Au Fil des lignes

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Au Fil des lignes

Voici un endroit où partage, respect et convivialité sont les maîtres mots. Si vous aimez, lire rejoignez-nous !

Le deal à ne pas rater :
Nike fin de saison : jusqu’à -50% sur une sélection d’articles
Voir le deal

    BALDWIN, James

    Nina
    Nina
    ML
    ML

    BALDWIN, James Empty BALDWIN, James

    Message  Nina Jeu 27 Fév 2020 - 22:15

    BALDWIN, James Cover193

    Meurtres à Atlanta
    Edition Stock - 180 pages

    Présentation de l’éditeur :

    Entre 1979 et 1981, vingt-huit enfants, tous âgés entre 7 et 16 ans, tous noirs, tous issus de familles pauvres sont assassinés à Atlanta, Géorgie, dans le Sud profond des États-Unis. En juin 1981, un Noir de 23 ans, Wayne Williams, est arrêté pour le meurtre de deux hommes. C’est le suspect idéal. Et c’est lui qui sera jugé, puis condamné à la prison à vie pour le meurtre des vingt-huit enfants, sans aucune preuve tangible.
    Quand James Baldwin, qui s’est toujours senti du côté des plus faibles, est invité à écrire un livre sur les meurtres de ces enfants, il accepte. Après une enquête menée sur place, quatre ans après les événements, Baldwin ne conclut ni à la culpabilité de Williams, ni à son innocence. L’essentiel est ailleurs.
    Le drame d’Atlanta agit en effet à la manière d’un révélateur et montre la limite des conquêtes du mouvement des droits civiques. Baldwin décrit une société déchirée par la haine et la peur, par la hantise raciale.
    Trente-cinq ans après sa première publication, ce texte n’a rien perdu de sa force ni de sa modernité. Ni, tragiquement, de son actualité.

    Mon avis :

    Comment se fait-il que ce livre ne soit pas plus connu en France ? Paru pour la première fois en 1985, il est aujourd’hui édité à nouveau par Stock. J’ai envie de vous dire : ne lisez pas mon avis, lisez le, lui !

    Cet essaie parle de meurtres, à Atlanta, en Georgie, un état qui tint un rôle important dans la guerre de Sécession, côté sudiste. UN homme,noir, fut condamné pour deux meurtres, mais surtout, un homme noir qui fut implicitement accusé de la mort de vingt-huit enfants, sans que l’enquête soit suffisamment approfondie pour prouver qu’il était bien le coupable – voire même pour trouver LE coupable.
    Point commun de tous ces morts ? Ils étaient tous noirs, ils étaient tous pauvres, et leur mort n’a pas suscité beaucoup d’intérêt. Leur mort n’a pas bouleversé l’économie locale, elle n’a pas entraîné une psychose, elle a eu loin des quartiers où vivent les Blancs.

    personne ne protège les pauvres, ils doivent se défendre eux-mêmes. Les pauvres n’existent pour les autres que comme une gêne, une menace, une occasion de faire du fric ou une œuvre missionnaire ou parfois l’envie de faire une bonne action sincère. « les pauvres, vous les aurez toujours avec vous », disait le Christ. Soit, mais vous les voyez rarement et ne les écoutez jamais.


    Ce n’est pas tant l’enquête qui est reconstituée, que ses errances, ses erreurs, les peurs qu’elle engendra, les idées reçues qu’elle fait ressurgir. Le procès est inclus aussi, sans oublier le procès, implicite, fait à la famille de l’accusé – cet homme qui n’avait pas réussi, aux yeux de la société, à devenir pleinement un homme. Cette affaire est le point de départ d’une réflexion sur la condition des Noirs, aux Etats-Unis mais aussi dans le monde entier, mais aussi sur la pauvreté. A une époque (les années 80) où beaucoup pensaient que les droits des Noirs avaient nettement progressé, James Baldwin montre, démontre que ce n’est pas du tout aussi évident qu’on le pense – du point de vue des Blancs. Oui, ce livre contient de profondes réflexions sur le racisme, la culture, les droits que les Blancs octroient à tous les autres (ou pas), les droits que les Blancs s’octroient de se mêler des affaires des autres, d’aller rendre ce qu’ils estiment être la justice, ailleurs, dans n’importe quel autre pays tant que cela correspond à leurs intérêts économiques. Les USA se présentant comme sauveurs du monde, cela ne date pas d’aujourd’hui, et James Baldwin montre bien que cela continuerait : il ne s’était pas trompé.

