'a quitté suite au fiasco de l'affaire d'Echo Park.

    Mon avis :

    Echo Park suite - ou pas. Harry Bosch et son nouveau coéquipier sont appelés sur la scène d'un meurtre : un docteur a été tué. Pire : sa femme a été retrouvée, ligotée et bâillonnée sur leur lit - vivante, heureusement. Le motif de cette agression et de ce meurtre ? Le docteur avait accès à du césium, utilisé pour soigner certains cancers, et il a été menacé pour le voler. Il a fait ce qu'il a pu, laissant un message sur les lieux de son vol, contraint et forcé, mais si ce qu'il a fait a sauvé sa femme, lui a bel et bien été tué. Pourquoi ? Les tueurs comptaient-ils revenir et achever son épouse, n'en ont-ils pas eu le temps ? Ou bien a-t-il vu leurs visages ? A Harry Bosch de résoudre cette énigme. Enfin, s'il en a le temps : nous sommes dans l'Amérique post 11 septembre, et le FBI prend très au sérieux ce risque d'attentat.
    Alors oui, l'enquête va vite, très vite, quitte à se jeter dans la première fausse piste qui se présente, tant que certains mots-clefs sont entendus par la victime, ou par un témoin. Les choses vont parfois trop vite, et il est des personnes qui agissent d'abord, et réfléchissent à l'utilité de ce qu'ils ont fait après. Harry Bosch ? Il ne se fait pas vraiment d'amis dans cette enquête, et il peut même véritablement compter sur les doigts d'une main ceux à qui il peut faire véritablement confiance. Que pèse la résolution d'un crime face à un potentiel attentat ? Personne ne semble tenir, à part Harry, ce raisonnement pourtant très simple : si l'on trouve le meurtrier, on remontera aussi la piste des fameux terroristes potentiels.
    En dépit du sujet, j'ai trouvé ce volume des enquêtes d'Harry Bosch presque léger - il ne contient que 278 pages. L'enquête est très vite résolue, que ce soit en terme de son déroulement proprement dit que le temps qui a été consacré à celle-ci. Et si Harry se montre toujours aussi irrespectueux des règles qui l'empêchent de mener son enquête à bien, force est de constater qu'il se retrouve encore et toujours avec des co-équipiers qui n'ont pas la même vision de l'entente entre les services que lui, ni la même vision du bon déroulement de leur carrière. Harry le comprend, néanmoins - il a l'habitude, en quelque sorte.
    Un polar solide, pas ennuyeux, mais tout de même en deçà de ce que j'ai pu lire de la série Harry Bosch.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Pinky Mar 31 Déc 2019 - 12:03

    merci Nina pour ces présentations
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Nina Mar 31 Déc 2019 - 12:05

    Merci Pinky pour tes visites.

    Contenu sponsorisé

    CONNELLY, Michael - Page 2 Empty Re: CONNELLY, Michael

    Message  Contenu sponsorisé

      Sujets similaires

      -

      La date/heure actuelle est Sam 10 Avr 2021 - 22:40