    En lisant cet essai, j’ai pensé aux discours de certains hommes politiques, discours fortement orientés – parce que l’Histoire est écrite, toujours, par les Blancs :

    L’Histoire est un hymne aux Blancs écrit par des Blancs. Nous autres, tous les autres, avons été « découverts » par les Blancs, qui détiennent le droit de nous laisser entrer ou non dans l’Histoire.

    Un essai remarquable.
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    BALDWIN, James Empty Re: BALDWIN, James

    Message  Pinky Ven 28 Fév 2020 - 10:54

    merci Nina pour cette belle présentation
    Nina
    Nina
    ML
    ML

    BALDWIN, James Empty Re: BALDWIN, James

    Message  Nina Ven 28 Fév 2020 - 10:56

    Merci Pinky !
    Un livre qui m'a beaucoup touchée.
    Lariflette
    Lariflette
    LA
    LA

    BALDWIN, James Empty Re: BALDWIN, James

    Message  Lariflette Jeu 21 Mai 2020 - 12:34

    Meurtres à Atlanta

    Mon avis :

    Ce que je remarque en premier lieu en ouvrant ce livre c'est que le titre, plutôt, racoleur n'est en rien celui donné par l'auteur :
    "The evidence of things not seen"
    Ce que l'on pourrait traduire par :
    "L'évidence des choses non vues"
    C'est plus évident que penser qu'il s'agit d'un roman policier, même si il y a des morts, un homme arrêté et un jugement.
    Pour faire court : un homme est accusé de deux meurtres et comme 28 enfants ont été assassinés, tout simplement, la police et la justice essaie de coller la totalité à ce bonhomme. On fait d'une pierre deux coups et on diminue les frais
    Ah, j'oubliais, l'accusé est noir, les morts aussi.
    Atlanta c'est en Géorgie, le sud des Etats Unis d'Amérique, pays de coton, si on voit ce que je veux dire.
    "Georgia on my mind" dont chantait un certain...
    Bref, l'auteur, journaliste pour ce "fait divers", emploie ce récit sous forme d'essai pour attirer l'attention de ses lecteurs sur la condition des noirs à cette époque. C'est à dire en 1985.
    D'aucuns diraient que rien n'a beaucoup changé depuis lors. Peut-être pas tout à fait mais pas loin.
    Baldwin met cette suprématie blanche au dessus de ces pauvres qui existent dans ce pays depuis bien longtemps et il n'hésite pas à faire des indiens, des chicanos et des noirs un ensemble qui ne trouve pas sa place dans la vie de cette nation.
    Qui dirige, qui gouverne, qui dicte et fait la loi, qui la fait respecter : des blancs, depuis toujours et même si depuis l'espérance aura pris le visage d'un certain président ce n'était pas le cas à l'époque de l'écriture.
    La plaidoirie de l'auteur pour cette, ces, communauté(s) passe bien avant ces meurtres et ce procès qui ne sont qu'un prétexte, un de plus à la persécution subie de mille façons par la communauté noire. Puisque c'est de ça dont on parle.
    De fait n'y a t-il pas 8 jurés blancs pour 4 noirs?
    Comme disait Bob Dylan : vous pouvez sortir vos mouchoirs, il est temps de pleurer.
    Il fallait draguer la rivière pour savoir s'il n'y avait pas d'autres morts, aussi on a retrouvé un cadavre d'homme noir inconnu, puis un autre et encore un autre et ainsi de suite. Alors on a arrêté de draguer la rivière...
    En 1996 Atlanta a organisé les jeux olympiques. Les visiteurs recevaient un plan de ville...coupé à la limite de la ville blanche! La ville noire ayant été purement supprimée. Mais c'est Mohamed Ali qui a allumé la flamme olympique, alors...

    Il faut lire ce livre!
    Merci à toi Nina de ton incitation à lire ce livre. Comme tu le dis si bien il m'a également touché.


    B
    Ratdebibliotheque
    Ratdebibliotheque
    ML
    ML

    BALDWIN, James Empty Re: BALDWIN, James

    Message  Ratdebibliotheque Jeu 21 Mai 2020 - 13:02

    Merci pour cet avis, Lariflette.
    Contente de te relire !
    Pinky
    Pinky
    M
    M

    BALDWIN, James Empty Re: BALDWIN, James

    Message  Pinky Jeu 21 Mai 2020 - 18:58

    merci Lariflette pour cette présentation, toujours un plaisir de te lire

    Contenu sponsorisé

    BALDWIN, James Empty Re: BALDWIN, James

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 10 Avr 2021 - 14:05